Kingdom Hearts RPG


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Nothing like the sun... [Privé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Membre
Aventurier(ière)
avatar
Nombre de messages : 17
Age : 26
Date d'inscription : 06/11/2015

MessageSujet: Nothing like the sun... [Privé]   Mar 10 Nov - 10:57

         Mes vêtements me grattaient. Malheureusement pour moi, j'étais suffisamment mince pour me faufiler entre deux bottes de foin d'une charette à l'arrêt. Et comme mes jambes endolories refusaient de faire le moindre pas...
         Au moins, le foin m'empêchait de m'endormir. Pas envie de me faire repérer (ou pire, enfourcher) par le propriétaire. Les cahots m'aidèrent aussi à ne pas sombrer dans un sommeil nécessaire. On prenait vite conscience de l'irrégularité du pavement d'une route quand son fessier y était lié via un chassis de bois.
         Avec un peu de chance, ce voyage finirait au moins sans échardes.
Pour passer le temps, je fis la liste de ce dont j'avais besoin. À l'évidence, l'idéal se serait composé d'alcool fort et de pansements que je ne trouverais nulle part, et de morceaux de viande fraîche -- pour mes bleus -- qui seraient bien trop chers pour les acquérir honnêtement. Je devrais probablement me contenter d'un chiffon mouillé dans l'eau sale.  Je songeais aussi à chercher une nouvelle guitare. Mais j'aurais du mal à la voler sans aide. Finalement un pic de douleur dans la poitrine me rappela une nécessité plus urgente : m'armer.
         À en juger par l'odeur, nous arrivions dans un petit village où on élevait des vaches. Avec un peu de chance je pourrais m'y dégoter un hachoir ou un couperet. Des armes inélégantes et destinées à de bien basses besognes, mais qui feraient l'affaire pour dissuader les petites frappes.
-- Eh ! m'interrompit une voix dans mes pensées. Dégage de là !
         L'air vindicatif enfouis sous le visage buriné de l'homme qui me fixait du regard me fit obéir sans attendre. Je bondis hors du chariot dans un éclat de foin et en manquant de lui rentrer dedans. Mes genoux engourdis manquèrent de me faire tomber, mais je repris mon équilibre et disparut aussi vite que possible derrière le premier bâtiment venu. Je me rendis vite compte de mon erreur d'appréciation. Ce n'était pas un village mais la banlieue d'une petite ville. Et la puanteur ne venait pas de vaches, mais des chevaux d'une écurie publique.
         Chassant l'idée de voler un cheval pour me déplacer plus vite, je pris le chemin du centre-ville. J'avais envie de voir des échopes d'artisan, des banques et des sièges de guilde... mais surtout des étals de nourriture.
Avant d'en profiter, évidemment, j'aurais besoin d'argent...
La mode vestimentaire en vigueur pour les nobles et les bourgeois devint rapidement ma pire ennemie. De longs pans de tunique couvraient ces gens jusqu'à mi-cuisse au moins, m'interdisant un accès discret à leurs bourses garnies. Ceux dont les vêtements étaient plus courts n'étaient guère que des sans-le-sou, indignes de mon intérêt.
         Après quelques échecs, je me rendis à l'évidence : sans armes et sans outils, le crime ne paye pas assez.
         Alors de désespoir, je me laissai tomber près de la porte d'une taverne, la main tendue vers les passants. Le soleil me brûla longtemps la paume, faute de ronds jaunes plus intéressants. Des mercenaires aussi bien armés qu'habillés me passèrent devant, enhardis par le vin et la bière. Des femmes aux robes colorées m'ignorèrent de la même façon, suivies de près par leurs serviteuses en belles livrées.
         Enfin, un homme daigna m'alourdir la pogne en me jetant une pièce, sans même m'accorder un regard. La petite roue de métal glissa entre mes doigts et se mit à rouler rapidement vers une rigole crasseuse qui servait à évacuer de douteux liquides. Je me relevai maladroitement pour courir après, mais le poids de mon torse et la fragilité de mes jambes m'achevèrent aussitôt. Dans un dernier geste j'étendis le bras pour coincer la pièce entre mon index et mon majeur... et je m'écrasai à plat ventre, la joue embrassée par le sol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Aventurier(ière)
avatar
Nombre de messages : 1199
Age : 22
Localisation : En quête d’action !
Arme : Clé Ailée d'Or/ Coutelas-broche/ Pistolet à Grappin
Invocation : J'en ai pas besoin !
Date d'inscription : 28/04/2014

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
500/500  (500/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Nothing like the sun... [Privé]   Mer 11 Nov - 8:53

La boussole était désorientée, nul doute possible : l’aiguille tournait à la manière d’une hélice de dirigeable lancé à pleine vitesse. Cependant, il était tout à fait normal qu’un changement de monde affole le pauvre instrument de navigation ; de ce fait, Senjougahara ne s’inquiéta pas outre mesure. Il se concentra surtout sur ce qui l’entourait, à savoir une forêt, une prairie et une ville fortifiée.

À ce moment-là de son aventure, l’adolescent aux cheveux miel se douta que quelque chose n’avait pas fonctionné correctement lorsqu’il avait entré les coordonnées de la Ville de Traverse. Mais, finalement, ce n’était qu’un détail à côté de la perspective de découvrir un autre monde. Le jeune homme se dirigea donc d’un pas joyeux vers la ville qui s’offrait à lui.

Quelque part, elle lui rappelait un peu la ville de Disney, mais en moins coloré, en moins tarabiscoté et en moins joyeux.
… En vérité, cela n’avait même rien à voir avec la ville de Disney.

Senjougahara s’avança parmi les passants vêtus de riches tuniques colorées. Quelle étrange mode ! Jamais auparavant l’adolescent n’avait vu chose similaire. Des odeurs de nourriture se mêlaient à celle du bétail, les gloussements de dames aux rires gras des hommes. Il régnait une ambiance légèrement grivoise, un brin rustique et, finalement, une certaine simplicité.
Ce monde devait être moins avancé technologiquement que Port Royal.

En dépit des regards intrigués et inquisiteurs des passants, Senjougahara continua sa route avec pour seul guide sa curiosité ; il se dirigeait vers une échoppe lorsqu’un sac s’écrasa violemment à ses pieds.
- Hey là ! Râla l’adolescent.
Il mit quelques secondes à comprendre que le sac en question était en réalité un homme, sale et malodorant. Senjou rectifia rapidement son comportement :
- … Euh, ça va ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Aventurier(ière)
avatar
Nombre de messages : 17
Age : 26
Date d'inscription : 06/11/2015

MessageSujet: Re: Nothing like the sun... [Privé]   Mer 11 Nov - 11:01

-- ...euh, ça va ?
         Je ne tournai pas tout de suite la tête vers la voix au dessus de moi. Le bras encore tendu, et  sentant la pièce bien calée entre mes doigts, je finis par me redresser, tout sourire. Je glissai mon trésor dans une poche et époussetai mon gilet et les manches de ma chemise.
-- Très bien ! m'écriai-je en songeant au repas que je me ferais avec la pièce d'argent.
         Je ne fis attention à mon interlocuteur qu'après lui avoir répondu. A en juger par son accoutrement, le jeune homme n'était pas aussi démuni que moi. Pourtant, il ne suivait pas cette mode agaçante qui consistait à tout mettre hors de portée des voleurs. Son poignet s'ornait ostensiblement d'un bracelet massif et doré que j'eus du mal à ne pas lorgner trop explicitement.
         Je m'appliquai aussitôt à paraître aussi honnête et respectable que possible. Une tâche ardue pour une personne qui arborait pour seuls bijoux des cocards et dont les habits étaient déchirés là où ils n'étaient pas froissés. Mes jambes instables finirent de ruiner mon effet. Je titubai et manquai de lui tomber dessus.
-- Tout compte fait, pas si bien que ça, corrigeai-je.
         Mais mon état lamentable m'inspira.
-- Y'a-t-il un docteur chez lequel vous pourriez m'amener ?
         Le bon sens m'interdisait de le dépouiller en plein centre-ville. Si j'arrivais à l'assommer dans une ruelle déserte, en revanche...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Aventurier(ière)
avatar
Nombre de messages : 1199
Age : 22
Localisation : En quête d’action !
Arme : Clé Ailée d'Or/ Coutelas-broche/ Pistolet à Grappin
Invocation : J'en ai pas besoin !
Date d'inscription : 28/04/2014

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
500/500  (500/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Nothing like the sun... [Privé]   Mer 11 Nov - 12:37

Senjougahara recula vivement en voyant l’homme tituber ; ce dernier, avec son crâne rasé et sa barbe, n’était pas sans lui rappeler les malfrats de Port Royal. Et le jeune homme à l’écharpe écarlate n’avait aucune envie qu’un potentiel pickpocket entre en contact plus intime avec lui.
- Tout compte fait, pas si bien que ça, répondit-il finalement à la question de l’adolescent. Y'a-t-il un docteur chez lequel vous pourriez m'amener ?
- Ben… Je connais pas trop la ville, en fait, expliqua Senjougahara.

Il observa plus attentivement son interlocuteur. Contusions, balafres, et potentielles blessures aux côtes, l’homme ressortait clairement d’une rixe ou d’un passage à tabac ; dans les deux cas, il était mal en point. Et même si son allure éveillait beaucoup de méfiance chez Senjou, l’adolescent ne pouvait abandonner l’homme et faire comme si de rien était.
En outre, le fait que les citadins ne fassent rien pour aider un blessé lui donnait furieusement envie d’inverser la tendance.

- Mais j’ai ça, si tu veux, ajouta-t-il en tendant une potion à l’homme. Il continua, au cas où son interlocuteur se poserait des questions quant au breuvage scintillant dans lequel baignait une petite étoile couleur anis : c’est un remontant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Aventurier(ière)
avatar
Nombre de messages : 17
Age : 26
Date d'inscription : 06/11/2015

MessageSujet: Re: Nothing like the sun... [Privé]   Mer 11 Nov - 14:09

-- Ben... Je connais pas trop la ville, en fait.
         Cette phrase aurait sans doute mieux sonné à mes oreilles si je n'avais pas été dans le même cas. J'avais repéré quelques endroits propices à un gentil détroussage, mais j'avais peu de moyens de l'y attirer. Il me fallait revoir ce plan...
-- Ah, répondis-je éloquemment tandis que l'autre me jaugeait de bas en haut.
         Peut-être, après tout, qu'il ne valait mieux pas tenter de chaparder ses biens à ce garçon. En cas d'échec, ma survie à un combat, même honorable, était loin d'être garantie. Je tenais beaucoup à la dent qu'on m'avait enlevée hier et je ne souhaitais pas particulièrement qu'on égalise la symétrie de mon portrait. En plus, peut-être avait-il des amis...
-- Mais j'ai ça, si tu veux.
         Je baissai les yeux pour voir une petite fiole, au creux de sa main. Un liquide lumineux enveloppant une étoile jaune. Mon regard trahit le doute. Pouvais-je vraiment boire le contenu (étrange) d'un flacon offert par un inconnu ?
-- C'est un remontant, ajouta-t-il.
         Je finis par hausser les épaules. Après tout, j'avais vécu plusieurs années à l'Ours Charitable, et j'avais bu sans les recracher les alcools les plus infâmes que cette terre pouvait proposer. Tant que son breuvage ne me tuait pas...
         D'un geste particulièrement brusque, je saisis la petite bouteille et la but d'une traite. Pendant un bref moment, je sentis ma peau se gonfler à l'endroit des bleus et la douleur de mes os disparaître.  J'eus peur d'avoir ingurgité un poison ou un sédatif et d'être en plein délire... mais je ne m'endormis pas. Au contraire, je me sentais en pleine forme.
-- Une boisson contre une autre, déclarai-je au lieu de lui dire merci. J'ai de quoi vous offrir un verre, l'ami. La taverne de votre choix.
         Avec cette phrase je disais adieu à mon repas... mais toute opportunité de s'enrichir n'était pas perdue. Plus longtemps je restais avec mon bienfaiteur, plus j'aurais d'occasions de lui soutirer son charmant bracelet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Aventurier(ière)
avatar
Nombre de messages : 1199
Age : 22
Localisation : En quête d’action !
Arme : Clé Ailée d'Or/ Coutelas-broche/ Pistolet à Grappin
Invocation : J'en ai pas besoin !
Date d'inscription : 28/04/2014

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
500/500  (500/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Nothing like the sun... [Privé]   Mer 11 Nov - 15:18

- J'ai de quoi vous offrir un verre, l'ami. La taverne de votre choix.
Senjougahara considéra l’offre ; après tout, il était toujours bon d’avoir des contacts dans chaque monde. Et puis l’homme n’était peut-être pas si malhonnête, après tout.
- Pourquoi pas celle-là ? Fit Senjou en pointant du doigt une taverne à quelques mètres. « Le Pont au Chats », ça sonne bien…
Et, sur cette proposition, l’adolescent se mit en route, une main sagement posée sur sa sacoche et l’autre allant et venant sur son pistolet à grappin. L’ambiance de la taverne lui fit vite oublier sa méfiance cependant.

Des rires fusaient de toutes les tablées. Cela sentait la viande et la bière. Un groupe de soldats barbus jouaient aux fléchettes, non loin d’une table où deux hommes se faisaient un bras de fer. Un chansonnier grattait gaiement les cordes de sa guitare, pendant que les serveuses filaient d’une table à l’autre.
- C’est cool ! Lâcha Senjougahara, les yeux brillants. Pendant quelques secondes, le masque cynique et désabusé s'effaça au profit du regard émerveillé et admiratif. L'adolescent se reprit très vite cependant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Aventurier(ière)
avatar
Nombre de messages : 17
Age : 26
Date d'inscription : 06/11/2015

MessageSujet: Re: Nothing like the sun... [Privé]   Jeu 12 Nov - 15:23

         Le Pont au Chats me fit l'effet d'un parc pour enfants. La taverne embaumait les jeux, les rires et la nourriture fraîche. Personne n'étranglait le guitariste pour lui reprocher ses fausses notes, personne ne dégainait son poignard en pleine partie de carte et, à ma très grande surprise, les tables étaient propres. Je fis un effort pour me rappeler la dernière fois où j'avais vu l'Ours Charitable dans un tel état, mais en vain. La présence du guet citadin devait sérieusement contrevenir à l'épanouissement de cet établissement.
         D'un rapide coup d'oeil, je m'assurai que ce calme ne venait pas, justement, de la présence d'un agent des forces de l'ordre. Une fois ceci fait, je tendis la main vers une table abandonnée pour en récupérer les pourboires. Après tout, si je pouvais compatir envers le sort des serveuses, elles pouvaient bien avoir autant de compassion envers le mien.
-- C'est cool ! commenta le garçon tandis que je commandais deux pintes de sa bière la moins chère au taulier.
         Une serveuse arriva quelques instants plus tard, deux bocks en étain débordants d'écume vacillants sur son plateau. Je pris une petite gorgée sans m'attendre à une merveille. Presque dépourvue d'amertume, la boisson sembla plus eau que bière. Je sortis la pièce d'argent, qui suffit à payer la consommation, et j'ajoutai la pièce de la plus petite valeur que je puisse trouver au fond de ma poche. Un demi-liard de cuivre.
-- Ne dépensez pas tout au même endroit, dis-je à la serveuse (dont le sourire passa du naturel au forcé).
         La deuxième gorgée me fit regretter mon demi-liard. Il aurait donné du goût, jeté au fond de la chope.
-- J'ai besoin d'une arme, avouai-je à mon compagnon de beuverie (si on pouvait appeler cela une beuverie) sans trop savoir pourquoi et en reluquant le fond de ma chopine vide.
         Je me pris à rêver d'une longue épée argentée, comme savait les faire mon père.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Aventurier(ière)
avatar
Nombre de messages : 1199
Age : 22
Localisation : En quête d’action !
Arme : Clé Ailée d'Or/ Coutelas-broche/ Pistolet à Grappin
Invocation : J'en ai pas besoin !
Date d'inscription : 28/04/2014

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
500/500  (500/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Nothing like the sun... [Privé]   Sam 14 Nov - 8:58

- J'ai besoin d'une arme, lâcha l’homme au crâne rasé, après avoir payé la serveuse.
- Hm-hm ? Répondit Senjougahara, dont le visage disparaissait presque derrière la chopine surdimensionnée. Ben pourquoi ne pas t’en acheter une à la forge ?
La réponse sautait aux yeux, mais l’adolescent avait, une fois de plus, parlé sans trop réfléchir. En outre, le fait qu’un homme – tel son interlocuteur – réclame un instrument susceptible de couper, trancher et égorger ne l’alarmait nullement, trop occupé qu’il était à descendre sa pinte. De toute façon, avec les Sans-Cœurs qui rôdaient un peu partout, il valait mieux être un minimum préparé, fût-on quelque bandit de grand chemin.

Un cri retentit soudain, arrachant Senjougahara à sa pinte : dehors régnait une bien étrange agitation. Le jeune homme aux cheveux miel bondit sur ses pieds, fatalement attiré par les bruits inquiétants en provenance de l’autre côté de la porte.
Et il ne fut guère déçu : de petits Sans-Cœurs jaunes et orangés flottaient dans les airs, pourchassant les habitants, tantôt les bombardant de boules de feu, tantôt faisant tomber la foudre sur leurs têtes.
Avant même que son compagnon n’ait pu réagir, Senjougahara était déjà dehors, et armait la Clé Ailée d’Or d’un geste sec.  

Pendant un très court instant, la lumière du soleil se refléta sur le tranchant de l'Aile ; puis, cette dernière fendit l'air un son cristallin, avant de s'abattre sur le premier Sans-Cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Aventurier(ière)
avatar
Nombre de messages : 17
Age : 26
Date d'inscription : 06/11/2015

MessageSujet: Re: Nothing like the sun... [Privé]   Lun 16 Nov - 20:33

-- Ben pourquoi ne pas t'en acheter une à la forge ?
         J'avoue que l'idée de signifier à ce jeune homme ce que valaient les immondices décoratifs qu'on faisait dans les forges de cette ville me traversa l'esprit. Pourtant, je m'abstins de tout commentaire désobligeant et finit même par contempler l'idée : avais-je vraiment besoin d'une arme, ou plutôt d'un objet y ressemblant suffisamment pour qu'on évite de me chercher des noises ?
         Mais en somme, le réconfort acéré que je recherchais ne se trouverait pas dans un vulgaire bout de métal. J'avais trop souvent vu mon père fabriquer des chefs d'oeuvre pour me contenter du minimum. Et après tout, n'était-ce pas à cause d'épées de mauvaise qualité qu'il pourrissait maintenant au fond d'un cachot ?
         Un hurlement me sortit de cet instant de lucidité liquide. Le garçon, pas le moins du monde ralenti par son content de bière-eau, se volatilisa avant que je n'aie eu le temps de me lever. Je le suivis hors du bâtiment pour me retrouver face à des bestioles étranges, noirâtres et parées de couleurs d'automne.
         Croyant un instant à une hallucination, je lançai ma chope à la plus proche des créatures, le temps de me rappeler que j'avais bu un liquide insipide et non pas un de ces tord-boyaux de l'Ours Charitable.
         Ma désespérante sobriété me conduisit à me réfugier immédiatement dans la taverne. Puis un éclair de bon sens me traversa et je fis le tour des tables, désertées par les curieux et les apeurés, pour récupérer toute la monnaie abandonnée. Je changeai une troisième fois d'avis en constatant que parieurs comme clients étaient pingres et que même si je parvenais à trouver suffisamment de demi-liards pour me payer le plus misérable des fauchons, j'aurais sans doute l'air louche à clinquer de partout, les poches gonflées à craquer.
         Je décidai alors de me rabattre sur l'argenterie, en faisant main-basse sur tout ce qui ne ressemblait pas à de l'étain. Six couteaux noircis et cinq fourchettes tordues plus tard, je remis le nez dehors.
         Le combat faisait toujours rage et je finis par me laisser emporter. Oubliant toutes les bonnes manières, je pris un ennemi à partie pour lui jeter tout ce que j'avais récupéré.
-- J'ai besoin d'une arme ! répétai-je de ma voix la plus forte.
         Mais cette fois c'était vrai.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Aventurier(ière)
avatar
Nombre de messages : 1199
Age : 22
Localisation : En quête d’action !
Arme : Clé Ailée d'Or/ Coutelas-broche/ Pistolet à Grappin
Invocation : J'en ai pas besoin !
Date d'inscription : 28/04/2014

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
500/500  (500/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Nothing like the sun... [Privé]   Jeu 19 Nov - 12:09

- J'ai besoin d'une arme !
Le cri retentit, empreint de détresse, dans le dos de Senjougahara. Ce dernier fit volte-face, fit jouer le mécanisme de la Clé Ailée d’Or et tira une Boule d’énergie droit sur le petit Sans-Cœur Opéra. Celui-ci valdingua à travers la place, sonné, avant de s'écraser en de noires volutes de fumée sur l'étal d'un maraîcher.
Mais le jeune homme aux cheveux miel n’eut pas le temps de savourer sa victoire ; à nouveau, il pivota, et trancha d’un coup d’Aile le Tango écarlate qui tentait de lui brûler le dos.

Sous le regard ébahit de plusieurs passants, cet adolescent plutôt malingre, aux yeux délavés et aux vêtements étranges, était en train de vaincre les ennemis maléfiques avec la souplesse d'un félidé et l’efficacité d’une petite tornade.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Aventurier(ière)
avatar
Nombre de messages : 17
Age : 26
Date d'inscription : 06/11/2015

MessageSujet: Re: Nothing like the sun... [Privé]   Jeu 19 Nov - 13:51

         Ce qui restait de ma fierté s'évapora de la même manière que la créature qui me menaçait un instant auparavant. Le garçon venait, pour la deuxième fois en cette journée, de me sauver la mise. Ce faisant, il avait concentré toute l'attention ennemie sur lui-même -- ainsi que celle des badauds. À la réflexion, je pouvais encore impressionner ces derniers suffisamment pour glaner un brin de succès... ou d'argent.
         Après tout, si mon bienfaiteur pouvait me tirer aussi facilement d'un mauvais pas, je n'avais pas grand chose à craindre. Et comme ses adversaires me tournaient le dos, le danger existait à peine.
         Avec la délicatesse qu'a un ours envers une carcasse, j'arrachai des mains d'une serveuse béate un vulgaire balai, puis j'en enlevai d'un coup de pied les fibres usées. Un bon bâton bien lourd m'aurait davantage convenu, mais je n'étais pas en position de faire la fine bouche : mon compagnon d'armes se débrouillait si bien que les ennemis viendraient bientôt à manquer.
         Je pris le bâton comme j'avais vu les hallebardiers de la salle d'arme le faire ; les mains écartées et tenant l'extrémité et le milieu de l'arme. Je frappai à la tête ou à la nuque, sans trop savoir si ces bestioles avaient ou non des points sensibles. Mes maigres connaissances se désagrégèrent rapidement et je finis par frapper et planter quand je le pouvais. Les parades et les gardes défensives n'avaient guère d'intérêt face à des adversaires désarmés.
         Les sales bêtes finirent par toutes mordre la poussière.
-- Goujat ! s'écria la serveuse, une fois le combat terminé, en me reprenant le balai des mains.
         J'esquissai un sourire d'excuse, essuyai une baffe, me retournai en me massant la joue et en lissant ma moustache et me retrouvai nez à nez avec un homme cuirassé, arborant un casque ridiculement orné de plumes, le poing serré sur son sabre.
         Je me mis aussitôt à chercher une explication pour l'argenterie et le balai, mais il me coupa dans mes pensées :
-- Bravo, dit-il simplement avant de me faire signe de le suivre.
         D'autres hommes en uniforme dispersaient les curieux. Je devinais que mon camarade à l'écharpe rouge avait eu droit aux mêmes félicitations et au même ordre tacite, puisque nous étions deux à suivre l'officier à présent. Il nous fit marcher jusqu'à être à l'abri des oreilles et des regards indiscrets.
-- Que diriez-vous de rendre un autre service à la ville ?
         Je m'appliquai à ne pas trahir ma déception quant à l'absence de récompense immédiate.
-- Une autre de ces... choses, plus grande, sévit dans la basse-ville.
         Mes artifices volèrent en éclat, révélant mon désarroi.
-- Nous ferons le nécessaire pour vous aider, bien entendu
         Et finalement mon visage s'illumina.
-- J'ai besoin d'une arme, souris-je en repensant à l'épée argentée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Aventurier(ière)
avatar
Nombre de messages : 1199
Age : 22
Localisation : En quête d’action !
Arme : Clé Ailée d'Or/ Coutelas-broche/ Pistolet à Grappin
Invocation : J'en ai pas besoin !
Date d'inscription : 28/04/2014

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
500/500  (500/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Nothing like the sun... [Privé]   Sam 21 Nov - 17:28

- Que diriez-vous de rendre un autre service à la ville ? Une autre de ces... choses, plus grande, sévit dans la basse-ville.
Senjougahara écoutait, silencieux ; et c’était d’ailleurs tout un exploit pour lui. Les questions s’amassaient derrière ses lèvres closes, pressantes comme des centaines de litres d’eau derrière un barrage. « Grande » comment ? « Sévir » comment ? S’agissait-il d’un Sans-Cœur géant ? Où était la basse-ville ? Quand comptaient-ils s’y rendre ?

Alors que le visage du compagnon de Senjougahara s’était empreint de désarroi, l’homme ajouta, conciliant :
- Nous ferons le nécessaire pour vous aider, bien entendu.
- J'ai besoin d'une arme, répéta alors pour la troisième fois le jeune barbu, arrachant cette fois à l’adolescent aux cheveux miel un haussement de sourcils ; savait-il dire autre chose, à la fin ?

- Merci, mais je pense que j’aurais pas besoin d’aide, lâcha Senjougahara. Le ton n’était pas agressif, le regard pas méprisant ; mais il n’en restait pas moins, dans la voix, une trace de fierté très nette et une confiance en soi sûrement démesurée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Aventurier(ière)
avatar
Nombre de messages : 17
Age : 26
Date d'inscription : 06/11/2015

MessageSujet: Re: Nothing like the sun... [Privé]   Dim 22 Nov - 11:15

-- Merci, mais je pense que j'aurais pas besoin d'aide.
         Un petit ricanement s'échappa d'entre mes lèvres. Qu'est-ce qui lui faisait penser que j'avais la moindre envie de l'aider ? Ou d'aider qui que ce soit, à vrai dire... Cependant, je ne pouvais pas avouer mes intentions véritables à l'officier qui nous recrutait. Au lieu de ça, je tirai profit de ma moquerie :
-- Toutes les personnes que j'ai entendu dire ça sont mortes, sous-entendai-je avec un regard éloquent, plus destiné au garde qu'au garçon. Deux lames valent mieux qu'une. Ne serait-ce que pour vous tirer du pétrin si la créature vous vainc.
         Mon camarade ne parut pas convaincu, mais il m'en importait peu. C'est l'officier qui aurait le dernier mot. L'homme nous jaugea du regard et je me félicitai alors de porter autant de couches de vêtements. Mon corps semblait bien plus imposant que ce dont il avait l'air en réalité.
-- Suivez-moi, dit-il simplement.
         Il nous conduisit dans une espèce de petite remise adjacente au bâtiment de la garde. Derrière deux portes verrouillées nous découvrîmes des tonneaux et des rateliers remplis d'armes. Usées. Rouillées. Probablement émoussées. Et terriblement laides. Je fis le nécessaire pour masquer mon dépit.
-- Choisissez-en une et une seulement, m'ordonna l'officier, probablement certain de me confier-là une pièce unique d'un trésor. Vous la rendrez une fois le combat terminé.
         Je m'approchai d'un des tonneaux et évaluai la qualité de ces saloperies. Les épées courtes côtoyaient des bâtardes aux lames brisées. Beaucoup n'avaient plus le moindre tranchant et l'une d'elle était même le résultat d'un mauvais moulage au plomb. Il devait s'agir de confiscations et non pas d'armes destinées à équiper le guet. Heureusement pour moi, au milieu des immondices se trouvait une épée longue en assez bon état.
         En la sortant je constatai qu'elle avait un bon équilibre. Sa lame était noircie de quelques taches, là où on avait nettoyé l'oxydation, mais elle ne comportait pas de fissures. Deux sillons creusaient la longueur du métal, s'arrêtant aux trois quarts de l'arme. Il n'y avait aucun jeu entre la poignée et la lame et je relevai pas de défaut au niveau de la soie. Et, pour mon plus grand bonheur, elle était affûtée.
-- Bien, je vais vous montrer où se trouve le monstre.
         L'officier sortit et nous fit marcher à travers la ville. Nous traversâmes les portes, découvrant à chaque fois un quartier plus pauvre que le précédent. Peu à peu les maisons se faisaient plus sales, les toits moins bien couverts, les rues moins bien pavées... jusqu'à ce que les habitations tiennent plus de cabanes que d'autre chose. Même les chemins, au lieu de pierre, étaient de terre.
Une curieuse tour violette surmontée d'un petit dome et une pointe me surprit. Elle trônait au milieu d'une place déserte, entourée de bâtiments fracassés. Je lançai un regard à l'officier, qui s'était arrêté, et c'est là que je compris : c'était ça, l'ennemi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Aventurier(ière)
avatar
Nombre de messages : 1199
Age : 22
Localisation : En quête d’action !
Arme : Clé Ailée d'Or/ Coutelas-broche/ Pistolet à Grappin
Invocation : J'en ai pas besoin !
Date d'inscription : 28/04/2014

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
500/500  (500/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Nothing like the sun... [Privé]   Mer 25 Nov - 8:16

Leurs guides les menèrent à travers un dédale de vieilles pierres et de bâtisses branlantes. Senjougahara s’étonna de l’absence de Sans-Cœurs, d’habitude si prompts à surgir de n’importe où pour attaquer les passants. Se pouvait-il que ce monde soit moins touché par l’invasion des créatures de Ténèbres ?
Ce fut dans le ghetto que le groupe rencontra leur ennemi.
Ce dernier se présentait sous la forme d’une sorte de tour violette, laquelle n’était pas sans rappeler quelque pion d’un jeu d’échec. Un cœur noir barré d’une croix rouge ornait l’étrange construction. Pour l’adolescent, cela ne faisait aucun doute : il s’agissait d’un Sans-Cœur.
Mais quel étrange Sans-Cœur ! Comment pouvait-il représenter une quelconque menace, tout dépourvu de membre qu’il était ? Peut-être agissait-il comme une tourelle de sécurité ?

Mais au lieu de se renseigner auprès de ses guides, comme n’importe quelle personne sensée, Senjougahara préféra appliquer sa méthode, laquelle consista à armer sa Clé Ailée d’Or d’un geste sec et à se ruer sur l’adversaire.
- TsaaaAAA ! Rugit-il, d’une voix que la puberté n’avait pas encore rendue grave et, malgré tout, déjà rauque à cause de l’usure, juste avant d’être balayé par une gigantesque main surgie de nulle part.
La main fut bientôt rejointe par une seconde, puis par deux pieds ; puis le Sans-Cœur se dressa de toute sa taille.
L’armure Gardienne leur fit face.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Aventurier(ière)
avatar
Nombre de messages : 17
Age : 26
Date d'inscription : 06/11/2015

MessageSujet: Re: Nothing like the sun... [Privé]   Ven 27 Nov - 10:30

         Mon courage sans borne me poussa à reculer d'un pas. Un seul pas, qui, sans entrave, aurait été le premier d'une longue série ; de préférence rapides et très espacés. Mais mes rêves de course effrénée jusqu'aux portes de la ville se virent stoppés nets par le contact brûlant d'une courbe métallique. Quelle idée de porter une cuirasse par un temps pareil ? Je n'eus pas le temps de sentir son plastron me roussir la colonne vertébrale, l'officier me poussa vers la créature :
-- Courage ! m'encouragea-t-il, esquissant lui-même un pas en arrière en même temps qu'un faux sourire.
         Salaud.
         Mon binôme, fidèle à ses paroles, s'était élancé le premier, avec toute la vaillance que pouvait avoir un chevalier chargeant une tour immobile. Je pris un moment pour réfléchir à la question combien primordiale de qui, parmi nous, avait l'air le plus ridicule. J'en étais encore à considérer l'officier (qui, après tout, portait un casque au panache franchement risible) quand une main énorme balaya le garçon de son revers.
         Tous les membres manquants s'arrimèrent par des liens invisibles à la tour, qui enfin se déploya dans toute sa grandeur. Ce que j'avais pris pour son dôme s'éleva, en guise de tête, et même sans pouvoir dire si elle a ou non des yeux, je sentis à cet instant qu'elle nous jetait un regard noir.
         Quelle garde, quelle posture pouvait bien convenir à un adversaire de cette taille ? J'avais besoin d'une baliste, pas d'une épée ! Néanmoins j'apprêtai ma lame... Ce mastodonte n'avait pas d'armes, pour peu qu'il tente de nous frapper, il exposerait ses mains ou ses pieds. Toute la subtilité du combat tiendrait à éviter de se faire écrabouiller, avant.
         Le garçon bougeait vite, et malgré le choc il disposait encore de ses deux bras et ses deux jambes. Il ferait un leurre parfait.
         J'attendis que la bête essaye de l'aplatir pour me glisser vers sa main et je frappai de l'estoc, maîtrisant le coup pour ne pas coincer ma lame. J'utilisai cette technique trois fois avant de me rendre compte qu'elle était inutile ; et que si je tenais à la vie, je ferais mieux d'appliquer l'idée première et de filer le plus vite possible.
         Nous étions dans un cul de sac et ce couillon de soldat de plomb bloquait le passage. J'aurais pu tenter de le prendre à la ceinture, mais il était mastoc et bien équipé... Ma meilleure solution était encore de grimper aux bâtiments défoncés jusqu'à trouver un toit suffisamment stable et de descendre dans la première cheminée éteinte possible.
         Je courrai sur un parquet affaissé pour me hisser à un premier étage et montai quatre à quatre les escaliers. Une fois au dernier étage, faute d'échelle, je dus sauter et tâcher d'atteindre le toit. Tout se mit à trembler une fois là-haut, alors je bondis sur la maison voisine, plus solide... pour me retourner et voir la précédente s'écrouler.
         La vue de ce tas de bois pourri m'inspira.
-- Petit ! hélai-je le garçon sans me préoccuper de la façon dont il prendrait ce sobriquet. Attire-le là-dedans !
         Je pointais de l'épée la maison la plus proche et la moins stable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Aventurier(ière)
avatar
Nombre de messages : 1199
Age : 22
Localisation : En quête d’action !
Arme : Clé Ailée d'Or/ Coutelas-broche/ Pistolet à Grappin
Invocation : J'en ai pas besoin !
Date d'inscription : 28/04/2014

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
500/500  (500/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Nothing like the sun... [Privé]   Sam 28 Nov - 13:07

Il lui fallut attendre que le monde cesse de tanguer pour que Senjougahara parvienne à se redresser sur ses coudes. A priori, il n’avait été blessé que dans son orgueil, ce qui était contrariant sans pour autant être grave. Par contre, le fait que la tour posséda des bras et des jambes changeait indéniablement la donne.
L’adolescent se releva en chancelant. Les membres du Sans-Cœurs géant semblaient chacun dotés d’une volonté propre et, de ce fait, agissaient totalement indépendamment des autres en un mortel ballet ; il fallait donc réagir comme lors d’un combat contre quatre ennemis parfaitement distincts.
… Un jeu d’enfant, en somme.

Thème musical ♪Piece of Cake:
 
D’un bond souple, Senjougahara esquiva une nouvelle attaque, portée cette fois par un pied. Le jeune homme se rétablit en une roulade impeccable avant de se redresser sur un genou ; il leva le bras, visa et tira une boule d’énergie crépitante et grésillant sur le membre désolidarisé. Ce dernier recula sous la force du coup, mais revint vite à la charge. Senjougahara s’apprêtait à le mitrailler de nouveau lorsqu’une maison s’effondra quelque part sur sa droite. Incrédule, l’adolescent leva les yeux au ciel, juste à temps pour voir son compagnon chauve filer sur les toits.

Le jeune homme aux cheveux miel fut arraché à ses contemplations  par les mains du Sans-Cœur. Un saut périlleux propulsa l’adolescent loin de la gauche, un autre bond le percha sur l’index de la droite. Cet appui improvisé permit à Senjou de s’élever encore plus haut ; il effectua une nouvelle roulade dans les airs et abattit son talon, avec toute la puissance conférée par son élan, en plein sur la main la plus proche. Écrasée au sol, cette dernière ne put parer le coup d’estoc porté par le jeune homme avec la pointe du Coutelas-Broche, fraîchement invoqué.
Coutelas-Broche : forme arme:
 

- Petit ! Appela alors une voix en provenance des toits. Attire-le là-dedans !
L’appellation, profondément vexante, suffit à déconcentrer Senjougahara suffisamment pour permettre à la main restante de lui retourner une puissante gifle. Le Coutelas valsa à travers l’arène, loin de l’adolescent sonné.

Senjougahara essuya le liquide poisseux et chaud qui maculait sa bouche d’un revers de main, juste avant de se rendre compte qu’il s’agissait de sang. Son sang. Il avait été blessé. Ses yeux délavés se posèrent sur l’Armure, soudain animés d’une étrange panique. Ses jambes se replièrent sous lui, puis se détendirent en un bond fulgurant.
Entraîner l’Armure dans la bâtisse.
Senjougahara tira deux boules d’énergie dans le faciès de l’Armure ; cette dernière, avec rage, tenta de lui sauter dessus.
Diriger l’imposant Sans-Cœur vers la bâtisse ; c’était, décidemment, plus facile à dire qu’à faire. Mais, progressivement, la massive créature approchait de la bâtisse branlante, guidée par l’adolescent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Aventurier(ière)
avatar
Nombre de messages : 17
Age : 26
Date d'inscription : 06/11/2015

MessageSujet: Re: Nothing like the sun... [Privé]   Lun 30 Nov - 19:13

         Je ne puis dire si c'est le tintement métallique ou l'éclat d'airain qui m'attira, mais je sautai presque immédiatement à ce signal ; avant même de réfléchir. Par chance, une lucarne se dressa sur mon passage, ouverte par un curieux encore à moitié endormi, que ma chute renvoya directement dans son lit (probablement avec le nez cassé). En  un instant je me vis descendre les tuiles et dégringoler sans grâce jusqu'au sol fangeux.
         Avec la rapidité du cheval qui cours après un coup de tonnerre, je bondis jusqu'à l'arme tant convoitée, en oubliant presque celle qui se balançait sur mon dos. Mais au moment où je relevai le coutelas, je fis face à un énorme pied qui avait été à deux doigts d'écraser le mien. Un cri bien plus aigu que je ne l'aurais souhaité s'échappa de ma bouche et mon réflexe téméraire s'engagea aussitôt : je me mis en fuite.
         Le gamin était près de la maison, l'armure avait cessé de le suivre pour se concentrer sur moi et le garde bloquait toujours le passage vers la porte principale. Il ne me restait guère plus qu'une seule solution : monter au sommet d'une maison dans la direction opposée et tâcher de franchir les murailles d'un saut élégant.
         Avec un peu de chance, et si j'allais assez vite, l'armure géante ferait la peau aux deux autres, me laissant le temps de quitter la ville sans avoir le guet à mes trousses.
         Une porte fermée se heurta à mon raisonnement si délicat, le mettant en pièces.

         L'armure se rapprochait et j'avais épuisé toutes mes options.


         Avais-je encore grand chose à perdre ?



         Personne ne me pleurerait.




         Les plus chagrinés roteraient un "bon débarras" à ma santé...




         Je dégainai l'épée longue, et dans le même geste lançai le coutelas, pour distraire l'armure. J'esquivai un coup de main géante, puis un second et me rapprochai du ventre de la bête pour y tailler autant de sillons que possible. Ma frénésie me fit même grimper à la chose pour la cogner encore davantage. Mes mains glissaient et l'épée manqua de rejoindre le sol. Je ne sais par quel miracle je parvins à la garder.

         L'épuisement me terrassa avant que la créature n'ait eu le temps de le faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Aventurier(ière)
avatar
Nombre de messages : 1199
Age : 22
Localisation : En quête d’action !
Arme : Clé Ailée d'Or/ Coutelas-broche/ Pistolet à Grappin
Invocation : J'en ai pas besoin !
Date d'inscription : 28/04/2014

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
500/500  (500/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Nothing like the sun... [Privé]   Lun 30 Nov - 20:39

Un sifflement aigu, doublé d’un insupportable bourdonnement, se fit alors entendre dans le dos de l’Armure Gardienne. Le Sans-Cœur se détourna quelques instants de Connor et se retourna juste assez vite pour apercevoir le rayon de lumière crépitant qui le traversa de part en part ; le coup de grâce, porté par Senjougahara, acheva la créature des Ténèbres, laquelle tituba avant de s’effondrer.

Que s’était-il passé ?
L’officier au casque à plume n’en était lui-même pas vraiment sûr : il avait vu l’adolescent blond plonger dans la bâtisse branlante au moment où Connor avait sauté du toit ; il avait vu l’Armure se retourner et s’en prendre au jeune homme au crâne rasé.
Mais ensuite, le blondin avait surgit de la maison, et avait terrassé les redoutables mains – ou plutôt les griffes – du monstre géant au moyen de techniques peu conventionnelles. En mourant, les membres désolidarisés s’étaient changés en des volutes de fumée noire et des gerbes de petites pierres précieuses et des piécettes. Pendant ce temps, le jeune homme aux allures de bandit avait frappé sans relâche le corps de l’Armure, à la manière de quelque guerrier enivré par la bataille.
Le garçon blond avait alors saisit une gemme d’un orange soutenu, l’avait inséré dans son bracelet d’or et avait tiré, à la manière de quelque immense arbalète, un trait de lumière sur le Sans-Cœur.
Certains y auraient vu de la sorcellerie ; l’officier y vit surtout de l’or. Beaucoup d’or et de pierreries, voire trop pour un garçonnet aussi malingre et aussi jeune.

Senjougahara s’approcha de Connor en chancelant légèrement ; les efforts déployés au cours du combat et les coups reçus avaient eu raison d’une grande partie de sa folle énergie, le contraignant à avancer doucement et à rationner son souffle. Sans un mot, il récupéra le Coutelas, lequel se retransforma instantanément en broche.
En vérité, il n’avait pas tout compris tous les tenants et les aboutissants du plan de son « coéquipier », et avait comme l’étrange impression d’avoir été l’objet de quelque manigance. Mais, à l’instar de la Clé Ailée d’Or, il était bien trop épuisé pour entamer un quelconque conflit.
Il se contenta donc de s’adosser au mur fissuré d’une maisonnette, le temps que son cœur ralentisse un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Aventurier(ière)
avatar
Nombre de messages : 17
Age : 26
Date d'inscription : 06/11/2015

MessageSujet: Re: Nothing like the sun... [Privé]   Mar 1 Déc - 19:37

         J'avais le corps comme pris par la léthargie d'un lendemain de cuite. La cuite de quelqu'un d'autre, bien entendu, qui aurait profité de ma présence pour assouvir quelques pulsions violentes avec ma tête et mes membres. Dans un tel état, j'espérais au moins me réveiller dans un lit d'hôpital plus confortable que la moyenne, si possible avec des médecins obséquieux qui m'assureraient que je n'avais rien (et que je ne payerais aucun frais).
         D'habitude, j'ouvrais plutôt les yeux sur le plafond d'une taverne miteuse.
         Mais aujourd'hui, ce furent des barreaux qui accueillirent mon premier regard.
         Je bondis hors du lit de paille dans lequel on m'avait balancé et, par souci d'originalité, me jetai aux tubes de fer pour clamer mon innocence :
-- J'ai rien f... !
         Un grincement et une perte d'équilibre me coupèrent la parole et je finis par chanceler jusqu'à m'étaler face contre-terre, devant l'officier, l'huis métallique me bottant le cul.
-- Nous vous avons installé dans cette cellule le temps que vous vous réveillez, me signifia le garde, l'air hautain. Les autres lits n'étaient pas disponibles.
         Je tournai la tête pour voir mon camarade, l'air perplexe devant mes réflexes. En me relevant je tâtai mon dos pour n'y trouver que le cuir râpé de mon gilet.
-- Conformément à notre accord, l'épée vous a été reprise, expliqua le paon casqué. Néanmoins, vous serez tous deux récompensés.
         Il fit un pas de côté, sans perdre son allure martiale (et affligeante) pour découvrir un troufion qui tenait  un coussin usé. Deux vieilles médailles cabossées et noircies reposaient sur le velours terne.
         L'officier nous en décora.
         Je ne parvins pas à taire mon grognement.
-- Vous pouvez disposer.
         Je défis la médaille juste après que le garde me l'ait accrochée au poitrail, jetant un regard mauvais sur le ruban pourri et l'argent terne. Il me fallut de grands efforts pour ne pas l'envoyer dans la gueule de l'emplumé. Je réussis à simplement la jeter à ses pieds.
         Claquer la porte fut beaucoup plus satisfaisant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Aventurier(ière)
avatar
Nombre de messages : 1199
Age : 22
Localisation : En quête d’action !
Arme : Clé Ailée d'Or/ Coutelas-broche/ Pistolet à Grappin
Invocation : J'en ai pas besoin !
Date d'inscription : 28/04/2014

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
500/500  (500/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Nothing like the sun... [Privé]   Mer 2 Déc - 8:43

Si le jeune homme au crâne rasé refusa la récompense avec dédain, Senjougahara, lui, l’accepta avec plaisir. Certes, la médaille était vétuste, mal entretenue et probablement d’une qualité médiocre ; mais, dans son esprit d’adolescent en quête de gloire et de reconnaissance, ce genre d’objet était indubitablement la preuve que l’on lui reconnaissait un certain mérite et que l’on le traitait en adulte.
Et c’était toujours mieux que cette ridicule médaille en caoutchouc que lui avait donnée Shibumi.

C’est pour cela que Senjougahara ne claqua pas la porte ; toutefois, il s’en alla tout de même prestement lorsqu’il remarqua les regards emplis de convoitise des gardes : la médaille terne renforçait l’or chatoyant du bracelet, et les gemmes qui ornaient sa bandoulière. En outre, il n’avait aucune envie de répondre aux questions des officiers.

Le jeune homme sortit donc du bâtiment avec une certaine hâte. Ah, l’air libre. Le ciel sans barreau.
L’espace
.
Senjougahara se terra dans une ruelle à l’abris des regards, enfonça une gemme dans son bracelet et ouvrit un portail. L’instant d’après, il ne restait plus rien de l’adolescent aux cheveux miel et de son bracelet d’or.


[Fin du RPG]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Nothing like the sun... [Privé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nothing like the sun... [Privé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» apprentissage. [Rp privé ] SUITE
» Importations Privées
» Imporations Privées
» Retour à la maison [privé Luigi, Bowser, Mister + 2 personnes max]
» Vendredi 13 mai sur vente privée équipement alpinestar

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kingdom Hearts RPG :: Archives :: Archives :: Role Play-
Sauter vers: