Kingdom Hearts RPG


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Gold-Winged Key Chronicles - Aventures solo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Membre
Aventurier(ière)
avatar
Nombre de messages : 1199
Age : 22
Localisation : En quête d’action !
Arme : Clé Ailée d'Or/ Coutelas-broche/ Pistolet à Grappin
Invocation : J'en ai pas besoin !
Date d'inscription : 28/04/2014

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
500/500  (500/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Gold-Winged Key Chronicles - Aventures solo   Ven 16 Jan - 10:36

[Voilà, j’en avais parlé, je le fais : voici les « aventures solo » de Senjougahara. Elles se déroulent plus ou moins à la suite de mes rpg en cours, et, comme vous avez pu le remarquer grâce au titre, j’y joue seule.
Vous pouvez lire, bien sûr, et même commenter si vous vous sentez l’âme d’un critique.
... Et désolée pour les double-posts ^^']



~ Château de la Bête :

C’était, décidément, un bien étrange château. Oh, Senjougahara n’était pas de ceux qui pouvaient se vanter d’avoir vu beaucoup de châteaux, bien entendu ; mais il ne pouvait non plus ignorer à quel point le bâtiment était singulier, dans la mesure où tous les objets semblaient dotés de vie, et, plus intrigant, d’une réelle curiosité à son égard.
Lorsque Senjougahara, pour la énième fois, fit volte-face dans l’espoir de surprendre un de ses poursuivants, il fut déçu de ne voir que son ombre, projetée par les chandeliers sur une imposante armoire. Avec un reniflement agacé, le jeune homme se remit en chemin.

Il était venu seul, et n’avait parlé de cette escapade à personne. Lui-même ignorait la raison de cette fugue soudaine : peut-être un besoin de souffler, loin des autres ; peut-être était-ce dû au dernier entretient, bien mouvementé, avec Nihal.
… Ou peut-être était-ce parce que Senjougahara savait que ce qu’il était en train de faire était mal, et qu’il préférait que ses amis n’en sachent rien.
Le matin-même, l’adolescent avait enfilé son écharpe et ses bottes, avait chargé la Clé Ailée d’Or et était parti, sans guide ni indice, sans carte et sans un mot.
Juste lui, son arme, et son journal. Des choses en lesquels il savait qu’il pouvait avoir confiance.

Et, honnêtement, le jeune homme aux cheveux miel ne regrettait pas son choix. Au début de son expédition, il s’était senti un peu perdu, un peu stupide dans les grands et oppressants couloirs du Château de la Bête ; il avait commencé par errer, dans ce milieu inhospitalier, avec pour seule compagne sa paranoïa grandissante. Puis la solitude s’était estompée au fur à mesure de sa progression ; les Sans-Cœurs Ombres avaient commencé à affluer, détournant Senjougahara de sa mélancolie.
Et alors qu’il s’enfonçait plus profondément dans les entrailles du bâtiment, le jeune homme avait senti l’excitation s’emparer de lui. Il était entré par effraction dans ce château ! Il s’y promenait à l’insu du maître des lieux ! Chaque seconde passée dans ces couloirs sombres était une seconde de plus dans l’illégalité, une seconde de plus avant le moment fatidique où l’adolescent à l’écharpe écarlate se retrouverait face à la Bête. Senjougahara ne savait pas grand-chose de cette dernière, en vérité, sinon qu’elle était féroce, puissante, et qu’elle n’appréciait guère les étrangers. Et encore moins les petits étrangers malintentionnés comme Senjougahara.

- Je te TIENS ! S’écria soudain Senjougahara, braquant son arme sur son traqueur ; sa belle excitation retomba tout net lorsqu’il s’aperçut de la nature de ce dernier.
Coiffé d’un chaperon orange, le torse proéminent et les yeux jaunes et vides, le Sans-Cœur donnait l’impression d’avoir avalé un énorme marteau, et de digérer maintenant l’outil coincé dans son estomac ; le résultat était à la fois comique et effrayant.
Senjougahara bondit au moment au la créature de Ténèbres abattit, à la manière d’un marteau, le renflement de sa poitrine sur le sol.
Le choc qui en découla fit vibrer les dalles et les colonnes, et aurait sans le moindre doute secoué les os du jeune homme si ce dernier n’avait pas eu le réflexe de se jeter au loin.
Aussitôt, le bras de Senjougahara se tendit, la Clé Ailée d’Or étincela, et une boule d’énergie fendit l’air pour frapper le Sans-Cœur. À la grande déception du jeune homme, la créature ne sembla pas en souffrir outre mesure ; au contraire, elle prépara même une nouvelle attaque. Cette fois -ci, Senjougahara l’esquiva sans trop de peine, ayant compris la stratégie du Sans-Cœur. L’adolescent saisit le minuscule levier qui ornait, depuis peu, son bracelet, et le fit coulisser le long de son encoche.
- On va voir ce que vaut ce Régulateur de Puissance… Mange-ça ! Et, d’un geste sec, le jeune homme tira un rayon d’énergie. Ou plutôt, un monstrueux rayon d’énergie fusa de la Clé, propulsant le jeune homme en arrière, catapultant le Sans-Cœur contre une colonne avant de le démanteler complètement, et achevant de briser la colonne dans le même élan. Senjou mit quelques secondes à comprendre ce qu’il s’était passé, et pourquoi il avait aussi mal au dos et aux oreilles ; légèrement titubant, l’adolescent se releva, et promena ses yeux délavés sur la scène de bataille. Au bout du couloir trônait la ruine de la colonne, insolente et incongrue au milieu de ses sœurs encore intactes. Mais avant que Senjougahara n’ait eu le temps de dire « oups », un rugissement inhumain ébranla la bâtisse.
Au son de ce rugissement, empli d’une rage indomptable et d’une férocité monstrueuse, l’adolescent sentit ses cheveux miel se hérisser, un par un, sur sa nuque.

Désormais, son hôte était au courant de sa présence
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Aventurier(ière)
avatar
Nombre de messages : 1199
Age : 22
Localisation : En quête d’action !
Arme : Clé Ailée d'Or/ Coutelas-broche/ Pistolet à Grappin
Invocation : J'en ai pas besoin !
Date d'inscription : 28/04/2014

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
500/500  (500/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Gold-Winged Key Chronicles - Aventures solo   Sam 17 Jan - 14:55

- Voilà un bien étrange visiteur.
- Il a ruiné une colonne vieille de plusieurs siècles ! Et qui aurait tenu plusieurs siècles encore sans son intervention !
- Il est bien astucieux, vif et bien intrépide ; as-tu vu la manière dont il a escaladé le mur de la tour ?
- J’ai surtout vu qu’il avait semé la zizanie dans les couloirs !
- Parlons-en, des couloirs : as-tu vu comment il a contourné celui qui est condamné ? Qu’à cela ne tienne, il est passé par l’extérieur ! En équilibre au-dessus du vide ! Bravant le vent, la pluie, et trompant la mort ! Quel courage, quel… héroïsme !
- Cesse de parler de lui avec tant d’enthousiasme ! Ton « trompe-la-mort », comme tu dis, n’a rien à faire en ces lieux ! Surtout qu’il n’est vraisemblablement pas là pour de bonnes raisons !
- Allons, Big Ben, tu penses qu’il s’agit d’un cambrioleur ? Il me parait bien jeune. Non, à mon avis, c’est un aventurier.
- L’âge n’a rien à voir là-dedans ! C’est peut-être un voleur, ou même un assassin ! As-tu vu la puissance de son arme ?
- Tu vois le mal partout ; je suis persuadé que notre hôte n’est pas un criminel. Il combat les Sans-Cœurs, après tout. J’ai bien envie de faire sa connaissance…
- Tu n’y penses pas ! Nous ne devons pas avoir affaire à lui ! Le Maître ne va pas tarder à se mettre en chasse, il est essentiel que nous ne nous en mêlions pas ! Lumière, tu m’écoutes ? Lumière ! !



Senjougahara se plaqua contre le mur, le souffle court. Il ignorait depuis combien de temps il courait, mais une chose était sûre : il ne reconnaissait pas du tout l’endroit.
Pire, il lui semblait qu’il avait changé de château, voire de monde. Il n’avait pourtant pas activé la Clé Ailée d’Or – laquelle avait, d’ailleurs, été vidée par la puissance de la précédente attaque – alors que s’était-il passé ?
Les couloirs sombres aux murs abimés avaient fait place à de beaux corridors éclairés et agréablement décorés, et le mobilier en ruine avait été remplacé par de charmants meubles en parfait état.
Donc, où suis-je ? La question était d’autant plus préoccupante que la survie du jeune homme en dépendait partiellement : peu de temps après que le rugissement de la Bête eut résonné dans la bâtisse, un bruit de cavalcade s’était fait entendre. Porté par une force qu’il ne se connaissait pas, Senjougahara s’était mis à courir, sans pause et sans regard en arrière, espérant ainsi échapper à une mort certaine. Le bruit de griffes raclant le sol s’était finalement estompé ; mais cela ne voulait pas forcément dire que la Bête avait abandonné la poursuite…

L’adolescent à l’écharpe écarlate se laissa choir le sol. Diantre, il y avait longtemps qu’il n’avait pas couru comme cela ! Ce jeu, mortellement dangereux, était aussi terrifiant qu’excitant. Senjougahara sortit sa gourde et entreprit de boire pour calmer l’incendie qui brûlait ses poumons. Mais alors que le jeune homme avalait une seconde gorgée d’eau glacée, son attention fut brutalement attirée par un frottement sur sa gauche. Aussitôt, Senjougahara se releva dans une roulade, et braqua son bracelet sur l’origine du bruit. La suite des événements le laissa interdit.

- De grâce, jeune homme ! Baissez donc votre arme, nous ne sommes pas vos ennemis ! La voix, suave et amicale, émanait de ce qui ressemblait trait pour trait à un chandelier. Un étrange chandelier doté d’yeux et d’une bouche.
- Lumière ! Chuchota avec réprobation – Senjougahara écarquilla les yeux – une petite horloge à pendule, elle aussi possédant un visage humain.
- Euh, fit l’adolescent aux yeux délavés, à défaut d’une réponse plus loquace.
- Permettez-moi de me présenter, mon garçon : je suis Lumière, et voici Big Ben. Et vous, qui êtes-vous ?
- Senjougahara, articula l’interpelé, revenant doucement à lui. Vous êtes… Une bougie ?
- Un chandelier, mon garçon, un chandelier, répondit l’être avec un rire chaleureux. Et vous, qu’êtes-vous, à part un visiteur nocturne ?
- Lumière, ce n’est pas le moment, l’interrompit alors le dénommé Big Ben. Quant à vous, vous n’avez rien à faire ici ! Le Maître vous fera payer cette intrusion !
- … Mais je…
Commença Senjougahara, sentant doucement son assurance le quitter. Était-il en train de se faire réprimander par une… horloge ?
La conversation, cependant, fut interrompue par un nouveau rugissement. Fichtre, il avait failli l’oublier. Le teint de Senjougahara devint livide, tandis que ses mains se mettaient à trembler. Comme un ressort, ses jambes se détendirent, arrachant le jeune homme du sol ; quelques dixièmes de seconde plus tard, l’adolescent volait presque à travers les couloirs, emporté par son adrénaline.
- … Quel sprint ! Commenta Lumière, admiratif. Quelle vivacité !

C’est ce moment que choisit la Bête pour bondir dans la pièce, un éclat sauvage au fond des yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Aventurier(ière)
avatar
Nombre de messages : 1199
Age : 22
Localisation : En quête d’action !
Arme : Clé Ailée d'Or/ Coutelas-broche/ Pistolet à Grappin
Invocation : J'en ai pas besoin !
Date d'inscription : 28/04/2014

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
500/500  (500/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Gold-Winged Key Chronicles - Aventures solo   Dim 18 Jan - 18:33

Belle s’éveilla en sursaut, arrachée à son sommeil par l’entrée, en trombe, d’une tornade dans sa chambre.
- Mon dieu ! Mais que… La jeune femme n’eut le temps de terminer sa phrase, car la surprise lui ôta la parole. La petite tornade était, en réalité, un jeune garçon aux cheveux d’un blond rappelant le miel et portant une écharpe de couleur écarlate. Ce dernier regarda autour de lui, paniqué, puis, sans un mot, se jeta dans l’armoire, dont il referma la porte.

Belle ne tarda pas à comprendre la raison d’un tel acte ; quelques secondes plus tard, la Bête fit irruption dans le couloir, hurlant à plein poumons.
- Calmez-vous, Maître ! Plaida la voix de Lumière, entre deux rugissements furieux. Que se passe-t-il ? Un intrus ? Allons, ce n’est pas la peine de se fâcher comme cela…
Belle tendit l’oreille, mais Lumière avait baissé la voix ; la discussion se poursuivit quelques minutes encore, puis la Bête sembla se calmer. Belle secoua la tête, ennuyée ; depuis les récents événements, la Bête était devenue bien plus nerveuse, bien plus irascible. Il devenait très dur de l’apaiser, comme il devenait dur de dialoguer avec elle. Tout ce chemin parcouru, et maintenant une telle régression

Lorsque la Bête s’en retourna dans ses appartements enfin, Belle s’approcha de l’Armoire. Cette dernière ouvrit ses portes, dévoilant le fameux « intrus ». En toute honnêteté, Belle se demanda si la colère de la Bête était bien justifiée ; l’être qui lui faisait face ne devait pas avoir plus de quinze ans, et était aussi mince que petit. En outre, son regard, délavé et apeuré, lui conférait un côté d’autant plus fragile.
Certes, autrefois, un visiteur du même type était venu, et avait tenu tête à un monstrueux Sans-Cœur, et ce en dépit de son jeune âge ; mais il n’avait pas ce visage si triste, et n’avait pas fui pour se cacher dans une armoire…

- Il est parti, tu peux sortir, fit doucement Belle, essayant d’être la plus rassurante possible.
- Il était temps ; ses cheveux me chatouillaient, fit alors l’Armoire, faisant sursauter le jeune homme.
- Merci, souffla ce dernier, tout en s’extirpant hors du meuble.
- Et si tu me disais ce que tu fais là ? Lança alors Belle, croisant ses bras sur sa poitrine. Il faut que tu sois bien téméraire pour t’introduire ainsi dans le Château de la Bête.
- C’est un aventurier, intervint alors Lumière, tout en entrant par petits bonds dans la chambre, suivi par Big Ben.
- C’est un cambrioleur, déclara ce dernier, furieux. Et je ne comprends toujours pas pourquoi tu l’as protégé !
- Merci, répéta l’adolescent, cette fois à l’adresse du Chandelier. Et je ne suis pas un cambrioleur.
- Ah tiens ? Et que fais-tu ici, alors ? Pourquoi es-tu entré par effraction ?
Questionna vivement l’Horloge, que Belle s’empressa de calmer.
- Big Ben, voyons, laisse-lui le temps de se remettre de ses émotions…
- Je suis à la recherche d’un objet, mais j’avais pas l’intention de le « voler », répondit alors le jeune homme, à la grande surprise de la demoiselle. Je cherche des objets dans ce style.

Sur ces mots, le jeune homme désigna son bracelet. Belle s’approcha, intriguée. Tout d’or finement ciselé, le bijou n’était pas sans évoquer quelque mécanisme, dans lequel aurait pu s’emboîter divers pièces et ressorts. Une aile d’or teinté de vert le décorait. En dépit de tous les livres qu’elle avait lu, Belle devait bien avouer qu’elle n’avait jamais vu similaire objet.
Quoique…
- C’est un bien bel objet que vous avez là, fit Lumière en se penchant à son tour. Mais je crains de ne pas pouvoir vous aider, cher… Senjoucaméra, c’est cela ?
- « Ga-ha-ra », corrigea l’adolescent avec acidité. Sen-jou-ga-ha-ra.
- Enchantée, Senjougahara, fit alors Belle, avec un petit sourire. Mon nom est Belle.
La réaction qu’eut alors l’adolescent, à mi-chemin entre la gêne et la honte, surprit quelque peu la demoiselle.
- Euh, oui, excusez-moi, fit-il d’une voix penaude.

- Je pense avoir déjà vu un objet comme celui que tu cherches dans le château ; il y a une salle d’armes à l’étage supérieur, et je crois avoir vu une aile un peu similaire à la tienne sur un blason.
- Belle ! C’en est trop ! S’écria alors Big Ben, choqué. Pourquoi cherches-tu pareil objet ? Tu es venu dans le but de le voler, c’est cela ? Pourquoi devrions-nous l’aider ?
- Parce que
, répondit le dénommé Senjougahara, non sans agressivité, une fois que j’aurais cet objet, et ben je partirai sans faire d’histoire. Et puis parce que vous ne vous en servez pas de toute façon, alors que moi je sais comment l’utiliser.
Le franc-parler du jeune homme laissa Big Ben coi.
- Calmons-nous, dit alors Belle, avec un geste apaisant. Je ne sais pas ce que représente cet objet pour toi, Senjougahara, mais il est vrai qu’en principe, il appartient à la Bête…
- Non, il est à moi, répondit son interlocuteur, radouci. Il fait partie du kit de mon bracelet, et j’en ai besoin pour l’améliorer ; écoutez, je regarde juste si c’est ce que je cherche, et si ce n’est pas le cas, je me casse, tout simplement. Qu’en dites-vous ?

Belle passa une main sur son menton. Elle n’aurait su dire pourquoi, mais elle était persuadée que le jeune homme était sincère ; certes peu diplomate, et probablement un brin irascible, mais véritablement sincère. En outre, il n’avait pas posé de questions quant aux objets parlants de la pièce : cet étrange jeune homme au mystérieux bracelet conversait avec eux comme on converse avec n’importe quel être humain, sans crainte, ni horreur, ni dégoût. Ce détail, pour quelque raison inconnue, retenait l’attention de Belle.  
- Très bien, finit-elle par dire, au grand dam de Big Ben et pour la plus grande joie de Lumière. Je vais t’y conduire, d’accord ?
- Deal
, répondit l’adolescent avec un grand sourire, qui contrasta avec la tristesse de ses yeux.

- Oh misère, mais que faisons-nous, honnêtement ! Gémit Big Ben, s’élançant à la poursuite du petit groupe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Aventurier(ière)
avatar
Nombre de messages : 1199
Age : 22
Localisation : En quête d’action !
Arme : Clé Ailée d'Or/ Coutelas-broche/ Pistolet à Grappin
Invocation : J'en ai pas besoin !
Date d'inscription : 28/04/2014

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
500/500  (500/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Gold-Winged Key Chronicles - Aventures solo   Ven 23 Jan - 18:00

- Et donc vous avez été maudits par une Enchanteresse, c’est ça ?
Big Ben grogna. Ce gamin était décidément un moulin à questions.

L’Horloge ignorait ce qui était le plus agaçant entre cette curiosité maladive, et le fait que Belle et Lumière répondaient sans méfiance aucune. Était-il donc le seul à voir en ce garçon un intrus aux intentions louches ?
Certes, il fallait l’admettre, le jeune homme leur avait sauvé plusieurs fois la vie depuis le début de leur expédition : jouant habilement du coutelas et de son étrange arme, il était parvenu à défaire les Sans-Cœurs et autres monstres qui voulaient attenter à leur vie. Mais en faisait-ce pour autant un individu digne de confiance ? N’était-ce pas, au contraire, inquiétant, de savoir que leur visiteur nocturne était parfaitement apte au maniement d’armes mortelles ?

Toutefois, Big Ben ne pouvait s’empêcher de songer à la réaction de Belle : cette dernière avait toujours su se montrer incroyablement lucide, et possédait une empathie indéniable à l’égard des autres, en témoignait son affection pour le Maître. Avait-elle vu quelque chose de similaire en ce jeune garçon dépourvu de manières ? Avait-elle lu quelque chose dans son regard si triste et grave ?

Le majordome était plongé si profondément dans ses pensées qu’il ne remarqua guère l’ennemi qui se dressait, menaçant, dans son dos.
- ATTENTION ! Beugla alors le garçon blond. Il y eut une vive lumière. Il y eut un choc sourd. Big Ben se sentit arraché du sol, entendit vaguement hurler puis, sans vraiment comprendre comment, se retrouva sur le dos, les oreilles sifflante et le souffle coupé.
L’Horloge tourna la tête, interloquée ; en dépit de sa vision floue, elle parvint à distinguer deux formes allongées et noires, dotées d’yeux vides et jaunes et de longs bras aux muscles décharnés. L’une des créatures saisit Senjougahara à bras-le-corps, l’immobilisant ; sa compagne en profita alors pour jaillir du sol, et lacéra le torse du jeune homme de ses griffes.
Big Ben entendit un nouveau cri, mais ne put voir la suite du combat : au lieu de cela, il fut relevé par Lumière, qui l’éloigna vivement du champ de bataille.
- Big Ben, tout va bien ? S’écria le Chandelier, follement inquiet.
- Euh… Que m’arrive-t-il ? Bredouilla Big Ben, encore sonné.
- Un Sans-Cœur gigantesque a surgit de ton ombre, et a tenté de t’arracher le cœur ; mais, vif comme l’éclair, Senjougahara l’a repoussé… Et là… Il s’est débarrassé d’une des deux créatures… Non, elle ressort du sol ! Mais cette fois, notre jeune aventurier a compris, et… oh, quel ingéniosité… Il a bondi sur une armure, et s’est suspendu au lustre ! Et là, il vient de tirer une boule de lumière dans la créature qui t’a attrapé… Et là, il vient de bondir du lustre ! Quelle témérité… Il en a vaincu une ! L’autre lui fait face, agressive… Oh, mon dieu… Elle frappe… Elle vient de le blesser… Mais il se relève… Il part sa nouvelle attaque avec l’aile de son bracelet ! Et là, il joue avec la molette du bracelet…
Lumière et Big Ben se bouchèrent les oreilles dans un même geste, et fermèrent les yeux pour ne pas être aveuglés par l'explosion lumineuse.
- … il l’a vaincue ! Acheva le Chandelier, ravi.

Belle et Lumière accoururent vers le jeune homme blessé, inquiet pour la première, enthousiaste pour le second.
- Tu vas bien ? Laisse-moi voir tes plaies…
- Oh, Senjougahara, vous fûtes… Vous fûtes superbe ! Héroïque ! Astucieux ! Un véritable aventurier !
- Ça suffit, laissez-le respirer, intervint alors Big Ben, à la grande surprise de tous. Il sort d’un rude combat.

Peut-être fut-ce un sourire qui fleurit sur le visage du garçon, ou juste une grimace de douleur ; du sang perlait de ses plaies ouvertes. Dans tous les cas, le jeune homme murmura un :
- Merci, monsieur.
- Bon, bon ; on ne va pas y passer la journée ! Belle, auriez-vous l'amabilité de bander ses blessures ? Il nous faut reprendre la route ! On ne va pas s’éterniser dans ces couloirs, si ?

Belle, Lumière et Senjougahara lui adressèrent un sourire, et, très vite, le quatuor se remit en chemin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Aventurier(ière)
avatar
Nombre de messages : 1199
Age : 22
Localisation : En quête d’action !
Arme : Clé Ailée d'Or/ Coutelas-broche/ Pistolet à Grappin
Invocation : J'en ai pas besoin !
Date d'inscription : 28/04/2014

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
500/500  (500/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Gold-Winged Key Chronicles - Aventures solo   Sam 24 Jan - 8:59

La salle d’armes était grande, spacieuse, et, surtout, garnie d’armes. Ce qui était logique, après tout. Mais jamais Senjougahara n’avait vu autant d’armes en un seul lieu.
Contondantes ou tranchantes, de corps à corps ou prévues pour le combat à distance, armes de jet, armes de choc, tout y était.
Et tout y était très poussiéreux.
- Le Maître ne les utilise pas, expliqua Lumière. À quoi lui serviraient-elles, désormais ?
Senjougahara promena son regard sur les armes, fasciné et admiratif : le jeune homme aurait adoré les essayer toutes.
- Voici le blason, fit Belle en désignant un important bouclier décoré de lames diverses et variées. Le jeune homme aux cheveux miel s’avança, et plissa les yeux. 
Parmi toutes les lames brillait une aile de métal, dont les longues plumes étaient faites d’acier.
- Je crois que vous avez raison… Murmura Senjou avec un sourire triomphant.

Alors, sous le regard médusé du quatuor, le blason s’anima. Deux yeux s’ouvrir sur la surface lisse du bouclier, et les lames se mirent à flotter autour de lui, comme manipulées par des mains invisibles.
- Doucement, lança l’adolescent. Je suis juste venu jeter un coup d’oeil à l’aile de métal… Vous pouvez vous laisser faire ? Ça ne durera que deux minutes…
- Mais qu’est-ce que vous fabriquez ? S’écria alors Big Ben, les yeux exorbités.
- Ben je demande la permission pour voir l’aile… Commença Senjougahara.
- Oui, mais ce blason n’est pas un membre du personnel du Château… Fit alors Lumière en reculant.
- Attention ! S’écria Belle, au moment où une lame s’abattait sur le jeune homme.

Senjougahara bondit de côté juste à temps, et se releva en une roulade avant. Le blason lui fit face, menaçant.
- Il est possédé par un Sans-Cœur ! Avertit Belle. Il faut que tu le frappes pour le faire sortir du blason !

Thème musical ♪ Death’s Wings of Steel Battle:
 

Ok, ça semble simple, songea le jeune homme.
Mais dans les faits, ce ne le fut pas du tout.
Le bouclier parait toutes les attaques à l’aide de ses nombreuses lames, en plus de tenter, à chaque seconde, d’embrocher, de lacérer, de découper, de mutiler, d’éventrer et d’égorger l’adolescent à l’écharpe écarlate.
C’est impossible, il y a toujours une lame sur mon chemin… Pensa le jeune homme, tout en roulant au sol pour éviter un nouvel assaut.
Il y avait trop de lames, aussi. Pour une lame parée, cinq autres venaient pour lui laminer le dos. Et en dépit de l’entraînement prodigué par Keradan, Senjougahara sentit que le combat était perdu d’avance.
Ou alors
Le jeune homme se rua vers les présentoirs au fond de la pièce, poursuivit par un essaim de lames. Lorsqu’il eut atteint l’un d’entre eux, Senjougahara prit appui sur le mur, et bouscula avec force le présentoir, qui s’écrasa sur l’essaim meurtrier.
Aussitôt, l’adolescent se saisit de son pistolet, visa et tira ; avec une vitesse fulgurante, le harpon vint se planter dans le mur juste à côté du blason.
Senjougahara activa le mécanisme juste au moment où les lames s’extirpaient de sous le présentoir renversé ; le jeune homme fut arraché du sol, et tracté avec la célérité d’un boulet de canon vers le blason sanguinaire.
- TsssaaaaaaaAAAAAAA ! ! !

Le bouclier résista.
Pas le Sans-Cœur.  


La Fleur de Brume fut éjectée hors du blason, et s’écrasa sur le sol de dalles froides. Lorsqu’elle reprit ses esprits, ce fut pour voir une boule, lumineuse et crépitante, filer vers elle.
Le choc fut rude.
Elle vola à travers la pièce, et se cogna contre le mur d’en face. Mais elle ne renonça pas. Elle se saisit de l’Armure, et s’infiltra en elle. Et lorsqu’elle eut le contrôle, ses yeux s’emplirent de mépris.



Senjougahara se saisit de l’aile et l’observa avec triomphe : aucun doute possible, c’était, ni plus ni moins, une Pièce de Rechange. L’adolescent était très occupé à tenter de l’emboîter dans son arme quand un cri résonna derrière lui.
Il se retourna.
Ses yeux s’écarquillèrent.
Sa bouche s’ouvrit.
Et ses jambes le propulsèrent sur le côté, loin de la lourde lame de l’épée bâtarde de l’Armure.
Cette dernière émit un grincement sinistre, et se redressa, préparant un nouvel assaut. Senjougahara raffermit sa prise sur le coutelas, et recula doucement.

Le second round démarrait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Aventurier(ière)
avatar
Nombre de messages : 1199
Age : 22
Localisation : En quête d’action !
Arme : Clé Ailée d'Or/ Coutelas-broche/ Pistolet à Grappin
Invocation : J'en ai pas besoin !
Date d'inscription : 28/04/2014

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
500/500  (500/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Gold-Winged Key Chronicles - Aventures solo   Sam 24 Jan - 17:31

Si Lumière avait eu des doigts, il se les serait tordus d’inquiétude.
Il avait observé le combat contre le Blason possédé d’un air effrayé, et maintenant il regardait la bataille contre l’Armure d’un œil terrifié. Senjougahara était, à ne pas en douter, vif, agile, intrépide et astucieux ; mais il était également jeune, plutôt chétif et blessé. Les lames n’étaient parvenues à le tuer, mais avaient entaillé sa peau à divers endroits, et le sang perlait sur ses vêtements lacérés.
Et maintenant cette armure
Armure que le jeune homme avait prévu d’affronter au coutelas, au lieu d’employer une de ces puissantes déflagrations dont il avait le secret ! C’était aussi chevaleresque qu’inconsidéré, raison pour laquelle Lumière était aussi admiratif qu’angoissé. À ses côtés, Big Ben retenait son souffle, et Belle – parce qu’elle le pouvait – se tordait les doigts.
Que ce combat semblait inégal ! L’Armure, imposante, monstrueuse, bardée de fer et d’acier, armée de sa lourde et longue épée, lente et puissante, et en face, Senjougahara, petit, vêtu de tissu et de toile seulement, armé de son coutelas bleuté, de son intelligence et de son ingéniosité ! Cette bataille avait quelque chose d’épique, comme ce mythe mettant en scène un géant surpuissant et un jeune frondeur ! Lumière sentit l’excitation monter en lui, et faire face à sa peur. L’épée bâtarde tranchait l’air sans atteindre le garçon, et ledit garçon frappait sans donner l’impression de faire de dégâts.

- Comment pourrions-nous l’aider ? Je boue de me sentir aussi inutile ! Murmura Belle, manifestant l’opinion générale.
- On ne peut rien faire, répondit Big Ben. Intervenir, ce serait prendre le risque de le déranger davantage.
Lumière resta silencieux. Bien sûr, Big Ben avait raison, mais le Chandelier ne pouvait se résoudre à attendre les bras croisés… Il faisait face au Maître tous les jours, nom d’une bougie fumante ! Il faisait face au Sans-Cœurs, il gérait ce château depuis si longtemps ! Il pouvait faire quelque chose ! Du courage, que diable !
Ce fut ce moment que choisit l’Armure pour arracher, d’un violent coup d’épée, le coutelas des mains de Senjougahara. Le jeune aventurier recula, paniqué et désarmé.
Cet indicent, combiné au raisonnement précédemment développé, poussa le Chandelier à s’extirper de sa cachette, arrachant à Belle et à Big Ben un cri de stupeur. Lumière se saisit d’une épée courte, et rua vers la scène de combat par petits bonds rapides, décidé à en découdre. En face, l’Armure avait coincé contre un mur, et s’apprêtait à porter le coup de grâce.

- Hey, vous, appela alors Lumière à pleins poumons. Ne savez-vous donc pas qu’un vrai chevalier ne frappe pas un adversaire désarmé ?
L’Armure se tourna vers le Chandelier, un éclat haineux au fond des yeux. Senjougahara braqua alors le pistolet sur l’Armure, et tira : le harpon transperça le heaume avec un bruit sec, et se coinça dedans. Puis, le mécanisme se remis en marche, arrachant cette fois la tête de l’Armure. Le reste du corps oscilla un instant, surpris, puis revint vers Senjougahara ; mais le jeune homme, d’une roulade, était passé dans le dos de la créature. Il s’empara de l’épée courte tendue, et frappa de toutes ses forces l’arrière des genoux de l’Armure. Cette dernière vacilla, puis s’effondra sur le dos. Elle voulut se relever, mais, hélas, ses membres de métal étaient trop peu souples et trop lourds pour lui permettre une telle action.
Senjougahara emboîta, alors, l’aile d’acier sur son bracelet. Un claquement sec se fit entendre, suivi d’un grésillement. Les plumes de métal se mirent à vibrer doucement.
Poussant son cri de guerre favori, le jeune aventurier visa le cœur noir qui ornait le plastron de l’Armure, et y plongea sa lame. Une onde de choc sembla parcourir le métal, et, dans la seconde qui suivit, la Fleur de Brume fut, à nouveau, éjectée.
Mais cette fois, Senjougahara ne lui laissa pas le temps de posséder un autre objet : l’aile de métal fendit l’air en une fulgurante attaque latérale, puis une autre, et, enfin, acheva son enchaînement par une attaque circulaire. La Fleur de Brume disparut dans une volute de fumée noire, tandis que retombaient, gracieusement, les pans de l’écharpe écarlate du jeune homme.

La scène émut tant Lumière qu’il failli verser une larme.
Oh, n’était-ce pas là un splendide aventurier ?

Belle et Big Ben accoururent. L’on félicita Senjougahara pour sa prestation. L’on acclama Lumière pour son courage et son aide. L’on remercia les uns et les autres. Oh, ce moment de franche camaraderie n’avait pas eu lieu depuis si longtemps !

Lorsque les blessures de Senjougahara eurent été à nouveau pansées et que le quatuor se fut remit de ses émotion, Belle déclara :
- Donc, c’est décidé, tu te sauves avec notre aile ?
- Ben ouais… Répondit Senjougahara, penaud.
- Je te taquine, voyons ; je suis sûre que la Bête ne t’en tiendra pas rigueur ; à mon avis, elle ne se souvient même pas de ce blason, fit la demoiselle en souriant.
- Ça, je n’en mettrai pas ma main à couper, mais bon… Bougonna Big Ben.
- En tout cas, ce fut un réel plaisir de te rencontrer.
- Oui, moi de même, déclara Lumière avec un chaleureux sourire.

La bouche de Senjougahara sourit aussi, mais ses yeux gardèrent leur sérieux mélancolique. Puis, après quelque adieux, le jeune homme inséra un joyau dans son bracelet désormais orné d’une splendide aile d’acier, et s’en fut dans un portail lumineux et grésillant.
Et Lumière crut comprendre ce qu’avait vu Belle dans les yeux de cet étrange garçon.
- Quoi qu’il en soit, ce n’est pas moi qui expliquerait au Maître comment cette aile a disparu au bras de cet énergumène. Lâcha Big Ben.
- Je m’en chargerai, camarade, je m’en chargerai, promit le Chandelier, observant l’endroit où crépitait, quelques secondes plus tôt, le portail.
Où pouvait-il bien être, maintenant ?
 
[Fin du RPG au Château de la Bête]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Gold-Winged Key Chronicles - Aventures solo   

Revenir en haut Aller en bas
 
Gold-Winged Key Chronicles - Aventures solo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Questions sur Destiny (FAQ/Aide/Date de sortie/En solo/Obligatoire/Mensuel/En ligne/Online/Payant/Plateforme/Version/Résolution/1080p/30fps/On PC/Activision/PS4/Xbox 360/Abonnement/Quiz/Développeur/Age/Release date/PS3/PC/Xbox One/Bungie/Microsoft/Kinect)
» Peut-on jouer à Destiny sans internet ? (Xbox Live Gold/Silver/PS+)
» Système d'échanges entre villes en mode solo
» blueprint en solo
» [Stuff][Pandawa Terre][80-100] PvM Solo et Multi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kingdom Hearts RPG :: Divers :: Le coin écriture-
Sauter vers: