Kingdom Hearts RPG


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Tanoshii Mizu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fondatrice
Maître de la Keyblade
Princesse de Coeur de la Lumière
FondatriceMaître de la KeybladePrincesse de Coeur de la Lumière
avatar
Nombre de messages : 6599
Age : 27
Localisation : Toujours en vadrouille... localisation inconnue
Arme : Appel du Destin, Lurebreaker et Firefight
Invocation : Karah et Spirit Guardian of Power
Date d'inscription : 01/01/2007

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
0/0  (0/0)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Tanoshii Mizu   Lun 15 Oct - 0:42

Tanoshii Mizu

Chapitre I

Dans l’une des ruelles d’une ville nommée Marseille, un garçon insignifiant marchait. Il n’avait pas le profil d’un héros et encore moins celui d’un voyou, alors pourquoi s’intéresser à un jeune homme de vingt ans dont la démarche lente signifiait un cuisant échec dans ses recherches de job, ce qui ne plairait sûrement pas à ses parents. Le simple fait que ce jeune homme était doté d’une épaisse tignasse de couleur rose ainsi qu’une paire de lunettes noires posées sur ses yeux alors qu’il n’y avait pas de soleil était très intriguant et donnait envie aux curieux de récolter des informations aux interrogations qu’ils se posaient à propos de cet inconnu. Ce ne sont que deux détails sans importances, mais cela est bien assez pour en donner à cet être humain qui aurait pu rester à tout jamais dans l’ombre sans se faire connaître des lecteurs, ni des personnages de l’histoire et ça aurait été bien dommage. Quelques minutes plus tard, après avoir rallongé le trajet, le jeune homme, qui s’appelait Heliccio Koera Senritsu, arriva enfin chez lui. C’était une maison envahie de verdure avec un grand balcon, mais qui possédait deux appartements pour accueillir deux familles. Le jeune adulte enleva ses chaussures avant de tourner la poignée de la porte d’entrée pour l’ouvrir et la refermer une fois qu’il fût à l’intérieur. Il enleva son grand manteau noir qui était un bon coupe-vent.

Grâce à cet habit enlevé, ont pu voir qu’il portait un t-shirt noir à courtes manches et un jeans gris foncé. Il leva son poignet pour voir l’heure de sa montre qui affichait 20 h 00, il avait trop trainé et il était arrivé à temps pour diner avec ses parents, d’ailleurs, dès qu’il débarqua dans la cuisine avec un air penaud, il pût les voir en train de finir la préparation du repas du soir. Son père, monsieur Koliry Hirotô Senritsu était un homme à l’air sévère et pourtant, ce n’était pas le cas, car il était compréhensif et diplomate. Il avait des cheveux coupés cours de couleurs noirs et avait des yeux bleus ornés d’une paire de lunette en forme de demi-lune. Il mesurait deux mètres de haut et avait la corpulence d’un athlète jouant au basket. Il avait déjà mît son pyjama à rayures et ses grosses pantoufles de couleurs bleus, car il était de coutume qu’après avoir mangé, il ait s’installer dans lit pour regarder la tv et il n’était pas rare qu’il s’endorme à cause de son travail pénible. Quant à sa mère, madame Laura Senritsu, de son nom de jeune fille Casarano, était une femme stricte et sévère, ne supportant pas les échecs et encore moins les excuses bidon. Elle avait les cheveux bruns tressés et des yeux verts qui lui donnaient un air gentil, comme quoi, il faut toujours se méfier de l’eau qui dort. Elle mesurait un mètre septante et avait un poids respectable, ainsi qu’une jolie poitrine. Elle portait un pull à longues manches de couleur bleu roi et un pantalon noir tenu par une ceinture. Par-dessus son pull, elle avait mît un tablier rose muni d’une poche, ce qui était une bonne protection pour faire la cuisine. Helioccio s’assit sur une chaise en bois qui se trouvait au bout de la table carrée en fer et ne dit rien. Son père remarqua sa présence et le regarda avec un regard peiné, puis il s’assit à son tour à la gauche de la table. Tout était calme, jusqu’à ce que sa mère le remarque.

- A voir ton air, tu n’as pas trouvé de job. Encore une fois tu reviens bredouille ! Tu n’es qu’un bon a rien ! J’en ai assez de te voir trainer ici à ne rien faire, tu es la honte de la famille !

- Chérie, tu exagères, ce n’est pas de sa faute s’il n’y a pas de boulots disponibles.

- Pas de sa faute ? Et pis quoi encore ? Soit il fait l’imbécile et perd son boulot, soit il ne lui plait pas ou soit il n’a pas les qualités requises pour le travail proposé. S’il ne fait pas plus d’efforts, je le mettrais à la porte !

- De toute façon, tout ce que je fais, ça ne te plait jamais… Bonne nuit père et mère, je prends quand même un jus de fruit et après je monte dans ma chambre et je vous fiche la paix !

Sa mère avait haussé la voix et n’avait pas hésité à l’engueulé tandis que son père était resté calme. Le jeune ne pouvant supporter plus longtemps sa mère, s’était levé de table avant d’être servit, car il ne voulait pas manger ce que Laura avait préparé. Il se dirigea vers le frigidaire pour l’ouvrir et prendre une brique de jus de fruit, mais il ne le pu pas, car au même moment, une main sorti du fond du frigo, comme si tout ce qui se trouvait à l’intérieur était invisible et saisit Helioccio Koera par le poignet et le tira en avant. Voyant ce qu’il se passait, le jeune homme cria en étant affolé, sa mère s’évanouit et son père se leva précipitamment pour prendre son fils par la taille et tenter de le tirer en arrière pour le sauver.

- Lâche-moi papa sinon tu vas te faire emporter avec moi !!!

- Non je ne veux pas te lâcher ! Soit on part ensemble ou soit on ne part pas, alors tient bon !

- Papa je… Je t’aime !!! Ne t’en fais pas, je reviendrais vite !

S’exclama le jeune homme avant de se faire aspirer dans une autre dimension, car la main tira tellement fort sur sa proie que le père n’eût d’autre choix que de lâcher prise à contrecœur. Quelques minutes plus tard, lorsqu’il eût ouvert ses yeux, le jeune homme aux cheveux roses pu remarquer qu’il était couché sur le dos et allongé sur de la neige, de la poudreuse plus exactement. Où avait-il débarqué ? Il ne le savait pas et ça l’angoissait. Ce qui l’angoissa encore plus et le fit crier de terreur fût lorsqu’il découvrit la présence d’un lycanthrope et d’un vampire qui étaient en train de débattre sur la préparation d’un sandwich au gruyère. Evidemment, ils se turent dès qu’ils entendirent leur victime crier. Ils sourirent et s’approchèrent de son corps frigorifié avec une lueur d’envie partagée qui se reflétait dans leurs yeux. Dès qu’ils furent assez proches du garçon, ils se mirent tous deux à genoux pour être à sa hauteur.

- Hm quel doux cri de terreur, il me ravit les oreilles et me fait frissonner de plaisir, pas toi Toshirô ?

- Il t’en faut peu pour être heureux Yoshino.

- Mais… Vous êtes… un loup-garou et… un vampire ? Ne me mangez pas s’il vous plait, je suis trop jeune pour mourir !!!

- Oh mais cet accent, je le reconnaîtrais entre mille !

- Moi aussi ! Moi aussi ! Ahahah ! C’est celui de notre pote boulanger !

Le jeune homme était terrifié de voir un loup-garou et un vampire habillé tout deux d’un kimono noir, mais sa présence n’avait pas l’air de déranger les deux zigotos qui avaient l’air d’avoir oublié sa présence.

- Excusez-moi de vous dérangez pendant que vous, vous racontez vos souvenirs, mais vous allez me mangez ou pas ?

- Roh mais t’es saoulant avec ta question toi ! Réfléchis deux minutes, si on avait voulu te manger, on n’aurait pas pris la peine d’attendre ton réveil.

- Oui, c’est vrai, mais… Pourquoi avoir attendu mon réveil ? Après tout, je ne suis qu’un humain insignifiant à vos yeux et qui aimerait bien rentrer à la maison ! Papa doit se faire beaucoup de soucis pour moi, alors fichez moi la paix !

- Ne t’en fais pas pour ton padre, il sait que tu n’es plus un enfant, que tu sais te débrouiller seul et surtout, que tu reviendras, car tu lui en as fait la promesse, tu ne t’en souviens pas ?

- Nous avons prévu d’arrêter une personne bien spéciale et tu vas nous y aider en faisant le rôle de l’appât.

- Moi faire l’appât ? Qu’a fait cette personne pour que vous ayez envie de lui faire un sale coup ?

Le jeune homme avait réussi à se mettre en position assise malgré la peur qui lui nouait l’estomac et qui ne lui permettait pas de tenir sur ses jambes pour courir et s’enfuir très loin de ces deux fous qui se regardèrent longuement avant de répondre à sa question existentielle qui avait l’air d’être confidentielle puisqu’ils avaient eût l’air d’hésiter avant de lui dire la vérité.

- Très bien, on va te dire la vérité, de toute façon, te mentir ne servirait à rien puisque tu finirais par découvrir le pot-aux-roses.

- Il existe dans ce monde une personne capable de réaliser les vœux. J’ai été trouvé cette personne, mais ce n’était pas facile et l’ai suppliée de réaliser mon plus grand souhait : Avoir un ami fidèle et qui sache voler pour pouvoir explorer le ciel et découvrir de nouvelles planètes, car j’adore tout ce qui touche à l’astronomie. Elle réalisa mon vœu et le lendemain matin, Yoshino toqua à la porte d’entrée de mon appartement. Elle ne lui avait pas donné que le pouvoir de voler, non ce qu’elle lui avait donné en plus était mieux encore, car il nous permit de visiter votre monde comme bon nous semblait.

- Wow la vache ! C’est trop de la balle ce pouvoir ! Ah dans ce cas, je comprends à présent comment vous avez fait pour croiser un Marseillais, mais alors si vous pouvez changer de dimension, qui de vous deux qui m’a tiré dans mon frigidaire ? Je ne comprends toujours pas en quoi je peux vous être utile et puis, pourquoi en vouloir à cette personne ?

- C’est Toshirô qui s’est chargé de t’arracher à ta famille. Comme je peux ouvrir la dimension où je veux, j’ai pensé que c’était plus rigolo d’enlever les gens lorsqu’ils ouvrent leurs frigos. Cette effrontée viole toutes les lois de notre monde et n’en fais qu’à sa tête… Réalisation de vœux ou pas, elle doit être punie ! C’est la raison pour laquelle nous enlevons des gens au hasard pour nous en servir comme appât. Cependant, pour que notre plan fonctionne, il faut que l’un de nous deux s’occupe de ton cas. Tu t’y colle Tosh ?

- Pas de problème Yosh, c’est avec plaisir que je vais me mettre à table.

- A table ? Qu’est-ce que vous allez faire ?

- Oh mais je vais faire de mon mieux très cher.

- Ahhhhhh nooooon au secours !!!!!

Le jeune homme était très curieux et il voulait tout savoir. En apprenant l’existence d’une personne pouvant réaliser les vœux des autres le rempli de joie, car il se mit à penser un cours instant dans sa tête que grâce à elle, il pourrait enfin trouver un job, ce qui règlerait pas mal de problèmes. Il était aussi très impressionné par le pouvoir de Yoshino qui n’était pas banal pour un vampire. Par la suite, quand les deux créatures lui avouèrent ce qu’ils allaient faire de lui, Koera ne put s’empêcher d’être terrifié. Il eût alors très envie de s’enfuir, mais son corps tout entier était paralysé par la peur, alors il ne put que crier au secours quand le loup-garou enfonça gentiment ses canines dans son cou tandis qu’il le plaquait au sol d’une main et qu’il griffait son bras droit avec son autre main. Malheureusement, il ne put pas faire plus, car une voix féminine se fit entendre au loin. Cette voix, c’était celle de la personne qu’ils voulaient coincer, elle n’avait donc pas fait long avant de mordre à l’hameçon, alors Toshirô n’eût d’autres choix que de lâcher le jeune homme et de se relever pour se mettre debout comme l’avait fait son ami vampire.

- Magical Red Voice !

Lorsque la propriétaire de cette belle voix s’approcha, le jeune homme qui tremblait comme une feuille put voir de plus près la fameuse personne que recherchaient le lycanthrope et le vampire. Elle avait des longs cheveux rouges qui tombaient en cascades jusqu’à ses fesses et des beaux yeux bleus. Autours de son cou, se trouvait un collier orné d’une perle rouge qui brillait d’une lueur anormale. Pour cacher sa poitrine qui ne passait pas inaperçue, se trouvait un soutien-gorge rouge qui cachait également le haut d’un grand tatouage en forme d’étoile qui était aussi rouge et qui s’arrêtait pile poil au-dessus de son nombril. Pour cacher le bas de son corps, la demoiselle avait revêtit une grande jupe qui était également rouge. Elle était donc toute vêtue de rouge, mais ce n’était pas gênant, au contraire, ça lui donnait un certain charme que l’on pouvait voir de loin. Quoi qu’il en soit, la principale intéressée stoppa sa marche quand elle fût à la droite d’Heliccio Koera.

- Tient, tient, mais qui voilà ? Le petit chaperon rouge ?! Alors prête à te faire manger ? Eheh

- Oh voyons Toshirô, tu ne peux pas manger une princesse, ce n’est pas poli !

- Princesse de mes fesses ouais ! Non mais franchement, est-ce que tu trouves qu’elle a l’allure d’une princesse ?

- Non ! Elle a plus l’air d’une gamine paumée que d’une princesse ahahah ! C’est une princesse de cœur sans valeurs… Oh mais que dis-je ? Je fabule, cette fille n’a pas de cœur, c’est une princesse égoïste !

- Taisez-vous !!! Ce que vous avez fait est impardonnable ! Puisque vous ne me prenez pas au sérieux, je vais vous montrez ce qu’est le véritable pouvoir d’une princesse ! Etes-vous prêt ? Que ma voix enchanteresse punisse vos oreilles !

- Wow qu’est-ce qu’elle est belle !!! Comment vous, vous appelez princesse ?

- Ne m’interrompt pas !

Toshirô et Yoshino se moquaient de la demoiselle qui venait d’arriver et ça n’avait pas l’air de lui plaire, car elle leur ordonna à tous les deux de se taire en ayant l’air fâchée. Elle eût envie d’utiliser le pouvoir de sa voix pour les punir, mais Koera l’interrompit en lui demandant comment elle s’appelait, ce qui ne plut pas à la jeune femme qui lui répondit en lui donnant un coup de pied dans les côtes, ce qui lui fit arracher un grand cri de surprise et de douleur. Le gêneur ayant donc été neutralisé, elle put commencer à chanter sa chanson magique et maudite.

Dans la noirceur des ténèbres
Se promène un loup et son maître
Ils cherchent un garçon au cœur pur et sincère
Pour faire couler de ses yeux des larmes amères

Mais ils tournèrent en rond et perdirent sa trace
Car ce garçon était malin et coriace
Il se cacha dans une grotte remplie de glace
Dans le froid, il plongea pour ne plus bouger et rester en place.

Doit-on appelez cette torture « Aventure » ?
Si c’est le cas, pour la faire, je ne suis pas assez mûre
Alors que dois-je faire contre un loup et son maître ?
Continuer à prier pour que la lumière batte les ténèbres.

- Ahh mes pauvres oreilles ! Je n’en peux plus !!! Arrête de chanter ! Tais-toi ! Tais-toi ! Argh c’est horrible !

- Aooooooooooouuuuuuu !!! N’entame pas le troisième couplet sinon je vais devenir fou ! Tu n’aimerais pas être la proie d’un loup-garou fou, crois-moi.

- Bah quoi ? Je ne vois vraiment pas ce qu’il y a d’affreux dans cette chanson, je l’ai trouvée sympa moi !

- Abruti ! Quand on ne sait pas, on se tait ! Ses chansons atteignent les oreilles de ses ennemis pour leur créer des douleurs très fortes.

- Oui c’est la vérité ! Et le pire, c’est que certaines de ses chansons sont des formules magiques, ce qui est encore plus terrible ! Karyline t’es une sadique !

Les deux créatures avaient baissé leur tête en mettant leurs mains sur leurs oreilles respectives pour les protéger le plus possible de l’horrible voix de la demoiselle, mais ce n’était pas suffisant et c’était la raison pour laquelle ils souffraient. En les voyant aussi affaiblis, la jeune femme ne put s’empêcher de ricaner, mais ce ne fût que de courte durée, car lorsqu’elle entendit Toshirô prononcer son prénom, son regard s’assombrit, ce qui ne signifiait rien de bon pour les deux amis qui eurent l’air mal à l’aise, car ils savaient qu’ils avaient commis une gaffe et qu’ils risquaient de se faire massacrer, car pour une raison qui leur était inconnue, la marchande de vœux avait horreur que l’on prononce en entier son prénom.

- Franchement, je suis très déçue les gars, vous savez pourtant que je déteste mon prénom… Disparaissez de ma vue avant que je ne vous ôte la vie !!!

Sans attendre qu’elle mette ses menaces à exécutions, les deux compères s’en allèrent en détalant comme des lièvres. S’ils étaient partis, ce n’était pas uniquement par frousse, mais aussi pour mettre à exécution leur plan démoniaque. Lorsqu’ils furent plus dans leur champ de vision, le jeune homme se leva péniblement en ayant les membres de son corps légèrement engourdis par le froid et en étant encore choqué physiquement par ce qui lui était arrivé.

- Excusez-moi de vous dérangez princesse, mais pourquoi détestez-vous, votre prénom ? Moi je l’aime bien, je le trouve joli.

- Arrête de dire des bêtises il n’est pas du tout joli !!!

- Inutile de vous énervez… Euh, je le trouve joli, parce qu’il est plus cool que le mien.

- Comment ça plus cool que le mien ? Dit le qu’on rit un bon coup !

- Je m’appelle Heliccio Koera Senritsu.

- En effet, il est encore plus pourrit que le mien !

- Oui, bon ça, je le sais, pas la peine de vous moquez princesse ! Comment dois-je vous appelez pour ne pas vous froissez ? Oh au faite, pourriez-vous réalisez l’un de mes rêves avant que l’on ne se quitte ?

- Si tu me tutoie et m’appelle Kay, alors je t’appellerais Koera, un seul prénom te va bien. Je parie que c’est ces deux imbéciles qui t’ont tout raconté à mon sujet… Alors quel vœu veux-tu obtenir ?

- Et bien…

Karyline ne pouvant supporter qu’on trouve son prénom joli alors qu’elle le trouvait moche, ne put s’empêcher de crier son avis au jeune homme qui eût l’air un peu intimidé par cette furie. Pour calmer le jeu, il lui donna son nom et son prénom, ce qui fit beaucoup rire la demoiselle, car cela lui faisait plaisir que quelqu’un porte un nom encore plus moche que le sien. Cependant, même si elle jouait aux durs et donnait l’impression qu’elle ne l’aimait pas, c’était tout le contraire, car elle venait de l’autoriser à la tutoyer et à lui donner un surnom.

- Ne bougez plus, vous êtes en état d’arrestation ! Mademoiselle Shine Karyline Akaryu, vous êtes accusée d’avoir usé de vos pouvoirs pour manipuler un pauvre loup-garou innocent et l’avoir forcé à mordre un gentil jeune homme sans défenses. Qu’avez-vous à répondre devant ces accusations ?

- L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, pour éviter les accidents, buvez moins ou rester au bar pour décuver gentiment sans se faire engueuler par sa femme. Ah et aussi, j’ajouterais que si l’on essaie d’attraper une pomme avec les yeux bandés, on ne peut que la rater.

- Qu’est-ce que c’est que ce charabia ? Je n’y comprends rien ! Vous, vous moquez de moi ? Ou peut-être avez-vous perdu la tête sorcière… Très bien, je me préparais à ce que vous me sortiez une connerie, mais là, ça dépasse les limites du raisonnable ! Embarquez-la !

Voilà donc à quoi ressemblait le plan tordu des deux alliés fourbes. Après être partis en quatrième vitesses, ils avaient été avertir les autorités et ces derniers étaient arrivés très vite sur les lieux du crime. Ils avaient encerclé les deux jeunes gens et avaient un fusil dans les mains au cas où l’opération tournait mal, ce qui apeurait le jeune homme et faisait rester de marbre la jeune femme qui n’était pas à sa première arrestation. Cependant, même si elle était habituée à ce qu’ils lui fassent des coups tordus, celui-ci était l’un des plus terribles, car cela allait annoncer la fin des miracles, ce qui était très navrant, car s’ils ne les avaient pas interrompu durant leur discussion, la demoiselle aurait pu réaliser son dernier vœu. N’étant pas aimée des autorités magiques, ces derniers lui avaient donnés plusieurs chances pour se racheter et faire d’elle ce qu’ils voulaient, mais c’était peine perdue, alors pour lui faire peur, ils lui avaient donné une dernière chance et elle venait de la gâcher bêtement pour sauver un inconnu. A cause de la bêtise des deux guignols, elle allait peut-être perdre tous ses pouvoirs où bien même sa propre vie. Si elle ne mourrait pas, elle leur ferait payer cet affront en les supprimant de ce monde, car comme dit l’expression : Il ne faut pas charrier les bons types. En faites, s’ils étaient autant en froid avec la demoiselle et voulait lui faire tout le temps des sales coups, c’était uniquement parce que la demoiselle n’avait pas voulu réaliser un vœu. Si elle ne l’avait pas exécutée, c’était tout simplement parce que Yoshino lui demandait quelque chose d’impossible à réaliser. La demoiselle n’œuvrait que pour le bien des gens et faire d’un vampire le seul seigneur et maître de la Terre n’était pas inscrit sur sa liste de vœux disponibles et c’était depuis ce jour qu’ils la détestaient et voulaient la voir morte ou sous les verrous, car dans la tête de ces deux égoïstes c’était simple : S’ils ne pouvaient pas faire de vœux, alors personne d’autre n’en ferraient.

_________________

Je pense à toi où que tu sois...
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kingdom-hearts-rpg.niceboard.com
Fondatrice
Maître de la Keyblade
Princesse de Coeur de la Lumière
FondatriceMaître de la KeybladePrincesse de Coeur de la Lumière
avatar
Nombre de messages : 6599
Age : 27
Localisation : Toujours en vadrouille... localisation inconnue
Arme : Appel du Destin, Lurebreaker et Firefight
Invocation : Karah et Spirit Guardian of Power
Date d'inscription : 01/01/2007

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
0/0  (0/0)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Tanoshii Mizu   Mar 23 Oct - 0:58

Bonne nouvelle les amis ! J'ai enfin eût la motivation pour retaper mes pages perdues =)
Je posterais donc mon chapitre en entier demain. Dans la liste des bonnes nouvelles, le chapitre 7 d'I love your smile est en cours d'écriture, si je n'ai pas la flemme, il devrait être posté durant le week-end, sur ce enjoy à tous et à toutes Razz

_________________

Je pense à toi où que tu sois...
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kingdom-hearts-rpg.niceboard.com
Fonda
Chef des Gardiens du Crépuscule
Spirit of the Twilight
FondaChef des Gardiens du CrépusculeSpirit of the Twilight
avatar
Nombre de messages : 1210
Age : 27
Localisation : Entre la lumière et les ténèbres
Arme : Un eventail magique
Invocation : Takeshi, un lion de feu / ???
Date d'inscription : 17/05/2008

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
500/500  (500/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Tanoshii Mizu   Mar 23 Oct - 23:21

Le chapitre 1 a enfin pu être posté youpi !!! Vu que c'est un projet pilote, j'aimerais beaucoup savoir ce que vous en pensez, alors lâchez vos commentaires s'il vous plait, j'en ais absolument besoin pour savoir si je dois ou non continuer cette fic. J'aimerais aussi savoir ce qui vous a plu et aussi, savoir si vous avez envie de participer à l'histoire =)
Perso, j'ai beaucoup aimé le moment où la main sort du frigo pour attirer HKS dans l'autre dimension, je dois même avouer que j'ai réussi à me perturber moi-même xD depuis que j'ouvre le frigo, je me demande si une main va sortir ou pas *rire amusé par sa propre stupidité*

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fondatrice
Maître de la Keyblade
Princesse de Coeur de la Lumière
FondatriceMaître de la KeybladePrincesse de Coeur de la Lumière
avatar
Nombre de messages : 6599
Age : 27
Localisation : Toujours en vadrouille... localisation inconnue
Arme : Appel du Destin, Lurebreaker et Firefight
Invocation : Karah et Spirit Guardian of Power
Date d'inscription : 01/01/2007

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
0/0  (0/0)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Tanoshii Mizu   Dim 26 Mai - 3:09

Chapitre II

Flash-Back

Une petite fille, de dix ans, dont les cheveux rouges étaient attachés de façon à ce qu’ils forment deux couettes, regardait avec émerveillement son grand-père en train de travailler, dans une des pièces de son vieil appartement,  sur la réalisation d’une maquette assez complexe. Elle avait des yeux bleus très expressifs et était habillée d’une jolie robe rose de princesse. Quant à son grand-père, cet homme vénérable était assis sur une chaise de bureau grise à l’air usée et appuyé sur un vieux bureau en bois brun qui semblait ne pas être plus âgé que le siège sur lequel il avait posé son fessier. Il devait avoir une soixantaine d’année et avait un regard doux, mais aussi rempli de sagesses qui était caché par des lunettes de visions qui l’aidaient beaucoup dans sa construction. Il avait des cheveux coupés court de couleur gris et il portait sur lui un tee-shirt assez amusant, car le motif représentait un chasseur à l’affût, cherchant le gibier qui se trouvait derrière lui et qui le suivait à la trace, sans faire de bruits, en ayant l’air de bien rire de ce type qui n’avait pas l’air très malin puisqu’il ne les avaient pas encore remarqué. Pour cacher le bas de son corps, il avait mît un vieux pantalon orné d’une ceinture qui le tenait bien et l’empêchait de tomber. Sur le bureau, se trouvait une lampe qui était allumée, pour lui permettre de mieux voir ce qu’il faisait et dans sa main gauche, il tenait une loupe pour être vraiment certain de ne pas se tromper.

- Qu’est-ce que tu es en train de construire grand-père ?

- Oh te voilà ma copine ! Désolé, je ne t’avais pas entendue, tu es comme les chats, tu ne fais pas de bruits eheh.  Je suis en train de construire la maquette d’un train, une locomotive pour être plus précis.

- Wow ça a l’air trop bien ! Je peux t’aider ?

- Non, désolé, c’est trop précis pour que je puisse te laisser la monter, mais si tu veux, tu peux me faire la conversation

- Pff… d’accord papy ! Dit papy, pourquoi y a un cercle avec une étoile au centre sur ta gare miniature ? Ça n’a rien à voir avec les trains !

- N’y touche surtout pas, mon projet n’est pas terminé !

- Trop tard, c’est déjà fait !

En s’apercevant de la présence de sa petite-fille, le vieil homme avait posé sa main sur sa tête pour lui ébouriffer affectueusement les cheveux tout en lui faisant un grand sourire et en ayant l’air très heureux qu’elle vienne lui rendre visite. En faites, s’il disait que c’était sa copine, c’était parce qu’il la considérait comme tel, car ils faisaient beaucoup de choses ensemble tous les deux, ils étaient tout le temps sur la même longueur d’onde et s’entendaient à merveille, bref c’était des amis inséparables. Karyline, quant à elle, aimait beaucoup venir lui rendre visite, ainsi qu’à sa femme, une très gentille grand-mère, remplie d’amours et qui était tout le temps irréprochable, mais aussi un grand model de bravoure, car elle ne se plaignait jamais malgré une maladie incurable qui la rongeait de l’intérieur et cette charogne n’avait pas l’air de vouloir s’en aller. Leur appartement, pour elle, c’était comme son deuxième foyer, d’ailleurs elle regrettait de ne pas pouvoir y loger pour toujours tellement elle adorait trainer chez eux. Voilà donc le lien indestructible qu’il y avait entre les trois protagonistes, alors, il était tout à fait normal qu’elle fasse un peu la tête quand il lui avait dit qu’elle ne pouvait pas l’aider. Cependant, un détail l’avait attirée, tellement qu’elle n’avait pas pu s’empêcher de toucher pour voir s’il était peint ou collé. Ne sachant pas de quoi il s’agissait, il était tout à fait normal qu’elle demande des informations à son grand-père. En entendant sa question existentielle, ce dernier avait pris peur et lui avait interdit de toucher cet objet ou ce motif qui semblait être trop dangereux pour être approché par une fillette. Cependant, le pauvre grand-père n’eût pas le temps d’éloigner sa petite-fille de cet engin de mort, car dès qu’il fût activé, il aspira la gamine dans un rayon vert lumineux. Ne pouvant pas se résoudre à la laisser se rendre toute seule dans un monde inconnu, le vieil homme courageux, se laissa à son tour happer par le rayon avant que celui-ci ne s’évapore.

Fin Flash-Back

Karyline soupira, puis se leva du lit où elle était assise en tailleur et alla se positionner assez prêt des barreaux de sa cellule tout en ayant l’air légèrement irritée. Comment pouvait-elle se souvenir plus longtemps de son passé oublié si ce crétin de Koera n’arrêtait pas d’harceler le gardien pour qu’il la libère ? Décidément, aussitôt arrivé, ce jeune homme ne lui causait que des ennuis et n’arrêtait pas de jouer avec ses nerfs, heureusement pour lui que des barreaux les séparaient, sinon elle l’aurait tabassé pour lui apprendre à la déranger pendant le court laps de temps où elle se souvenait d’un souvenir tendre et rempli de bonheur.

- Hey machin ! Tu as de la chance que je ne possède pas un harmonica sinon je te l’aurais balancé en pleine poire pour te faire taire ! Ferme ce qui te sert de bouche, il a comprît que j’étais innocente, va t’occuper de ce qui te regarde et laisse-moi croupir en paix !

En entendant ces paroles, le jeune homme eût l’air choqué, cela faisait plus d’une heure qu’il essayait de la faire sortir de ce trou à rat puant et voilà comment elle le remerciait ? Comment pouvait-elle être aussi peu reconnaissante après tout ce qu’il avait tenté de faire pour elle ? Bon ok, il s’était évanouit suite à leur arrestation, car il n’y était pas préparé, mais ensuite, il s’était bien rattrapé, alors pourquoi ne montrait-elle pas plus de compassion à son égard ? Décidément, il ne comprendrait jamais les filles ! A vrai dire, ça n’avait jamais été son rayon et puis, il n’avait encore jamais formé de couple avec une charmante demoiselle et puis, c’était aussi la première fois qu’il restait aussi longtemps proche d’une fille, car en général, elles le repoussaient très vite, ce qui était un comportement qu’il n’avait jamais comprît. Toutefois, malgré son mauvais caractère, Karyline était la première à l’avoir accepté, étais-ce peut-être la bonne ? Si c’était le cas, alors il fallait qu’il se lance à l’eau et qu’il tente sa chance avec cette donzelle. Si en plus de pouvoir réaliser son vœu, elle pouvait devenir sa petite amie il ne dirait pas non. Tient c’était étrange, mais en la regardant d’un peu plus prêt, il avait l’impression que ses cheveux étaient beaucoup moins longs et un peu plus foncés, avait-il la berlue ou bien n’étais-ce que la lumière qui jouait des tours à ses yeux ? Si c’était le cas, cela le rassurait. Cependant, est-ce que la lumière était assez sadique pour arriver à la faire changer aussi vite de vêtements ? Il était pourtant certain de ne pas l’avoir vue porter un turban bleu sur la tête, ni un haut qui cachait tout son corps, mais qui était sans manches et encore moins un pantalon rouge, comme son haut, qui cachait à présent le bas de son corps. Sûrement, ce qui choqua le plus le jeune homme fût de voir les chaussures de la miss. C’était simple, ces dernières ne ressemblaient uniques, mais il ne les trouvait pas du tout belles s’accordaient bien avec l’ensemble de sa tenue. C’était une paire de sandales ouvertes et qui semblaient ressembler à des tongs, mais n’en était pas. Pour éviter de perdre la chaussure, il y avait plusieurs ficelles à attacher atours du pied et de la cheville, donc l’imaginer le matin en train de les enfiler devait être une vraie partie de plaisir et donc, donner une scène très cocasse, tout en espérant que ses parents seraient assez patients pour la laisser les enfiler sans péter de câbles. Lorsqu’il eût arrêté de regarder les vêtements de la demoiselle en se demandant ce qu’elle avait bien pu chanter pour les faire apparaître, puis il se mit à chercher dans son esprit quelque chose de gentil pour tenter de capturer son cœur, mais rien ne vint, alors il laissa tomber en se disant que peut-être, l’inspiration lui viendrait en lui parlant.

- Pourquoi un harmonica ?

- Parce qu’en prison, il y a toujours un mec en taule qui joue de l’harmonica pour exprimer sa tristesse et donner encore plus le blues aux autres pensionnaires, tu ne regardes donc jamais les films ?

- Oui, mais je ne pensais pas que c’était à ça que tu pensais.

- Pense mieux, ça pourrait te rendre service dans la vie ! Pff super, je suis coincée ici et je suis obligée de parler à un imbécile…

- Hey je ne te permets pas de me rabaisser, je suis plus intelligent que tu ne le penses !

- Si tu ne me le permets pas, montre-moi que j’ai tords ! Allez va-y, donne-moi un exemple ! Ne te gêne pas l’intello, j’ai envie de rire un peu

- Et bien je… Arrête de te moquer de moi !

- Laisse tomber mon pote, c’est sa façon à elle de dissiper sa peur, quand elle sera tirée d’affaires, elle ira mieux. Bonjour Kary, comme d’habitude, tu te mets toujours dans des situations embarrassantes pour que je vienne te sauver.

- Calou ! Qu’est-ce que tu fiches ici ? Casse-toi je ne veux pas te voir !!!

Comment pouvait-il tenter de la draguer si elle ne le prenait pas au sérieux et lui donnait plus l’envie de la fracasser que de l’embrasser ? Si à chaque fois qu’elle parlait, c’était pour se moquer de lui, c’était d’avance mal parti, leur histoire connaîtrait plus tôt que prévu une subite rupture qui le rendrait encore plus malheureux qu’il ne l’était déjà. Cependant, il devait s’accrocher et tenir le coup, car s’il abandonnait dès qu’un premier échec lui faisait obstacle, mieux valait qu’il renonce tout de suite, mais vu que ce n’était pas dans ses habitudes de renoncer, il allait tout faire pour qu’elle l’aime. Oui, il allait tout faire, il était déterminé, enfin il l’était jusqu’à ce qu’un jeune homme fit son apparition et posa sa main sur son épaule pour lui parler d’un ton amical en lui lançant un sourire chaleureux, puis il lança un regard doux et tendre à la demoiselle en le lâchant pour s’approcher d’elle et lui parler d’un ton détracté, voir presque amusé, comme si pour lui, cette prison n’était qu’un décor d’une pièce de théâtre dont il jouait constamment le rôle du héros. Il avait les cheveux blonds en piques qui lui faisaient penser à un hérisson, tient voilà le premier surnom qu’il pourrait lui donner… Ses yeux étaient bleus, il était beau et par apport à Shine Karyline, il semblait être un géant, car il était bien plus grand qu’elle et bien plus grand que lui par la même occasion. Il portait sur lui un grand kimono noir de cérémonie avec, attaché à son dos, un long et fin katana dont le manche semblait avoir été fait dans de l’ivoire tellement il était blanc, la lame, quant à elle, semblait être légèrement bleutée et aussi très tranchante, ce qui faisait de cet objet, une arme d’exception dont il avait eût une bonne idée de la garder aussi prêt de lui, car il aurait bien aimé la lui voler, d’ailleurs, il ne devait pas être le seul à avoir eût cette sombre pensée, ce qui expliquait le fait qu’il ait pensé à l’avoir tout le temps avec lui sans pour autant s’en servir tous les jours, enfin Koera l’espérait. Il semblait être aussi très proche de la demoiselle, plus que le jeune homme l’imaginait et par malchance, ça avait l’air d’être réciproque, quoi que, il n’en était pas certain, car elle venait de le repousser, pourquoi ? Quel était le lien entre eux et pourquoi cherchaient-ils à le cacher, est-ce que par hasard ils ne seraient pas… Oh non ça ne pouvait pas être ça ? Non, non et non ! Elle ne pouvait pas lui faire ce sale coup ! Tout en se disant qu’ils étaient peut-être en couple, il eût l’air tout déprimé, aucunes autres filles ne voudraient de lui, il était condamné à rester seul. Tient et s’il lui demandait d’exaucer le vœu d’avoir pleins de filles qui lui tourneraient autours et se battraient pour l’avoir comme petit ami ? Non il ne pouvait pas le lui demander, car le seul vœu qu’il devait garder en tête, était de rentrer chez lui et de faire la fierté de ses parents. En pensant à sa maison et ses parents, il eût l’air encore plus déprimé, ce qui ne passa pas inaperçu.

- Qu’est-ce que t’a encore l’autre ahurit ?

- Soit un peu gentille avec lui veux-tu ? Bon qu’est-ce qu’il ce passe amigo ?

- Il se passe qu’au lieu d’être chez moi, tout seul dans ma chambre, en train de me demander ce que je pourrais faire comme boulot pour rendre fier mes parents, je me retrouve coincé dans un monde inconnu à essayer de tout faire pour sortir de prison une princesse qui peu exaucer les vœux de n’importe quels imbéciles qui trainent dans la rue ! En plus elle s’est fait emprisonner pour quoi ? Pour un complot qui risque de me transformer en loup-garou et tout le monde s’en fou ! Vous trouvez que c’est normal ? Que je ne devrais pas déprimer et sauter de joie ? Non désolé je ne peux pas !

- Houlà en effet c’est rude ce qu’il t’arrive ! Sinon désolé ma Kary je ne vais pas m’en aller tant que tu ne seras pas libre.

- M’adresse pas la parole on se connait pas ! De plus, s’ils te trouvent avec moi, ils croiront que tu es un complice et tu subiras le même sort que moi, la peine capitale ! Voilà tout ce que je mérite pour rendre heureux les gens, tss elle est belle la reconnaissance ! Tout ça, juste parce que les autorités ne m’aiment pas ! Je vais crever comme une chienne car je n’ai pas voulu devenir leur jouet et ça, oui ça aussi tout le monde s’en fou !

- Mais non on s’en fou pas ! S’il te plait, ne dit plus qu’on ne se connait pas juste pour me sauver la vie, je vais finir par me vexer ! Hey arrêtez de penser que vous n’êtes rien tous les deux ! Au contraire, vous êtes des gens super importants ! Toi parce que tu réalises les vœux et toi parce que… parce que… tu viens de la terre et tu t’es fait mordre ! Unir les deux mondes pour ne former qu’un pourrait jouer un rôle majeur sur nous tous.

- Oui pardon… Par contre si tu dis que je suis importante, je te crois…

- Je… Je ne voyais pas les choses sous cet angle, merci tu m’as ouvert les yeux ! Dit-moi comment t’appelles-tu et comment cela se fait-il que tu aies pu rentrer alors que j’ai eus toutes les peines du monde pour convaincre les autorités de me laisser voir le gardien, au faites, où est-il passé celui-là ?

- Je m’appelle Rune Caleb Tonelico. Comment ai-je fais pour entrer ici ? Disons qu’à force de venir plaidoyer pour sa liberté, je connais les recoins de cette prison comme ma poche. Enfin prison, prison, je dirais plutôt une cellule d’isolement à deux pas du tribunal… Je pense que le gardien est parti chercher du renfort pour… Et kuso !

Ne pouvant plus garder caché tout ce qu’il avait sur le cœur, Heliccio Koera avait déballé tout son sac, n’étant pas sadiques, les deux protagonistes avaient écoutés jusqu’au bout et avaient dit tour à tour, ce qu’ils avaient à dire. Rune n’étant pas bête, avait bien vu que ses deux alliés n’allaient pas bien alors, ils les avaient tous les deux engueulés en insistant bien sur le fait qu’ils étaient importants et qu’il ne fallait pas qu’ils se dénigrent autant, car pour lui, ça ne servait à rien. Ensuite, il s’était présenté à Koera et avait même sourit en faisant exprès de ne pas dire comment il faisait pour entrer, car il savait que les murs avaient des oreilles, alors il préférait ne rien dévoiler, mais aussi, garder un peu de mystère n’était pas une mauvaise chose, de cette façon, il apprécierait davantage de s’échapper d’un endroit comme celui-là. Par la suite, il se rendit compte que le gardien n’était plus là, ce qui eût l’air de profondément l’ennuyer, car s’il n’était plus là, cela voulait dire qu’il était parti chercher deux collègues supplémentaires pour amener la demoiselle se faire juger au tribunal, ce qui n’était pas du tout bon, car il n’avait pas eût le temps de la libérer. Il voulut tout de même essayer de l’aider, mais il n’en eût pas le temps, car le gardien revint avec deux compagnons bien armés, ce qui expliqua le juron qui venait de s’échapper de la bouche de Caleb. Les trois gardiens semblaient être bien baraqués, ce qui les faisait ressembler à des gorilles habillés avec un costume traditionnel de gardien de prison.

- Qu’est-ce que vous faites encore là les gosses ? Reculez sinon on vous flingue !

- Hein ? C’est quoi cette mentalité de taré ? Il me semblait pourtant que les gardiens de prions étaient sympa avec les visiteurs et étaient des sales types qu’avec les prisonniers !

- Vient par-là toi ! Excusez mon jeune assistant, il ne sait pas ce tenir !

- T’es qui toi ? Il me semble t’avoir déjà vu quelque part !

- Ah moi je… Je suis le technicien de surface, je balaye, je nettoie, c’est mon métier ! Je montrais les lieux à cet idiot quand vous êtes arrivés, bon bah puisqu’on a visité cette pièce, on va voir dehors comment est le terrain.

- Pour une fois, prend cette journée de congé et emmène ton assistant voir l’exécution, ça va lui forger le caractère

Les trois gardiens avaient parlé et avaient l’air de se méfier des deux jeunes hommes. Pour ne pas changer, Rune tourna la situation en leur faveur en se faisant passer pour des travailleurs acharnés, ce qui eût l’air de fonctionner, car ils les crurent, ils les invitèrent même à voir l’exécution de la jolie demoiselle qui avait l’air de plus en plus anxieuse et qui fit même exprès de reculer pour éviter d’entrer tout de suite en contact avec les trois gorilles. Après s’être écarté pour les laisser passer, ils les regardèrent ouvrir la cellule d’isolement de Karyline. Un gardien entra dans la cage de la demoiselle tandis que les deux autres gardaient l’entrée pour être sûrs qu’elle ne s’échappe pas.

- Vous n’approchez pas sinon je chante !

- Entame une de tes formules magiques et je demande à mes collègues d’abattre les deux jeunes gens !

Au début, Koera dû se retenir de rire, car pour lui, ce n’était pas une menace très menaçante. Quant à Caleb, il leva les yeux au ciel en la trouvant désespérante. Cependant, quand ce fût au tour du gorille de menacer, ce fût beaucoup moins drôle, d’ailleurs, les trois amis eurent l’air choqué, mais ne firent rien pour se rebeller, de toute façon, ça ne servirait à rien, mieux valait rester en vie et l’aider au moment le plus opportun plutôt que de mourir d’une mort bête et fatale qui n’arrangerait pas du tout la situation critique de la demoiselle. Ne voulant pas qu’ils meurent, Karyline sorti précipitamment de la cellule, puis ralenti le pas pour passer devant ses amis en essayant de chercher du réconfort dans leurs regards, mais ce fût peine perdue, car Rune fit comme s’il ne la connaissait pas et détourna le regard, tandis que Heliccio baissa les yeux pour regarder fixement le plancher, comme s’il avait vu une tâche qui l’obsédait. Oh bien sûr, ça ne lui plaisait pas du tout de jouer ce rôle, mais il était primordiale qu’il le joue pour qu’ils aient la vie sauve. Ceci étant fait, ils attendirent qu’ils les aient dépassés pour les suivre dans un silence de mort. A travers le couloir sombre qu’ils traversèrent, ils purent voir d’autres prisonniers qu’ils n’avaient pas vus jusqu’à présent et qui les observaient à travers les barreaux ou bien, faisaient des commentaires déplacés, qui étaient tous destinés à la demoiselle, qui avait la tête baissée et l’âme en peine tout en traçant son chemin en faisant comme si elle ne les entendait pas. Une fois sorti de la prison, la jeune femme releva sa tête pour regarder le paysage enneigé qui eût l’air de lui redonner un peu espoir.

Après tout, la neige ne signifiait pas le malheur, mais plutôt le bonheur, surtout le jour du vingt-cinq décembre qui redonnait le sourire à beaucoup de gens, même à ceux qui n’avaient pas de famille, car durant ce mois, personne n’était oublié et puis, ne dit-on pas qu’après l’hiver vient le printemps ? Si c’était le cas, cela voulait dire qu’'un miracle se produirait et l’empêcherait de mourir, car elle n’était pas la seule à en faire, enfin elle l’espérait, parce qu’elle en avait vraiment besoin d’un. Derrière ce cortège funèbre, Heliccio avait terriblement froid aux pieds, mais en même temps, c’était normal, si sa mère n’avait pas fixé cette règle stupide de ne pas rentrer dans l’appartement avec des chaussures, rien de tout cela ne serait arrivé ! Quand Karyline sera hors de danger, il s’en ira trouver un vendeur de chaussures ou en volera, car il ne pouvait pas continuer de vivre dans cet autre monde sans, car à force de marcher, il allait finir par avoir les pieds en sang. Une fois arrivés dans le tribunal, les gorilles allèrent placer la miss à la barre des accusés tandis que les deux garçons allèrent s’asseoir au premier rang des gradins dont les rangées formaient des ovales qui faisaient étrangement penser aux colisées des temps anciens. Les trois gardiens s’en allèrent pour se placer aux sorties pour pouvoir rattraper la jeune femme si jamais elle réussissait à s’enfuir. Pendant ce temps, le juge surveillait la miss avec un regard impassible, dès que les autorités avaient réussi à la capturer, cet homme d’une très grande importance, avait tout de suite été averti et avec son consentement, ils avaient décidé que le jour de l’exécution serait pour le jour suivant, deux heures après le lever du soleil. Cet évènement ayant été annoncé à la vitesse de l’éclair dans tous les journaux, il y aurait dû y avoir beaucoup d’individus dans les rangées du tribunal, mais ce n’était pas le cas, en plus des deux amis de la demoiselle, il y avait six autres personnes à l’air pas très accueillants qui attendaient avec impatience la sentence. Lorsque l’heure du jugement fût enfin arrivé, le juge se leva pour demander le silence et faire son discourt.

- Mademoiselle Shine Karyline Akaryu, c’est bien ça ? Même si c’est inscrit sur ma feuille, j’ai toujours du mal à prononcer les noms à rallonges

- Moi, j’ai toujours du mal à encaisser le fait qu’on veuille ma mort !

- Mademoiselle, soyez un peu crédule ! A entendre le ton de votre voix, on dirait presque que cela vous amuse de mourir.

- Il y aura sûrement quelqu’un qui viendra me sauver.

- Votre sarcasme et votre indifférence est intolérable ! Soit j’ai beaucoup de respect pour ce que vous faites, mais vous, vous ne respectez rien, alors il n’y a pas de choix possible ! Soit vous acceptez de faire deux ou trois petits travaux privés pour moi ou soit c’est la mort assurée, sans chefs d’accusations, ni procès.

- Aller vous faire foutre ! Jamais je ne devrais le jouet de quiconque !

- Soit messieurs, je vous laisse vous occupez d’elle, la séance est levée.

Suite à ces paroles, les six hommes, qui étaient des mages, habillés d’un grand manteau noir avec une capuche qui était bien plantée sur leurs têtes, se levèrent et encerclèrent la jeune femme sans que cette dernière ne puisse s’enfuir. La séance étant levée, le juge et son greffier, ainsi que les trois gardiens, s’en allèrent comme si de rien ne s’était passé en ayant la conscience tranquille. Quant aux deux jeunes hommes, les deux bouillonnaient d’une colère noire. Comment avaient-ils pu lui proposer un tel marché ? C’était dégueulasse de leur part ! Pendant ce temps, Karyline faisait un tour sur elle-même pour les observer en les regardant avec un regard apeuré, elle voulut chanter pour les repousser, mais elle n’en eût pas le temps, le rituel avait déjà commencé.

- Ouvre-toi porte des enfers

- Que les démons emportent cette sorcière

- Torturez cette traitresse et faite qu’elle soit noyée

- Dans les profondeurs des ténèbres obscures

- Repentit-toi et ne revient pas

- Ce monde n’est pas fait pour toi

- Je suis innocente, je n’ai rien fait de mal !

- Que ton cœur

- Ton âme

- Ton esprit

- Ton corps

- Tes rêves

- Soient brisés à jamais dans les abysses des enfers !

- Arrêtez ça fait super mal votre sort !!!

- Ô grandes forces maléfiques

- Soyez clémentes et broyez sa magie

- Nourrissez-vous de sa puissance

- Prenez son innocence et sa beauté

- Ne lui laissez rien, pas même un espoir

- Faites-nous une faveur et happer son corps

- Pour qu’elle ne puisse jamais revenir des enfers !

Souffrant atrocement tandis que son corps subissait les effets d’un rayon bleu qui avait été invoqué par les six mages pour la renvoyer d’où elle venait, Karyline ne pourrait sûrement pas résister bien longtemps. Ne pouvant supporter plus longtemps de la voir se faire torturer, Rune Caleb se leva et se précipita vers les hommes sans qu’Heliccio Koera ne puisse faire quoi que ce soit pour l’empêcher de se faire aussi tuer. Bousculant les mages qui terminaient en chœur le dernier verset de leur sort, le jeune homme aux cheveux blonds poussa la demoiselle hors du rayon et tomba sur le sol en ayant perdu connaissance. Quant à son ami, ayant reçu la plus grosse dose du sort, le jeune homme était lui aussi tombé par terre, mais il avait plus l’air mort qu’inconscient. Ceci étant fait, les six mages s’en allèrent en ayant l’air soulagé d’avoir terminé la sale besogne, cette fois-ci, ce fût à Koera d’intervenir ! Il se leva de son siège et couru pour leur faire barrage en se mettant devant eux tout en écartant ses bras.

- Attendez ! Vous ne pouvez pas partir en laissant mes deux amis sans vies ! Vous n’avez pas l’air satisfait de ce que vous avez fait, vous pouvez changer leur destin en inversant le sort, je suis sûr qu’on peut les sauver, il n’est pas trop tard !

En disant ces paroles, le jeune homme avait les larmes aux yeux, mais il était déterminé et ne s’en irait pas tant qu’ils n’auraient pas redonné la vie à ses deux amis. N’ayant pas que cela à faire, les six inconnus le contournèrent et s’en allèrent, ce qui laissa Koera sans voix, mais en même temps, que pouvait-il faire de plus ? Il n’avait pas de pouvoirs magiques, face à eux, il était faible et ça l’énervait à un tel point qu’il aurait bien aimé se transformer pour leur donner une raclée. Si c’était ça la justice de ce monde à part, il fallait qu’il fasse quelque chose pour faire changer les mentalités, mais en attendant de pouvoir le faire, il alla s’agenouiller vers ses deux amis et pleura à chaudes larmes en ayant vraiment l’air triste, ce qui était assez étrange, car il ne savait pas grand-chose sur eux, cela ne faisait que quelques heures qu’ils se connaissaient, il aurait dû se moquer d’eux et s’en aller, mais il ne le pouvait pas, car il s’était attaché à ces deux jeunes gens un peu loufoques, mais super sympathiques. Comme il était préoccupé par le sort des deux zigotos, il ne vit pas un vieil homme habillé d’un complet noir avec une cravate.

- Ne pleure pas, ça ne sert à rien, ils ne sont pas morts.

Entendre cette voix fit sursauter le garçon qui faillit avoir une crise cardiaque. Il se leva et se retourna pour lui faire face, prêt à l’agresser, mais quand il vit que ce n’était qu’un vieux pépé, il eût l’air rassuré.

- Comment pouvez-vous le savoir ?

- Parce que j’ai vu bien des choses durant ma jeunesse et je peux t’assurer que si ce sort est contré, ceux qui le reçoit, survivent. Lorsque son ami s’est interposé, au lieu d’être détruit, le cœur de la jeune fille a perdu tous ses sentiments ainsi que ses émotions et est parti se refugié dans le corps du jeune homme. Je peux le rendre à la jeune fille, mais en faisant cette action, le corps de ton ami subira des transformations qui ne pourront être annulées que lorsque le cœur de la demoiselle sera à nouveau complet.

- Vous êtes un mage ? Un bon mage on dirait, mais ça ne se voit pas. S’il vous plait, sauvez mes deux amis, leurs vies est bien plus importantes que leurs physiques ou leurs mentalités !

- Très bien si c’est ce que tu veux, alors je le ferais sans regrets.

L’homme lui fit un grand sourire, puis se concentra et récita une longue formule magique. Ceci étant fait, il s’en alla aussi vite qu’il était venu sans qu’Heliccio ne puisse le remercier, ce qui était bien dommage, car il aurait bien aimé lui offrir quelque chose en échange, mais aussi parler un peu plus longtemps avec lui, car il ne savait pas qui il était et puis, il avait l’air sympa, donc raison de plus pour vouloir converser un peu plus longtemps avec ce papy super chouette. En parlant d’oiseaux, suite au sort du vieil homme, Rune Caleb commença petit à petit à se transformer en corbeau… Hein ?! En corbeau ? Oh là là, c’était terrible ! C’était encore pire qu’il ne l’avait imaginé ! Comment allait le prendre Calou ? Est-ce qu’il allait s’énerver ou bien le remercier ? Et puis, Karyline, qu’est-ce qu’elle allait devenir ? Il avait dit que son cœur ne serait plus jamais comme avant, mais il n’avait pas dit comment le remplir à nouveau d’émotions et de sentiments. A cause de cette perte, le corbeau allait souffrir davantage, car la demoiselle avec qui il partageait un amour secret, ne pourrait plus être partagé puisqu’elle ne saurait plus comment aimer. Arf que de problèmes à cause de cette stupide autorité qui ne savait pas reconnaître les gentils et les méchants. En attendant qu’ils se réveillent, il s’assit en tailleur, dans la neige, en espérant qu’ils reprendraient très vite conscience, car il commençait à avoir terriblement froid et puis, être tout seul, ce n’était pas drôle. Il soupira puis repensa à ce que lui avait dit Shine quand elle était encore derrière des barreaux. Dommage qu’elle n’ait pas un harmonica sur elle… peut-être qu’au moment de le lancer, il aurait eût très mal à la tête et qu’il aurait dû se faire recoudre, mais il aurait pu le récupérer et en jouer à présent pour avoir un super bruit de fond qui le distrairait un peu. C’était décidé, en plus d’acheter des chaussures, il achèterait aussi un instrument de musique pour lui tenir compagnie durant les longs moments de silence comme celui-ci.[/color]

_________________

Je pense à toi où que tu sois...
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kingdom-hearts-rpg.niceboard.com
Fondatrice
Maître de la Keyblade
Princesse de Coeur de la Lumière
FondatriceMaître de la KeybladePrincesse de Coeur de la Lumière
avatar
Nombre de messages : 6599
Age : 27
Localisation : Toujours en vadrouille... localisation inconnue
Arme : Appel du Destin, Lurebreaker et Firefight
Invocation : Karah et Spirit Guardian of Power
Date d'inscription : 01/01/2007

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
0/0  (0/0)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Tanoshii Mizu   Dim 15 Sep - 1:23

Warning : Certains mots pourraient heurter la sensibilité des jeunes, donc si vous avez moins de seize ans, ne lisez pas cette histoire, ça m'évitera des problèmes =)

Chapitre III

***

Koera se trouvait là où s’arrêtait une terre recouverte d’herbe fraiche, à quelques centimètres de ses pieds se trouvait le commencement d’un cours d’eau, une petite rivière pour être plus précis. Ce liquide si clair s’amusait à descendre en cascade d’une pente rocheuse. A l’intérieur, il pouvait voir la silhouette d’une femme qui commença à être de plus en plus visible au fur et à mesure qu’elle se rapprochait du bord. Elle s’arrêta à mi-chemin pour regarder le jeune homme avec deux yeux d’un bleu presque irréel tellement il était clair. Ses cheveux, quant à eux, étaient d’une couleur bleu clair et ils étaient si longs qu’ils arrivaient à cacher les parties de la demoiselle qui ne devaient pas être montrées en étant posé dessus en spirale. Dommage que ses cheveux soient si longs, il aurait bien aimé voir ce qu’il y avait dessus, mais bon il ne fallait pas trop qu’il en demande, le paysage était déjà très beau, il ne fallait pas qu’il en demande davantage.

- Qui êtes-vous ?

- Une personne de confiance qui veille à ce que Karyline fasse bien son travail pour que l’univers ne soit pas en danger, mais malheureusement, ça ne sera bientôt plus le cas.

- Pourquoi ? C’est à cause de son cœur ?

- Oui, elle ne peut plus accomplir de vœux tant que ses sentiments ne seront plus présents, petit à petit, le monde va changer et devenir désastreux.

- Mais comment est-ce possible ? C’est illogique !

- Comment oses-tu ? Quand on ne sait pas, on se tait petit morveux ! C’est moi qui possède tous les pouvoirs et si je décide que le monde sera désastreux sans vœux, il le sera !

Koera était plus choqué par la demoiselle que par sa prophétie qui le faisait bien rire, après tout qui croyait encore à ce genre d’idioties ? En tout cas pas lui qui trouvait que cette fille n’était bonne qu’à être enfermée dans un asile de fous. Tout d’un coup, en pensant à un asile et à l’environnement trop propre pour qu’il puisse exister, un déclic ce fit dans sa tête. Le jeune homme venait de comprendre que cet endroit magique faisait partie d’un rêve dont la base n’était pas censée être très catholique.

- C’est affreux ! Et moi qui croyait faire un rêve érotique, je suis déçu, à la place de ça, j’ai devant moi une muse mégalo et grossière qui doit sûrement pas savoir comment on fait ce genre de choses…

- Hey ne m’insulte pas, je ne suis pas ignorante, d’ailleurs je sais faire pleins de choses que toi tu ne peux pas faire

- Comme quoi ?

- Comme ça

Se sentant vexée par ces propos, la demoiselle avait tout de suite répliqué en clamant haut et fort qu’il n’était rien comparé à elle. Cependant, jouer les petits malins n’est pas toujours une bonne chose à faire, car en la titillant trop, la miss se vengea et en un claquement de doigts, Koera se retrouva habillé avec des habits de clowns avec en prime, un nez rouge et un petit chapeau pointu, pour lui donner un air encore plus ridicule. En le voyant ainsi, la jeune fille éclata de rire, ce qui ne fût pas le cas du principal intéressé qui fût rouge de honte en se voyant dans le reflet de l’eau.

- Voilà ce que méritent ceux qui se moquent de moi ! Je vais tout de même me montrer magnanime, car tu m’as bien fait rire. Regarde !

La demoiselle leva ses mains pour les pointer en direction du jeune homme, puis elle les croisa et les décroisa, ceci étant fait, ses habits se changèrent petit  à petit pour se changer en une dizaine de partitions de musiques, ce qui lui permit de retrouver une apparence normale. Par la suite, elles se mélangèrent en tournant autour du corps d’Heliccio Koera avant de de disparaître. Qu’est-ce qu’elle avait fait ? Pourquoi des partitions ? Est-ce qu’elles avaient un rapport avec Shine Karyline ? Koera avait hâte de le savoir.

- Ces partitions ont été créées avec les sentiments perdus de notre amie, retrouve-les, lorsque tu les auras toutes en ta possession, je lèverais le sortilège qui nuit à son chéri et supprimera le virus qui te permet de te changer en loup-garou, c’est une promesse, ne l’oublie pas !

***

- Aie ! Aïe ! Aïe ! C’est quoi cette horreur qui me pique la tête ? C’est horrible !

- L’horreur se serait bien passée de tes commentaires bubble-gum ambulant !!!

- Calou ? Oh comme il est chouchou le petit oiseau ! Sale piaf j’étais justement en train de rêver à une solution pour te rendre ta forme humaine !

Rune Caleb était perché sur la tête de Koera et le picorait pour le réveiller, car celui-ci c’était assoupit. Son stratagème fonctionna à merveille, car le principal intéressé fini par se réveiller. Ne sachant pas ce qu’il se passait, car il avait ouvert brusquement les yeux, sa réplique avait un peu vexé son ami. L’entendant parler, Koera avait été plus que surprit, mais bon au final, il était arrivé dans un monde tellement tordu qu’il se demandait encore pourquoi il était encore étonné lorsque quelque chose d’étrange lui arrivait. Pour se venger de cet oiseau de malheur, le jeune homme qui venait de faire une sieste improvisée en position assise, l’avait prit dans ses bras et s’était moqué de Rune en lui ébouriffant les plumes, ce que l’animal n’aimait pas trop, mais il était bien trop surprit par cette annonce pour le contrer. Pensant qu’il avait assez embêté son allié, Koera l’avait déposé sur la neige avant de lui expliquer en détail ce qu’il avait vu.

- Bon alors pour commencer, j’ai vu un mec louche qui était habillé très élégamment, comme s’il
se rendait à un rendez-vous très important, il m’a dit qu’il pouvait vous aidez, mais n’était pas tant chaud, alors j’ai insisté et c’est comme ça que le cœur de Karyline est retourné à sa place sans ses sentiments et que toi, tu t’es retrouvé transformé en corbeau.


- Comment peux-tu raconter cette histoire avec tant de nonchalance ? Tu es encore plus monstrueux que tous ceux qu’on a croisés ! Ce type que tu as croisé, c’était le grand-père de Karyline, Edward Akaryu

Rune Caleb était indigné par la façon dont laquelle le jeune homme s’exprimait, puis il s’était reprit et lui avait annoncé, tout en étant déconcerté, l’identité de cet étrange personnage qu’il avait croisé. Comment étais-ce possible qu’il n’ait rien deviné ? C’était pourtant évident ! S’il était la seule personne à vouloir les sauver, c’était bien parce qu’il avait un lien de famille avec cette étrange demoiselle. Tout en pensant qu’il avait raté quelque chose, Koera reprit la parole.

- C’était son grand-père ? Je ne savais pas, il est super balèze en magie !

- Hey tu crois que c’est de quelle manière que Kary a appris tous ces sorts ? C’est grâce à lui si elle est aussi forte !

- Wow ! Dit tu crois qu’il pourra m’apprendre à utiliser la magie ? J’ai toujours rêvé d’en faire !

- Sûrement, il est super cool son grand-père et… QUOI TU DIS QU’ELLE A PERDU SES SENTIMENTS ???

Koera avait des yeux pétillants d’admiration et ce n’était pas le seul, car Caleb avait le même regard admirateur et passionné que lui, enfin jusqu’à ce que les informations finirent de monter jusqu’à son cerveau. C’était sûr, il était plus que furieux, mais ce n’était pas contre son équipier qu’il avait la rage, non il l’avait contre lui-même, car il n’avait pas su la protéger correctement.

- Ouinnn ma Karyline ne sera plus comment avant et c’est de ma faute !!!

- Hey du calme ! Comme je te l’ai dit, j’ai rêvé d’une solution pour nous sortir tous les trois de ce mauvais pas ?

- Et c’est quoi ? Sniff

- Une nana qui avait des longs cheveux bleus clairs qui cachaient ses parties inaccessibles, m’a parlé, puis elle a fait plusieurs signes bizarres et des partitions sont apparues, puis ont disparût, elle m’a dit que lorsque je les posséderais toutes, elle annulerait toutes les malédictions qui nous rongent

Pauvre Rune Caleb, il était très touché par le sort de la jeune fille, d’ailleurs, il pleurait à la façon manga, ce qui était assez bizarre venant d’un corbeau, il avait la tête levée vers le ciel tandis que des torrents de larmes coulaient de ses yeux, mais heureusement, ça ne dura pas longtemps, car les paroles de son ami le calmèrent très rapidement, alors il arrêta de pleurer comme un gamin et pencha sa tête pour la remettre droite tout en écoutant avec attention ce qu’il allait lui dire. Plus le garçon parlait et plus il le regardait avec un regard suspicieux, il espérait que ce n’était pas la personne à qui il pensait qu’il avait rencontrée, alors dans le doute, il lui posa la question.

- Dit-moi Heliccio, la demoiselle n’avait pas par hasard les pieds dans une rivière ?

- Oui, mais comment sais-tu cela ? Tu as déjà fait ce rêve érotique qui tourne au vinaigre ? Elle n’était pas tout à fait réglo cette nana.

- Non mais comment est-ce qu’on peu être aussi bête ! Tu l’as croisée et tu la considère aussi bas ?

- Explique-toi au lieu de m’engueuler, je te rappelle que je ne connais rien de ce monde !

- Ah oui, pardon, j’avais oublié… Durant ton sommeil, ton esprit est entré dans la dimension de la déesse de notre monde auquel on ne peut accéder que par ce moyen, on ne sait pas pourquoi, mais elle n’a encore jamais voulu se montrer directement aux gens à qui elle veut parler, ce qui s’est passé à l’intérieur va se répercuter dans notre monde.

- QUOI ??? J’ai parlé à une déesse ? Ouf heureusement qu’elle m’a retransformé avant de me renvoyer parmi vous…

- Elle t’avait transformé en quoi ?

- En rien, oublie ! Elle s’appelle comment cette déesse ? Ce qu’elle a fait va vraiment aider notre amie.

- Je le souhaite, elle s’appelle… Nan peut pas te le dire, désolé

- Arrête tes cachoteries et dit-moi !

- Désolé mon pote, c’est top secret, même moi je ne sais pas.

- Comment est-ce possible ? Tu as pourtant l’air de tout savoir !

- Bah tu vois, même à moi elle n’a rien dit et je la comprends, parce que si elle dévoilait son nom et bien, n’importe quel rigolo pourrait la harceler pour des broutilles

Rune avait un peu crié sur Koera en ayant complétement oublié qu’il ne connaissait rien de ce monde, c’était un étranger, il ne savait rien sur leurs coutumes et leurs dieux. Il avait donc du tout lui expliquer et le jeune homme avait été plutôt surprit, car il ne savait pas qu’il avait parlé à une déesse et lui qui croyait qu’il ne s’agissait que d’un rêve peu scrupuleux, il s’était planté sur toute la ligne, rien à voir avec ce qu’il imaginait, heureusement qu’elle lui avait fait retrouvé sa véritable apparence avant de le renvoyer auprès de ses amis, sinon ils se seraient moqués de lui, enfin plus Caleb que Karyline, car il se doutait bien qu’elle ne savait plus trop ce que signifiait le sens de l’humour. En pensant à cette transformation, il n’avait pu s’empêcher d’y faire allusion à voix haute, ce qui n’était pas tombé dans l’oreille d’un sourd, car Rune lui avait tout de suite demandé de quoi il s’agissait, ce qui avait un peu gêné le principal intéressé qui avait très vite détourné la conversation pour avoir des informations sur cette fameuse déesse, mais il n’avait pas réussi à en avoir, peut-être qu’à sa prochaine sieste il en saurait davantage. Tient en parlant de sommeil, il entendit la jeune fille émettre un drôle de bruit avant d’ouvrir petit à petit les yeux, ni une ni deux, les deux amis se précipitèrent vers elle. Koera se mit à genoux et se pencha un peu tandis que Rune se posa sur son épaule pour observer avec attention la jeune fille qui revenait petit à petit dans le monde des vivants, ce qui le comblait de joie malgré le fait qu’elle ne puisse pas l’aimer, ce qui était un gros point négatif auquel il avait hâte de mettre fin grâce aux partitions. Si elle se réveillait c’était sûrement à cause d’eux, car ils avaient fait un peu trop de bruit en parlant. Lorsqu’elle eût complétement ouvert les yeux, une partition de musique apparut et se dématérialisa pour entrer directement dans le cœur de la jeune fille, c’était la première, ce qui était déjà un bon pas vers la guérison.

- Bande de connards, vous n’avez même pas bougé le petit doigt pour les empêchez de me tuer ! J’avais besoin de toi Caleb et tu n’as rien fait… je te déteste… JE VOUS HAIS TOUT LES DEUX !!!

En hurlant presque ses dernières paroles, elle avait saisi le cou de Koera et avait tenté de l’étrangler, mais heureusement, il avait réussi à se débattre et à s’éloigner tout en se relevant. La demoiselle se releva à son tour pour les regarder avec un regard méchant. La haine, voilà ce qu’elle avait reçu comme premier sentiment, ce qui n’allait pas être très utile pour communiquer avec elle, même d’entamer un nouveau voyage à la recherche de ses sentiments perdus.

- Arrête de dire n’importe quoi, j’ai été cherché de l’aide et te voilà à nouveau sur pied, n’est-ce pas l’attention qui compte ?

- TAIT-TOI !!! Magical Red Voice !  

La demoiselle fit apparaître son micro magique, ce qui fit légèrement blêmir les deux amis, bien que léger changement de couleur fût plus présent sur le visage de l’humain que sur celui du corbeau. Maîtrisant encore des sorts et sa voix était encore capable d’émettre des sons redoutables pour punir tous ses adversaires.

- Aujourd’hui je brise mes chaînes
Je suis maintenant libère et sans-gênes
A cause de votre absence, je suis devenue reine
D’un domaine qui s’appelle la haine

Les premières strophes firent mal aux oreilles du jeune homme qui dû mettre ses deux mains sur ses oreilles pour tenter de minimiser les dégâts. Rune ne pouvant déjà plus supporter ces paroles, fit un gros effort sur lui-même et vola en piquée pour voler le micro de Karyline pour le donner à son ami en ayant l’air fier de lui, tandis que la demoiselle avait encore plus la haine contre ces deux zigotos qui venaient de gâcher sa chanson.

- Rendez-moi mon micro sales voleurs !

- Va-y Ko chante !

Heliccio eût un grand sourire sadique, car il était content de pouvoir se venger de ce qu’elle lui avait fait subir, mais quand il eût terminé le refrain, il eût l’air surprit de constater qu’elle avait laissée de marbre la jeune fille, par contre, le corbeau était mort de rire, Koera aurait dû s’en douter, c’était ce qui arrivait quand on chantait le petit bonhomme en mousse de Patrick Sébastien… Oui dans la précipitation, il avait pris la première chanson qui lui passait par l’esprit et la trouvant vraiment ridicule et horrible à entendre, il avait pensé que la demoiselle serait pliée de douleur, mais non ça n’avait pas été le cas.

- C’était censé lui faire quelque chose ?

- Oui…

- Bon passe-moi le micro je vais te lui chanter quelque chose dont elle se souviendra ! J’ai écouté dernièrement une chanson vraiment horrible, elle ne va jamais s’en remettre !

Commençant à chanter casquette à l’envers de Sexion d’Assaut, Rune Caleb était persuadé que cette chanson ne plairait pas à Karyline et ça ne manqua pas, cependant, au lieu de la calmer, la chanson eût un effet contraire, la demoiselle eût l’air encore plus agressive qu’avant.

- Ah bah bravo, c’est malin ! En même temps, pourquoi tu lui as chanté de la daube ?

- Parce que je ne savais pas qu’elle réagirait de la sorte !

- Oh j’ai une idée ! Tu connais Cantarella des Vocaloïds ?

- Ouais, même dans notre monde, c’est hyper connu et réputé

- Impressionnant ! Alors allons-y unissons nos deux voix !

Koera était surprit, car il pensait que les chansons de son monde ne passait pas ici, mais à ce qu’il avait compris, ce n’était pas le cas, la musique était inter-mondial. Portant le micro de façon à ce qu’ils puissent chanter tous les deux, les deux amis se mirent à chanter cette chanson du mieux qu’ils le pouvaient et heureusement, elle eût de l’impact sur la demoiselle qui finit par tomber comme une masse à leurs pieds, cette chanson avait fait plus d’effets que prévu, c’était bon à savoir, lorsque le micro disparut, les deux amis eurent l’air soulagé. Malheureusement, ce moment de répit ne dura pas longtemps, car Yoshino et Toshiro firent leur apparition en tapant tous les deux dans leurs mains pour applaudir.

- Félicitations les gamins, vous avez réussi à vaincre le monstre

- Avec une facilité déconcertante je dois l’avouer

- Qu’est-ce que vous nous voulez ? N’avez-vous donc pas fait assez de mal comme cela ? Il vous faut rajouter une couche pour que vous soyez satisfait ?

- Monstre vous saviez pourtant qu’à force de la chercher elle perdrait son statut ainsi que sa vie !

- Elle a tout perdu ? La pauvre…

- C’est fou ce que les gens peuvent être tordus, enlever la capacité spéciale la plus utilisée de la demoiselle, c’est vraiment petit, les gens n’ont plus aucuns respects de nos jours…

- Vous mentez, vous êtes derrière cette entourloupe depuis le début vils fourbes que vous êtes !

Ils niaient et cela énervait au plus haut point les deux amis, cependant, cette dose d’énervement fit apparaître sur les bras de Koera, des poils de loups et des griffes, ce qui l’effraya, car il ne voulait pas devenir un monstre, il ne voulait pas devenir comme Toshiro qui semblait être pourrit jusqu’à l’os. Ce début de métamorphose inquiéta aussi Caleb, par contre, elle ravi le méchant lycanthrope

- Range tes griffes gamin, nous sommes présent pour emmener la demoiselle, pas pour se battre.

- Il faudra me passer sur le corps pour que vous l’emmeniez avec vous !

- Je ne voudrais pas te vexer Rune, mais sous cette forme, tu vas avoir de la peine à les empêcher de la kidnapper.

- Quand on ne sait pas, on se tait !

- C’est une expression récurrente de ce monde ?

- Oui, car tu ne sais rien de moi, de ce que je suis capable d’accomplir !

En effet, le jeune homme ne savait rien de son ami, peut-être avait-il des pouvoirs cachés ? Des pouvoirs qui lui permettaient de ce battre même en ayant rétrécit, peut-être l’avait-il trop vite sous-estimé ? Après tout, s’il était capable d’entrer par effraction dans une prison sans se faire repérer et qu’il était capable de veiller sur la jeune fille, cela voulait dire qu’il n’était pas si faible qu’il en en avait l’air, d’ailleurs, lorsqu’il avait dit qu’ils devraient lui passer sur le corps pour qu’ils puissent l’enlever, les ennemis avaient légèrement grimacer, ce qui signifiait qu’eux connaissaient ses capacités et qu’ils allaient en prendre cher dans leur sale face s’ils s’en prenaient à la demoiselle

- Inutile de s’émoustiller pour si peu les petits gars, il y a une autre façon d’obtenir ce que nous voulons.

- Le chasseur, l’aigle, le chamois et l’ours, c’est la marque de reconnaissance que laisse souvent Mr Akaryu Edward, un jour, nous l’avons interrogé pour savoir de quoi il s’agissait et il nous a révélé en toute simplicité que cette marque représente quatre être vivants possédant les facultés de ces principaux personnages.

- Tu es fou de leur avoir expliqué de quoi il s’agissait !

- Je sais, mais tant pis, il le fallait bien… L’ours représente la force, le chamois l’agilité et la vitesse, l’aigle l’endurance et le chasseur est celui qui dirige toutes les opérations, qui est un peu ces trois animaux en même temps et qui a la force nécessaire pour les maintenir et les exploiter à fond pour qu’à eux quatre, ils puissent diriger le monde, je suis persuadé que miss ici présente fait partie de ce quatuor.

- Donc en faites, votre plan était de détruire le pouvoir le plus utilisé de la demoiselle pour que personne d’autre ne puisse s’en servir et que vous puissiez ensuite la remanier selon vos désirs pour en faire une arme qui vous sera utile pour régner sur ce monde ainsi que sur le mien une fois que vous aurez les trois autres personnes en votre possession, si j’ai bien suivit votre raisonnement...

- Oui, c’est bien ça... Oh kuso, sale moustique comment as-tu pu avoir une idée aussi tordue que la nôtre ?

- Tu m’impressionne Koera, comme quoi, t’es moins bête que tu en as l’air.

- Merci, même si je trouve que ton commentaire à mon égard n’était pas très sympathique... Bon on se les fait ?

- Et comment ! Ça va être la baston du siècle mon pote !

Les deux amis étaient prêt à en découdre, ils allaient leur refaire le portrait, les massacrer, les réduire en charpie, pour qu’il n’en reste plus rien, pour qu’ils ne puissent plus jamais nuire à personne, mais malheureusement, lorsqu’ils voulurent leur sauter dessus pour débuter une bagarre mémorable, Toshiro ouvrit un portail sous ses pieds et entraina Yoshino avec lui ainsi que la jeune fille évanouie qu’ils avaient eût le temps de kidnapper. Lorsque le portail se referma, Koera, se retrouva par terre en ayant l’air encore plus énervé qu’avant. Les sales types, ils allaient le payer, ils ne s’en sortiraient pas à si bon compte la prochaine fois qu’ils mettraient la main dessus. Après s’être relevé, il pencha sa tête en arrière et hurla comme un loup lors d’une nuit de pleine lune, ensuite, il baissa sa tête, l’air dépité.

- Comment on va faire pour la retrouver ?

- Je crois savoir, mais je n’en suis pas certain.

- Alors parle mon ami, parle, il faut qu’on la retrouve avant qu’ils puissent en faire une arme diabolique !

- Leur repère se trouve dans le royaume de Kumo, nous sommes dans celui de Taiyou, mais comme tu vois, la perte des sentiments de Shine à complétement détraquer le temps, d’habitude, il n’y a jamais de neige, il y fait presque tout le temps beau et chaud, pour atteindre ce royaume, il nous faudra au moins traverser plus de cinquante kilomètres à pieds, nous n’avons pas de moyens de transports.

- Ni de chaussures, de manteau et d’harmonica, je vais vraiment finir par attraper une pneumonie à force de n’avoir rien pour me couvrir.

- Hum pas faux, allons donc dans le village d’en face pour nous procurer tous ces accessoires, bien que je trouve que l’instrument de musique ne soit pas nécessaire.

- Quand on ne sait pas, on se tait

- Oh je vois que tu connais par cœur cette citation, bien tu progresses. Viens avec moi, si on a de la chance, on pourra être au village avant la tombée de la nuit.

Heliccio était très fier de lui, il avait sorti à son allié la phrase populaire que presque tout le monde utilisait. Heureusement que Caleb avait toujours des bonnes idées, sinon il serait resté ici pour se lamenter sur son propre sort. Etant donc motivé pour aller dans le village dont lui avait parlé son compagnon de route, le jeune homme se dirigea vers une direction en suivant son ami qui volait devant lui pour qu’il ne se perde pas. La route fût longue, car il semblait ne pas avoir âmes qui vives dans cet endroit presque entièrement recouvert par la neige, le royaume de Taiyou semblait être devenu le royaume de Yuki à cause de leur amie qui s’était faite enlevée par ces deux affreux jojos. Cependant, ils ne voyageaient pas en silence, loin de là, ils plaisantaient et parlaient de tout et de rien, alors au bout de deux heures, ils arrivèrent enfin dans le village tant espéré. Les lieux semblaient être déserts, ce qui était tout à fait normal à cause du temps glacial qu’il faisait dehors. Toutefois, ils eurent de la chance, car ils rencontrèrent un ami de Caleb qui revenait chez lui après avoir été cherché du bois. Ce type était assez baraqué et était habillé très chaudement, mais ça ne voulait pas dire qu’il soit antipathique, au contraire, il les invita à rentrer chez lui. Une fois à l’intérieur et devant une bonne soupe assis sur des chaises autours d’une table en bois, Rune Caleb lui expliqua pourquoi il avait changé d’apparence. L’homme eût l’air assez compréhensif et leur proposa d’aller se reposer dans la chambre d’amis. Il n’eût pas besoin de le dire une seconde fois, ni de défaire le lit, car une fois allongé sur le matelas, Koera s’endormit très rapidement, ce qui ne fût pas le cas de Caleb qui eût beaucoup de mal à trouver le sommeil, car il n’arrêtait pas de penser à Karyline, même s’il n’avait pas encore le droit de lui dire qu’il l’aimait et qu’elle ne se souvenait plus de ce sentiment, cela ne l’empêchait pas de penser qu’il aurait bien aimé la sauver pour se blottir entre ses bras pour qu’elle puisse l’embrasser et plus si affinité, quoi que, ce n’était peut-être pas encore recommandé vu qu’il avait encore son apparence de corbeau, bah tant pis, la déesse pourrait bien trouver une solution pour palier à ce problème, car si elle avait trouvé une solution pour la jeune fille, elle trouverait sûrement une solution pour lui, enfin si elle avait envie de lui en trouver une, car il savait qu’elle était très susceptible et qu’une parole en l’air pourrait la mettre en colère… Comment il savait toutes ces informations à son sujet ? Et bien c’était très simple, elle l’avait déjà une fois invité dans sa dimension pour l’aider à régler un autre problème dont la solution l’avait bien aidée jusqu’à présent.

_________________

Je pense à toi où que tu sois...
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kingdom-hearts-rpg.niceboard.com
Fondatrice
Maître de la Keyblade
Princesse de Coeur de la Lumière
FondatriceMaître de la KeybladePrincesse de Coeur de la Lumière
avatar
Nombre de messages : 6599
Age : 27
Localisation : Toujours en vadrouille... localisation inconnue
Arme : Appel du Destin, Lurebreaker et Firefight
Invocation : Karah et Spirit Guardian of Power
Date d'inscription : 01/01/2007

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
0/0  (0/0)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Tanoshii Mizu   Lun 16 Sep - 2:23

HS : Ce qu'il va se passer dans ce passage est encore plus en-dessous de la ceinture que le précédent, donc s'il vous plait, si vous êtes mineur, ne lisez pas ce chapitre jusqu'à ce que Koera parle, sa couleur est facile à reconnaître, surtout si vous lisez l'histoire depuis le début, voilà, voilà donc enjoy à tout ceux et celles qui lisent mes écris =)

Chapitre IV

***

Une rivière, une cascade, pas de doutes, Rune Caleb Tonelico se trouvait bel et bien dans le monde de la jolie déesse. Il avait le sourire aux lèvres, car elle allait pouvoir l’aider, mais où était-elle ? Son sourire disparut petit à petit, il s’inquiétait, car ce n’était pas normal qu’elle ne se manifeste pas. Soudain, sans le prévenir, une lumière le happa, lorsqu’elle le recracha quelques minutes plus tard, il fût surprit et heureux de constater qu’il avait retrouvé temporairement sa forme humaine. Tout de même, elle était forte, sans qu’il n’ait à lui demander, elle avait réglé son problème, mais où était-elle ? Il voulait la remercier. Il sentit quelque chose de chaud entourer sa taille, ce qui le surprit, puis sentant quelque chose d’agréable et de rebondi derrière son dos, il sourit en comprenant ce qu’il venait de se passer. Tout de même, elle était forte, elle avait réussi à le surprendre en l’enlaçant sans faire de bruits comme une féline qu’elle semblait être lorsqu’elle marchait.

- Pourquoi toujours autant d’affections de votre part alors que vous savez pertinemment que vos sentiments ne sont pas partagés ?

- De un, je t’ai dit plus d’une fois de me tutoyer et de deux, tu ne peux pas empêcher mes sentiments de croître et de s’épanouir comme une fleur que je suis.

- Vous n’êtes ni fragile, ni éphémère.

- Casse mon trip encore une fois et je te casse les deux bras sale mufle !

- Euh… oui madame, bien madame !

La déesse avait une voix sensuelle et suave, c’était certain, elle le voulait pour elle toute seule et elle était prête à tout pour qu’il lui appartienne, mais ce n’était pas en agissant de cette façon qu’elle allait réussir à obtenir son cœur, de toute façon, quoi qu’elle fasse, ça ne fonctionnerait pas, car il aimait Karyline. Voyant qu’il n’était pas réceptif, la demoiselle lui avait montré son véritable visage, ce qui avait fait un peu paniqué le jeune homme, ce qui fit perler une petite goutte de sueur de son front, comme dans les mangas. Se radoucissant, la déesse tourna autours de son corps, sans le lâcher, pour se retrouver devant Rune pour lui faire un petit air angélique.

- Mon pauvre petit Runy, il ne t’arrive que des misères depuis que tu la suis partout où elle va.

- Jamais je ne pourrais laisser tomber Akaryu, elle a besoin de moi, comme j’ai besoin d’elle, si nous ne sommes pas ensemble, c’est uniquement de votre faute, juste parce que vous êtes jalouses vous la menacez et mettez les pires horreurs sur son dos.

- Moi être l’origine d’un amour à double-sens unique ? Hmm peut-être… Est-ce ma faute si elle a accepté de rendre heureux des inconnus et d’être porteuse d’un si grand pouvoir ? Soit j’y ai mit quelques inconvénients, mais est-ce une si grande tragédie ?

- Vous n’avez pas tort, mais ne niez pas que ce que vous lui avez demandé en échange est monstrueux.

- Que veux-tu, tout se paie dans la vie et il fallait quelque chose de grandiose pour que tout le monde soit satisfait. Jusqu’à présent, j’ai tout ce que je veux, par contre, je n’avais pas prévu que tu te transformes en corbeau.

- Alors c’est vous qui aviez tout planifié depuis le début ?

Il l’accusait ouvertement d’avoir tout fait pour empêcher la jeune fille aux cheveux rouges de l’aimer, mais la déesse continuait d’agir comme si elle n’avait rien fait de mal. Par manque de chance, la déesse se trahit toute seule en avouant sans le vouloir qu’elle était à l’origine de tout ce qu’il c’était passé. Rune le comprenant très vite, était dégouté et se sorti de son étreinte sans trop de mal pour ensuite s’écarter de la demoiselle qui restait de marbre. La première hypothèse qui vint à l’esprit du jeune homme fût qu’elle avait convoqué Yoshino ou Toshiro dans sa dimension et leur avait indiqué quoi faire et le tour était joué, ils n’avaient fait qu’appliquer le plan de cette fourbe déesse à la lettre et tout c’était passé comme prévu, elle était ignoble ! Se rendant compte qu’il avait tout comprit, la miss lui sauta dessus sans qu’il s’y attende et le plaqua au sol, étant tourné vers elle, il ne pouvait que la regarder, il était en position de faiblesse, car malgré son apparence frêle, elle avait beaucoup de forces.

- Je peux lire dans tes yeux que tu as saisit sans trop de difficultés ce qu’il s’est passé… Hmm beau Caleb, intelligent Caleb, quoi que tu puisses penser, tu es à moi ! Tu m’appartiens ! Si tu es sage, je pourrais trouver une alternative à ton problème existentiel

- Vous êtes folle, le pouvoir vous est monté à la tête ! Je ne sais pas comment vous avez obtenu autant de magies, mais la personne qui vous l’a apprise ne devait pas être bien dans sa tête pour transmettre son savoir à une personne telle que vous !

- C’est marrant, le petit Koera m’a fait la même réflexion.

- Comment connaissez-vous son prénom ?

- Je sais tout ce qu’il se passe autour de mon pion

La déesse avait une lueur perverse et sadique en parlant à Rune qui semblait être indigné qu’elle maîtrise aussi bien la magie, son domaine de prédilection, on se demandait bien pourquoi, surtout avec tout ce qu’elle était capable d’accomplir avec sa magie. La principale intéressée fit la moue, car elle n’appréciait pas trop qu’il insulte de la sorte son maître qui lui avait tout apprit avec patience et sagesse. En faites, elle se fichait bien de ce qu’il pensait d’elle, car elle le savait déjà, voilà pourquoi elle lui avait répondu en ayant un petit sarcastique au coin de ses lèvres lorsqu’elle lui avait répondu qu’elle était déjà au courant de sa folie. Elle lui avait ensuite parlé avec dédain et mépris de la jeune fille à laquelle il tenait. Voyant qu’il n’appréciait pas qu’elle parle aussi mal de sa « chérie », la miss avait eût un petit sourire satisfait, puis l’avait embrassé avec passion, ce qui avait écœuré le principal intéressé.

- Pourquoi es-tu si réticent à mes baisers ? Ils sont pourtant si chauds, si enflammés, comme la passion que j’ai pour toi, abandonne-toi à moi pour cette nuit beau prince de sang.

- L’homme que j’étais avant a bien changé grâce à elle. Comparé à vous, elle était toujours là pour moi, son amour était encore plus flamboyant que le vôtre. Cependant, que dois-je faire pour obtenir cette alternative ?

- Laisse-toi faire

Lui susurra la déesse avec un sourire carnassier tout en le regardant avec un regard envieux. Caleb se demanda pourquoi il avait posé cette question qui était pourtant évidente. S’il se laissait faire, s’il cédait à ses caprices de diva, elle lui donnerait ce qu’il désirait, même si c’était capital pour ses futures aventures, il n’était pas certain de vouloir accéder à sa requête, même si ce n’était pas la première fois qu’elle violait son intimité par « amour » comme elle aimait le dire pour avoir bonne conscience.

- Je ne serais sage que si je sais à l’avance quelle sera cette alternative.

- Oh mon petit oiseau veut marchander ? Hmm que dois-je faire ? Accepter ?

Tout en disant ces paroles, elle lécha son cou en ayant les yeux à moitié fermé, appréciant ce contact qui lui donna envie de le manger. Tout en faisant mine de réfléchir, elle mordilla son cou, ce qui fit frissonner de dégoût le jeune homme qui ne semblait pas apprécier son geste.

- Allons mon petit chat, ne soit pas si farouche. Ce que je te propose comme alternative est de te permettre de te retransformer en humain le soir à partir de dix heures jusqu’à ce que le soleil pointe le bout de son nez.

- Ce n’est pas grand-chose, mais c’est déjà bien… Soit…

- Quel plaisir de faire affaire avec toi mon tout beau. Merveilleux Caleb, somptueux Caleb, je savais que tu accepterais.

- Vous ne m’avez pas laissé terminer ma phrase sorcière !

- Je pense savoir ce que tu veux en plus et c’est non, refus catégorique contre accord historique, ce sera une si belle valse que nous danserons à deux, moi qui me languissait de te sentir à nouveau si proche de moi, mais je ne le pouvais pas, j’avais tant de choses à faire.

- Comme planifier une honteuse traitrise.

- Je n’ai trahis personne, j’ai agis dans mon intérêt et le vôtre.

- Comment ça dans le nôtre ?

La déesse était impatience de pouvoir jouer avec le beau jeune homme, mais cette réjouissance n’était pas partagée. Malgré la haine qu’il avait envers cette demoiselle machiavélique, il avait tout de même un peu de la peine, elle était coincée dans cette dimension et la seule personne qu’elle aimait été déjà prise, cependant, ça ne pardonnait pas son geste, de la pitié, il passa à de l’étonnement, car il ne comprenait pas pourquoi elle disait que tout ce qu’elle avait fait était dans leur intérêt. Allait-il apprendre quelque chose de nouveau ? A moins que ça ne soit une nouvelle entourloupe pour pouvoir mieux le manipuler et l’avoir auprès d’elle.

- Désolée mon poussin, mais comme mon nom, je ne peux pas te le dire, tu le découvriras par toi-même… Allez ne fais plus de chichis et donne-moi ton corps ! Je t’aime tant, elle ne t’aimera jamais autant, ne te donnera jamais autant de plaisir, donne-moi ton corps et laisse parler tes sentiments.

- Je vous le dit et vous le redirais, je n’aime qu’elle ! Toutefois, je n’ai pas le choix… J’ai besoin de votre aide pour la sauver.

La déesse avait l’air satisfaite de sa réponse, elle l’embrassa, puis détacha le kimono noir du jeune homme et l’ouvrit avec précipitations pour retirer le slip du jeune et s’occuper avec délectation de sa partie intime. Oh que c’était bon, elle avait attendu ce moment si longtemps, trop longtemps, une éternité, voir même plus, ce jeune homme, elle l’aimait et même si ce n’était pas le cas, ses sentiments à son égard ne changeraient jamais. Il était si beau, si conciliant, surtout lorsqu’il s’agissait de Karyline, elle pouvait en faire ce qu’elle en voulait, il était sa poupée, son jouet, mais en contrepartie, lorsque la jeune fille aux cheveux rouge ne faisait plus office de marchandise à échanger, il était si froid, si lointain, un peu comme une idole, une star inaccessible qu’elle élevait presque au même rang qu’elle, il était tout pour la déesse, mais l’ennui était qu’il en avait rien à foutre, voilà pourquoi il était si distant

- Et les protections, elles sont en option ?

- Pourquoi cette question ? Tu ne veux pas me donner des enfants ?

- Non, je ne préfère pas…

- Tss quel rabat-joie !

N’appréciant pas sa remarque, la miss avait grincé des dents avant de faire apparaître ce qu’il fallait pour contenter monsieur qui était assez pénible, enfin elle le trouvait, déjà qu’il avait une chance inouïe de le faire avec elle, il trouvait encore le moyen de se plaindre, ce n’était pas très sympa de sa part, mais autant céder pour que lui aussi soit heureux.

***

Koera se réveilla en sursaut lorsqu’il entendit un bruit sourd vers quatre heures du matin. Il fût assez surprit de trouver par terre un Rune Caleb à moitié déshabillé avec quelques traces de morsures sur le cou. Il ne savait pas comment il avait fait pour être dans cette position et comment il avait fait pour retrouver son apparence humaine.

- Hey ça va mon pote ?

- ça peut aller… J’viens de me faire violer par une déesse enragée, en échange, j’ai une forme humaine durant la nuit.

- Oh trop de chance !!!

- J’appellerais plutôt une malédiction, le dit pas à Shine, sinon cette histoire va mal se terminer, je le sens…

- Allez rhabille-toi et viens avec moi, on va aller enterrer le petit souvenir que tu nous as ramené, sinon ton ami va croire qu’on est…

- Oh la salope elle a vraiment tout fait pour me pourrir la vie ! Cette garce est raide dingue de moi, alors tu vois, ça ne lui fait pas trop plaisir que moi et Kary avons quelques attirances l’un pour l’autre, si tu vois ce que je veux dire, donc du coup, cette garce avait tout planifié depuis le début, c’est de sa faute si tu t’es retrouvé dans cette galère !

- QUOI ???

- Chut moins fort, tu vas réveiller Kyo

- Ah oui, pardon… Quelle traitresse, je n’arrive pas à y croire, elle est vraiment tordue cette nana, bon au moins, l’avantage, c’est que ça me fait voyager et vivre quelque chose qui sort de l’ordinaire.

Heliccio était tellement surprit que cette déesse soit à l’origine de tous ses ennuis, qu’il avait parlé un peu trop fort. Même s’il prenait cette révélation avec optimiste, au fond de lui, il était assez déçu, il avait l’impression qu’il ne pouvait faire confiance qu’à ses deux amis, qui eux ne le trahirait pas, enfin il l’espérait, sinon il aura perdu son temps et son énergie pour rien en suivant ces deux rigolos qu’il aimait bien. Après s’être habillé en même temps que son compagnon de route, Koera était sorti à pas de loup et était sorti de la maison avec Rune qui le suivait comme son ombre en étant rouge à cause de la honte et de la gêne que lui infligeait l’oubli de la jolie et fourbe déesse. Une fois que l’objet fût bien enterré, ils retournèrent à l’intérieur de la maison, qui était vraiment toute simple avec sa chambre à coucher, sa chambre d’ami, sa cuisine, sa salle de bain et de son couloir qui n’était pas très grand. Tout était fait en bois assez résistant. Ne voulant pas déranger leur ami, les deux garçons s’introduire dans la cuisine pour dévaliser le garde-manger, car il était vrai que cela faisait plus d’un jour qu’ils n’avaient pas mangé. Suite à cette action, ils passèrent une bonne partie de la matinée à nettoyer et à ranger les couverts qu’ils avaient empruntés tout en faisant bien attention à ne pas faire de bruits. Lorsqu’ils eurent terminé, le soleil se leva et Rune Caleb retrouva petit à petit sa forme de corbeau, va savoir pourquoi, les habits du jeune homme qu’il était avant s’effacèrent peu de temps après sa transformation, s’il ne calculait pas bien, le soir suivant, il risquerait bien de se retrouver à poil, pauvre Caleb, cette satanée déesse lui faisait bien des misères, juste parce qu’elle l’aimait et adorait le voir sans ses habits. Quelques minutes plus tard, Kyo déboula dans la pièce en ayant l’air d’avoir bien dormi, ce qui empêcha Koera de faire une réflexion sur le petit détail qu’il avait vu quelques minutes plus tôt.

- Alors les gars bien dormi ?

- Ouais, ouais…

- Si on veut…

- J’ai entendu des bruits bizarres, il ne s’est rien passé durant la nuit ?

- Non, rien de spécial…

- Sans vouloir t’embêter, nous devons déjà repartir, aurais-tu des chaussures et un manteau à prêter à mon ami ici présent ?

- On en a déjà discuté hier, j’ai tout ce qu’il vous faut, même un harmonica !

- Je ne veux pas te prive de ton fidèle instrument de musique

- Tu ne me prives pas, cela fait tant d’années que je ne m’en sers plus, par contre, pour le moyen de transport, il faudra vous débrouiller.

Ah mince, ils avaient fait trop de bruits la veille, ça avait sûrement dû le réveiller, mais heureusement, il n’avait pas posé plus de questions qu’il n’en fallait. Par la suite, il avait bien réagit en leur rappelant ce qu’ils avaient oublié à cause de ce qu’avait fait la déesse. Tout de même, ce mec était génial, il n’avait pas fait de commentaires sur ses cheveux roses, ni sur l’aspect étrange de son ami, comme s’il avait l’habitude de voir des bizarreries. Il s’en alla quelques minutes, puis revint avec un superbe manteau noir orné d’une capuche, ce qui serait sûrement pratique pour la suite des opérations, il l’enfila pour voir si elle lui allait et c’était le cas, magnifique ! Il essaya les chaussures et elles étaient un peu trop petites, alors il lui donna une autre paire qui étaient des chaussures à velcro de couleur noir, celles-là lui allèrent dix fois mieux. Il joua par la suite avec l’harmonica rouge foncé que lui avait donné l’homme et il eût de la peine à faire sortir des bonnes notes, mais bon ce n’était pas grave, à force de s’entrainer, il finirait bien par jouer correctement de cet instrument.

- Merci beaucoup pour tout Kyo, je te rapporterais tes affaires en un seul morceau, ne t’en fais pas.

- Garde-les, je t’en fais cadeau, promettez-moi seulement de revenir tous les deux me trouver en un seul morceau et ne revenez pas les mains vides, je veux connaître la demoiselle

- C’est promis !

Après lui avoir serré la main, Koera et Rune s’en allèrent en ayant l’air beaucoup moins triste que prévu de quitter ce sympathique gaillard qui leur avait apporté son aide sans vouloir quelque chose en retour, comme quoi, il y avait encore des gens bien dans ce bas monde.

- Ton pote, tu l’as rencontré comment ?

- Comme tout le monde, dans une ruelle, on a discuté et il est devenu mon ami, bon je te montre le chemin, il y a une boutique pas très loin

Caleb lui cachait quelque chose, il avait l’impression, cependant, vu qu’il avait été honnête avec lui jusqu’à présent, il continuerait à lui faire confiance et puis, après tout, tout le monde avait ses secrets, donc autant ne pas le harceler avec cette question qui semblait être tabou. Ils se dirigèrent donc vers une boutique en ayant un peu du mal à y accéder, car la ville semblait être plus bondée et agitée que le jour précédent, ce qui était rassurant, au moins il ne l’avait pas envoyé dans un traquenard. Ils entrèrent dans une boutique, assez banale, qui était petite, ce que le jeune homme ne comprenait pas, étant une boutique qui vendait des véhicules, ne devait-elle pas être imposante ? Comme quoi, tout était différent dans cet étrange monde. A l’intérieur, le vendeur le regarda avec un air indigné lorsqu’il le vit entrer avec son corbeau sur son épaule, mais Koera s’en fichait, après tout, il était là pour acheter, pas pour avoir des commentaires.

- Bonjour, je viens acheter votre meilleur moyen de transport, c’est pour une urgence !

- Vous avez pourtant déjà un corbeau, vous n’avez pas besoin d’autres moyens de transport jeune homme, d’ailleurs en parlant de votre animal, il aurait été préférable que vous ne l’emmeniez pas avec vous dans ma boutique, je n’aime pas avoir de la concurrence.

- Mon ami n’est pas prévu pour voyager à deux.

- Oh il n’est donc qu’un simple animal de compagnie ? Pardon j’ai cru que vous veniez me narguer ! Mon rival qui habité un pâté de maison plus loin, vend des animaux véhicules, c’est pour ça que j’étais aussi suspicieux, veuillez me pardonner jeune homme.

- Il n’y a pas de mal, je comprends

L’homme qui était assez distant habillé avec un costard-cravate qui lui donnait un air de croque-mitaine, lorsqu’il comprit son erreur, il s’excusa et eût l’air beaucoup moins froid, il avait même un grand sourire aux lèvres en ayant l’air sûr de pouvoir faire des affaires.  

- Dans ce cas, que puis-je vous offrir et combien voulez-vous mettre comme prix ?

- Euh… l’article le moins cher et assez solide pour voyager plus de cinquante kilomètres sans tomber en panne en cours de route. Sinon c’est quoi ce concept de transformer des animaux de compagnies en véhicule ? Je ne pige pas trop…

- Dans les moins cher, j’ai une boite en carton télécommandée… sorry tous mes autres articles sont à des prix de fous, mais il faut bien que je gagne ma vie. En faites, il s’agit d’enchanter une petite bête et lorsqu’on en a besoin, elle peut se transformer en voiture, moto, avion de chasse et etc…

- Wow c’est la classe ! Bon je pense qu’avec vingt euro je ne pourrais pas acheter mieux qu’une boite en carton…

- Quoi ? Vous avez vingt euro sur vous ? Vous auriez dû me le dire de suite ! Oh sorry, je ne savais pas que j’avais un jeune prince en face de moi ! Comment n’ai-je pas deviné ? Je suis impardonnable !

Koera ne comprenant pas du tout son comportement, le regardais avec des yeux ronds comme des soucoupes, c’était quoi son problème à ce type ? Avant il était froid comme une porte de prison et à présent il était à ses petits soins ? Est-ce que tous les commerçants étaient comme ça dans ce village ? Parce que si c’était le cas, il allait vite devenir fou.

- Un euro est égal à 100000 Chiros, la monnaie de notre monde et nous connaissons cette monnaie, car tu n'es pas la première victime de Toshiro et Yoshino

Lui murmura Caleb à son oreille, ce qui faillit lui faire avoir un malaise, il était un homme riche sans le savoir, c’était la meilleure chose qui lui était arrivée depuis qu’il avait débarqué dans ce monde, il ne lui restait plus qu’à trouver une copine et il serait enfin un homme heureux, et dire que sa mère lui répétait sans cesse qu’il ne deviendrait jamais riche et célèbre en ne trouvant pas de boulot, elle avait tort, en tout cas, dans ce monde qu’il trouva tout d’un coup bien plus sympathique qu’avant. Au final, dans son malheur, il avait de la chance, car il mettait toujours son porte-monnaie dans la poche de son pantalon, s’il n’était pas habitué à faire ce geste, même ici il aurait eût des problèmes d’argents, mais visiblement, ce n’était pas le cas.

- Qu’est-ce que vous avez pour un euro ?

- Un tapis volant, une voiture de course avec un moteur hyper puissant, une moto tout terrain et élémentaire comme la voiture.

- Je prends la moto ! Qu’est-ce que vous voulez dire par « élémentaire » ?

- En cas d’attaque de monstre, elle peut les repousser si vous appuyez sur le bouton rouge, bleu, vert ou jaune, quelle couleur de bouton voulez-vous choisir parmi ces quatre ?

- Humm, le jaune !

- Excellent choix messire, je vais vous la chercher, j’en ais pour deux minutes.

Koera était impatient d’avoir sa première moto et était tout fier qu’elle puisse l’aider en cas de coups durs, cependant, Rune était beaucoup moins confiant que son ami, d’ailleurs à ce sujet il lui lança un regard inquiet, comme s’il voulait lui dire silencieusement « Tu sais conduire ? » A cette question, muette, le jeune homme avait répondu oui en hochant sa tête de haut en bas et de bas en haut, bien que pour le moment, tout ce qu’il avait conduit étaient des véhicules de jeux vidéo, mais bon il était un peu trop tard pour avoir peur, il aurait dû lui poser cette question bien avant de l’emmener dans ce magasin, quoi que, il s’attendait à ce qu’il choisisse un véhicule qu’il n’aurait pas besoin de conduire, mais bon, étant un jeune homme assez extravagant, il n’avait pas pu s’empêcher de ne pas faire comme une personne ordinaire, non il avait fallu que monsieur prenne une moto, pff il n’était pas sorti de l’auberge avec la petite fantaisie qu’il venait de s’offrir. Quelques minutes plus tard, le vendeur revint avec un parchemin et une clef qu’il donna au jeune homme, qui lui donna en échange l’argent demandé. L’homme étant satisfait, leur expliqua comment utiliser leur nouveau véhicule, ce qui était assez simpliste, dire une petite formule magique, puis insérer  la clef pour faire fonctionner la moto, quelque chose d’aussi basique, il devrait savoir le faire. Après avoir dit au revoir à l’homme, Koera s’en alla en comprenant à présent pourquoi le magasin était si petit, s’il donnait des feuilles contre des pièces, il était certain qu’il ne lui fallait pas beaucoup d’espace pour vendre ses articles.

- Calou, c’est l’instant de vérité. Pistache ramollie !

- Non ce n’est pas ça, c’est Sistach Emiri la formule magique !

- Ah oui pas faux, merci Calou, je ne sais pas ce que je ferais sans toi, bon puisque d’après le gars je suis le seul à pouvoir l’invoquer, je réessaie. Sistach Emiri !

Devant les yeux ébahis des deux compères, une superbe, grande et élégante moto de course apparut, elle était si belle avec ses couleurs rouge et ses motifs orangés qui donnaient l’impression qu’elle était enflammée. Suspendu au rétroviseur, il y avait un casque et une paire de gants, pratique pour la conduire, décidément cet engin était génial jusqu’au bout ! Heliccio caressa le siège, puis l’enjamba et inséra la clef pour la faire démarrer, le moteur toussa un peu, puis doucement, petit à petit, après avoir enlevé le levier qui lui permettait de tenir debout, elle avança sans faire trop d’histoires. Au début, le jeune homme eût un peu du mal à la maîtriser, mais après avoir pris confiance en lui, il finit par y arriver à la dompter, il avait l’impression qu’il avait roulé avec elle toute sa vie. Il arrêta le moteur, puis mit un pied à terre et enleva le casque pour écouter les conseils de son ami. D’après ses dires, il roulait bien mieux que ce qu’il ne le pensait et lui avait aussi indiqué la route à suivre, mais n’ayant pas tout comprit, il lui expliqua plus simplement l’itinéraire à suivre en lui disant d’aller au nord jusqu’à ce qu’il lui indiquerait un autre grâce à ses ailes qu’il utiliserait comme il le pourrait pour éviter qu’il se trompe de chemin. Le jeune homme étant d’accord avec lui, remit son casque et fit rouler sa superbe moto vers le nord.

_________________

Je pense à toi où que tu sois...
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kingdom-hearts-rpg.niceboard.com
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Tanoshii Mizu   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tanoshii Mizu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tanoshii Mizu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kingdom Hearts RPG :: Divers :: Le coin écriture-
Sauter vers: