Kingdom Hearts RPG


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Chroniques du conseil des ombres [+12 ans recommandé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Membre
Aventurière
MembreAventurière
avatar
Nombre de messages : 1457
Age : 25
Date d'inscription : 16/02/2010

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
0/500  (0/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Chroniques du conseil des ombres [+12 ans recommandé]   Mer 12 Juin - 23:09

Chroniques du conseil des ombres

Inspiré des cassettes d'enregistrement de Batman Arkham Asylum et Batman Arkham City


Mei Misaki

Entretien avec Mei Misaki n°1

???: Entretien avec Mei Misaki, cassette n°112, entretien passé à 20h48. La patiente est encore en état narcotique dû aux drogues que nous lui avons injecté pour la capturer. La plus grande énigme de tous les temps est à portée de main et je compte bien la résoudre.

Mei: Docteur ? Vous parlez tout seul.

???: Bonsoir, Mei. Ne vous en faites pas, je ne vous veux aucun mal. Simplement vous poser quelques questions. Mieux vous connaître.

Mei: Et pour cela, vous n'avez rien trouvé d'autre que me droguer et m'enlever ? Vous savez parler aux dames, vous. Soit. Et bien commençons.

*bruit de fermeture éclair*

???: Inutile. Répondez simplement à mes questions.

Mei: Si vous voulez.

???: Vous y répondrez ? Vous êtes plutôt du genre secrète, n'est-ce pas ? Personne ne connaît d'où vous venez, votre date de naissance... Mei Misaki est-ce seulement votre vrai nom ?

Mei: Je ne vous promets pas la vérité, docteur. Mais même les mensonges ont un fond de vérité. N'est-ce pas ?

???: Alors. Mei est-il votre vrai nom ?

Mei: Mei ne vous plaît pas comme nom ?

???:
Ce n'est pas la question ?

Mei: Mais c'est celle que je vous pose.

???: Vous savez... Si vous ne répondez pas, ou si vous jouez à la plus maligne en posant d'autres questions... Je devrais sévir.

Mei: Oh ? Et quels sont vos arguments, docteur ?

???: Vous capturer a été un jeu d'enfant. Imaginez ce que nous pourrions faire à vos "enfants".

Mei: ...

???: Nous nous sommes compris, je crois.

_________________
Kyoko's Theme: https://www.youtube.com/watch?v=Sj7LYkXkplo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Aventurière
MembreAventurière
avatar
Nombre de messages : 1457
Age : 25
Date d'inscription : 16/02/2010

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
0/500  (0/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Chroniques du conseil des ombres [+12 ans recommandé]   Mar 18 Juin - 3:30

Rapports des études du docteur Kleinz n°1

???: Alors docteur ? Vous m'assurez que vos tests sont fiables ? Il existe bien une trace de nos origines dans le sang ?
Kleinz: Je l'affirme. Et pas que dans le sang. Les tissus de la peau ou même les cheveux contiennent des traces.
???: Vous pourriez donc me donner vos résultats des tests effectués sur Mei ?
Kleinz: Oui, mais...
???: Un problème ?
Kleinz: Je le crains. Les résultats sont... Comment dire ? Indéchiffrables.
???:  Vous avez pu faire les tests ? Qu'avez vous découvert ?
Kleinz: Et bien... Il m'est impossible de déterminer de quel monde Mei vient. 
???: Vous ne savez pas de quel monde elle peut provenir ?
Kleinz: C'est plus compliqué que ça. J'ai d'abord cru qu'elle venait de Shinrya. Mais les tests ont laissé entendre qu'elle venait aussi d'Agrabah, de Spira, de Midgar, du Setsune... Et de bon nombre d'autres mondes, certains étant même inconnus. Il y a même un résultat que je n'ai pas su identifier au prime abord car il indiquerait qu'elle peut provenir de la fin des mondes.
???: Ah la sale garce. Elle a brouillé les pistes, comme d'habitude. Elle a sûrement dû modifié son sang ou s'injecter du sang ou quoi que ce soit pour ajouter des dizaines de provenance possibles.
Kleinz: J'en doute professeur. Si elle l'avait fait, le corps aurait rejeté le faux sang. Ou tout du moins, il serait encore possible de trouver une prédominance. Une majorité de sang shinryen sur les autres injectés par exemple. Mais dans ce cas, il y aurait risque de dégénérescence, voir de mort.
???: Sachez une chose, docteur. Tout ce qui nous semble acquis, certain, ne l'est plus avec elle. Cette fille défie toute logique.
Kleinz: Mais vous savez, il n'est peut-être pas impossible. J'ai entendu parlé de tissus ou de sang épousant des similitudes avec de nombreux mondes.
???:  Quel type de sang ? A quoi cela serait dû ? Une longue génération de personnes provenant de mondes différents ?
Kleinz: Je dois m'en assurer, faire des recherches. Mais j'ai parlé avec cette Mei, et j'ai eu la sensation qu'il était possible qu'elle provienne de n'importe où. J'ai senti qu'elle portait en elle la force d'un Shinryen, la rage d'un Setsunais, la grâce d'un habitant d'Atlantica... Je ne sais pas, je suis sûr qu'il y a une explication. J'y crois.
???: Je vous ai pourtant interdit de lui parler. Abruti. Ne croyez pas un mot de ce qu'elle peut vous dire. Il faut être prêt pour lui parler, ou vous aurez tôt fait d'être avalé par elle. Ne lui parlez plus jamais.
Kleinz: Et vous pensez etre prêt ?
???: Ne mettez pas en doute mon expertise. Refaites les tests, n'omettez aucune hypothèse. Pas même qu'elle aurait pu modifier son propre sang. Allez !
Kleinz: Bien.

_________________
Kyoko's Theme: https://www.youtube.com/watch?v=Sj7LYkXkplo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Aventurière
MembreAventurière
avatar
Nombre de messages : 1457
Age : 25
Date d'inscription : 16/02/2010

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
0/500  (0/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Chroniques du conseil des ombres [+12 ans recommandé]   Sam 29 Juin - 13:15

Entretien avec Mei Misaki n°2

???: Entretien avec Mei Misaki, cassette n°123, entretien passé à 22h04. Suite aux résultats du docteur Kleinz, tout porte à croire que Mei ne vient d'aucun monde précis. Le même docteur en est arrivé à la conclusion un peu hâtive qu'il pourrait s'agir d'une entité. Il continue ses recherches pour savoir quel autre sang a pu obtenir ces mêmes résultats déconcertants.

Mei: Vous parlez encore seul.

???: Bonsoir Mei. Vous avez bien dormi.

Mei: Que d'un œil.

???: Hmm, oui, nous reviendrons sur votre oeil une autre fois. D'où venez-vous réellement Mei ?

Mei: En toute honnêteté, doc, je ne m'en souviens pas.

???: Et vous pensez que je crois à votre honnêteté.

Mei: Pas le moins du monde. Mais il faudra vous en contenter.

???: Attention, Mei. Rappelez vous qui a l'ascendant sur l'autre.

Mei: Et si vous posiez des questions plus intéressantes ? Tenez. Vous même, pourquoi me poser ces questions ?

???: Pour mieux vous connaître, afin de mieux vous comprendre. Vous êtes... une énigme.

Mei: Excusez-moi, mais... Mieux connaître un train pour mieux comprendre comment le faire marcher, d'accord. Mieux connaître le shinryen pour mieux le comprendre et le parler, ok. Mais mieux me connaître et me comprendre, à quoi cela vous avance ?

???: Et bien à mieux vous faire marcher.

Mei: Oh je vois. En d'autres termes, vous aussi me considérez folle et vous voulez me soigner.

???: Parce que vous ne l'êtes pas ?

Mei: Vous me rappelez ce cher Ygg. Lui aussi voudrait bien supprimer en moi ce qui ne va pas. Il veut m'enlever les ténèbres, vous voulez m'enlever ma folie. Je vous le demande, que me restera t-il à la fin ? Une carcasse vide ?

???: Donc vous vous considérez aussi comme folle ?

Mei: Je me considère plutôt comme un... Récipient.

???: Vous pouvez développer ?

Mei: Un récipient... Ce que j'y verse se perd dans mes cheveux, mes doigts... Mon oeil.

???: Hmm, vous faites une fixation psychotique sur l'oeil. Je vais le rajouter au dossier. En d'autres termes, vous êtes une folle schyzophrène.

Mei: Non.

???: Non ?

Mei: Un schyzophrène ne se sent jamais seul. De ce que je sais. Je suis peut être dualiste, si vous voulez. Pour moi, le choix n'existe pas. Je suis tout à la fois, l'homme et la femme, la lumière et l'ombre. Et quand il faut faire un choix... Je les prends tous.

???: Excusez moi mais c'est impossible.

Mei: Impossible ?

???: Imaginons, hypothèse, que deux de vos enfants sont prisonniers. Si vous allez sauver l'un, l'autre est empalé, et vice-versa. Vous ne pouvez prendre les deux choix. Même encore si vous allez récupérer les deux enfants, l'un d'eux sera mort. Si vous aviez la capacité de prendre les deux choix, tous deux seraient vivants.

Mei: Hmm, j'aime votre esprit sadique. Même si j'aurais préféré un autre exemple. Non, vous n'avez pas tout à fait tort, ni tout à fait raison.

???: C'est à dire ?

Mei: Je ferais mourir les deux.

???: Hein ?

Mei: Il n'y a que ce choix qui mettent tout le monde content.

???: Même vous ?

Mei: Ca ne compte pas... Et une partie de moi. Oui, je pense qu'elle le serait.

???: A part ça, vous n'êtes pas schyzophrène...

Mei: Agent double comme vous le savez.

???: Oui je sais. A ce propos, du coup, votre plan pour road to glory, quel choix aviez vous p...

Mei: Chut. Il y a une oreille à la porte. Quelqu'un nous écoute.

???: Qu'est ce que ? Docteur Kleinz ! Je vous ai dit de ne pas me déranger ! *bruit de porte, ??? semble être sorti*

Mei: Un joli jeu. Ce truc fonctionne ? *on l'entend frapper le dictaphone* Si quelqu'un m'entend... Mangez les pissenlits par la racine !

_________________
Kyoko's Theme: https://www.youtube.com/watch?v=Sj7LYkXkplo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Aventurière
MembreAventurière
avatar
Nombre de messages : 1457
Age : 25
Date d'inscription : 16/02/2010

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
0/500  (0/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Chroniques du conseil des ombres [+12 ans recommandé]   Ven 26 Juil - 15:22

Rapports des études du docteur Kleinz n°2

Kleinz: Je suis désolé de vous avoir dérange, monsieur.

???: Cela ira pour cette fois, mais je ne veux plus de ce genre d'incidents à l'avenir. C'est clair ?

Kleinz: Tout à fait, monsieur.

???: Alors de quoi s'agit-il ?

Kleinz: Et bien, j'ai poursuivi mes recherches quant au sang de Mei Misaki. Et j'en suis arrivé à une conclusion... Préoccupante.

???: Et bien soit cette fille est déjà morte, soit cette fille est une Dormeuse.

Kleinz: Qu'est ce que vous me chantez là ?

???: Vous n'êtes pas sans savoir que les Dormeurs sont des envoyés des Dieux. Ceux-ci étant pour la plupart incapables d'agir directement avec notre monde, ils ont des intermédiaires nommés Dormeurs. Ils ont la capacité de modifier le monde, d'en changer la composition... Ce que dit la légende bien sûr.

Kleinz: Je sais tout ça, mais quel rapport avec Mei ?

???: Seul le sang d'un Dormeur pourrait épouser toutes ces particularités dont je vous ai parlé la dernière fois... Monsieur ? Vous... Vous allez bien ?

Kleinz: Vous n'êtes qu'un imbécile ! Ce n'est qu'une légende ! Et si c'était le cas, elle dormirait. Elle ne serait pas là ! Hors d'ici et ne revenez qu'avec des résultats scientifiques, pas des élucubrations et des contes de fée !

_________________
Kyoko's Theme: https://www.youtube.com/watch?v=Sj7LYkXkplo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Aventurière
MembreAventurière
avatar
Nombre de messages : 1457
Age : 25
Date d'inscription : 16/02/2010

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
0/500  (0/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Chroniques du conseil des ombres [+12 ans recommandé]   Ven 26 Juil - 15:45

Entretien avec Mei Misaki n°3

???: Entretien avec Mei Misaki, cassette n°147, entretien passé à 23h04.

Mei: Vous êtes de plus en plus nocturne, docteur. (baillement). Vous devriez dormir un peu.

???: SILENCE !

Mei: Voyez. Qu'est ce que je disais ?

???: Excusez-moi. Je suis effectivement un peu fatigué.

Mei: Pourquoi passer ces entretiens le soir en ce cas ?

???: Cela ne vous regarde pas.

Mei: Ne préféreriez vous pas être chez vous avec femme et enfants ?

???: Laissez tomber. Et je vous rappelle que je suis celui qui pose les questions.

Mei: C'est vous le docteur, docteur.

???: Bien. Je crois que nous allions parler de Road to Glory, la dernière fois.

Mei: Exact.

???: Alors ? Qu'est ce que c'était exactement ?

Mei: Road to Glory c'était le nom de code donné à l'opération. Une opération de grande envergure... Garce... Saleté de plan... Si je m'étais écouté, jamais cela ne se serait passé comme ça. Et pourtant... Si la... Oui... Exactement... Combien de fous faut-il pour dévisser la tête d'un enfant ?

???: Mei ? Vous avez un souci ?

Mei: Je n'ai pas... De problèmes... Seulement des soucis... De mes soucis, je suis resté soucieuse de mes soucis à six sous.

???: Hmm, je préfère passer à une autre question. Pour l'instant, ce Road to Glory n'est pas important.

Mei: Mais sur l'instant, ça l'était.

???: Et si vous me parliez de votre oeil ?

Mei: Il est rouge et il me permet de voir. Il est globuleux et pas bien vaillant. Savez-vous qu'un jour il m'a traité d'aveugle ?

???: Je parle de votre oeil perdu.

Mei: Oh l'autre ? Que voulez-vous savoir ?

???: Simplement comment vous en êtes arrivé à porter ce cache-oeil.

Mei: Il faudrait d'abord que je remonte au jour où j'ai perdu ce doigt.

???: Et bien faites.

Mei: C'était un jour très chaud. Je suais à grandes gouttes... Cela vous excite t-il ?

???: Pas du tout. Ne vous laissez pas divertir par votre esprit malade, racontez.

Mei: Et comme j'avais la sensation d'être suivie et que j'avais chaud, je me suis réfugié dans une ruelle attenante, plus humide, plus fraîche, plus sombre. J'attendais que la chaleur passe, ainsi que ce que je croyais me suivre. Et soudain, je sens une main se plaquer contre ma bouche et une autre se frotter contre ma hanche, faire le tour, et descendre lentement vers mon entrejambe. Une sensation autant de plaisir que de révulsion. Alors, reprenant le peu d'esprit qu'il me restait, je mords dans la main de mon agresseur.

???: Et ?

Mei: C'est moi-même que j'avais mordu. Mon doigt, mon annulaire, je venais de le sectionner à coups de dents. Personne n'était là. J'avais l'autre main dans ma culotte. Et mon doigt répandait mon sang sur le bitume.

???: Et donc ? Pour votre oeil ?

Mei: J'y viens. Je me suis retrouvé à l’hôpital. Là, j'ai fait la connaissance d'un homme, Xalgaz. Il était bizarre. Aveugle. Semblait sympathique. Mais le soir venu, il s'est jeté sur moi, m'a arraché l'oeil gauche et l'a remplacé par le sien. Je suis resté muette pendant des jours, le regard vide fixant le plafond.

???: Muette ? Il vous a pris l'oeil ou la langue ? (léger rire)

Mei: Et vous vous dites docteur ? Le choc, mon ami. Difficile après tout ceci de croire encore à quelque chose. J'étais désabusée, et tout me semblait vain. Pour moi, j'étais morte. Déjà.

???: Et bien, ce sera tout pour aujourd'hui, Mei.

Mei: Dites-moi docteur. Votre femme, vos enfants, vous les aimez ?

???: Bien sûr.

Mei: Vous les voyez souvent ?

???: Plus depuis des mois. Le travail.

Mei: Et vous ne prenez jamais de leurs nouvelles ?

???: Il m'est interdit...

Mei: Interdit ? Peut-être est-il déjà trop tard alors ?

???: Trop tard ?

Mei: Trop tard.

_________________
Kyoko's Theme: https://www.youtube.com/watch?v=Sj7LYkXkplo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Aventurière
MembreAventurière
avatar
Nombre de messages : 1457
Age : 25
Date d'inscription : 16/02/2010

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
0/500  (0/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Chroniques du conseil des ombres [+12 ans recommandé]   Lun 29 Juil - 19:27

Entretien avec Mei Misaki n°4

Kleinz: Entretien avec Mei Misaki, cassette n°153, entretien passé à 15h48.

Mei: Vous alors, vous êtes déjà moins nocturne. La nuit a été bonne ?

Kleinz: Aujourd'hui, c'est moi qui vous interrogerait, Mei. Le professeur est indisposé.

Mei: Et pourquoi ?

Kleinz: Je n'ai pas l'autorisation de vous le dire. C'est personnel.

Mei: Cela concerne la famille du professeur, non ?

Kleinz: Euh... Oui.

Mei: La pauvre petite famille du professeur a été retrouvé assassiné, baignant dans son sang chez lui. Trois petits cadavres impeccablement rangés en ligne sur la moquette du salon.

Kleinz: Euh... Oui. Mais comment le savez-vous ? Pourquoi me le demander si vous le savez déjà ?

Mei: En tant que docteur, vous devriez le savoir pourquoi je le demande.

Kleinz: Je dirais... Par plaisir sadique de l'entendre de la bouche d'un autre. Vous n'avez pas répondu. Comment vous le savez ? C'est vous qui les avez tué ?

Mei: Je suis retenue ici sans possibilité de contact extérieur depuis une semaine.

Kleinz: C'est ce que je me disais aussi. Mais nous savons que vous êtes capable d'accomplir des choses impensables.

Mei: Vous me flattez. Mais jusqu'à présent, tuer à distance, je n'ai pas encore réussi.

Kleinz: Vous auriez pu contacter votre conseil des ombres.

Mei: Qui a soit été massacré, ou qui est retenu par vos services.

Kleinz: Soit, je ne suis pas détective, la police s'en chargera. Puisque nous parlons du conseil des ombres, j'aimerais que nous en parlions... De façon plus approfondie.

Mei: Vous savez que c'est un sujet qui me tient à coeur.

Kleinz: Justement. Vous n'avez pas envie d'en parler ?

Mei: Oh, vous me demandez mon avis ? Charmante différence de méthode. Et bien, si, je veux bien vous en parler. Que voulez-vous savoir, beau brun ,

Kleinz: Et bien...

Mei: Et mon sang ? Qu'a t-il donné ? A part de l'hémoglobine et des tâches irrécupérables.

Kleinz: Un mystère. Vous ne semblez venir de nulle part et de partout à la fois.

Mei: Je pencherais plus pour le nulle part.

Kleinz: Vous ne pouvez dire d'où vous venez ?

Mei: Ca fait si longtemps que cela n'a plus d'importance. Ce qui fut n'est plus rien pour moi. J'en ai effacé toutes traces.

Kleinz: Jusqu'à modifier votre sang ?

Mei: Ou mon sang s'est-il modifié ?

Kleinz: Hein ?

Mei: Pardon ?

Kleinz: Vous... ?

Mei: Vous dites ?

Kleinz: Euh...

Mei: Le conseil, Hope, le conseil.

Kleinz: Ah oui, euh... A partir de quel moment de votre vie avez vous tenu à fonder ce conseil ?

Mei: Hmm, le jour où j'ai trouvé une petite fille assise dans la rue, qui pleurait et qui tenait sa main ensanglantée dans son autre main.

Kleinz: Que lui était-il arrivée ?

Mei: Ah, si bon coeur. Je le savais. Et bien, rien de particulier. Elle était seule et les enfants seuls, ça pleure. Je me suis approchée. J'ai vu qu'elle avait un couteau dans la main. Je me souviens que j'ai reculé. De peur, peut-être. Puis, je me suis rapprochée encore. Je lui ai demandé pourquoi elle pleurait. Elle me répétait qu'elle ne l'avait pas voulu. Et c'est tout ce que je pus obtenir d'elle.

Kleinz: Vous l'avez recueilli ?

Mei: C'est ce que vous auriez fait, n'est-ce pas ? Un si bon coeur comme je le disais. Je l'ai recueilli en effet. Elle a dormi chez moi sans que je puisse m'ouvrir son coeur davantage. Le soir venu, pendant la nuit, elle m'a poignardé dans mon lit.

Kleinz: Quoi ?

Mei: Eh, eh, rassurez-vous. Je n'étais pas dans le lit. Je m'étais mis à l'écart pour observer ce que je croyais inéluctable. Un enfant de cet âge qui goûte au sang une première fois, n'a qu'une seule envie: recommencer.

Kleinz: Je pense au contraire que cela doit être l'inverse. Cela devrait créer un sentiment de répulsion et de refus de refaire cela. De plus, vous m'avez dit que cette fille était choquée, et ne l'avait pas voulu.

Mei: En ce cas, tout enfant devrait tuer sa mère ou son père pour ne plus jamais avoir cette envie de tuer. Vous êtes bien trop naïf.

Kleinz: Elle avait tué sa mère ?

Mei: Tout juste. La mère. Sa mère l'avait battu. Mais la jeune fille n'arrivait pas à la détester, c'était sa mère après tout. Cependant, elle avait pris le couteau pour se défendre. Sans penser qu'un accident arriverait.

Kleinz: Misère humaine.

Mei: Quand la jeune fille a voulu me poignarder, j'ai compris que certains enfants avaient besoin de moi pour ne pas sombrer dans la démence. Et c'est ce service que je rends à la société en éloignant les enfants dangereux que l'on a voulu punir ?

Kleinz: Mais vos enfants sont des assassins.

Mei: Qui ne tuent que ceux que j'ordonne de tuer. Et ceux-ci sont rarement des enfants de choeur. Je me suis dit à ce propos, qu'ils pourraient bien s'entendre.

Kleinz: Et cette fille ? Qui a tout commencé ? Elle a fait partie du conseil ? L'une des premières ? Elle en fait encore partie ?

Mei: J'ai dit qu'elle m'avait donné l'idée. Pas qu'elle l'avait créé.

Kleinz: C'est un non ?

Mei: Je joue. Elle en fait partie.

Kleinz: Encore aujourd'hui ?

Mei: Oui.

Kleinz: Et qui est-elle ?

Mei: Mei Misaki.

_________________
Kyoko's Theme: https://www.youtube.com/watch?v=Sj7LYkXkplo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Aventurière
MembreAventurière
avatar
Nombre de messages : 1457
Age : 25
Date d'inscription : 16/02/2010

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
0/500  (0/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Chroniques du conseil des ombres [+12 ans recommandé]   Lun 5 Aoû - 18:46

Entretien avec Mei Misaki n°5


Kleinz: Entretien avec Mei Misaki, cassette n°154, entretien passé à 18h44.

Mei: Je remarque que vous n'avez aucune régularité.

Kleinz: Bonjour Mei. Comment vous portez-vous ?

Mei: Depuis à peine trois heures ? Comme un chien battu.

Kleinz: Pourquoi donc ?

Mei: Ah parce qu'il faut une raison ?

Kleinz: Ma foi...

Mei: Et vous même, Hope ?

Kleinz: Bien. Pouvons-nous commencer ?

Mei: Quand vous appuyez sur le bouton d'enregistrement, j'imagine que nous n'avons pas le choix.

Kleinz: J'avoue. J'aurais dû attendre que nous soyions bien prêts.

Mei: Laissez tomber. Le professeur le fait aussi. J'imagine que c'est pour ne rien rater de mes réactions. Parfois une conversation anodine en dit plus long qu'un interrogatoire.

Kleinz: Sauf que les conversations sont tout sauf anodines avec vous.

Mei: Vil flatteur.

Kleinz: Bien, commençons. La dernière fois, nous parlions de la création du conseil des ombres. Et si vous m'en parliez un peu plus. Des membres qui le composent par exemple. Nous savons déjà que ce sont des enfants.

Mei: Techniquement, j'en suis également un.

Kleinz: Vous avez quel âge ?

Mei: Vous me donneriez combien ?

Kleinz: Euh... Je...

Mei: Ne soyez pas gêné, on est entre nous. Et puis, je ne suis pas de ces femmes qui s'offusquent sur leur âge.

Kleinz: 16 ans. Mais je sais que vous en avez plus.

Mei: Exact. Mais en vérité, j'ai... En fait j'ai perdu le compte. Je crois vous avoir déjà dit que les origines ne m'intéressaient pas. Mais si je devais m'en référer à mes souvenirs de l'indépendance de Shinrya... Je dirais 300 ans au bat mot.

Kleinz: Et pourtant toujours aussi fraîche qu'une pêche.

Mei: Pâle comme la mort et un oeil en moins, et un doigt en moins. Je crois avoir même trouvé un cheveu blanc au réveil ce matin.

Kleinz: Vous avez peur de mourir ?

Mei: Non. Mais j'aime bien me faire peur avec.

Kleinz: Nous reviendrons une autre fois sur votre longévité et votre point de vue sur la mort. Il vaut mieux que nous en restions à vos membres.

Mei: Comme vous voudrez.

Kleinz: Vous pouvez m'en parler ? Vous les considérez tous comme vos enfants ?

Mei: Avec le temps, je parle volontiers de famille. Certains se sont émancipés. J'ai parfois l'impression d'avoir trouvé un père en Alois pour tous ces enfants.

Kleinz: Et bien allez-y, parlez moi d'Alois.

Mei: Un des derniers pourtant. Un vrai boute en train. Percer les yeux des servantes, préparer des soupes de sang, payer ses impôts... Charmant.

Kleinz: Je crois savoir qu'il est particulièrement influent. On parle de lui comme un successeur à vos oeuvres.

Mei: S'agissant d'espionner et de tuer, peut-être. Recueillir ces chers petits... Un peu moins. C'est surtout une tête brûlée, mettant en doute mes décisions... Sale petit avorton... Mais si beau, si tendre, si fragile... S'il touche un seul cheveu... Tu ne mérites pas de vivre, crétin !

Kleinz: Mei ! Mei ! Du calme !

Mei: Vous disiez ?

Kleinz: Mei ? Tout va bien ?

Mei: Poursuivez.

Kleinz: Hmm... Euh... Bien... J'ai ici des notes du professeur sur quelques enfants. Emiko et Fujimi par exemple. Des membres de votre conseil ?

Mei: Si on veut. Elles sont apparues peu de temps après la résurrection de Sasaki. On frappe à ma porte. Et les voilà. Un choix tout désigné pour surveiller Sasaki. Un duo idéal. Insoupçonnable.

Kleinz: Pourtant, vous les avez tuées ?

Mei: Pardon ?

Kleinz: C'est ce que dit le rapport.

Mei: Bien que pas tout à fait du conseil, je les considérais comme mes enfants. Comment aurais-je pu faire une chose pareille ?

Kleinz: Le rapport dit qu'elles ont disparues peu de temps après Sasaki.

Mei: Et en quoi cela me concerne ? De quoi serais-je coupable ?

Kleinz: Nous savons tous les deux que cette histoire vous concerne de près.

Mei: Vous voulez que je dise que je les ai tuées ? Je les ai tuées. Pour avoir échoué. Mais elles ne sont pas mortes. Elles dorment les angelots. Mes amours. Pas si morts.

Kleinz: Bien. Et à présent, j'ai ici des déclarations de parents se plaignant que vous avez enlevé leurs enfants.

Mei: J'ai fait ça, moi ?

Kleinz: Mei...

Mei: Pour moi, ils étaient tous morts.

Kleinz: Les parents ? Soyez plus claire.

Mei: Les pauvres chous seraient morts de froid. On ne peut pas dire que ces parents soient reconnaissants. Cela doit être pour ça que la plupart sont morts aujourd'hui.

Kleinz: Vous êtes responsables ?

Mei: Souhaiteriez vous me diaboliser ?

Kleinz: Nous cherchons la vérité. Nous savons que vous avez accompli de grandes choses. Certaines que l'on qualifiera de bénéfique, d'autres d'horribles. Nous tâchons de faire le tri.

Mei: Cela fait des années que j'essaye de le faire.

Kleinz: Et les enfants qui sont morts ? Vous leur réservez toujours un... Comment dirais-je ? Un traitement particulier.

Mei: Pas les morts. Ceux qui restent. Dans notre famille, un mort c'est une tragédie et il est hors de question que ces enfants souffrent de son absence. Je m'assure qu'ils oublient tout de son existence. Cet enfant que nul autre qu'eux et moi connaissions, il n'existe plus que pour moi. Ainsi, personne ne souffre.

Kleinz: Sauf vous. Si ce que vous dites est vrai, vous devez déborder de mauvais souvenirs, de sentiments tristes.

Mei: Plus que tu ne peux l'imaginer.

Kleinz: Vous absorbez et mélangez tout de votre "famille". Vous êtes en quelque sorte le conseil à vous tout seul. Voilà qui pourrait expliquer beaucoup de choses sur votre façon d'être, votre personnalité changeante et plurielle.

Mei: Heureux de vous sentir soudainement intelligent ? D'avoir percé un mystère ?

Kleinz: Et bien...

Mei: Un conseil, Kleinz. Oubliez tout ça. De toute façon, entre la vérité et le mensonge il n'y a qu'un pas.

_________________
Kyoko's Theme: https://www.youtube.com/watch?v=Sj7LYkXkplo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Aventurière
MembreAventurière
avatar
Nombre de messages : 1457
Age : 25
Date d'inscription : 16/02/2010

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
0/500  (0/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Chroniques du conseil des ombres [+12 ans recommandé]   Ven 9 Aoû - 1:48

Chanson de Mei Misaki

http://tindeck.com/listen/xktf

Mes amis, prenez place et entendez
L'histoire tragique d'une charmante fille, écoutez
Elle était belle comme le jour
Et c'était merveilleux de la voir sourire enivrée d'amour

Mais la mort frappe au hasard
Là est son histoire
A Mei Misaki

Mei Misaki, la fille aux cheveux noirs
Elle n'avait qu'un oeil mais en pleurait davantage
Mei Misaki la fille aux cheveux noirs
Elle avait des rêves dorés dans le cœur et le cœur en cage

Nous sommes le conseil des ombres,
camouflé dans la nuit
et l'esprit qui sombre
dans la folie.

La fille fut oubliée un soir d'hiver
Toute seule dehors, qui s'occupait d'elle ?
Un seul homme
Il disait "si tu ne veux pas vivre l'enfer,
lance ton oeil vers le ciel
Oublie qui tu es, tout ça tu gommes"

Où est mon esprit ?
Parti, perdu quelque part
dans un terrible cauchemar

Mei Misaki, la fille aux cheveux noirs,
Elle ne parlait pas beaucoup mais n'en pensait pas moins
Mei Misaki, la fille aux cheveux noirs,
Si vous l'entendiez, vous la brûleriez au quatrième degré au moins

Et devinez le meilleur de l'histoire ?
Son calvaire ne fait que commencer
C'est son histoire, son futur, sa destinée

_________________
Kyoko's Theme: https://www.youtube.com/watch?v=Sj7LYkXkplo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Aventurière
MembreAventurière
avatar
Nombre de messages : 1457
Age : 25
Date d'inscription : 16/02/2010

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
0/500  (0/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Chroniques du conseil des ombres [+12 ans recommandé]   Dim 15 Sep - 15:21

Journal de Kleinz



Kleinz: Journal du docteur Kleinz. Je n'en ai jamais fait et je ne pense pas que j'en referai, mais... Il faut que je me confie. Par où commencer ? Tout d'abord, je dois avouer que je n'ai pas enregistré toutes nos entrevues avec Mei Misaki. Après chaque entrevue, je coupais l'enregistrement et je continuais à lui parler, simplement. A force, je crois même avoir cessé tout bonnement d'enregistrer. Je ne saurais vraiment le dire avec certitude, mais je crois bien avoir passé une fois trois jours et deux nuits à lui parler sans discontinuer, jusqu'à ce que la fatigue me prenne. Mais peut-être n'était-ce qu'une impression dû à la fatigue...

Nous avons parlé de choses et d'autres. D'elle surtout. Je m'en veux car peut-être avons-nous raté des informations qui auraient été utiles pour la comprendre enfin... A tête reposée... Mais moi sur le coup, je n'ai rien retenu. Tout est flou dans ma tête.

Ce journal pour vous dire aussi, que je cesse définitivement ces entrevues, enregistrées ou pas, que je pars le plus loin possible. Ces voix dans ma tête... Je crois qu'elles ne se tairont jamais. J'ai commis l'irréparable avec elle... Et ça, je ne pourrais jamais me le pardonner.

Par où commencer ? Je ne sais pas quoi dire, mais il faut que je parle. C'est étrange, non ? *rire nerveux* Elle m'a dit des choses... Que je n'ai pas compris. Ou en fait si, j'ai compris mais j'ai refusé que cela puisse être vrai. Notre monde, notre existence, la vérité... Tout ceci ne semble plus être ce que je pensais, ce que j'ai appris. Oh mon dieu, pardonnez-moi. Et cette sensation de n'avoir jamais affaire à la même femme de jour en jour, parfois même d'heure en heure... Chaque fois que je la voie, j'ai l'impression de voir une étrangère ou de revivre les mêmes heures éternellement. Et ce qui me faisait plaisir s'est transformé en cauchemar...

J'ai... Elle... Non, qui déjà a commencé ? Qui fut responsable ? Qui fut responsable de mon odieux crime ? En était-ce même un ? Moi il me répugne, je me répugne. Je dois me concentrer, me confier avant que je ne craque. Je dois essayer de me rappeler ce qu'il s'est passé... Je crois qu'elle m'a dit qu'elle se sentait seule... J'ai posé ma main sur mon épaule, et après ? Après bon sang !... Elle s'est levée, elle est passé de l'autre côté de la table et s'est tenue devant moi. Elle a baissé la tête et a versé une larme... Je ne sais pas ce qu'il m'a pris, pardonnez-moi !

Je l'ai prise dans mes bras... Je suis sûre que c'est elle qui l'a fait... Je me suis sentie basculer sur la table... Ou est-ce moi qui l'ai poussé ? Je me souviens juste qu'une fois son dos sur la table, elle était... Nue. Je ne me souviens pas... Quand s'est-elle déshabillée ? Quand lui ai-je arraché ses vêtements ? Et nous... Nous... Nous l'avons fait, je ne peux y croire.

Ce fut horrible. Comme faire l'amour à un mort. C'était le vide complet en moi et en elle. Mais je ne pouvais m'arrêter, comme mû par une force indescriptible. Je crois avoir hurlé "que voulez-vous de moi ?". Je ne crois pas qu'elle ait répondu. Elle était déjà morte sans doute. Si, elle m'a juste dit, je crois, quelque chose comme: "C'est toi qui me tueras." Mais comment le pourrais-je ?

Je ne comprends rien... Mais je voudrais dire dans ce journal... Vous avertir. Vous dire qu'il n'y a rien à apprendre de Mei. Ou alors juste une chose: elle dit toujours la vérité. D'une certaine façon, elle dit toujours la vérité, car elle n'en possède pas. Mais je ne crois pas pour autant qu'elle invente. Toutes ces vérités sont ancrées en elle, se contredisent, s'affrontent mais restent des vérités que l'on ne peut mettre en doute. Ou alors c'est le doute qui vous tuera. Si vous doutez, vous êtes morts. Voilà ce qu'il faut apprendre de Mei. Voilà ce que vous devrez garder en tête.

Mais comment certains peuvent-ils voir, ils sont rares, une héroïne ? Je veux dire, elle a aidé des héros à mener leur guerre juste et morale... Mais elle n'a pas l'étoffe d'une héroïne. Juste d'une femme qui est là sans autre but que de fourrer son nez là où on ne l'attend pas. Juste le visage d'un... Monstre. Ses yeux qui me percent... Entrent en moi et me mettent à jour...

Est-elle vraiment morte ? Cela me fait penser à ces théories qui voudraient que Mei ne soit pas immortelle. Nous nous sommes juste laisser berner. Il y a plusieurs Mei, des générations de personnes se faisant appeler Mei Misaki... Mais j'ai eu aussi l'impression de faire l'amour à plusieurs personnes en même temps... Elle est légion... Elle est partout... En elle, elle a l'univers et elle reste désespérément seule. Comment peut-on avoir tous ses souvenirs, tous ce vécu et ce sans exploser, en se sentant toujours plus seule ? Elle n'est pas seule bon sang ! Elle est remplie à ras bord d'autres qu'elle...

Je ne peux pas expliquer toutes ces sensations que j'ai eu. Tout ce que je dis ne sont que des hypothèses basées sur rien. Des sensations, des impressions tout au plus. Je veux juste dire... Que je m'en vais. Que je ne resterais plus longtemps ici. Et que si ce monde est bien celui que décrit Mei, alors il ne reste plus que deux solutions: faire taire les folles comme elle qui plaque la vérité à la face au risque de devenir fou, ou mettre fin à ce monde sans fondements. Ce qui détiennent la vérité je vous le dis, sont des fous. On nous ment et c'est pour notre bien. Ce qui refuse de mentir sont des fous dangereux.

_________________
Kyoko's Theme: https://www.youtube.com/watch?v=Sj7LYkXkplo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Aventurière
MembreAventurière
avatar
Nombre de messages : 1457
Age : 25
Date d'inscription : 16/02/2010

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
0/500  (0/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Chroniques du conseil des ombres [+12 ans recommandé]   Mar 8 Oct - 23:31

Entretien avec Mei Misaki n°6

???: Entretien avec Mei Misaki, cassette n°178, entretien passé à 19h14. Je suis de retour après trois mois d'absence. Le docteur Kleinz est toujours introuvable et ses recherches, ainsi que ses précédents entretiens le sont également.

Mei: Tiens ? Vous revoilà docteur ? Je vous ai manqué ?

???: Ne commencez pas, Mei. Je vous préviens que je suis de très mauvaise humeur. Où est Kleinz ? Où sont ses cassettes ?

Mei: Kleinz ? Jamais entendu parler.

???: Ne vous moquez pas de moi ! Vous savez ce qu'il s'est passé.

Mei: Vous voulez vraiment le savoir ? Kleinz a pété les plombs, voilà ce qu'il s'est passé.

???: Je lui avais dit qu'il n'aurait pas dû rester avec vous...

Mei: Mais le zélé cadet a pris la relève. Il ne vous était pas très utile, non ? Mais il vous aimait bien. Enfin, je crois.

???: Pour la dernière fois, Mei, où sont-ils, lui et ses recherches sur vous ?

Mei: Hmm... J'ai droit à combien d'essais ?

???: Tant pis pour vous vous l'aurez voulu. Oh là, messieurs ! Attachez-la à la chaise et que ça saute.

Mei: Deux charmants et solides gaillards pour me maîtriser ? Vous me sur-estimez, c'est gentil.

*coupure*

???: Bien. Puisque vous semblez calmée, et puisque vous ne voulez pas collaborer, nous allons non seulement user de la manière forte mais aussi parler de choses plus désagréables.

Mei: Oh mon dieu, je tremble de peur...

???: Alors, et si nous parlions d'E.K. ?

Mei: ...

???: Je vois que vous avez perdu votre langue. Où est donc votre air suffisant ? Cela vous dérangerait-il que nous en parlions ?

Mei: Pas du tout. Mais je vois seulement que vous êtes plutôt rancunier. Vous m'en voulez donc tant d'avoir annoncé le décès de votre famille ? C'est bas. Bas, bas, bas. Vous êtes bas. Bas.

*décharge électrique*

???: Pouvons-nous poursuivre ?

Mei: Une première question intéressante, docteur. Je crains de contre-suivre.

*décharge électrique*

Mei: Vos arguments sont pour le moins choquants.

???: Alors, nos archives disent qu'E.K. fut une sorte de mentor durant près de dix ans, c'est exact ?

Mei: Vous et les chiffres, c'est l'amour fou. Le coup de foudre. Je dirais neuf. La dixième compte pour du beurre.

???: Comment en êtes-vous venu à côtoyer E.K. ?

Mei: Facile. Nous nous approchions, épaule à épaule et nous voilà proches l'une de l'autre.

???: Mauvaise réponse, Mei.

*décharge électrique*

Mei: C'était à une époque où il y avait tout à apprendre, docteur.

???: Et que vous a t-elle appris ?

Mei: A ne pas se faire attraper par les médecins. Ce qui objectivement a foiré.

???: A part cela ?

Mei: A manger une hyène au dessert plutôt qu'un rat mort depuis deux jours.

???: Mei...

Mei: A votre avis ? Je lui dois beaucoup de mes trucs et astuces.

???: Et pourquoi l'avez-vous quitté ?

Mei: Dispute de couple. Hmm... Ou bien était-ce la cuisson de la hyène qui était douteuse ?

*décharge électrique*

Mei: Je me souviens d'un joli orage. Quand elle a décidé de s'allier au Setsune, j'ai décidé qu'il fallait voir plus grand.

???: Je crois que vous ne me dites pas tout.

Mei: Le tout c'est rien.

???: En ce cas, répondez à une question plus intime: pourquoi vous appelait-elle "Emilie" ? Etait-ce votre vrai nom ?

Mei: Un petit surnom. J'ai toujours eu des surnoms pareils. C'est plutôt banal de porter son réel nom, vous ne trouvez pas ? Elle n'a juste jamais décidé si elle devait l'écrire "Emilie" ou "Emiri" sur les notes de salaire. Mais écrire "Emiri", c'est la porte ouverte à des défauts de prononciations. Vous me voyez m'appeler "EmiRRRRi" ?

???: Intéressant. Il me semble clair qu'elle connaissait beaucoup de choses sur vous. Et que vous auriez préféré la faire taire ? Peut-être pour que comme aujourd'hui, personne ne sache réellement qui vous êtes ?

Mei: Elle était en tout cas la seule à faire frisonner mes ovaires.

???: Charmant.

Mei: Vous voulez les voir ?

???: Vos ovaires ?

Mei: Non, mon numéro. Chaque membre d'E.K. en avait un. Gravé sur la peau. Ca leur permettait de se reconnaître, puisqu'elles se ressemblaient toutes.

???: 15-0-6-SMEK. Bien. Et donc ? Elles se ressemblaient toutes ?C'est à dire ?

Mei: Les sbires d'E.K. étaient à son image. Toutes similaires.

???: Vous ne vouliez pas lui ressembler n'est-ce pas ? Peut-être aussi bien physiquement que moralement ? Et vous savez quoi ? Je pense que vous avez repris cette idée de double... J'ai longtemps douté sur votre soi-disante immortalité. Vous n'êtes peut-être pas la Mei d'il y a cent ans, d'il y a deux cents ans. Vous avez entretenu un mythe.

Mei: Théorie intéressante. Mais en ce cas, votre petite étude ne rime à rien. Si je ne suis pas la même Mei du matin au soir, si je ne suis pas la Mei d'hier et de demain, qui étudiez-vous ? Sûrement pas celle qui fascinait les psychiatres d'hier et de demain.

???: Mais vous restez une énigme. Que vous ayez cent ans ou vingt.

_________________
Kyoko's Theme: https://www.youtube.com/watch?v=Sj7LYkXkplo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Aventurière
MembreAventurière
avatar
Nombre de messages : 1457
Age : 25
Date d'inscription : 16/02/2010

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
0/500  (0/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Chroniques du conseil des ombres [+12 ans recommandé]   Sam 16 Nov - 1:51

Entretien avec Misaki Fujioka n°1

???: Entretien passé avec Misa... Hmm ? Oui pardon ?

Infirmière: Monsieur, on me prie de vous informer que votre entretien ne pourra durer plus de cinq minutes, la patiente ne doit pas surmener.

???: Entendu, je ne serais pas long. Bien. Où en étais-je ? Entretien passé avec Misaki Fujioka. Cassette n°148. Entretien passée à 13h45 à l'hopital Sainte Yuki. Bonjour, Misaki.

Misaki: Bonjour, monsieur.

???: Cela ne te dérange pas que je t'appelle Misaki ou que je te tutoie ?

Misaki: Pas de problème. Pourquoi ne pas enlever ce masque de votre figure ?

???: Tu es malade, Misaki. Contagieuse. Je suis désolé si cela t'offense.

Misaki: Tout est si terne, si blanc. Cela manque de... Couleurs.

???: Bien. Commençons, veux-tu ? Parle moi de Mei Misaki.

Misaki: Ma soeur jumelle bien aimée... Que dire ? Sinon qu'elle a beaucoup d'humour et un si bel oeil vert.

???: Rouge tu veux dire ? Quoiqu'il en soit, je te demanderais d'être franche avec moi. Tu es vraiment la soeur de Mei ?

Misaki: La soeur jumelle, 100% pur chair et sang. Je n'en ai pas l'air ?

???: L'apparence ne fait pas tout, Misaki. Les archives indiquent que tu es née il y a 25 ans dans le Setsune. Mei semble bien plus... Vieille, dans le sens où elle existe depuis bien plus longtemps.

Misaki: Mère... M'a beaucoup fait attendre dans son ventre. Mei est partie la première et j'ai attendu. C'était terrible. Mais aujourd'hui, nous sommes réunies, n'est ce pas choupinet ?

???: Je ne crois pas Misaki. Je crois que tu admires beaucoup trop Mei et qu'un choc mental a dû te faire croire que tu étais sa soeur.

Misaki: Vous dites n'importe quoi. Pourquoi Mei m’appellerait-elle "soeur" ou "soeurette" ?

???: Pour ne pas te blesser peut-être ? Ou parce qu'elle a cru pouvoir trouver un peu de famille ?

Misaki: Si vraiment c'est le cas, pourquoi être venu ? Si je ne suis pas sa soeur, je ne peux pas vous intéresser.

???: J'aurais cru que tu te serais bien plus défendu.

Misaki: Mei est ma soeur. Nous avons passé notre enfance ensemble. Nous jouions tous les vendredi soir au croquet et ensuite, mère nous racontait une histoire. Une histoire de princesses, voyez vous.

???: Je constate que tu as la même pathologie de mythomanie que ta... Que Mei. Il est vrai que la ressemblance physique et psychologique est troublante. Hormis peut-être que tu sembles toujours plus joyeuse.

Misaki: Je fais de mon mieux. Il faut bien que quelqu'un soit là pour consoler cette pauvre Mei.

???: Vraiment ? Et de quoi Mei aurait-elle besoin qu'on la console ?

Misaki: Elle a une famille. Si grande qu'elle n'a plus le temps pour moi, ni pour elle.

???: Le conseil des ombres...

Misaki: Et chacun de ces enfants ne connaît pas le malheur. Pourtant ils ont perdu plus d'un de leurs frères et soeurs. Pourquoi à votre avis ?

???: Vas-y.

Misaki: Mei s'assure qu'ils aillent bien. Cela a un prix. Mei a plus d'une histoire triste dans l'âme. Le seul truc, c'est que ce sont toutes des histoires vécues.

???: Je vois.

Misaki: Joueriez vous avec moi à colin-maillard monsieur ?

???: Je crains que non. De plus tu dois te ménager. Mei sait où tu es et comment tu vas ?

Misaki: Je ne sais pas. On ne s'est plus parlé depuis cinq ans.

???: Une dispute ?

Misaki: Non. Juste... Plus rien.

???: Pour combien de temps en as-tu encore ?

Misaki: Les médecins m'en donnent pour encore deux semaines. C'est bien non ? Deux semaines encore. Je me demande *toux violente* Je me demande *toux* Tout ce que je vais bien pouvoir faire *toux* en deux semaines... Des trucs supers.

???: Infirmière ! Elle crache du sang, il lui faut un docteur.

Infirmière: Ca devrait aller... Elle le fait exprès.

???: Exprès vous êtes sûre ?

Misaki: Tant qu'à faire les choses, faites les à fond, monsieur. Si je dois mourir de maladie, autant que ce soit à l'agonie.

???: Définitivement troublante cette pathologie de vouloir s'auto détruire que l'on retrouve chez vous deux...

_________________
Kyoko's Theme: https://www.youtube.com/watch?v=Sj7LYkXkplo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Aventurière
MembreAventurière
avatar
Nombre de messages : 1457
Age : 25
Date d'inscription : 16/02/2010

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
0/500  (0/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Chroniques du conseil des ombres [+12 ans recommandé]   Jeu 5 Déc - 20:16

Extrait du livre du docteur Hector Folkins: "La fierté scientifique"

Des générations de scientifiques se sont penchés sur le cas "Mei". Sans succès. C'est comme si les échecs répétés étaient autant d'injures à l'orgueil maladif de la science et de la raison logique. Comme si la rancœur éprouvée par ceux qui ont échoué se transmettait de générations en générations. Si bien que les méthodes employées s'en sont retrouvées de plus en plus barbare, de plus en plus immorale.

Le plus étrange reste sans doute le fait que Mei se plie à ces expériences quand le cœur lui en dit. Après tout ce temps, avec tout ce potentiel, on pourrait penser que Mei ne se laisserait plus attraper, ne se laisserait plus faire. Mais il n'en est rien. Elle finit toujours par retourner sur la table de billard ou dans un matelas de psychiatre. Bref, elle n'est pas pour autant un sujet inaccessible. Ses secrets le sont, mais pas la femme.

Et les témoignages affluent, les témoignages de scientifiques. L'un affirme l'avoir disséqué, ayant causé sa mort. Seulement voilà, bien que ses vêtements étaient tâchés de sang, ainsi que son scalpel et sa table d'opération, nulle trace du corps. Un autre a affirmé que Mei lui avait révélé qu'elle était née à Shinrya quand un autre a affirmé que Mei lui avait dit être née à Port Royal. Et bien d'autres témoignages contradictoires. Je ne sais plus qui affirmait que Mei était une extraterrestre venue de je ne sais quelle planète. Bien sûr, ce fut la théorie la moins retenue, la plus ridicule, mais beaucoup dé théorie arrêtèrent l'attention de tous.

La plus fréquente: celle que Mei serait une Dormeuse, éveillée bien sûr. Cette théorie fut ardemment défendue par le docteur Kirah, qui avait étudiée la mythologie de longues années durant. Elle s'était rendue compte que, dans le langage elfique, la déesse de l'ombre se nommait Maësaki. Comme les dormeurs ont des noms dérivés, l'hypothèse voulait que Mei Misaki soit la dormeuse de cette déesse. L'autre preuve invoquée était la représentation que les humains faisaient de la déesse de l'ombre (puisque, rappelons que les elfes ne font aucune représentation de leurs dieux). La voici:

Spoiler:
 

Bien sûr, cela ne prouve rien et bon nombre clamèrent que Mei avait une personnalité mythomane si prononcée, qu'elle croirait à ses mensonges, ce qui la pousserait à faire EXPRES de se donner l'apparence de cette déesse pour brouiller les pistes. Le climat quant à sa nature est donc très paranoïaque.

Il faut bien avouer que certains ont soit acquis une fierté quant à leur recherche sur Mei, affirmant détenir LA vérité, et que d'autres sont réellement devenus des psychopathes, ce qui a contribué à "démoniser" l'image de Mei, la rendant coupable de corrompre tout ce qui l'approche.

Si bien que le congrès de la science annuelle, se tenant à Shinrya, a longtemps débattu quant à savoir s'il ne fallait pas interdire la recherche sur le sujet Mei. Plusieurs choses allaient dans ce sens: la folie démesurée des chercheurs, les méthodes barbares, l'intérêt de la recherche (au fond qu'est ce que cela nous apporterait ?) et bien sûr, le danger pour le sujet comme les scientifiques.

Car certains étaient devenus si décidés à percer les secrets de Mei qu'ils étaient prêts à tout, et l'éthique même de la science était en danger. Certains affirmaient que, Mei ou pas, il fallait respecter la personne, aussi bizarre était-elle, même si l'on n'était pas certain que Mei soit humaine.

C'est ce point de vue que le docteur Satrestou défendit ardemment. Je me souviendrais toujours de ce jour. L'éminent professeur shinryen était là parmi tous les scientifiques, docteurs, psychiatres de tous les mondes réunis (en tout cas les plus éminents). Il se tenait droit et (ce fut ce détail qui me marqua) il avait sa toute jeune fille, Haruhi, à ses côtés. Ce fut la première et dernière fois qu'il l'amena au congrès.

Il s'était levé et, impérieux, il déclara:

"Messieurs, mesdames, il est inconcevable qu'un tel manque de respect pour la vie humaine se retrouve parmi nos confrères. Mei Misaki [ce fut bien l'un des seuls scientifiques à ne pas appeler Mei, le "sujet Mei"] est une humaine et par conséquent a des droits. De plus, elle nous a prouvé par l'histoire qu'il est infiniment dangereux de l'étudier. Je suis révulsé de voir que des humains puissent concevoir un autre être humain, uniquement comme un sujet d'étude, un cobaye libre de toute fantaisie. Si cela est votre science, alors elle est criminelle, et je ne veux plus en faire partie."

Les scandales qui suivirent les années suivantes autour du docteur vinrent quelque peu entacher son pouvoir au Congrès, mais il fut écouté et l'étude de Mei Misaki fut proclamée: "interdite et dangereuse". Mais le Congrès n'était qu'une assemblée visant à partager des points de vue, des recherches et e aucun cas dicter des lois. Elle n'avait aucun pouvoir et les recherches continuèrent. Par fierté scientifique comme je le pense.

_________________
Kyoko's Theme: https://www.youtube.com/watch?v=Sj7LYkXkplo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Aventurière
MembreAventurière
avatar
Nombre de messages : 1457
Age : 25
Date d'inscription : 16/02/2010

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
0/500  (0/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Chroniques du conseil des ombres [+12 ans recommandé]   Sam 18 Jan - 16:35

Extraits de lettres envoyées par le docteur Armand au docteur Morath au sujet de l'étude du sujet Mei
Lettres échangées entre le 20 Lobedas de l'an 69 de l'ère du vide et le 41 Mars de l'an 71 de l'ère du vide

Avons reçu sujet, impatients de commencer. L'avons placé en cellule 45 en attendant débuts des examens. Premiers constats: mauvaise santé physique, hygiène déplorable et peur apparente de tout ce qui l'entoure. Attendons davantage de précisions quant aux consignes. Professeur Armand.


Cher Professeur Morath,
je suis étonnée de votre demande. Nous avons toutefois comme exigée, déplacer le sujet dans la cellule 77 avec sécurité renforcée et outils de dissuasion extrêmes. J'ignore encore de quoi vous vous inquiétez mais je peux vous assurer que le sujet ne serait nous échapper. Quoiqu'il en soit, les études ont commencé, et nous avons entamé les recherches. Les échantillons de peau et de sang n'ont rien donné. Rien de particulier. En revanche, le cheveu que nous avons examiné a donné des résultats surprenants. Nous avons trouvé une quantité hallucinante de mana et de formol. Pour ce dernier je soupçonne que nous ne soyons pas les seuls à l'avoir étudié. Quelles horreurs lui ont-ils fait alors ? Conserver comme un squelette de poussin dans un bocal de formol ?
Bref, nous ne lui avons pas adressé la parole, comme demandé, et nous nous sommes assurés que personne ne le fasse. En tout cas, elle continue à rester en position foetale dans sa chambre en tremblant de tous ses membres. J'insiste pour lui procurer au moins une couverture.


Cher Professeur Morath,
comme demandé, nous allons approfondir les recherches sur le formol retrouvé dans ses cheveux. Mais ait-il bien nécessaire d'entamer les expériences de type A ? Je veux dire que le sujet semble encore en très mauvaise santé et que ces méthodes, que je qualifierais de peu orthodoxes, risquent de la tuer. Nous devrions d'abord nous assurer qu'elle va bien, et ce n'est pas le cas actuellement.


Professeur Morath,
Nous avons entamé les expériences de type A, comme demandé. Le sujet n'y a pas survécu. Devons-nous continuer ?


Professeur Morath,
Je ne vous avais pas envoyé les résultats des recherches car je ne pensais pas que cela avait la moindre importance, surtout maintenant que le sujet est décédé. Donc, les expériences ont révélés que la jeune fille avait été victime de plus d'un transfert d'énergie plus ou moins volontaires. Tout son être semble n'être qu'un contenant de multiples sources. Un traitement similaire à un humain lambda l'aurait déchiré en milles morceaux, déchiré par toutes les énergies, toutes les voix que le corps s'est octroyé. On semble cependant avoir procédé à de nombreuses... Comment dire ? Modifications subtiles, à peine perceptibles, mais ô combien réussies.
Ces modifications ont sûrement pour but d'empêcher ce corps de se briser sous la pression de toutes ces énergies contradictoires. Mais je dois admettre que d'un point de vue éthique, ces "améliorations" ont dû être barbares. C'est comme si à la moindre fissure, on les avait recousu. Pas avec du fil, bien sûr, ce serait trop visible. Avec autre chose, de tout aussi, voir plus, douloureux. C'est plus spirituel, plus magique, plus éthéré. Mes hypothèses sont nombreuses, et je me demande même si elle n'a pas été créé de toutes pièces.


Professeur Morath,
Je ne comprends pas. Je ne comprends vraiment pas. A notre porte a frappé le sujet Mei. En parfaite santé. Et puis, le corps, le sujet, il n'était plus là. Etait-ce une autre, était ce elle revenu du royaume des morts ? Elle est là, des gens sont morts, sans une goutte de sang, rapidement, sans qu'elle les ait touché. Il se passe quelque chose comme si le bâtiment lui-même devenait vivant. Je vous assure que les murs me regardent et que chaque meuble veut ma mort. Je ne sais si elle est partie, je me suis barricadée dans mon bureau. Mais j'ignore si... En fait, je crois que je devrais vous joindre à cette lettre, les travaux d'un collègue. Cela vous intéressera. Quoiqu'il en soit, je sais à présent que Mei est venue me chercher.


Pièce jointe: les horreurs sous nos pieds

"Et des profondeurs naquit la chose sans forme, produit de la volonté de la chose sans-nom, une Dormeuse comme on l'appelle. D'un cocon à une larve qui sortit de la terre lentement comme une plante qui s’élèverait vers le ciel. Et soudain qui éclate et libère son cadeau empoisonné. Qui avait forme répugnante prend forme charmante de femme et devient un être comme les autres parmi nous mais garde son devoir de servir ce qui grandit, ce qui se nourrit, ce qui engloutit et engloutira."

Monsieur Armand, les autres fragments de ce texte ancien que je ne pourrais malheureusement vous joindre car ils sont à présent en miettes, car ils étaient enchantés pour n'être lu qu'une fois, me laissent présager que la réponse aux énigmes se trouvent sur l'île maudite d'E.K. Signé, Professeur Kant


Monsieur Armand, ne m'envoyez plus de lettres. Signé: Professeur Morath.

_________________
Kyoko's Theme: https://www.youtube.com/watch?v=Sj7LYkXkplo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Aventurière
MembreAventurière
avatar
Nombre de messages : 1457
Age : 25
Date d'inscription : 16/02/2010

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
0/500  (0/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Chroniques du conseil des ombres [+12 ans recommandé]   Sam 19 Juil - 11:50

Extraits de La Malédiction de Shinrya, livre de Ernest La Volière

Shinrya n'est finalement que le vaste autel d'une secte qui offre ses habitants à l'appétit vorace du chaos. Toutefois, contrairement aux sectes classiques, ses membres le sont involontairement et sans même savoir qu'ils en font partie. Il n'y a pas non plus de grand maître, pas plus que de responsables, pas de grand organisateur. Il faut entendre par cela, qu'il est difficile d'assurer que tout ceci n'est finalement le fruit d'une quelconque volonté au sens propre, si ce n'est le fruit de la nature elle-même. A vrai dire, au vu de la fatalité évidente, il est même étonnant que l'on est encore pas entendu parler de la moindre secte extrémiste prêchant ce qui ressemblerait fort à la fin de l'humanité.

Le plus triste dans cette histoire est probablement le fait que les actions héroïques du peuple de Shinrya, tels que la prise de son indépendance sur le Setsune, son combat contre les tyrans, sa guerre pour guérir Shinrya et en chasser les profiteurs... Toutes ces actions ne sont finalement pas en opposition à cette fatalité (que les Shinryens, peuple fier, auraient sûrement déjà eu à coeur de combattre s'ils en avaient mieux la connaissance), mais au contraire ont servi ce sacrifice, cet appétit, les morts n'étant qu'autant d'âmes servies en repas au chaos qui niche sous la terre.

Mais alors, décrit de la sorte, et en regardant les faits, on ne peut que se demander si cela ne touche réellement que les Shinryens, ou plus exactement, pourquoi ne parler de cela qu'en désignant ce peuple alors que leurs malheurs ne semblent pas bien différents de ceux d'un peuple quelconque ? Guerres, rébellion, luttes intestines, conflits territoriaux, intrigues politiques... Rien qui sorte de l'ordinaire et finalement, au regard de ceci, les autres pays ne nourrissent-ils pas eux aussi l'appétit insatiable du chaos ?

C'est qu'il y a le concept et il y a la "chose". Les deux ne sont pas particulièrement différentes, ce pourquoi il est difficile d'en faire la comparaison. Grossièrement, on pourrait qualifier la "chose" de créature, d'entité vivant sous terre, mais il semble (car nous n'avons jamais vu ou rencontré cette chose) qu'elle ne soit pas pour autant qu'elle ait une forme au sens propre. Elle tient autant du concept que du monstre. Un peu comme ce que certains peuples nomment le "Nihil", errant partout pour punir ceux qui trichent avec la vie mais n'ayant finalement que la forme et l'identité que l'humain lui donne. Au final, Nihil est plus un concept qu'une chose. Ainsi en est-il sans doute de même avec le "chaos de Shinrya".

Il faut remonter aux textes anciens elfiques pour saisir que Shinrya a un rapport au chaos particulier, différent des autres. Bien sûr, ces écrits sont rares, les elfes ne sont pas des écrivains, mais ils existent. Et ils affirment en parlant de ce qu'ils appellent "l'âge d'or", en référence au temps où c'étaient eux qui habitaient Shinrya, que les racines des arbres, dont ils avaient alors grand soin étaient autant de liens, de chaînes pour ce qui habitait les profondeurs.

Certains y voient une référence aux Zir'Khiss, que ce sont eux que les racines retenaient. Cela est pure fadaise. On sait que les Zir'khiss étaient bien loin d'être enchaînés par les elfes. Ces derniers se cachaient des Zir'khiss et habitaient chacun de leur côté. Et même lorsque les Zir'khiss en furent à leur déclin, les elfes avaient alors déjà écrits cette histoire de racines-chaînes, depuis bien longtemps.

Par la suite, les elfes racontèrent que ce sont les humains qui ont brisé les chaînes de la "chose". Bien sûr, peu d'humains y prennent foi. La fierté humaine s'y refuse. Il faut dire qu'il est difficile, même pour nous autres érudits, de ne pas y voir là une marque d'amertume d'avoir été chassé. Le récit se rapporte d'ailleurs plus à un mythe, comme ceux qui expliquent comment la lune croit et décroit ou comment le ciel est devenu bleu. Et entre la vérité mythologique et la vérité scientifique, il y a un fossé immense.

Toutefois, lorsque l'on sait comme Shinrya vit avec la magie, les créatures (justement sorties de terre), on ne peut que prêter l'oreille à ces histoires aussi fantaisistes soient-elles. L'humain est-il être de chaos, contrairement à l'elfe ayant vécu dans la paix ? Ou l'humain a t-il lui-même donné sa liberté et sa pleine force d'expression au chaos ?

Bien sûr, cela n'explique pas pourquoi Shinrya serait la seule concernée. En libérant la "chose", nous avons peut-être fait naître le chaos dans le monde entier. Pourtant, il n'échappe pas aux voyageurs attentifs et aux érudits consciencieux que l'histoire de Shinrya a une part d'ombre, un "je ne sais quoi" d'étrange.

Il y a ces mots: "Et des profondeurs naquit la chose sans forme, produit de la volonté de la chose sans-nom, une Dormeuse comme on l'appelle. D'un cocon à une larve qui sortit de la terre lentement comme une plante qui s’élèverait vers le ciel. Et soudain qui éclate et libère son cadeau empoisonné. Qui avait forme répugnante prend forme charmante de femme et devient un être comme les autres parmi nous mais garde son devoir de servir ce qui grandit, ce qui se nourrit, ce qui engloutit et engloutira."

Au regard de cela, il semble bien que Shinrya est l'épicentre de ce que l'on pourrait nommer le chaos. Et que sous ces airs de paradis, se cache, bien malgré eux, l'horreur. Mais si elle se nourrit... Que fait-elle de ce qu'elle avale ? La fin de cette légende annonce t-elle vers où cet appétit insatiable nous conduira ?

_________________
Kyoko's Theme: https://www.youtube.com/watch?v=Sj7LYkXkplo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Chef du Conseil des Ombres
MembreChef du Conseil des Ombres
avatar
Nombre de messages : 106
Age : 25
Date d'inscription : 13/08/2014

MessageSujet: Re: Chroniques du conseil des ombres [+12 ans recommandé]   Dim 19 Avr - 0:58



Jamais atteinte, jamais vaincue, vous ne serez jamais prêt. Vous ne vaincrez jamais votre nature. Je suis... Le chaos...

Appel entendu sur l'île d'E.K.

_________________


Mei's theme: http://tindeck.com/listen/xktf
Et tout l'album Consolation de Kalafina
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Chroniques du conseil des ombres [+12 ans recommandé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chroniques du conseil des ombres [+12 ans recommandé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chroniques du conseil des ombres [+12 ans recommandé]
» [Horde] Projet de guilde RP « Chevalier de Sang »
» [Projet] Conseil des Ombres.
» [Accepté] Druide Restauration - Conseil des Ombres
» Tenue d'un Conseil de la Horde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kingdom Hearts RPG :: Divers :: Le coin écriture-
Sauter vers: