Kingdom Hearts RPG


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Le journal de Kuro

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Membre
Gardien du Crépuscule de l'Explosion
Le Neko Malchanceux
MembreGardien du Crépuscule de l'ExplosionLe Neko Malchanceux
avatar
Nombre de messages : 259
Age : 16
Localisation : Toujours en cavale, jamais sur place
Arme : Bugendai [Bâton]
Invocation : Saido - Grand frère de Kuro
Date d'inscription : 08/03/2015

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
500/500  (500/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Le journal de Kuro   Jeu 24 Mar - 22:10

Partie 1 : Présentation de Seibutsu


Chapitre 1 : Avant l’arrivée des humains



Auparavant, au début de la création de Seibutsu, la Nature régnait en maître sur chaque petit terrain de terre. Il n’y avait aucun animal. La seule espèce vivante dans ce Monde isolé de tous les autres, éloignés, n’ayant pas de voisins proches, était les végétaux. La vie était donc calme et tranquille sur Seibutsu. Puis, peu à peu, à force du temps, cette petite terre isolée vit ses premiers animaux apparaître, après quelques siècles d’existence, où rien n’avait semblé bouger malgré l’énorme laps de temps qui s’était produit entre la création de Seibutsu et la première apparition des animaux. Enfin… Animaux… C’était un bien grand mot ! En réalité, il s’agissait d’insectes. Au début, il y avait très peu d’espèce, une petite dizaine pas plus. Mais d’autres arrivèrent rapidement… Encore une fois, cette expression était mal utilisée, car il fallut attendre plus de deux décennies pour voir de nouvelles espèces d’insectes.

Puis, de nouveau, tout parut ne plus bouger, alors que la vie poursuivait son cours. Il n’y avait aucune évolution dans le Monde, et le cycle de la vie ne cessait.

Finalement, des animaux firent enfin leur apparition. Les tous premiers étaient de petits rongeurs, mais les autres espèces animales finirent par prendre aussi place dans Seibutsu en moins d’une décennie.

Ainsi, les végétaux, les animaux et insectes commencèrent à vivre en harmonie dans ce monde verdoyant qui évoluait dans son propre rythme, qui était plutôt lent.

Cependant, tout ceci fut perturbé par l’arrivée d’une nouvelle espèce alors que Seibutsu avait déjà un millénaire d’existence.

_________________


Ava & Kuro ♥:
 

Kuro's Theme:
 

Love's theme (AvaKuro)~:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Gardien du Crépuscule de l'Explosion
Le Neko Malchanceux
MembreGardien du Crépuscule de l'ExplosionLe Neko Malchanceux
avatar
Nombre de messages : 259
Age : 16
Localisation : Toujours en cavale, jamais sur place
Arme : Bugendai [Bâton]
Invocation : Saido - Grand frère de Kuro
Date d'inscription : 08/03/2015

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
500/500  (500/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Le journal de Kuro   Jeu 24 Mar - 22:11

Chapitre 2 : L’arrivée des humains


Comment l’ont-ils trouvé ? Ce Monde pourtant si isolé de tout, inconnu au savoir de n’importe qui. Il ne se trouvait dans aucun récit, aucun libre de sciences, aucun document, aucune archive de n’importe quel château des Mondes les plus proches de Seibutsu qui se trouvaient très éloignés de lui. Et pourtant… Et pourtant, des humains finirent par trouver cette terre et décidèrent de s’y installer. Comment l’ont-ils trouvé ? Cette question revenait sans arrêt. Personne n’en savait quelque chose. Là aussi, c’était écrit nulle part. Alors, on inventa des légendes. On racontait qu’il s’agissait en fait d’un groupe de personnes qui furent guidés par des dieux qui montrèrent cette nouvelle terre, pourtant déjà vieille. Mais cela ne peut être qu’une histoire banale…

Sans doute n’était-ce simplement qu’un explorateur dans un vaisseau, en recherche de nouvelles découvertes, et avait fini par tomber sur Seibutsu. Cela pouvait être une autre possibilité. Mais ce pouvait être quelque chose d’encore plus incroyable ! Qui le savait ? Personne, et l’histoire restera à jamais dans le néant.

Enfin, peu importe, les humains s’installèrent en ces lieux et décidèrent de prendre beaucoup de place. Cependant, la Nature en avait déjà une grosse part, alors ils décidèrent de faire quelques déforestations qui se firent de plus en plus nombreuses à force que la population augmente, forçant des animaux à déménager. Durant tout ce temps, Seibutsu avait évolué lentement, mais depuis l’arrivée des humains sur ce Monde, l’évolution ne cessait de s’accélérer et de façon très positive.
La technologie fut découverte et elle fut développée, au point qu’elle devint le centre d’intérêt de chacun. On dut retirer encore plus de terre, au point que la Nature, après tant de siècles, disparut petit à petit.

Cet évènement était aussi accompagné de l’arrivée d’une nouvelle espèce hybride dans Seibutsu. Il s’agissait des Nekos qui défendaient la Nature. Ils ne voulaient pas laisser les humains agir de la sorte au point qu’il ne reste ne serait-ce qu’une seule petite brindille d’herbe.

Néanmoins, ils ne purent défendre cette cause pendant bien longtemps, car les humains étaient contre ces idéaux et décidèrent de détruire ce qui représentait, pour eux, une menace. Ainsi, les Nekos furent obligés de fuir, de se défendre, pour sauver leur vie. Nombreux sont ceux qui ont péri dans cet horrible génocide qui dura une bonne dizaine d’années.

Ils étaient des milliers, et à la fin, ils n’étaient plus qu’une vingtaine de survivants. Ils furent capturés et la seule raison pour laquelle ils furent épargnés de la mort, c’était « grâce » à des scientifiques qui avaient décidé d’expérimenter leurs recherches sur ces êtres incroyables, plutôt que sur des humains volontaires.

On construisit alors un laboratoire très éloigné de toute civilisation, sur une terre aride…
Les Nekos n’étaient plus une menace pour les humains qui finirent pas arracher le dernier brin d’herbe. La Nature n’était plus, elle avait définitivement laissé place à la technologie…

_________________


Ava & Kuro ♥:
 

Kuro's Theme:
 

Love's theme (AvaKuro)~:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Gardien du Crépuscule de l'Explosion
Le Neko Malchanceux
MembreGardien du Crépuscule de l'ExplosionLe Neko Malchanceux
avatar
Nombre de messages : 259
Age : 16
Localisation : Toujours en cavale, jamais sur place
Arme : Bugendai [Bâton]
Invocation : Saido - Grand frère de Kuro
Date d'inscription : 08/03/2015

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
500/500  (500/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Le journal de Kuro   Jeu 24 Mar - 22:12

Chapitre 3 : Un laboratoire, des recherches, des cobayes…


Le Laboratoire était énorme, mais cela n’était pas pour donner un certain espace pour les Nekos, les compatissant puisqu’ils étaient enfermés entre quatre murs. Oh non ! Les scientifiques se moquaient bien des sentiments et pensées de leurs cobayes ! Non, la taille du laboratoire était simplement autant imposante pour des raisons uniquement concernant les scientifiques : avoir plusieurs salles spécialisées, de quoi ranger les gros outils et tout ce genre de chose.

A l’intérieur de ce laboratoire, les Nekos étaient traités comme s’ils étaient de simples objets et les scientifiques faisaient de nombreuses expériences sur eux, se moquant bien de la répercussion que cela pouvait avoir sur les organismes de ces pauvres créatures. Tout ce qui leur importait, c’était qu’ils aient assez de cobayes pour pouvoir continuer leurs recherches tranquillement.

Parmi tous leurs cobayes, un les intéressaient plus que les autres. Il s’agissait d’une jeune Neko qu’ils avaient forcée à être enceinte, menaçant ses deux autres enfants de les tuer. Ils firent de nombreuses expériences sur elle, se demandant si cela allait influencer l’organisme du futur enfant.
Finalement, les mois passèrent et le petit Neko naquit. On le baptisa Kuro… Et il s’avérait que son sang était très intriguant pour chacun des scientifiques. Quant à la mère, elle mourut en accouchant, n’ayant pas supporté cet excès d’expériences…

Et le cauchemar ne faisait que de commencer…

_________________


Ava & Kuro ♥:
 

Kuro's Theme:
 

Love's theme (AvaKuro)~:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Gardien du Crépuscule de l'Explosion
Le Neko Malchanceux
MembreGardien du Crépuscule de l'ExplosionLe Neko Malchanceux
avatar
Nombre de messages : 259
Age : 16
Localisation : Toujours en cavale, jamais sur place
Arme : Bugendai [Bâton]
Invocation : Saido - Grand frère de Kuro
Date d'inscription : 08/03/2015

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
500/500  (500/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Le journal de Kuro   Sam 16 Avr - 1:52

Partie 2 : Présentation de la famille de Kuro


Chapitre 1 : Sentaku Fuun


Nom : Fuun

Prénom : Sentaku

Âge : Est mort à 37 ans

Caractère : Depuis son plus jeune âge, Sentaku était un Neko de caractère qui avait horreur d’obéir aux ordres, il préférait que ce soit qui les donne et que ce soit les autres qui les exécutent ! Hors de question qu’il soit le dominé ! Il pouvait alors prendre des airs de brute voulant à tout prix le pouvoir, mais s’il faisait cela, ce n’était que pour mieux protéger ses proches, et il se moquait parfaitement de la puissance. Cela était prouvé par le fait qu’il avait toujours confiance en ceux qu’il aimait et qu’il savait qu’il pouvait compter sur eux à tout moment. Il avait un sens de l’honneur et une certaine fierté. Il était aussi un grand combattant qui n’abandonne jamais son équipe s’il en avait une, bien que parfois, il préférait faire les choses seuls, ne voulant pas mettre en danger quiconque, surtout lorsqu’il fallait chercher de quoi se nourrir pendant cette longue période horrible et dure que fut le génocide. Il détestait plus que tout la lâcheté (c’est-à-dire attaquer un homme à terre, attaquer dans le dos alors qu’on avait capitulé juste avant, attaquer plus faible et petit que soi) ainsi que la trahison. Durant le génocide, il s’était révélé grand stratagème et montrait de nombreuses qualités en combat. Il était devenu un exemple pour beaucoup de monde. La gloire, la popularité… Des choses dans le genre… Des choses que Sentaku ne s’intéressait pas.
Derrière ce grand soldat, se cachait un papa poule très proche de ses chers enfants. Durant le génocide, il était toujours près de sa fille aînée et son fils cadet. Il était aussi très amoureux de sa chère femme, Yasashî, et n’hésitait pas à le montrer. Enfin, bref, il était très proche de sa famille et la protégeait de tous les dangers, se disant qu’il s’en voudrait pour toujours s’il arrivait malheur à l’un des trois. Il se montrait aussi très souriant, rieur, blagueur, toujours présent pour Kanashî et Saido, et le fut aussi pour Kuro plus tard.

Apparence Physique : Sentaku était un grand Neko à la corpulence musclé. Il possédait une longue chevelure argenté, dont une bonne touffe envahissait les côtés de son visage, donnant ainsi une certaine épaisseur, alors que les longues mèches paraissaient plutôt fines. Il gardait toujours ses cheveux détachés. Quand il était plus jeune, il avait toujours une coupe coupée courte, mais un jour, il avait décidé de changer un peu. Ses yeux étaient de couleur bleu ciel. Il possédait une tête plutôt longue et avait des traits fins. Sentaku était toujours vêtu de couleur sombre, surtout pendant la période du génocide. Il était vêtu aussi d’une tenue confortable, pratique pour le combat. Il s’agissait d’un haut noir qui avait une certaine épaisseur pour le protéger, avec une ceinture autour, elle n’était donc pas attachée autour du pantalon comme elle devait l’être normalement. Son pantalon avait la même allure que les pantalons militaires mais il était noir. Enfin, il portait de grosses bottes à ses pieds, ainsi que de longs gants à ses mains. Ses attributs de Neko étaient de la même couleur que ses cheveux. Il portait un cache-œil à l’œil droit, cachant ainsi une vilaine blessure qu’il s’était fait durant le génocide. Il se battait avec une épée qu’il rangeait dans son fourreau, attaché dans le derrière de sa ceinture.

Histoire : Lorsque Sentaku naquit, les Nekos vivaient dans ce qu’il restait de la nature de Seibutsu, soit environ moins d’un quart de ce vaste Monde isolé. Il vivait dans un camp plutôt éloigné des humains, ce qui faisait que le petit, à cette époque-là, n’avait encore jamais vu d’humains de sa vie. Il vivait tranquillement avec sa mère, son père étant mort d’une maladie grave. Sentaku avait aussi une petite sœur qui s’appelait Nyû. Malgré l’absence paternelle, les trois vivaient très bien dans leur petite maison. Ils ne manquaient de rien, bien qu’ils ne fussent pas forcément très riches. Le petit bonheur familial régnait dans cette modeste demeure. Sentaku était sans doute le garçon le plus heureux de Seibutsu.

Hélas, un triste jour, lors d’une visite médicale, le docteur de la famille annonça que Nyû était porteuse de la même maladie que son père, mais elle semblait encore plus importante que celle de ce dernier. Ce jour-là, Sentaku avait six ans, et sa cadette n’en avait que trois. Cela fut une terrible nouvelle pour leur mère qui ne s’était toujours pas remise du décès de son mari, bien qu’elle n’en montrait rien. Quant à Sentaku, il n’en savait rien, et mère et fille décidèrent de ne rien lui dire pour le moment, ne voulant pas le bouleverser. Cependant, trois ans plus tard, Nyû commença à ressentir les symptômes de la maladie et fut emmenée dans une clinique. On lui donna une chambre qu’elle ne quitta plus. Chaque jour, son aîné venait la voir avec une petite surprise, ce qui la faisait toujours sourire et plaisir. Le petit ne pouvait s’empêcher de se faire du souci pour sa sœur… Elle était si jeune ! Leur père était mort quelques semaines après que les symptômes se soient présentés. On ne savait pas d’où provenait cette maladie… Au début, les médecins pensaient qu’il s’agissait d’une maladie héréditaire, mais cela n’était pas le cas… Cela se faisait par contamination. Mais personne ne connaissait l’origine de cette contamination. Quelques semaines plus tard, sans doute un mois ou plus… Ou moins… Nyû poussa son dernier soupire sous les yeux de sa mère, Sentaku était absent ce jour-là car il était tombé malade. La pauvre femme se demanda alors s’il ne s’agissait pas d’une malédiction lancée sur les Fuun. Elle rentra chez elle, désespérée et en pleurs. Son fils entendit ses larmes, et malgré la fièvre qu’il avait, décida de quitter son lit pour la rejoindre. En le voyant en dehors de sa chambre, elle lâcha un soupire de protestation, toujours pleurante, avant de lui demander d’y retourner. Mais le petit se montra têtu et demanda ce qu’il se passait. Elle eut bien du mal à lui avouer, mais finalement, elle cracha le morceau, et les deux passèrent toute une semaine à pleurer cette nouvelle mort… Sentaku guérit finalement et Nyû fut enterrée avec son père…

Quelques années plus tard, Sentaku était âgé de treize ans… On apprit finalement d’où provenait la maladie qui avait touché son père et sa sœur. Il s’agissait en fait d’un virus créé par les humains pour se débarrasser des Nekos. Hélas pour eux, il pouvait aussi les toucher, ce fut pour cette raison qu’ils décidèrent de l’utiliser dans des villages éloignés d’eux, composés entièrement de cette espèce hybride. Cette nouvelle choqua Sentaku et sa mère, ainsi que tous les autres Nekos du village.
Les années passèrent, et Sentaku, à présent âgé de quinze ans, fit la rencontre d’une ravissante demoiselle qui répondait au nom de Yasashî. Au début, les deux ne semblaient vraiment pas près de s’aimer, voire même de s’entendre, se lançant sans arrêt des éclairs en classe, quand ils étaient en cours dans l’école créée par les Nekos et pour les Nekos. Tous leurs camarades avaient bien remarqué qu’il y avait une certaine tension entre les deux, et pourtant, à cause d’un devoir qu’ils durent faire ensemble, ils avaient fini par enterrer la hache d’or et finirent même par éprouver des forts sentiments l’un pour l’autre.

Quand nos deux tourtereaux eurent dix-huit ans, ils eurent une adorable petite fille qu’ils baptisèrent Kanashî. Cette dernière fut alors présentée à sa grand-mère paternelle qui avait l’impression de revoir sa petite Nyû à ce moment-là, morte si jeune… Et deux ans plus tard, ils eurent un fils qu’ils appelèrent Saido. La vie semblait à présent plus belle pour les Fuun.

Cependant, chaque rayon de soleil finissait par se faire couvrir d’un nuage… En effet, alors que leurs enfants avaient respectivement cinq et trois ans, un terrible génocide fut annoncé. Les humains avaient commencé à capturer des Nekos et les tuer des manières les plus atroces possibles. C’était un désastre pour tous les hybrides. Il fallait fuir cette terreur ! Les Fuun abandonnèrent leur chalet où ils y étaient installés depuis plusieurs années déjà. Et le cauchemar ne faisait que de commencer…

Spoiler:
 

_________________


Ava & Kuro ♥:
 

Kuro's Theme:
 

Love's theme (AvaKuro)~:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Gardien du Crépuscule de l'Explosion
Le Neko Malchanceux
MembreGardien du Crépuscule de l'ExplosionLe Neko Malchanceux
avatar
Nombre de messages : 259
Age : 16
Localisation : Toujours en cavale, jamais sur place
Arme : Bugendai [Bâton]
Invocation : Saido - Grand frère de Kuro
Date d'inscription : 08/03/2015

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
500/500  (500/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Le journal de Kuro   Sam 16 Avr - 2:01

Chapitre 2 : Yasashî Fuun


Nom : Fuun

Prénom : Yasashî

Âge : Est morte à 33 ans

Caractère : Un cœur rempli de bonté, de gentillesse, de tendresse… Oui, on pourrait décrire rapidement le caractère de Yasashî ainsi. En effet, la jeune femme était maternelle avec n’importe qui, qui en avait besoin. Elle ne faisait pas de différence entre la Lumière et les Ténèbres, tant que la personne qui lui demandait de l’aide n’était pas pleine de mauvaises intensions. Elle se montrait toujours douce avec sa famille et aimait prendre son temps avec elle. Elle fut toujours ainsi. Jamais on ne la vit en colère, piquant d’énormes crises de colères, perdant son sang-froid. Elle était toujours calme. Cependant, cela lui arrivait aussi de pleurer, comme tout le monde, surtout lorsque le génocide commença, mais devant ses enfants, elle ne faisait que de leur envoyer des sourires réconfortants et encourageants, se révélant forte, pour montrer à ses enfants qu’elle était là pour eux et qu’ils n’avaient pas à s’en faire, surtout que les pauvres étaient très jeunes, et avaient besoin du réconfort maternel, ayant trois et cinq ans.
Rares sont les personnes qui purent voir la jeune femme agressive. Lorsqu’on touchait à sa famille, elle n’hésitait pas à s’acharner sur ces personnes qui avaient osé commettre ce crime, mais pour autant, elle n’était pas en colère. Au contraire, elle était très calme. Ce qui était très impressionnant. De plus, il était vraiment rare de la voir combattre, car elle détestait la violence mais en avait recourt tout de même lorsqu’elle devait l’utiliser… Comme lorsque des humains avaient voulu lui arracher ses enfants pour les tuer.
Elle pouvait parfois paraître fragile, mais ce n’était qu’en apparence, car elle était une femme forte. Elle savait après tout calmer la colère de Sentaku et lui tenir tête, avant même qu’ils ne tombent amoureux, ce qui avait impressionné nombreux Nekos qui n’osaient pas faire cela, quand nos deux tourtereaux étaient des adolescents. Elle n’hésitait pas aussi à se faire respecter des autres, n’aimant pas être prise pour une damoiselle en détresse. En bref, elle était une femme de caractère, ce qui faisait penser que Sentaku et Yasashî étaient vraiment destinés à être ensembles.

Apparence Physique : Yasashî était une magnifique Neko à la longue chevelure blonde. Elle aimait bien les laisser libre dans le vent, mais cela lui arrivait parfois de faire une natte ou une petite tresse. Sa frange était plutôt ébouriffée et elle envahissait le haut de son front, mais il y avait aussi quelques mèches qui partaient sur chaque côté de sa tête. Ses attributs de Neko étaient aussi blonds clairs que ses cheveux. Elle aimait bien aussi mettre un gros nœud à sa queue de félin. Yasashî avait de grands yeux verts émeraude qui exprimaient tout le temps sa gentillesse et sa douceur. Quand on la regardait dans les yeux, on pouvait se sentir réconforté. La jeune femme était vêtue de vêtements légers aux couleurs pâles. La plupart du temps, elle portait un débardeur noir à bretelles roses claires. Elle mettait des manches détachées à ses bras qui s’arrêtaient avant ses coudes et étaient dans les mêmes tons que son haut. Ses frêles épaules étaient donc dévoilées. Elle portait ensuite une courte jupe rose clair qui s’arrêtait à mi-cuisses et qui était à moitié caché par le débardeur. Enfin, elle portait de bottines qui lui arrivaient jusqu’au haut de ses chevilles, elles étaient noires.

Histoire : Yasashî grandit dans une petite famille ayant peu de biens. Elle vivait dans la grande ville, auprès des humains, dans une pauvre maisonnette qui arrivait à tenir debout par on-ne-savait-quel miracle. Et pourtant, malgré le fait que les deux parents travaillaient durs, nuits et jours, et jours et nuits, avaient plusieurs métiers, ils gagnaient peu. Ils n’eurent qu’un enfant, une seule fille, ne voulant pas mener la famille encore plus à la faillite. Malgré le fait qu’ils ne mangeaient pas à leur faim, qu’ils avaient froids lorsqu’il était l’heure d’aller dormir, qu’ils manquaient d’hygiène, Yasashî était heureuse, ce qui surprenait beaucoup les deux adultes. La petite était tout simplement heureuse d’être avec ses parents, de vivre avec eux, de pouvoir jouer, même s’il lui arrivait d’aller se coucher le ventre vide, car il n’y avait rien à manger.

Quand elle eut cinq ans, ce fut avec contrecœur que sa mère décida de l’emmener avec elle à ses différentes professions, pour gagner un peu plus d’argent. La petite n’allait donc pas à l’école. Elle faisait le ménage dans des maisons d’humains avec sa mère, ainsi qu’à celles des Nekos. Les premiers les embêtaient et appréciaient les voir peiner dans la tâche qu’ils rendaient plus difficiles en mettant encore plus de bazar qu’à leur arrivée, leur interdisant de sortir de la maison tant qu’elle n’était pas propre. Tandis que sa mère souffrait de cela, commençant à être fatiguée de tout cela, Yasashî donnait tout ce qu’elle avait pour que la demeure soit impeccable. Alors que les Nekos, par respect et surtout principe d’égalité et de politesse, leur demandaient tout simplement de nettoyer tel ou tel endroit, ranger telle ou telle pièce, sans pour autant venir poser des obstacles sur leur passage, surtout que ce qu’ils désiraient était une maison rangée, et non pas une porcherie ! De plus, ceux-ci étaient plus généreux sur l’argent qu’ils donnaient à la mère et la fille, alors que les humains, sans doute beaucoup trop avares, n’offrait même pas le tiers de ce que méritait ce travail.

Finalement, à force de donner de gros efforts, de multiplier toujours plus les métiers, la famille finit par sortir de cette misère et avait à présent le nécessaire vital. Yasashî put donc arrêter de travailler et aller à l’école, composée seulement de Nekos, les humains ne voulant pas de cette espèce dans leurs institutions comme tous les autres, alors qu’elle avait déjà dix ans. Ce fut au début très difficile pour elle de rattraper le niveau de ses camarades. Heureusement, ces derniers lui avaient donné beaucoup de soutiens ainsi que des techniques, des connaissances, ils se montrèrent tous solidaires avec la nouvelle, ce qui faisait vraiment plaisir à l’intéressée, même les professeurs lui donnaient des cours supplémentaires. Et grâce à tout cela, elle réussit petit à petit à gravir les marches qui la séparaient de ses camarades de classe et réussit à passer en classe supérieure.
Ses parents étaient tellement fiers d’elle ! Ils ne pouvaient pas l’aider pour faire ses cours quand elle était à la maison, n’ayant eux-mêmes pas été scolarisés, mais ils espéraient qu’elle aurait un meilleur avenir qu’eux.

Quand elle eut treize ans, ils tombèrent tous deux gravement malades à cause du travail qui les empêchait de se reposer comme il le fallait. Yasashî était totalement perdue, elle ne savait pas quoi faire pour ses deux pauvres parents. Sa mère décida de l’emmener chez une cousine qui était plutôt aisée, lui demandant de bien vouloir la garder. La jeune Neko refusait de les abandonner mais sa mère ne voulait rien entendre et laissa sa fille auprès de sa cousine. Et puis, quelques semaines plus tard, elle et son mari moururent de cette maladie, au grand désespoir de Yasashî qui eut du mal à se remettre de cela. La mort lui avait arraché les êtres qui lui étaient le plus chers au monde…

A quinze ans, elle arriva au lycée, se fit rapidement des amis, mais aussi, elle fit la rencontre d’un Neko qui s’appelait Sentaku et qu’elle n’arrivait pas à supporter à cause de son caractère un peu trop dominant. La relation entre les deux était très réciproque. Aucun des deux ne semblaient près de s’aimer, voire même de s’entendre. Et pourtant, un professeur les mit ensemble pour un devoir en binôme, à leur plus grand malheur. Cependant, ils finirent par s’approcher l’un de l’autre au point de devenir amoureux et de ne plus vouloir se séparer une seule seconde.

Plus tard, ils eurent une fille qu’ils baptisèrent Kanashî. Yasashî aurait tellement aimé, à ce moment-là, la présenter à ses parents qui devaient sans doute veiller sur elle depuis les cieux. Puis, deux ans plus tard, ce fut la naissance d’un petit garçon qu’ils décidèrent de nommer Saido.
Cependant, chaque rayon de soleil finissait par se faire couvrir d’un nuage… En effet, alors que leurs enfants avaient respectivement cinq et trois ans, un terrible génocide fut annoncé. Les humains avaient commencé à capturer des Nekos et les tuer des manières les plus atroces possibles. C’était un désastre pour tous les hybrides. Il fallait fuir cette terreur ! Les Fuun abandonnèrent leur chalet où ils y étaient installés depuis plusieurs années déjà. Et le cauchemar ne faisait que de commencer…

Spoiler:
 

_________________


Ava & Kuro ♥:
 

Kuro's Theme:
 

Love's theme (AvaKuro)~:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Gardien du Crépuscule de l'Explosion
Le Neko Malchanceux
MembreGardien du Crépuscule de l'ExplosionLe Neko Malchanceux
avatar
Nombre de messages : 259
Age : 16
Localisation : Toujours en cavale, jamais sur place
Arme : Bugendai [Bâton]
Invocation : Saido - Grand frère de Kuro
Date d'inscription : 08/03/2015

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
500/500  (500/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Le journal de Kuro   Sam 16 Avr - 2:03

Chapitre 3 : Kanashî Fuun


Nom : Fuun

Prénom : Kanashî

Âge : Est morte à 19 ans

Caractère : Moralement, Kanashî avait tout pris de sa mère. Elle était aussi douce, gentille et protectrice que cette dernière. De plus, la jeune fille était toujours prête à aider Yasashî lorsqu’elle en avait besoin. Elle proposait toujours de donner un coup de pattes, même si on n’avait pas forcément besoin d’aide. Mais souvent, elle voulait faire quelque chose, elle ne désirait pas rester assise à croiser les bras et regarder les autres faire, tandis qu’elle se prélassait. Ce qui faisait qu’elle pouvait se révéler avoir une tête de mule et une certaine détermination, qu’elle devait avoir hérité de son père. Quand elle était plus petite, durant le génocide, elle prenait exemple sur sa mère, et lorsque cette dernière n’était pas présente, elle était toujours là pour rassurer son petit frère, ayant deux ans de plus que lui, elle s’était toujours dit que c’était à elle de veiller sur lui, et non l’inverse. Elle le réconfortait lorsqu’il pleurait, elle le faisait rire lorsqu’il ne se sentait pas bien, elle lui racontait des histoires extraordinaires lorsqu’il y avait une attaque et que les parents étaient partis se battre, tandis qu’eux, demeuraient cachés. Enfin bref, elle faisait toujours en sorte que Saido aille bien. Si on s’en prenait à lui, elle n’hésitait pas à se jeter sur la personne qui lui voulait du mal pour le défendre, malgré le fait qu’elle n’était pas du tout forte et qu’elle ne possédait pas de talents de combat.
Plus elle grandissait, et plus elle prenait du caractère de son père, tout en gardant celui de sa mère, au point de devenir en quelque sorte une fusion des deux. Elle conservait donc sa gentillesse et générosité, son côté maternel et protecteur, tout en étant quelqu’un de fort moralement et qui ne se laissait pas dominer par les autres. Lorsqu’on cherchait des puces dans sa chevelure, elle pouvait s’énerver et exprimer franchement ce qu’elle pensait. Elle était aussi toujours tête de mule, mais cela était devenu plus fort et quand elle avait une idée en tête, plus rien ne pouvait l’arrêter.

Apparence Physique : Kanashî ressemblait énormément à son père. En effet, la jeune fille avait hérité de la couleur argentée des cheveux de Sentaku. D’ailleurs, sa chevelure était très longue et lisse, avec deux petites mèches plus courtes que les autres qui touchaient à peine les épaules de la Neko, avec une frange qui envahissait la moitié supérieure de sa tête, avec une mèche plus longue que les autres qui venait devant. Elle possède aussi les yeux bleus ciel de son père. Contrairement à ses parents, elle possédait une peau blanche. Ses oreilles de chat étaient plutôt grandes et de la même couleur que ses cheveux. La jeune Neko portait un gros collier noir autour du cou avec une perle au milieu. Elle était vêtue d’une robe dont le haut noir n’avait pas de manche ou bretelle qui était fait avec de la dentelle ainsi qu’un ruban qui se terminait sur un gros nœud. Enfin, la robe possédait une jupe blanche bouffante, faisant ainsi songer en quelque sorte à une robe de bal, sauf que la jupe de Kanashî était plus courte, dévoilant ses genoux. A ses pieds, elle portait de fines ballerines noires avec un petit nœud blanc sur chacun des deux.

Spoiler:
 

_________________


Ava & Kuro ♥:
 

Kuro's Theme:
 

Love's theme (AvaKuro)~:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Gardien du Crépuscule de l'Explosion
Le Neko Malchanceux
MembreGardien du Crépuscule de l'ExplosionLe Neko Malchanceux
avatar
Nombre de messages : 259
Age : 16
Localisation : Toujours en cavale, jamais sur place
Arme : Bugendai [Bâton]
Invocation : Saido - Grand frère de Kuro
Date d'inscription : 08/03/2015

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
500/500  (500/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Le journal de Kuro   Sam 16 Avr - 2:06

Chapitre 4 : Saido Fuun


Nom : Fuun

Prénom : Saido

Âge : 30 ans

Caractère : Le cadet des Fuun était sans doute celui qui était le plus différent de sa famille. Il avait un caractère qui était très différent de ses parents et de sa sœur. En effet, il était plutôt renfermé sur lui-même et n’osait jamais dire le fond de sa pensée, il gardait ses sentiments secrets aux yeux des autres et conservait souvent un visage inexpressif. Pour autant, cela ne signifiait pas qu’il n’était pas proche de sa famille, bien au contraire, quand cette dernière était avec lui, il se sentait bien. Car pendant le génocide, Saido s’était enfermé dans son monde, ne voulant et ne pouvant croire qu’une chose aussi barbare puisse arriver. Aussi, le pauvre n’avait que trois ans lorsque cela avait commencé et le peu de ce qu’il avait pu voir jusqu’à ce que cette terrible période arrive venait de s’effondrer en quelques instants. Alors, il voulait conserver toutes ses images dans sa mémoire et décidé de « quitter le monde réel » en se réfugiant dans son monde. Heureusement, sa sœur était toujours là pour lui, pour le soutenir.
Il était rare de voir Saido sourire, mais lorsque c’était le cas, il en affichait un sincère et grand, rayonnant, montrant ainsi ce que le Neko avait dans le cœur. Il possédait aussi une grande intelligence, cependant, il ne s’en servait pas tant que cela, puisqu’il s’enfermait souvent dans son monde. Lorsque Kuro naquit et que Yasashî mourut, il s’ouvrit soudainement et se révélait être un frère protecteur, que ce soit avec son petit frère ou sa grande sœur.
Aujourd’hui, à cause de son nouveau corps, Saido a changé de personne. Il est devenu plutôt arrogant, un peu casse-pieds avec Kuro, mais dans le fond, il restait ce frère protecteur qui ne voulait que le bonheur du benjamin des Fuun. Il est très franc et direct et n’aime pas parler pour rien. Il veut à tout prix se faire entendre, et n’hésite pas à monter le ton pour que cela soit le cas. Il ne respecte que les personnes qu’il juge dignes de faire cela.

Apparence Physique : Si Kanashî ressemblait à son père, c’était le même cas pour Saido. Il possédait une chevelure hérissé et dans tous les sens blanche-argenté. Elle était toujours désordonnée et le vent ne le décoiffait donc jamais puisqu’elle l’était déjà naturellement. Ses oreilles se confondaient presque avec ses cheveux. Il possédait de beaux yeux bleus glace ainsi qu’une peau plutôt blanche, tout comme sa sœur. Sa queue de chat avait la particularité d’être très touffue et poilue, contrairement aux autres membres de sa famille qui sont plutôt fines. Sur son visage, on pouvait remarquer une étrange marque noir composé de trois triangles liés par une courbe sous son œil gauche. Il ne s’agit pas d’un tatouage que le jeune Neko avait décidé de faire faire mais une mystérieuse tâche de naissance. Il était souvent vêtu de blanc et plus particulièrement d’une veste à col qui lui tenait à cœur avec des épaulières sur chacune de ses épaules. Il portait aussi un pantalon blanc  dont le bas était couvert par des guêtres grises. Et pour finir, il avait de simples chaussures blanches à ses pieds.
Aujourd’hui, Saido est devenu un petit chat noir avec une grosse tête. On peut voir des sortes d’antennes qui sont au nombre de trois. Son corps est plutôt petit comparé à la taille de sa tête. Et ses yeux, autrefois bleus, sont devenus entièrement verts.

Spoiler:
 
Saido [Avant]:
 

_________________


Ava & Kuro ♥:
 

Kuro's Theme:
 

Love's theme (AvaKuro)~:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Gardien du Crépuscule de l'Explosion
Le Neko Malchanceux
MembreGardien du Crépuscule de l'ExplosionLe Neko Malchanceux
avatar
Nombre de messages : 259
Age : 16
Localisation : Toujours en cavale, jamais sur place
Arme : Bugendai [Bâton]
Invocation : Saido - Grand frère de Kuro
Date d'inscription : 08/03/2015

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
500/500  (500/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Le journal de Kuro   Lun 18 Juil - 23:29

Partie 3 : Retrouvailles des restes du journal de Yasashî Fuun


Chapitre 1 : Série 1 – Journal 1 – Jour 1 à Jour 365


Jour 1

Je me présente… Je me nomme Yasashî Fuun, 18 ans, mariée à Sentaku Fuun, âgé de 18 ans aussi et mère d’une toute petite fille, Kanashî qui vient de naître en ce jour. Il s’agit du Jour 1, le premier jour où je commence les pages de ce journal. J’ai décidé de débuter cette rédaction qui me tenait à cœur afin de raconter mes journées depuis la naissance de ma fille. Je fais aussi cela à la mémoire de mes chers parents. Ils n’ont jamais pu avoir d’instruction scolaire, mais ils m’ont donné cette chance et m’ont soutenue durant tout le long. Grâce à eux, je peux rédiger ce journal, et jamais je ne pourrais autant les remercier. J’aimerais leur dire à quel point je leur en suis reconnaissante et que je les aime du plus profond de mon être pour m’avoir offert une vie aussi magnifique, malgré le fait que nous n’étions pas très riches. Je remercie aussi la cousine de ma mère, que je considère comme une tante de m’avoir élevée à son tour alors qu’elle n’était pas obligée de faire cela. Et je voudrais aussi remercier Sentaku de m’aimer, mais également ma belle-famille de m’avoir acceptée. Je ne suis peut-être pas tant douée que cela pour écrire, mais j’espère faire ressentir mes émotions, bien que ces pauvres mots que j’écris de ma propre main ne pourront jamais expliquer les sentiments de mon cœur. Actuellement, je me trouve dans ma chambre à la maternité, ma fille dort profondément à cette heure, tandis que mon mari lit un livre, ne voulant pas se séparer tout de suite de moi et de Kanashî. Le silence règne, mais cela me détend. La météo n’est pas très belle, mais cela est souvent le cas à Seibutsu, surtout depuis que les humains ont décidé de raser peu à peu la nature pour faire toujours plus de place pour eux, se moquant totalement des conséquences que cela peut apporter… Ils me désolent tellement de réduire cette merveilleuse nature à un tas de sable aride…

Jour 97

Il pleut aujourd’hui, Kanashî a dit pour la première fois « Maman » et « Papa » et ce fut merveilleux pour Sentaku et moi ! Cela ramena finalement un peu de soleil à la maison. Elle commence à parler beaucoup, mais cela reste encore un langage de tout petit chaton. Elle aime discuter avec ses jouets et invente de nombreuses histoires avec eux, qu’elle nous raconte. Pas besoin de mot pour la comprendre, ses petits gestes suffisent amplement. Elle parait être dans un tout autre monde lorsqu’elle narre ses aventures, alors que les humains réduisent peu à peu notre monde fait de nature. Je me demande quand cela va s’arrêter. Cela fait depuis tellement de mois que je tente de les convaincre de laisser la nature reprendre ses droits, mais ils refusent de m’écouter. Ils sont tellement stupides qu’ils me font pitié.

Jour 278

Kanashî marche de plus en plus dans la maison. Elle n’arrive pas encore à courir mais elle fait de nombreux progrès incroyables. Elle grimpe aussi un peu partout, ce qui peut la mettre parfois en danger. Heureusement que son père reste près d’elle pour la surveiller. Il semblerait qu’elle détienne mon sens de la générosité et du service, car à chaque fois qu’elle nous voit faire quelque chose, elle vient nous voir, en marchant maladroitement sur ses deux petites jambes et nous regarde d’un air : "Et moi aussi, je peux aider ?" Elle est trop petite pour le moment pour faire de telle tâche, mais je suis certaine que, plus tard, elle voudra toujours nous donner un coup de patte, même si nous le refuserions !

Jour 364

Le temps passe tellement vite ! L’année a défilé à toute allure et je vois que mon journal s’est rempli à vu d’œil, il n’y a pas un seul jour où je n’y ai pas gratté quelques lignes racontant ma journée. Demain, ma chère petite Kanashî va fêter son premier anniversaire. Et oui, elle a déjà un an, et pourtant, elle paraît toujours si petite à mes yeux, comme au premier jour où je l’ai prise pour la première fois dans mes bras, alors qu’elle venait de pousser son premier cri et que je rédigeais la première page de mon journal. Tout cela me paraît encore si proche ! Et pourtant, quasiment douze mois nous séparent de cette journée et d’aujourd’hui. Sentaku et moi-même avons prévu une grande fête en l’honneur de notre petite princesse. Nous allons inviter les grands-parents de Kanashî, ainsi que sa grand-tante, bien qu’il s’agisse en réalité d’une cousine éloignée. Nous allons aussi inviter des cousins dont nous avons rarement l’occasion de les voir, malgré le fait que nous gardons toujours contact avec eux. Seibutsu est plus grand que je l’imaginais. Enfin, tous les invités ont répondu oui et demain matin nous allons préparer la maison à cet évènement annuel !

Jour 365

La fête vient de se terminer, les invités sont rentrés chez eux, et Kanashî dort profondément dans son landau. Et voilà, mon cher petit trésor a fêté son premier anniversaire ! Elle était si ravissante dans sa petite robe blanche à motif de fleurs bleues à la fin de sa jupe avec son petit serre-tête dans les cheveux. Elle a reçu de nombreux cadeaux et s’est beaucoup amusée avec ! Elle était si radieuse et heureuse ! Nous avons pris mille et une photos qui sont bien conservées. A présent, je dois ranger la maison avec Sentaku…

_________________


Ava & Kuro ♥:
 

Kuro's Theme:
 

Love's theme (AvaKuro)~:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Gardien du Crépuscule de l'Explosion
Le Neko Malchanceux
MembreGardien du Crépuscule de l'ExplosionLe Neko Malchanceux
avatar
Nombre de messages : 259
Age : 16
Localisation : Toujours en cavale, jamais sur place
Arme : Bugendai [Bâton]
Invocation : Saido - Grand frère de Kuro
Date d'inscription : 08/03/2015

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
500/500  (500/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Le journal de Kuro   Lun 18 Juil - 23:32

Chapitre 2 : Série 1 – Journal 3 – Jour 1 à 360


Le Journal 2 de cette série est introuvable, probablement détruit…

Jour 1

Je commence ce journal pour la première fois à la naissance de mon cher petit fils que Sentaku et moi avons décidé de baptiser Saido. Il ressemble beaucoup à son père, tout comme sa sœur ! Il est tellement adorable ! Il dort en ce moment-même, comme cela ne fait que quelques heures qu’il est parmi nous à présent. Il doit être très fatigué car il n’a pas pleuré depuis son premier cri. J’entends depuis mon lit sa petite respiration tranquille. Kanashî a déjà deux ans aujourd’hui, elle grandit tellement vite ! Je n’ai pas vu le temps passé ! Elle reste pour autant très adorable et elle a très envie de jouer avec son frère, malgré le fait qu’il soit petit, mais je lui ai fait comprendre qu’il était encore trop jeune pour faire ce genre de choses, et elle a compris. Elle devra attendre encore un peu. Elle veut à tout prix prendre soin de lui, être présente pour lui. Elle est tellement mignonne ! Je la vois déjà adulte, avec des enfants, elle ferait très attention à eux, leur donnerait plein d’amour, serait à leurs côtés et les guiderait toujours. J’espère vraiment qu’elle vivra cela dans son avenir qui sera grandiose !

Jour 30

Saido mange et dort toujours aussi bien. Par contre, il n’aime pas quand des inconnus se rapprochent de lui, comme des amis par exemple. Les seules personnes qu’il accepte sont : son père, sa sœur, sa grand-mère paternelle et moi bien sûr… Il a encore un peu de mal avec sa cousine éloignée – qui est la cousine de ma mère – mais il s’y fait un peu avec le temps, et elle ne lui en veut pas, car elle sait qu’il est tout petit et qu’un jour, peut-être, il l’acceptera entièrement.

Jour 58

Kanashî a passé la journée entière avec son frère. Ils semblent bien s’entendre tous les deux. Elle a joué avec lui, lui a raconté une histoire qui venait de son imagination, ont mangé ensemble, et elle a voulu être là au moment d’aller le coucher. Saido aussi semble beaucoup aimer sa sœur, car il rigole tout le temps quand elle fait des petites grimaces ou qu’elle le chatouille. Il est très difficile pourtant de faire rire notre enfant, même Sentaku a du mal à le faire ! Il semblerait que seule Kanashî détienne ce pouvoir ! Enfin, cela ne me gêne pas, après tout, il sourit avec nous, et c’est cela qui importe !

Jour 79

Kanashî a tenté de lire un livre pour petits, mais elle a eu tellement de mal, malgré le fait que je lui donne des "cours" pour cela, alors j’ai dû lui donner un petit coup de pouce, afin de divertir son frère. A la fin de la lecture, j’ai applaudi ma fille, et Saido, me voyant, en a fait de même tout en riant. Cela nous surpris beaucoup toutes deux avant de sourire. Il était vraiment adorable à ce moment-là. Par contre, il devient de plus en plus difficile à nourrir. Parfois même, il refuse de manger. Je n’aime vraiment pas quand il fait cela, car il va souvent faire des siestes le ventre vide. Je tente pourtant, mais en vain, il n’y a rien à faire malgré le fait que j’insiste. Je m’inquiète de plus en plus, pourtant, j’ai été voir un médecin et il n’a rien signalé qui pourrait expliquer ce refus. Saido n’est pas malade, mais il ne veut pas manger. Pour quelle raison ?

Jour 90

A peu près tout comme sa sœur, à quelques petits jours près, Saido a prononcé pour la première fois "Maman" et "Papa" mais aussi « Kanashî » sans aucune difficulté ! J’étais impressionnée et Sentaku avait du mal à clouer sa bouche-bée, quant à Kanashî, elle était comblée de bonheur en entendant son frère prononcer son prénom. Elle lui a même claqué une grosse bise sur son petit front qui commence tout de même à avoir une chevelure hérissée et blanche. Et il n’a pas arrêté de dire ces mots durant toute la journée, comme s’il avait peur de les oublier, ou peut-être était-il fier d’y arriver ?

Jour 91

Saido a fait une grande surprise à sa grand-mère en l’appelant « Mamie » quand elle est venue aujourd’hui. Il avait dû entendre sa sœur prononcer ce surnom tellement de fois qu’il l’a retenu à force. En tout cas, l’intéressée a été très émue t’entendre ça et elle a pleuré devant Saido qui n’a pas compris la réaction de sa grand-mère. Quant à moi, j’avais l’impression de voir mon cher fils grandir rapidement sans que je ne puisse faire quelque chose pour ralentir tout cela. Même sa sœur continuait de grandir !

Jour 189

Saido marche de plus en plus dans la maison. Il a encore un peu de mal à rester en équilibre sur ses deux jambes, mais il arrive à se déplacer habillement à quatre pattes et c’est à ce moment-là que je me dis qu’il n’est pas un Neko pour rien. Il miaule même parfois, ce qui est assez surprenant et adorable. On dirait un tout petit chaton !

Jour 256

Et voilà que Saido court partout dans la maison ! Sa sœur est obligée de le poursuivre pour qu’il aille manger ou le mettre au bain ! Mon cher fils semble développer des instincts de chat et déteste se mouiller ! C’est donc un véritable combat pour le forcer à aller se laver ! Mais au moins, il donne un peu de dynamisme dans la maison et fait beaucoup rire son père. Enfin, ce dernier ne se bouge pas beaucoup pour emmener son fils au bain ! Je vais devoir lui dire de prendre ses responsabilités de père au sérieux et qu’il nous aide un peu, sa fille et moi !

Jour 300

Nous nous rapprochons à grand pas de l’anniversaire de Saido. Son premier anniversaire ! Il reste environ deux mois avant ce grand jour ! J’ai à la fois hâte, mais aussi, je suis quelque peu effrayée… Kanashî a déjà trois ans, et elle va bientôt aller à l’école. Cela me fait peur, oui, de voir mes enfants autant grandir !

Jour 360

Il ne reste plus beaucoup de jours avant l’anniversaire de Saido. Sentaku et moi avons fait de nombreux achats pour que le premier anniversaire de notre fils soit magnifique, tout comme celui de Kanashî !

Journal 4 et 5 de la série 1 perdus.

_________________


Ava & Kuro ♥:
 

Kuro's Theme:
 

Love's theme (AvaKuro)~:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Gardien du Crépuscule de l'Explosion
Le Neko Malchanceux
MembreGardien du Crépuscule de l'ExplosionLe Neko Malchanceux
avatar
Nombre de messages : 259
Age : 16
Localisation : Toujours en cavale, jamais sur place
Arme : Bugendai [Bâton]
Invocation : Saido - Grand frère de Kuro
Date d'inscription : 08/03/2015

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
500/500  (500/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Le journal de Kuro   Lun 18 Juil - 23:34

Chapitre 3 : Série 2 – Journal 3 – Jour 1 à 151


Les deux premiers tomes de cette série ont été brûlés et peu de pages [toujours de cette série] ont été retrouvées.

Jour 1
Deux ans à présent… Cela fait trois ans que cet horrible génocide a commencé et que tout fait rage. Les humains ne cessent de tuer nos semblables d’une manière tellement atroce que je ne peux les décrire sur ces pages. Je n’y arriverais pas… Je le sais… Même si je le voulais, je ne pourrais pas… Je ne trouverais pas les mots pour décrire l’horreur… De nombreux Nekos se font attraper avant de se retrouver prisonniers pour finalement être tués… Sentaku a réussi à maintenir notre camp de fortune depuis ces deux années de malheur. Pauvre Kanashî et Saido… Mes pauvres enfants… Ils n’ont que sept et cinq ans et ils doivent déjà subir cela. Ils sont tellement jeunes… Ce sont les plus jeunes du camp et sans doute de Seibutsu, les nouveau-nés étant probablement morts sous les coups des humains. Combien de temps allons-nous vivre cet enfer ? Encore combien d’années ? Je fais tout mon possible pour garder le sourire, même si cela est très dur, mais je sais que mes enfants ainsi que mon cher mari comptent sur moi, ainsi que les Nekos de notre petit camp. Combien de camps restent-ils encore depuis la dernière assemblée qui date à présent de trois semaines ? Nous avons perdu vingt camps depuis le début du génocide, à présent, nous ne sommes que cinquante, composés en moyenne de cinq cents Nekos, sachant que bon nombre des nôtres ont perdu la vie au début du génocide…

Jour 35

Sentaku est parti avec une patrouille d’une dizaine d'hommes pour aller chercher des provisions pour le camp. Après tout, cela fait à présent une semaine que nous manquons de nourriture et d’eau potable. J’espère que cela va bien se passer. La dernière fois qu’ils avaient dû faire cela, nous avions perdu une vingtaine d’hommes. Voilà la raison pour laquelle Sentaku est parti avec moins de Nekos cette fois-ci. Ceux qui restent espèrent que leur patrouille se passera bien et qu’ils rentreront vite. Cela leur fait aussi peur de voir leur chef partir pour une mission si périlleuse. C’est donc à moi de veiller sur eux, comme à chaque absence de Sentaku. Saido et Kanashî sont effrayés à l’idée de perdre leur père mais je les ai rassurés. Ils doivent croire en lui et avoir confiance en lui. Je me dis moi-même ces mots car je suis aussi terrifiée qu’eux de perdre mon cher mari…

Jour 47

Les voilà de retour ! La tension était à son comble et les revoilà tous sains et saufs ! Leur mission a pris plus de temps que prévue car ils avaient eu vraiment du mal à trouver de vrais provisions qui s’étaient montrées plutôt rares, m’a expliqué Sentaku. Lorsque ce dernier est rentré, Kanashî et Saido ont foncé dans ses bras en pleurant. Ils étaient tellement soulagés de le revoir ! J’en avais moi de même lâché une larme de soulagement.

Jour 58

Notre camp va de plus en plus mal… Une épidémie s’est propagée et a déjà atteint onze des nôtres. Je ne saurais dire d’où elle provient mais cela se développe à une vitesse trop grande ! J’ai bien peur qu’elle touche aussi les enfants. Ils ne sont qu’une cinquantaine et Saido est le plus petit d’entre eux tous. Il a une santé plutôt fragile, et j’espère qu’il ne sera pas atteint lui aussi !

Jour 62

Notre camp est-il donc malchanceux à ce point ? Cette nuit, notre doyen nous a quittés, alors qu’il n’avait que soixante-deux ans, à cause de l’épidémie ! Nos quelques médecins n’ont toujours pas trouvé l’origine de cette catastrophe ou même une solution ! Combien de temps allons-nous survivre avant que tout le monde ne meure de cette maladie inconnue ?

Jour 68

Pour détendre l’atmosphère, les enfants ont décidé de nous faire un petit spectacle… Avec l’épidémie et le génocide, tout est devenu une histoire de survie. Nous n’arrivons plus à nous divertir, nous sommes trop occupés par autres choses. Alors, ce petit spectacle nous fit le plus grand des biens. C’était une idée de Kanashî et d’un autre Neko âgé de huit ans, il s’appelle Ketsui, et les deux ont l’air de très bien s’entendre… Enfin, ce qu’ils nous proposèrent était vraiment adorable de leur part. L’histoire parlait du futur, de la fin de ce génocide terrible et de la victoire des Nekos. J’aimerais tellement que cela se produise comme ils nous l’ont montré, malheureusement… Je ne pense pas que cela arrive ainsi…

Jour 77

Nous avons perdu de nouveau douze de nos camarades cette nuit, eux aussi atteints de l’épidémie, comme les vingt pertes précédentes… Cette épidémie dure depuis trop longtemps maintenant ! Comment allons-nous l’arrêter alors qu’elle a touché à présent cinquante personnes ? De plus… J’ai de plus en plus peur pour Saido qui commence petit à petit à présenter les symptômes de la maladie… Température pouvant monté et soudainement baissé plusieurs fois dans la journée, une toux grasse, des maux de ventre, des vomissements réguliers… Mon pauvre petit…

Jour 102

La moitié des nôtres est à présent touchée par l’épidémie… Je désespère de plus en plus, bien que je n’en montre rien. Saido n’arrive toujours pas à sortir de son lit… Kanashî n’est toujours pas touchée, moi non plus d’ailleurs. Quant à Sentaku, il s’épuise dans de lourdes tâches sans arrêt… Je lui ai pourtant demandé de s’accorder quelques pauses, mais il refuse…

Jour 151

Tant de pertes en une nuit… Quand je pense que nous étions cinq cents treize au début du génocide et qu’à présent nous sommes quatre cents soixante-seize… Comment ne pas désespérer ? Je n’en sais rien… Et pourtant, Kanashî réussit à le faire… Elle est vraiment forte et incroyable… Malgré le fait que son frère soit terriblement malade, que son père soit épuisé, que nous manquons de nourriture et d’eau, elle continue de garder le sourire et l’espoir… Kanashî… Tu me parais tellement grande et mature… Tu illumines comme un soleil…

_________________


Ava & Kuro ♥:
 

Kuro's Theme:
 

Love's theme (AvaKuro)~:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Gardien du Crépuscule de l'Explosion
Le Neko Malchanceux
MembreGardien du Crépuscule de l'ExplosionLe Neko Malchanceux
avatar
Nombre de messages : 259
Age : 16
Localisation : Toujours en cavale, jamais sur place
Arme : Bugendai [Bâton]
Invocation : Saido - Grand frère de Kuro
Date d'inscription : 08/03/2015

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
500/500  (500/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Le journal de Kuro   Lun 18 Juil - 23:37

Chapitre 4 : Série 2 – Journal 5 – Jour 1 à 52


Le journal 4 est introuvable.

Jour 1

L’épidémie qui nous a frappés il y a deux ans semble être un mauvais souvenir… Nous avons au total perdu au total quatre-vingt-sept de nos compagnons… Oui, nous avons eu beaucoup de perte, et malgré cela, nous demeurons forts – je rappelle que nous avons finalement trouvé une solution à cette maladie et avons pu soigner des Nekos –. J’avais eu très peur pour Saido mais il s’en est échappé de peu. Je suis tellement soulagée de voir le camp fonctionné de nouveau comme avant, bien que nous soyons à présent quatre cents vingt-six Nekos. Les activités ont repris leur cours, et nous sommes encore plus soudés qu’auparavant pour nous entraider !

Jour 18

On a décidé de me charger d’une mission importante… Je vais devoir aller chercher des provisions mais aussi autres affaires qui pourraient nous être utiles pour notre survie. J’aurais aimé rester près de mes enfants, mais je dois moi aussi participer aux patrouilles et missions comme chaque Neko du camp. Je sais que Kanashî est capable de s’occuper de son petit frère, même en l’absence de son père. Après tout, elle a maintenant neuf ans, et elle est devenue une fille très forte moralement. Alors, je sais que je peux compter sur elle sans aucun souci. Saido aussi grandit bien ! A peine sept ans, et pourtant, il semble détenir une grande intelligence qu’il ne dévoile que lorsqu’il est plongé dans ses pensées. Il est souvent perdu dans son petit univers, et seule sa sœur arrive à l’en faire sortir. Mon pauvre fils… Tu as été atteint de l’épidémie alors que tu n’avais que cinq ans, tu souffres beaucoup, tout ton petit bonheur a été détruit à cause de ce génocide, et à présent, tu vas devoir vivre pendant quelques jours sans moi… Car oui, cela fut difficile pour Saido de bien vouloir me laisser partir exécuté ma mission, ayant trop peur de me perdre. Heureusement que Kanashî l’a rassuré !

Jour 25

Je ne suis toujours pas rentrée au camp… En ce moment, nous sommes dans un petit camp de fortune avec mes trois compagnons de voyage. Les trouvailles sont rares et maigres, mais nous devons continuer de chercher ! Mes enfants me manquent terriblement, et je m’inquiète beaucoup pour mon mari… Comment se porte le camp aussi… Je me pose trop de questions ! Il faut que je me concentre sur ma mission !

Jour 36

Un nouveau soir dans un nouveau camp de fortune… Aujourd’hui, nous nous sommes encore plus éloignés du camp… Je suis la seule à être mère dans notre groupe, et les autres ne comprennent donc pas mon inquiétude. J’aimerais tellement rendre une simple petite visite pour pouvoir prendre des nouvelles de mes enfants ainsi que de mon mari… J’espère très fort les retrouver tous sains et saufs et que les humains n’ont toujours pas retrouvé notre camp !

Jour 37

Tout va de mal en pire ! Des humains nous ont repérés alors que nous étions en train de fouiller dans des maisons abandonnées dans une ancienne ville de Nekos… Ils commencent de plus en plus à fouiller dans les anciennes résidences de leurs victimes, à notre grand malheur ! Et lorsqu’ils nous avaient vus, nous étions dans l’obligation de cesser de fouiller et de courir pour nous sauver. La course fut de longue durée, mais heureusement, aucun de nous ne se fit attraper… Mais pour combien de temps ? Si nous continuons ainsi, cela ne va pas durer toujours ainsi ! Ce n’était sans doute que de la chance !

Jour 41

Ma plaie s’est infectée… Oui, il s’agit bien de la même que celle dont je parlais il y a trois jours… Elle est encore plus laide que la veille, c’est une horreur ! Nous n’avons malheureusement que peu de quantité de désinfectant et j’ai insisté pour qu’on la conserve pour les autres au camp. Surtout si des enfants se blessaient aussi ! Cela n’a pas plu à mes compagnons, mais ils n’ont pas d’autres choix que d’accepter ma décision. Surtout qu’ils savaient que j’étais quelqu’un de très déterminée et que je n’étais pas prête de céder ! Je sais que cela me fait quelque peu boiter et que je peux donc être une gêne pour eux, mais j’arrive à me débrouiller.

Jour 43

J’ai décidé de laisser une petite lettre glissée à cette page, étant écrite à ce jour, pour mes enfants ainsi que mon mari.

A mes adorés,
Depuis l’endroit où je vous écris cette lettre, vous me manquez… Je pense à vous tous les jours, sans cesse, priant pour que vous soyez en bonne santé et que tout se passe bien au camp. J’aurais tellement aimé que la mission dure moins longtemps, mais hélas, nous ne trouvons que peu de choses dans les villes abandonnées… Nous nous éloignons de plus en plus dans Seibutsu pour trouver des anciennes villes de Nekos. Les humains sont de plus en plus présents, ce qui nous complique la tâche dans nos recherches. Mais je ne désespère pas pour autant. Je sais que je rentrerai un jour, auprès de vous… A présent, j’aimerai vous adresser, à chacun, un petit message :

- Kanashî : Ma douce, ma belle, ma princesse… Je suis certaine que tu arrives très bien à gérer cette situation difficile et que tu es très proche de ton frère mais aussi des autres enfants du camp. Tu n’es pas la plus âgée, mais tu es très maternelle, et cela, je suis fière de toi. Je t’embrasse fort !

- Saido : Mon petit, mon trésor, mon bébé… N’ais pas peur de notre monde actuel. Essaye de devenir plus fort que ta peur. Je suis certaine que tu en es capable ! Tu détiens la puissance pour ! Ne t’en fais pas, quand je serai de retour, je te promets de ne plus être loin de toi !

- Sentaku : Mon tendre, mon amour, mon étoile… Je sais que je peux compter sur toi pour t’occuper du camp et des enfants. Tu me manques terriblement et j’aimerai tant me retrouver de nouveau dans tes bras. Combien de temps avant que je ne te retrouve ? Je t’aime tellement…


Jour 52

Ma plaie est encore plus infectée que la veille… J’ai quelques maux de tête et la fièvre commence à monter… Je ne sais pas si je vais tenir encore très longtemps…

_________________


Ava & Kuro ♥:
 

Kuro's Theme:
 

Love's theme (AvaKuro)~:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Gardien du Crépuscule de l'Explosion
Le Neko Malchanceux
MembreGardien du Crépuscule de l'ExplosionLe Neko Malchanceux
avatar
Nombre de messages : 259
Age : 16
Localisation : Toujours en cavale, jamais sur place
Arme : Bugendai [Bâton]
Invocation : Saido - Grand frère de Kuro
Date d'inscription : 08/03/2015

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
500/500  (500/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Le journal de Kuro   Lun 18 Juil - 23:39

Chapitre 5 : Série 2 – Journal 10 – Jour 147 à 365


Les journaux 6 à 9 (inclus) sont introuvables.

Jour 147

Tout va vraiment mal. Cette nuit encore, nous avons perdu cinq de nos camarades… La Nouvelle Epidémie fait trop de ravage… Comment les humains peuvent-ils créer de telles choses ? Ils sont… Horribles… Nous ne sommes plus que seize dans le camp… D’ailleurs, ce dernier est presque désertique et demeure dans un piteux état. Bien que nous soyons peu, nous manquons toujours de nourriture… Il reste tout de même encore trois enfants à nourrir ! Enfin… Enfants… J’oublie sans arrêt que Kanshî a à présent quinze ans, et que Saido en a treize… Quant à l’autre, Seizon, il a bientôt dix-sept ans… Les pauvres ont grandi dans cette terrible ambiance sombre… Ils auront vécu tant de choses tristes… Surtout que Seizon a perdu sa mère durant le génocide, il ne lui reste que son père… Le malheureux souffre encore de l’absence de sa mère… Enfin, je m’égare… Je disais donc qu’il fallait qu’ils mangent, même s’ils n’étaient plus des enfants, ils en avaient besoin pour leur croissance ! Surtout que Saido était bien maigre par rapport à sa taille… Je déteste le voir avec des joues aussi creuses ! Il faut à tout prix qu’il se nourrisse ! Mais lui… Rho lui… Il refuse ! Il prétend que ce serait plutôt aux autres de manger avant lui, et qu’il se servirait des restes ! Je lui ai dit que c’était de la folie, même son père, mais il fait sa sourde oreille !... Mon fils… Tu es si… Si courageux… J’espère que, lorsque ce génocide sera enfin terminé, tu auras un avenir radieux ! Je vois très bien que tu t’inquiètes beaucoup pour moi et que tu préfères que ce soit moi qui mange, mais pour moi, les rôles sont inversés !... Je t’aime tellement mon fils…

Jour 150

Treize… Nous ne sommes plus que treize Nekos dans notre camp… Nous n’avons aucune idée s’il y a encore de nombreux survivants dans les autres, mais pour notre cas, nous sommes un nombre très faible. Nous avons perdu exactement cinq personnes à ce jour… Quand je pense à… Au début du génocide, où nous étions encore nombreux… Je me sens tellement mal… Je me sens tellement triste… Kanashî est tombée malade… Comme son frère il y a quelques années de la première épidémie… Nous sommes, certes, treize, mais seulement cinq personnes sont valides, car nous ne sommes pas atteints par la maladie. Je m’inquiète fortement pour ma fille… Elle est très pâle et maigre. Elle n’arrive pas à manger, et parfois, elle crache du sang sans aucune raison. Je ne sais quoi faire pour la soigner à son tour…

Jour 171

Allons-nous survivre encore très longtemps ? Là est la question… Nous avons perdu cette nuit deux de nos camarades, et nous sommes donc à présent six… Kanashî est toujours malade, elle est d’ailleurs la seule, à présent, à porter la maladie. Elle est donc isolée dans la tente qu’il nous restait. Quant à nous cinq, nous dormons sous une tente de fortune. Le camp ressemble de plus en plus à un endroit abandonné. Nous avons cherché en vain de la nourriture, au cas où il en restait encore, malgré les nombreuses fois où nous sommes allés en prendre… Et il n’y avait qu’une pauvre petite boîte de conserve de céréales dont nous avons donné la moitié à Kanashî afin qu’elle guérisse, et nous nous sommes partagés à nous cinq l’autre moitié. Cependant, Saido m’a donné la moitié de sa propre part ! J’ai d’abord refusé, mais devant son insistance, Sentaku m’a alors conseillé d’accepter, car nous savions tous deux que notre fils insisterait, étant très têtu tout comme sa sœur.

Jour 214

Nous avons entendu des bombardements cette nuit… Cela faisait depuis deux ans que nous n’avions pas entendu… Est-ce que les humains ont trouvé un camp qui était composé encore de nombreux Nekos ? Pourvu qu’il n’y ait pas beaucoup de pertes ! J’espère très fort qu’ils sont tous en vie, même si les chances sont très maigres que cela soit le cas, mais qu’au moins, les pertes soient vraiment minimales !

Jour 224

Kanashî va mieux… Kanashî va mieux… Kanashî va mieux ! Elle arrive de nouveau à marcher, et elle sort souvent de sa tente pour prendre l’air en s’asseyant sur une pauvre chaise abimée. Elle est toujours aussi maigre et pâle, cependant, la quantité de sang perdu est plus petite à présent. Saido s’est retenu de la serrer dans ses bras, tellement il était heureux de revoir sa sœur, car cette dernière n’était plus sortie de la tente depuis plusieurs semaines à cause de sa maladie. Même Sentaku a pleuré en la voyant ! A cause de ces deux-là, j’ai moi-même lâché quelques larmes. Kanashî… Je suis si heureuse de voir que ta santé s’améliore et que tu seras de nouveau sur pieds !

Jour 239

Encore un bombardement… Un camp encore supprimé ? Je commence de plus en plus à avoir peur… Sentaku tente de me rassurer en disant qu’il se peut que les Nekos aient pu se cacher et qu’il n’y ait donc que très peu de victimes… Je croise les doigts… Et crois en ses mots…

Jour 258

Tout est devenu tellement calme… Nous n’entendons plus aucun bruit venant de l’extérieur de notre camp… Je ne sais pas comment je dois comprendre ce message… Est-ce que les humains ont décidé d’arrêter le génocide ? Ou est-ce que tous les autres Nekos, en dehors de notre camp, sont… J’aimerais tellement que ce soit le premier cas, hélas, je ne suis pas naïve, et sais très bien, que le deuxième soit plus logique… Nous aimerions tellement aller voir ce qu’il se passe, mais nous savons très bien que si nous partons du camp, nous n’aurons plus rien, et surtout, il n’y a pas tout le monde qui puisse partir, et hors de question de laisser quelqu’un derrière nous alors que nous ne sommes plus que cinq ! Surtout que Kanashî est toujours malade et que Saido est très faible car il se nourrit très peu ! Alors, si nous partons tous les trois, Sentaku, Saigo et moi, qui sommes plus ou moins en pleine forme, ils seraient en danger ! Et si Sentaku et Saigo partent mais que je reste, nous aurions très peu de chance de résister si des humains attaquent ! Et si nous envoyons soit Sentaku, soit Saigo, ce serait alors l’un des deux qui seraient en danger ! Nous sommes définitivement coincés…

Jours 365

Nous sommes totalement désemparés et morts de peur… Les humains se sont installés près de notre camp… Nous les entendons… Ils ne nous ont pas encore repérés… Mais pour combien de temps ?... Je l’ignore…

Le journal de Yasashî prend fin ici.

_________________


Ava & Kuro ♥:
 

Kuro's Theme:
 

Love's theme (AvaKuro)~:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Gardien du Crépuscule de l'Explosion
Le Neko Malchanceux
MembreGardien du Crépuscule de l'ExplosionLe Neko Malchanceux
avatar
Nombre de messages : 259
Age : 16
Localisation : Toujours en cavale, jamais sur place
Arme : Bugendai [Bâton]
Invocation : Saido - Grand frère de Kuro
Date d'inscription : 08/03/2015

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
500/500  (500/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Le journal de Kuro   Mar 19 Juil - 22:54

Partie 4 : Rapports des humains


Chapitre 1 : Rapport du Génocide


Suite à dix longues années de génocide, de destruction, de guerre, et de survie, les humains ont finalement réussi à acquérir la victoire de cette bataille, voire même de la guerre. Les derniers camps qui étaient encore composés de nombreux Nekos ont été détruits par de puissantes bombes qui ont pris un certain temps à nos scientifiques afin qu’elles soient les plus performantes possibles. Quant à ceux qui ne détenaient pas plus d’une dizaine de Nekos, nous les avons trouvés facilement et tués.

Cependant, dix-neuf Nekos n’ont pas encore perdu la vie en ce moment.

Ils attendent que le jour de leur exécution arrive, enfermés dans la plus grande prison de Seibutsu, n’ayant aucune chance de pouvoir s’échapper.

Parmi les survivants, il restait deux adolescents. Ceux-ci sont séparés des adultes, et ils se montrent bien plus agressifs que ces derniers. Nous devons faire beaucoup d’efforts pour qu’ils se calment, et employons parfois la force brute pour qu’ils se taisent.

Liste des Nekos survivants (+ nom de leur camp + fonction dans leur camp respectif) rangés dans l’ordre alphabétique (d’abord par le nom du camp, puis par le nom de famille):

- Gurando Zankoku (camp : Daitan futekina neko ; fonction : chef de la patrouille des chasseurs)
- Haru Sutekina (camp : Daitan futekina neko ; fonction : espionne)
- Utsukushî Aki (camp : Daitan futekina neko ; fonction : chef du camp)
- Utsukushî Seiza (camp : Daitan futekina neko ; fonction : organisatrice des patrouilles)
- Amai Merodî (camp : Kodokuna neko ; fonction : cheffe du camp)
- Amai Tengoku (camp : Kodokuna neko ; fonction : organisateur principal des patrouilles)
- Karâ Howaito (camp : Kodokuna neko ; fonction : chef de la patrouille des chasseurs)
- Mitsubachi no Hachimitsu ‘Mitsu’ (camp : Kodokuna neko ; fonction : médecin)
- Furuemasu Heiwa (camp : Noraneko ; fonction : conseiller du chef)
- Nigirikobushi Hâdo (camp : Noraneko ; fonction : organisateur principal des patrouilles)
- Omana Hoshi (camp : Noraneko ; fonction : espion)
- Fuyu no Sakura (camp : Yoru no neko ; fonction : organisatrice principale des patrouilles)
- Hogosha Chie (camp : Yoru no neko ; fonction : médecin)
- San Nestu (camp : Yoru no neko ; fonction : chef du camp)
- Fuun Kanashî (camp : Yuukan Na neko ; fonction : // )
- Fuun Saido (camp : Yuukan Na neko ; fonction : // )
- Fuun Sentaku (camp : Yuukan Na neko ; fonction : chef du camp et organisateur principal des patrouilles)
- Fuun Yasashî (camp : Yuukan Na neko ; fonction : conseillère du chef et sous-chef)
- Nozomi no Saigo (camp : Yuukan Na neko ; fonction : organisateur des patrouilles et bras-droit du chef)


_________________


Ava & Kuro ♥:
 

Kuro's Theme:
 

Love's theme (AvaKuro)~:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Gardien du Crépuscule de l'Explosion
Le Neko Malchanceux
MembreGardien du Crépuscule de l'ExplosionLe Neko Malchanceux
avatar
Nombre de messages : 259
Age : 16
Localisation : Toujours en cavale, jamais sur place
Arme : Bugendai [Bâton]
Invocation : Saido - Grand frère de Kuro
Date d'inscription : 08/03/2015

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
500/500  (500/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Le journal de Kuro   Mar 19 Juil - 22:59

Chapitre 2 : Rapport des Scientifiques du Laboratoire de Recherches "Seibutsu no Mirai"


Rapport d’Otoko Tsumetai, dit "Le Supérieur", fondateur et chef du laboratoire, père d’Otoko Tôketsu, futur chef du laboratoire.

Ce que nous recherchons dans notre monde, Seibutsu, c’est le renouveau, l’avenir ! Nous cherchons à créer de nouvelles choses afin d’améliorer la vie de chaque humain, de faire en sorte que la technologie soit de plus en plus puissante et avancée. Cependant, nous souhaitons aussi améliorer la santé voire l’organisme humain entièrement ! Imaginez le rendre plus puissant, intelligent, résistant, qu’auparavant ? Nous pourrions même faire en sorte que l’humain devienne immortel ! Un grand rêve de tous les génies !

Mais pour cela, il nous faut tester nos expériences, ce qui sous-entend que nous nécessitons de cobayes. Cependant, le faire sur des humains ne serait pas la meilleure des idées car elle nous ferait perdre des personnes importantes pour l’avenir de Seibutsu. Or, la présence d’une autre espèce, proche de celles des humains, existe en nos terres. Il s’agit de l’espèce hybride, mi-homme, mi-chat : les Nekos. Certes, récemment a eu lieu la fin d’un génocide terrible, cependant, il reste encore, actuellement, dix-neuf Nekos vivants ! Au lieu de les tuer, nous pourrions les utiliser comme outils en tant que cobayes ! Ils seraient très utiles pour nous.

Récemment, nous avons rénové notre laboratoire. Il est devenu beaucoup plus grand. L’avantage de notre structure est que nous nous situons sur une zone isolée des villes de Seibutsu. Ainsi, si des Nekos s’échappent, ils ne pourront pas demeurer en liberté très longtemps, ne pouvant se cacher, car la terre où nous nous trouvons est sèche et aride, comme toutes les autres terres de Seibutsu.
Nous avons décidé de numéroter les cobayes des nombres 1 à 20, en retirant le nombre 13, à cause de quelques scientifiques superstitieux qui refuseraient de faire des expériences sur un cobaye portant ce numéro.

Ainsi, voici la nouvelle liste :


- Amai MerodîNuméro 1
- Amai TengokuNuméro 2
- Furuemasu HeiwaNuméro 3
- Fuun Kanashî Numéro 4
- Fuun SaisoNuméro 5
- Fuun SentakuNuméro 6
- Fuun YasashîNuméro 7
- Fuyu no SakuraNuméro 8
- Gurando ZankokuNuméro 9
- Haru SutekinaNuméro 10
- Hogosha ChieNuméro 11
- Karâ HowaitoNuméro 12
- Mitsubachi no Hachimitsu "Mistu"Numéro 14
- Nigirikobushi Hâdo Numéro 15
- Nozomi no SaigoNuméro 16
- Omana HoshiNuméro 17
- San NestuNuméro 18
- Utsukushî AkiNuméro 19
- Utsukushî SeizaNuméro 20

***


Nous avons à présent en notre possession les dix-neuf Nekos survivants. Nous avons fait des tests ADN, et nous les avons auscultés, ainsi que fait sur eux de nombreux scanners et radios. Nous avons découvert que l’un d’entre eux était quelqu’un de très intéressant. Il s’agit du numéro 7, Yasashî Fuun. Elle détient un sang très particulier par rapport aux autres Nekos. Nous avons décidé de faire de nombreuses expériences sur elle ainsi que pris de son sang pour l’utiliser afin de faire des médicaments à partir de cela. Nous avons remarqué que son sang détenait des particules qui faisaient en sorte que la porteuse ne tombait jamais malade. Nous avons donc commencé petit à petit à prendre de son sang et avons créé de plus en plus de médicaments.

J’ai aussi eu l’idée de "créer" un Neko. Nous allons faire en sorte que ce Neko soit très résistant par rapport à nos expériences afin que nous puissions faire de nombreuses expériences sur lui, sans avoir la crainte de le tuer. Car, ces derniers temps, nous perdons de plus en plus de Nekos… Cela nous embête fortement.


***


Numéro 7 a finalement mis à bas. Cependant, elle est morte en donnant naissance. Son mari et ses deux enfants sont inconsolables. Quant à nous, nous sommes très heureux de constater que le  nouveau-né possède un organisme et un sang encore plus intéressant que sa mère. Nous voulions le nommer, mais le père a insisté pour le faire. Mais nous nous en sommes moqués et avons décidé de l’appeler Kuro et qu’il porterait, malgré la superstition de certains scientifiques, le numéro 13.


***


Le jeune Numéro 13 se porte à merveille. Il subit de nombreuses expériences et pourtant, il va très bien. Il n’est toujours pas tombé malade, contrairement à certains de ses semblables et ne se plaint pas de ce que nous lui faisons subir, car pour lui, tout ceci est tout à fait normal, n’ayant jamais vécu autre chose que les expériences. Il est tout simplement parfait !


***


Il ne reste plus que quatre Nekos encore en vie, et il s’agit des Numéros : 4, 5, 6 et 13. Tous les autres sont morts à cause des nombreuses expériences qu’ils ont subies.


***


Nous avons perdu les Numéros 4 et 6 ; le Numéro 5 est à présent inutile. Seul le Numéro 13 est encore disponible. J’ai alors décidé de créer un clone de ce Neko incroyable. Ainsi, nous pourrons continuer nos expériences en ayant tout de même plus qu’un cobaye.


***


Le clone du Numéro 13 se porte à merveille. Nous l’avons baptisé CDCK13-96E, abrégé en 96. Il ressemble en tout point au Numéro 13, à quelques exceptions près : il est humain et possède les yeux bleus. Cependant, il a le même physique que son être originel : jeune garçon de neuf ans. Son organisme, métabolisme et sang ont été correctement copiés par rapport au Numéro 13.


***


Rapport d’Otoko Tôkestu, dit "Le Supérieur", nouveau chef du laboratoire, fils d’Otoko Tsumetai, fondateur et ancien chef du laboratoire.

Mon père est mort. Il a laissé derrière lui toutes ses créations et recherches dans le laboratoire après treize ans d’expérience sur des Nekos. Le Numéro 13 et CDCK13-96E se portent toujours bien, cependant, tandis que le deuxième a conscience qu’il n’est qu’un clone, le premier ignore l’existence de ce dernier.

J’ai décidé de continuer les expériences de mon père sur ces deux-là. Cependant, je vais pousser les recherches encore plus loin que lui. Je vais faire en sorte que Seibutsu soit le meilleur Monde des Mondes.

_________________


Ava & Kuro ♥:
 

Kuro's Theme:
 

Love's theme (AvaKuro)~:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Gardien du Crépuscule de l'Explosion
Le Neko Malchanceux
MembreGardien du Crépuscule de l'ExplosionLe Neko Malchanceux
avatar
Nombre de messages : 259
Age : 16
Localisation : Toujours en cavale, jamais sur place
Arme : Bugendai [Bâton]
Invocation : Saido - Grand frère de Kuro
Date d'inscription : 08/03/2015

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
500/500  (500/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Le journal de Kuro   Dim 28 Aoû - 14:39

Partie 5 : Retrouvailles des restes du journal de Kanashî Fuun


Chapitre 1 : Journal 1 – Jour 1


Un jour, j’ai appris que ma mère tenait un journal quotidien où elle inscrivait, jour pour jour, tout ce qu’elle vivait durant la journée et parfois la nuit. Elle a commencé à faire cela quand je suis née. Ce fut là qu’elle a décidé de narrer son histoire, afin que Saido et moi puissions la connaître et nous en rappeler surtout. Elle a aussi écrit tout ce qu’il se passait durant le génocide… Ce terrible génocide… Je ne m’en suis toujours pas remise, malgré les dix mois passés… Et dire que lorsque cela a commencé je n’avais que cinq ans, et Saido n’en avait que trois ! Et à présent, il en a treize et moi quinze… Nous avons grandi dans cette horreur, avec la peur d’aller se coucher et de ne pas se réveiller le lendemain. Avec la peur de voir nos proches mourir, de voir nos parents partir en mission et de les retrouver finalement quelques semaines, voire mois, plus tard ! A présent, tout ceci est terminé…. Mais je ne pense pas que le cauchemar en soit de même…
Mais avant de parler de tout cela… Je vais me présenter, car c’est ainsi que ma mère a commencé son journal après tout…

Je me nomme Kanashî Fuun, j’ai quinze ans. Je suis la fille aînée de Sentaku et Yasashî Fuun, et grande sœur de Saido Fuun, âgé de treize ans. Durant les cinq premières années de ma vie, j’ai vécu dans un grand chalet dans un petit village composé de deux cents Nekos, très éloigné de toute vie humaine, dans la montagne. Durant deux ans, j’étais fille unique, puis vint l’arrivée de mon cher petit frère. Nous vivions bien tous les quatre. Et il y avait beaucoup de Nature sur cette partie de Seibutsu. Rares étaient les zones encore couvertes de verdure, je peux vous le garantir !
Un jour, mon existence bascula à cause de ce fameux génocide que les humains orchestraient afin de détruire notre espèce, la jugeant trop dangereuse pour eux, car les idéaux des Nekos étaient de faire en sorte que la Nature reprenne ses droits, alors que les humains, eux, souhaitaient la pleine puissance de la technologie accompagnée de l’industrie, et pour cela, il fallait détruire la Nature qui s’avérait être un obstacle pour leurs projets.

Hélas pour nous, nous avons perdu… Nous étions des milliers sur Seibutsu avant ce génocide, et à présent nous ne sommes plus que dix-neuf… Ce fut un véritable massacre… Cela me prendrait trop de temps à tout décrire, et de toute façon, je n’aurais pas le courage de le faire… A présent, nous sommes enfermés dans un laboratoire de recherches et sommes utilisés comme des objets d’expériences, des cobayes pour dire le mot exact.

J’ai à présent un nouveau frère à ce jour, malheureusement, cela a coûté la vie… De ma mère… Les scientifiques étaient tellement intrigués par elle qu’ils ont fini par faire de nombreuses expériences sur elle au point de l’affaiblir et ils lui ont forcé à faire ce nouvel enfant en faisant encore plus d’expériences afin que ce nouveau-né soit un Neko résistant et qu’ils puissent les aider à progresser dans la médecine grâce à son organisme et sang ! Maman… Tu me manques déjà… Je n’arrive toujours pas à croire que tu nous ais quittés aujourd’hui…

Et me voilà en train de pleurer et tâcher mon livre à cause de mes larmes alors que j’avais déjà pleuré pendant quatre heures quelques instants plus tôt suite à la montée aux cieux de Maman…
Voilà la raison pour laquelle j’ai décidé de rédiger mon journal à ce jour précis et pas un autre… C’est parce que notre famille s’est agrandie, malgré le fait que cela se soit fait de force, mais nous avons aussi perdu un être cher…

Papa a voulu nommé son nouveau fils, ce qui était tout à fait légitime. Il voulait lui donner un nom en hommage à Maman. Mais les scientifiques ont refusé et ont décidé de le baptiser Kuro… Pour quelle raison Kuro ? Ils ne nous l’ont pas dit, mais je pense connaître la raison. Kuro signifie noir… Or, la vie que nous vivons actuellement est sombre et notre avenir le sera sans aucun doute aussi… Pour le cas de ce nouveau petit être, ce sera toute sa vie qui ne sera que désespoir à cause de ces expériences qu’ils ne cesseront de lui faire subir !... Mon pauvre petit frère… A peine né, te voilà déjà destiné à une triste vie…

Maman… Qu’aurais-tu fais si tu avais été là ? Je pense que tu te serais battue jusqu’au bout pour avoir les droits légitimes de nommer ton nouvel enfant… Ou bien alors, tu n’en aurais fait qu’à ta tête et l’aurais tout de même appelé comme tu le souhaitais. Je suis certaine que tu l’aurais nommé Shizen ! Cela lui aurait allé à ravi !

Kuro ressemble beaucoup à toi… Même Papa et Saido l’ont fait remarqué. D’ailleurs, mon petit frère et moi ont ressemble en tout point à notre père : cheveux argentés, yeux bleus ciel… Mais lui… Il a un teint ressemblant au tien et à celui de Papa, contrairement à Saido et moi. D’après les scientifiques, Kuro aurait les yeux verts et les cheveux blonds comme toi ! Ce qui fait qu’il ne nous ressemblerait pas du tout à Saido et moi ! Papa est tellement heureux de voir que Kuro a hérité beaucoup de toi, Maman. Et il est tellement attristé de ne pas avoir pu le baptiser…

Il m’a expliqué qu’il avait voulu l’appelé Jiyû, espérant que cet enfant puisse nous guider vers la liberté que nous désirions à présent. J’espère que cela sera le cas !
Maman… Tu nous manques à tous… Oh et si tu avais vu Kuro ! Enfin… J’aimerais tellement l’appeler Shizen ou Jiyû mais les scientifiques nous l’interdisent formellement, sinon, nous seront punis… Mais je m’éloigne…

Si tu voyais Kuro ! Il est tellement adorable ! Pour le moment, il ne fait que de dormir, mais le petit bruit de sa respiration me fait fondre. Il lui arrive aussi de lâcher des petits cris de joie dans son sommeil… Même Saido ne peut décoller son nez du landau de son petit frère. D’ailleurs, il trouve étrange d’être un grand frère à présent ! Il m’a expliqué comme quoi cela lui faisait ressentir une étrange sensation d’être l’aîné de quelqu’un alors que pendant treize ans, il n’était que le cadet. Il n’est plus le petit benjamin de la famille, maintenant !

Quant à moi, j’ai décidé d’être encore plus présente pour mes deux petits frères mais aussi, je serais aux côtés de Papa pour le soutenir dans ces épreuves difficiles ! A lui aussi tu lui manques…
J’ai commencé à écrire ce journal sans m’adresser à quelqu’un en particulier, mais à présent, je prends la ferme décision de ne parler qu’à toi, Maman, pour te réciter nos aventures…

Cela ne fait que quelques mois, presque un an, que nous sommes enfermés dans ce laboratoire, mais quand je regarde Kuro, je me dis que je ne dois pas perdre espoir car il subsiste toujours une lueur !

Et cette lueur, c’est lui !

_________________


Ava & Kuro ♥:
 

Kuro's Theme:
 

Love's theme (AvaKuro)~:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Gardien du Crépuscule de l'Explosion
Le Neko Malchanceux
MembreGardien du Crépuscule de l'ExplosionLe Neko Malchanceux
avatar
Nombre de messages : 259
Age : 16
Localisation : Toujours en cavale, jamais sur place
Arme : Bugendai [Bâton]
Invocation : Saido - Grand frère de Kuro
Date d'inscription : 08/03/2015

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
500/500  (500/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Le journal de Kuro   Dim 28 Aoû - 14:42

Chapitre 2 : Journal 1 – Jour 2 à 272


Jour 2

Ils ont pris Kuro pour faire des expériences sur lui… J’ai tenté de le défendre. Je me suis opposée à eux en me plaçant devant son landau mais ils n’ont eu aucune difficulté à pousser une jeune fille pesant à peine quarante-trois kilos… Et ils ont pris Kuro alors qu’il n’a que deux jours ! J’ai essayé après de me débattre pour le leur prendre, mais encore une fois, ils n’ont eu aucun mal à me faire éloigner pour que je les laisse tranquille. Ils avaient déjà fait des expériences assez nombreuses sur lui avant même sa naissance par l’intermédiaire de ton corps, mais il semblerait qu’ils ne soient pas patients d’attendre ne serait-ce que quelques mois afin que Kuro ait le temps de grandir.
Maman… Qu’aurais-tu fait à ma place ? Tu te serais sans doute encore plus battue pour garder ton fils auprès de toi… Je me sens tellement impuissante et faible… De plus, il n’y avait ni Papa, ni Saido, car on faisait aussi des expériences sur eux… D’ailleurs… On dirait que ça va être à mon tour… J’ai entendu quelqu’un frapper à la porte de ma si minuscule chambre qui ressemble à une cellule...

Jour 38

Saido est enfin sorti de sa semaine d’expérience ! Je suis si soulagée de le retrouver ! J’avais tellement peur pour lui ! Il ne semble ne rien avoir, à part quelques traces de piqures… Ainsi que de bleus… On dirait que mon cher frère a tenté de se battre pour ne pas subir tout cela, mais les scientifiques sont à chaque fois une dizaine lorsqu’on nous expérimente… Quant à Papa, nous n’avons toujours aucune nouvelle de lui… Et Kuro… Il va bien… Il est dans son landau dans ma chambre et il est réveillé. Il fait des petits bruits trop adorables avec sa bouche ! Cela me rappelle tellement Saido quand il était lui aussi bébé. Sauf que pour Kuro, j’ai quinze ans de plus que lui, alors que Saido, je n’en ai seulement que deux, mais ça, tu le sais par cœur, n’est-ce pas, Maman ? Toujours la première à vouloir organiser une énorme fête pour célébrer un anniversaire, même pendant le génocide, histoire de nous rapporter un petit rayon de soleil. Et pour cela, Maman, je te remercie beaucoup !

Jour 45

Papa est de retour ! Il est enfin sorti de sa quarantaine ! Mais… Il est un peu faible… Il n’a pas beaucoup mangé et on lui a pris beaucoup de sang ainsi qu’éjecter de nombreux produits dont il ignore à chaque fois le composant. Dès que je l’ai vu, je lui ai demandé de savoir sur un banc en face d’une table dans la cour interne du laboratoire et ensuite, je suis allée à la cantine des Nekos et ai réclamé à manger. J’ai dû hausser le ton pour que les dames qui travaillaient là veuillent bien m’écouter, car elles n’étaient pas prêtes de me donner ne serait-ce qu’une miette de pain. Nous nous sommes ensuite engagées dans un débat totalement inutile que j’ai fini par remporter. Moi qui pensais qu’elles étaient sans cœur, elles pouvaient en avoir un, car lorsque je leur ai expliqué l’état de Papa, ma détresse de t’avoir perdue il y a peu, de voir ses deux frères utilisés comme des cobayes alors qu’ils n’ont que treize ans et quelques semaines, quelques unes ont été touchées par mon histoire et ont fini par faire un repas pour Papa. Mais la majorité d’entre elles me lançaient un regard noir. Je sens qu’elles ne vont rien me donner à manger ce soir, mais je m’en moque dans le fond. L’importance, c’est que Papa retrouve sa forme !

Jour 58

Aujourd’hui, je ne vais pas mieux… J’ai toujours ces vertiges incessants quand je me mets sur mes pieds ou quand je m’assoie… Et lorsque je suis allongée, j’ai le tournis. On dirait que ma semaine d’expériences a trop d’effets secondaires sur moi… Saido s’inquiète beaucoup pour moi. Je n’aime pas ça. Normalement, c’est à moi de les rassurer tous les trois, lui, Papa et Kuro. Mais à l’heure actuelle, je n’arrive à rien faire…

Jour 69

Kuro grandit ! Kuro grandit ! Et il commence même à dire nos prénoms, alors qu’il est plutôt jeune ! Il arrive à dire " ‘Anashî", "Sa’do" et "Papa" ! Il est tellement adorable ! A chaque fois qu’il me voit, il répète en boucle mon prénom en le disant joyeusement. Je n’arrive pas à résister tellement il est mignon ! Par contre, j’ai remarqué que sa main gauche était couverte de trace de piqure. Et les scientifiques n’ont même pas pris la peine de lui faire un bandage ! Je pris alors un morceau de tissu d’un vieux vêtement qu’on m’avait donné pour que je puisse avoir deux tenues, avec celle que je porte et dont je ne me séparais jamais, et plaça ce pansement de fortune autour de la main de mon petit frère dont quelques mèches dorés commencent à prendre de plus en plus de place sur sa tête. Et quand je regarde ses yeux verts, j’ai l’impression de faire face aux tiens. Oui, il n’y a rien à dire, Kuro te ressemble en tout point, Maman !

Jour 120

Kuro marche déjà ! Il arrive presque à courir ! Il arrive à faire beaucoup de choses en avance par rapport aux autres ! Même Papa nous a dit, à Saido et moi, que nous avions pris un peu plus de temps pour prononcer nos premiers mots et faire nos premiers pas. Serait-ce la faute aux expériences que Kuro subi ? Sans doute… J’ai peur pour lui à cause de tout ce qu’il subit… Comme toi, durant les dix premiers mois de notre séquestration, qui étais leur cobaye préféré… Cette fois-ci, c’est le même cas pour Kuro…

Jour 187

Saido est tombé malade, Papa n’arrive plus à manger sans vomir juste après, et moi, je n’arrête pas de cracher du sang. Ces derniers temps, tous les Nekos vont mal dans le laboratoire. Exception faite, Kuro… J’ai entendu une discussion entre deux scientifiques dans la cour intérieure du laboratoire et j’ai appris que Kuro ne pouvait en fait tomber malade ! C’est très surprenant !

Jour 272

Nous avons perdu deux camarades cette nuit… Je ne pensais pas que nous aurions d’autres pertes, mais dans le fond, je ne suis pas si surprise que cela après tout… Nos vies sont encore plus en danger ici que durant le génocide. Je ne connais pas bien ceux qui sont morts… Il s’agit de Merodî Amai, aussi appelée "Numéro 1" par les scientifiques, et Fuyu no Sakura, la "Numéro 8". Nous sommes en deuil, mais pas les scientifiques bien sûr… Ils ont simplement emmené les corps dans l’incinérateur pour les brûler avant de jeter les cendres au hasard, comme ils ont fait pour toi, Maman… Je les déteste tellement… Mais je suis tellement faible pour leur tenir tête…

_________________


Ava & Kuro ♥:
 

Kuro's Theme:
 

Love's theme (AvaKuro)~:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Gardien du Crépuscule de l'Explosion
Le Neko Malchanceux
MembreGardien du Crépuscule de l'ExplosionLe Neko Malchanceux
avatar
Nombre de messages : 259
Age : 16
Localisation : Toujours en cavale, jamais sur place
Arme : Bugendai [Bâton]
Invocation : Saido - Grand frère de Kuro
Date d'inscription : 08/03/2015

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
500/500  (500/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Le journal de Kuro   Dim 28 Aoû - 14:46

Chapitre 3 : Journal 2 – Jour 78 à 297


Jour 78

Cela va de mal en pis dans le laboratoire. Enfin, nous n’avons perdu aucun de nos camarades cette nuit, contrairement à la veille. Nous sommes à présent réduits au pauvre nombre de onze personnes. Le laboratoire est tellement géant par rapport à l’effectif que nous sommes qu’il parait vide, malgré le fait que les scientifiques sont présents pour combler l’absentéisme de nombreux de nos amis. Combien de temps allons-nous vivre ainsi ? Je l’ignore. Saido est tombé malade cette nuit, encore… Il s’était à peine remis de son ancienne maladie qu’il venait d’en attraper une autre ! Quant à Papa, il va bien, il est un peu faible ces derniers temps car on lui a pris beaucoup de sang. Nous ignorons toujours ce que les scientifiques en font… A vrai dire, je n’ai pas vraiment envie de le savoir. Et pour finir, Kuro va très bien. Enfin… Il porte de trop nombreuses piqures de seringue sur ses petits bras, et il a une perfusion en ce moment. Il dort toujours dans son landau dans ma chambre. J’ai essayé de retirer cette perfusion, mais une alarme s’est déclenchée et les scientifiques m’ont expliqué qu’il ne fallait pas que j’y touche. Que tiennent-ils injecter à Kuro ? Je m’inquiète beaucoup pour lui. Pourvu que cela ne le fasse pas souffrir !

Jour 82

Cette nuit, Kuro n’a pas réussi à dormir, ni moi d’ailleurs. Le pauvre petit bout de chou n’arrêtait pas de pousser des petits cris de douleur, sans doute à cause de cette maudite perfusion ! Je l’ai pris dans mes bras pour le bercer, en faisant attention à ne pas toucher la perfusion, de peur que l’alarme sonne à nouveau et que les scientifiques décident de mettre Kuro dans une autre chambre que la mienne ou celle de Papa ou Saido. Mon cher petit frère s’est tout de suite senti mieux une fois près de moi. Maman, j’aimerais tellement que tu sois avec nous pour t’occuper de Kuro qui a besoin de toi, c’est une évidence ! Les scientifiques ne se préoccupent de lui que parce qu’il est un cobaye, mais pas n’importe lequel, et tu le sais…

Jour 89

Saido est enfin guéri ! Papa a repris de l’allure ! Et Kuro va bien, même si cette perfusion n’a toujours pas bougé. Quant à moi, je me sens mal à mon tour. J’ai l’impression que mon estomac se tord. Aussi, ce matin, très tôt, on m’a injecté un étrange liquide. Cela a mauvaise conséquence sur moi et je souffre. Papa a tout tenté pour essayer de calmer mes maux, mais en vain. De plus, personne dans le laboratoire ne pouvait – pour les Nekos – et ne voulait – pour les humains – nous aider. J’ai mal, terriblement mal, mais je dis juste à tout mon entourage que ce n’est pas une douleur si importante. Je ne veux pas qu’ils s’inquiètent pour moi.

Jour 96

Toujours ces maux, toujours ces maux, toujours cette douleur. Je n’arrête pas de vomir, de cracher du sang et mon front est brûlant. A vrai dire, tout mon corps est bouillant. Même si je me passe de l’eau froide, je ne vais pas bien. Enfin, je suis tout de même heureuse de constater que les scientifiques ont enfin enlevé cette maudite perfusion sur Kuro ! Je me demande à quoi elle servait…

Jour 102

Je vais un peu mieux. Enfin… Je ne vomis plus… Mais j’ai toujours ces maux de tête, cette impression que mon estomac se tord, la fièvre très haute, je crache toujours du sang. J’espère que ce que j’ai ne vais pas atteindre Kuro, mais cela m’étonnerait que cela soit le cas. Je dois t’avouer quelque chose, Maman… J’ai peur… J’ai peur de mourir et de laisser derrière moi mes frères et Papa. Je ne veux pas les laisser seuls dans cet endroit hostile et horrible ! Ils ont besoin de moi, et j’ai besoin d’eux ! J’espère que je vais vite guérir !

Jour 126

Kuro est sorti d’une expérience. Durant tout le long, je n’ai cessé de m’inquiéter pour lui. La maladie semble appartenir au passé bien que cela ne fasse que deux jours que je sois de nouveau en forme. Heureusement que notre petit frère est en pleine forme. Enfin, Saido a fait remarqué que le petit blondinet portait de plus en plus de cicatrices ce qui avait énervé terriblement Papa. Maman, que dois-je faire pour protéger Kuro des scientifiques ? Je suis tellement effrayée à l’idée de le perdre. Il est si petit… Il n’a même pas un an et demi !

Jour 154

Nous ne sommes plus que huit Nekos. Nous nous sentons encore plus seuls qu’auparavant. Je me sens tellement mal car je m’attache à nos camarades et cela me fait de la peine de les voir mourir à cause de toutes ces stupides expériences ! Si seulement nous pouvions trouver un moyen de nous échapper de cet enfer ! Malheureusement, nous avons déjà cherché une quelconque brèche quelque part dans cet univers, mais nous n’avons rien trouvé. J’ai cherché de nouveau aujourd’hui, pour être certaine, mais Papa m’avait dit que c’était inutile et Saido avait aussi voulu m’aider, mais nous avons fait chou blanc. Kuro se porte toujours à merveille ! Mais… Je ne peux m’empêcher de m’inquiéter pour lui en constatant toutes les piqures qu’il a sur les bras et même sur le dos…

Jour 234

Je suis sortie d’une expérience qui a fait que ma jambe droite ne bouge plus. J’ai beau essayer encore et encore, elle ne répond pas. Me voilà assise sur une chaise dans ma chambre. Kuro est en train de marcher debout. Il vient de venir d’attraper ma jambe gauche de ses deux petites mains. Il est tellement adorable ! Je lui ai donc lancé un doux regard. Et le voilà sur mes genoux à présent ! Il s’amuse avec mes cheveux. D’ailleurs, les siens sont d’un blond magnifique, comme toi, Maman !

Jour 297

Encore des pertes. Au total combien nous sommes ? Nous sommes six. Cela ne va plus. Les scientifiques ne cessent de nous expérimenter au point de nous en tuer. Si cela continue ainsi, nous allons tous finir par mourir et ils n’auront plus personne sur qui tester leurs trouvailles et ce sera bien fait pour eux ! Mais… Je ne veux pas que Kuro meure… Il arrive sur ses deux ans, dans quelques semaines… Il ne mérite pas de mourir ainsi… Non… Il doit vivre ! Et il vivra ! J’en suis certaine ! Il arrivera à s’échapper de ce laboratoire et découvrira la véritable vie et apprendra que tout ce qu’il avait vécu jusque là n’était pas une bonne chose et qu’il doit à présent se tourner vers la liberté !

_________________


Ava & Kuro ♥:
 

Kuro's Theme:
 

Love's theme (AvaKuro)~:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Gardien du Crépuscule de l'Explosion
Le Neko Malchanceux
MembreGardien du Crépuscule de l'ExplosionLe Neko Malchanceux
avatar
Nombre de messages : 259
Age : 16
Localisation : Toujours en cavale, jamais sur place
Arme : Bugendai [Bâton]
Invocation : Saido - Grand frère de Kuro
Date d'inscription : 08/03/2015

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
500/500  (500/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Le journal de Kuro   Dim 28 Aoû - 14:52

Chapitre 4 : Journal 3 – Jour 51 à 323


Jour 51

Maman, tu me manques terriblement… Les jours passent, et je désespère de plus en plus. J’essaye pourtant d’être forte, mais cela devient tellement impossible ! Saido et Papa sont gravement malades. Ils n’arrivent plus à manger, ni à boire, ni à sortir du lit ! Je suis terriblement inquiète pour eux et ce qui me frustre le plus dans toute cette histoire, c’est que je ne peux vraiment rien faire ! Pourtant j’ai essayé de trouver des solutions pour les sortir de cette mauvaise impasse mais je n’ai pas réussi. Et cela ne sert à rien de les forcer à manger ou à boire car ils finissent toujours par vomir à un moment ou un autre. De plus, comme si mon malheur n’était pas assez grand, les scientifiques ont emmené Kuro pour tout un mois d’expériences ! Je ne peux plus le voir, son petit lit est vide et je suis accablée par le chagrin. Chie et Saigo ont tenté de me consoler, mais en vain. Chie a même tenté de découvrir le mal qui rongeait Saido et Papa, mais il n’a rien trouvé. J’ai tellement peur !

Jour 68

La situation semble meilleure que celle de la veille. Saido est de nouveau en pleine forme, mais pour Papa… C’est toujours la même chose. Son front est brûlant et il transpire beaucoup. J’ai tenté de nouveau à lui donner de l’eau mais cela n’avait servi à rien, car il a tout vomi quelques minutes plus tard. Saido et moi tentons de comprendre quelle est donc cette maladie en interrogeant les scientifiques et en leur suppliant de guérir Papa mais également de nous rendre Kuro. Hélas, ils ne font que de nous ignorer de la manière la plus terrible et horrible, en levant le menton, nous regardant ainsi de haut. J’ai éclaté en sanglots. Saido eut peur et s’est inquiété pour moi. Je l’ai alors soulagé en lui expliquant que j’étais juste un peu fatiguée. En vérité, j’étais juste venue à bout de mes limites et que je venais tout bonnement de craquer, n’en pouvant plus d’une telle situation. Si seulement je pouvais faire en sorte que le vent tourne et qu’il soit enfin de notre côté ! Un effet papillon !

Jour 82

Bande de menteurs ! Ces scientifiques ne sont que des menteurs, ils ne détiennent que le mensonge à la bouche ! Ils m’ont promis que Kuro reviendrait après son mois d’expériences, mais ils sont venus me voir ce matin pour m’annoncer que c’est prolongé pour une durée indéterminée ! J’avais tellement hâte de retrouver mon petit frère et sa petite tête blonde ! Mais non ! Il a fallut que ces maudits scientifiques fassent leur prétentieux et qu’ils décident de prolonger ce maudit mois ! Et ce sera pour combien de temps ? Un mois de plus ? Deux ? Trois ? Voire même un an ou peut-être même deux ! Soyons fous ! Je… Je commence à devenir folle, Maman…

Jour 97

Je suis en train de pleurer, et de désespère pour Kuro. J’espère tellement le revoir ! Il me manque terriblement et son petit lit devient de plus en plus froid. Il n’est plus là, à mes côtés, lorsque je vais dormir. Il n’est plus là, en train de faire des petits bruits avec sa bouche ou en train de s’amuser à prononcer tous les mots qu’il a entendus dans la journée avant de formuler une seule phrase avec tous ces mots. Il était si intelligent !... Maman, j’aimerais tellement que tu sois présente, j’aurais cherché réconfort auprès de toi… Je sais que tu aurais tout fait pour me rassurer et me dire que j’étais forte et que notre chère petite tête blonde ne risquait rien, car il était costaud malgré son jeune âge.

Jour 120

Kuro ! Il est revenu ce matin dans ma chambre ! Je suis tellement soulagée de le revoir ! Il m’avait tellement manqué ! Papa a lâché des larmes en le voyant de nouveau, et Saido la prit dans ses bras. Quant à moi, j’ai complètement pleuré, ce qui a fait peur à Kuro parce qu’il croyait que j’avais mal quelque part. Il m’a même demandé de sa petite voix : "Tu as bobo, Kanashî ?" Comment ne pas résister à cela ? Enfin, j’ai regardé s’il ne portait pas de trop grosses blessures. Mais hélas, c’est le cas. Il a le dos couvert de cicatrices, ses bras couverts d’encore plus de piqures, et les anciennes sont de nouveau présentes. Il possède aussi de nombreux bleus un peu partout sur son corps. Le pauvre petit…

Jour 187

Tout paraît s’être calmé depuis ce matin. Les scientifiques n’ont pas montré une seul fois le bout de leur nez alors qu’ils font cela d’habitude. Cela nous inquiète en quelque sorte. J’espère qu’ils ne préparent pas de mauvais coups et que tout se passera bien pour nous !

Jour 204

Kuro est très turbulent aujourd’hui. Il a voulu tenir tête aux scientifiques en les faisant courir. C’était tellement drôle à voir ! Un des scientifiques voulait l’emmener pour une prise de sang, mais notre chère petite tête blonde a décidé que cela en serait ainsi seulement si l’homme arrivait à le rattraper. Kuro est tout petit mais il court déjà très vite ! Et le scientifique a bien failli ne pas l’avoir tellement il était épuisé au contraire de notre petit frère ! Nous étions là, tous les cinq, en train de les regarder en riant, applaudissant et encourageant Kuro. Je pense que cela a été le plus beau jour de ma vie depuis la naissance de Kuro, bien que cela ait impliqué ta mort… Ce qui fait que cela a été aussi le pire jour de ma vie.

Jour 257

Le supérieur vient de rentrer du séjour en ville pour parler aux supérieurs de Seibutsu de la situation. Il ne nous avait pas manqué ! Et à peine est-il arrivé qu’il a demandé à ce que Saido ait une semaine d’expériences ! Pourquoi ?! Ce n’est pas juste !

Jour 323

Kuro va bientôt avoir trois ans ! J’ai tellement hâte ! Et je viens seulement maintenant de me rendre compte que j’ai déjà dix-huit ans ! Je suis une femme à présent, alors que Saido a seize ans ! C’est tellement incroyable de remarquer que le temps passe vite ! En tout cas, je vais tenter de faire quelque chose pour l’anniversaire de notre tête blonde préférée ! Je sais que les moyens sont encore plus réduits que pendant le génocide, mais je vais tenter le tout pour le tout afin qu’il ait un magnifique anniversaire ! Espérons que je trouve de quoi faire un minimum ! Je chercherais le maximum plus tard !

_________________


Ava & Kuro ♥:
 

Kuro's Theme:
 

Love's theme (AvaKuro)~:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Gardien du Crépuscule de l'Explosion
Le Neko Malchanceux
MembreGardien du Crépuscule de l'ExplosionLe Neko Malchanceux
avatar
Nombre de messages : 259
Age : 16
Localisation : Toujours en cavale, jamais sur place
Arme : Bugendai [Bâton]
Invocation : Saido - Grand frère de Kuro
Date d'inscription : 08/03/2015

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
500/500  (500/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Le journal de Kuro   Dim 28 Aoû - 14:56

Chapitre 5 : Journal 4 – Jour 154 à 280


Jour 154

Nous venons de perdre Saigo ! Cela a été tellement terrible pour nous d’apprendre la nouvelle ! Il a toujours été à nos côtés depuis le début, dès que nous avions fondé notre camp ! Je n’arrive toujours pas à croire qu’il nous a quittés cette nuit. Il était tellement gentil avec nous lorsque Papa était pris par les scientifiques. Il nous soutenait tout le temps et m’aidait à consoler Papa lorsqu’il pleurait en pensant à toi, ou lorsque Kuro était emmené pendant quelques temps dans les laboratoires. Je n’accepte pas cela !... Non… Ce… Je n’arrive toujours pas à y croire… A présent, il ne reste plus que nous quatre : Papa, Saido, Kuro et moi. Ce qui fait que la cours intérieure du laboratoire dans laquelle nous nous retrouvions souvent parait totalement déserte et cela m’attriste de la voir ainsi.

Jour 161

Je me sens prise d’une puissante solitude. Papa, Saido et Kuro sont en semaine d’expériences. Je me sens tellement seule. Cela ne fait que depuis hier qu’ils sont dans le cœur du laboratoire, et pourtant, ils me manquent déjà terriblement. J’ai beau essayé de mon réconforter en me disant que rien de grave ne les arrivera, je sais très bien que tout est possible avec ces fichus scientifiques. J’espère très fort qu’il ne leur arrivera pas malheur et qu’ils me reviendront sains et saufs !

Jour 174

Je suis un peu malade. Je n’arrête pas de vomir en ce moment, sans doute à cause du truc que l’on a injecté à mon bras. Il a mauvaise répercussion sur moi. Les scientifiques m’avaient expliqué qu’ils faisaient cela pour le bien de Seibutsu, mais j’ai du mal à les croire. Sans doute que c’est réellement leur but, mais alors, pour le réel bien de Seibutsu, ils feraient mieux de nous laisser sortir de cet enfer. Après tout, nous étions nés ici alors nous faisons partie de Seibutsu comme les humains et tous les Nekos qui ont perdu la vie ! Pourquoi serions-nous mis de côté ? Parce que nous détenons des attributs de chat ce qui faisait que nous étions différents des humains ? C’était tellement ridicule de penser à une telle chose !

Jour 189

J’ai cherché en vain un livre pour apprendre à lire à Kuro. Mais je n’ai rien trouvé, ce qui ne m’a pas surprise. Je m’y attendais à ce qu’il n’y ait pas de bibliothèque à notre disposition. Quand on y pense, les scientifiques se moquent bien de notre divertissement, eux, tout ce qu’ils veulent, c’est qu’on soit de gentils cobayes et qu’on reste bien sage et qu’on se laisse faire lorsqu’on faisait des expériences sur nous ! Une belle vie quoi ! Maman, ce n’est aucunement une vie tout ça ! C’est de la survie, et hélas nous ne sommes pas assez puissants pour survivre ainsi ! Tout est tellement différent du génocide ! Certes nous n’étions pas mieux avantagés, mais au moins, nous trouvions des solutions à tout lorsqu’on nous avions des problèmes, mais aussi, nous étions nombreux ce qui nous permettait de créer une grande solidarité dans chaque camp ! J’ai l’impression que le laboratoire est encore plus terrible que ce génocide…

Jour 194

Je me sens tellement faible depuis ce matin. Lorsque je me mets debout, mes jambes n’arrêtent pas de trembler. Je n’arrive pas alors à tenir debout et je me cogne partout, ce qui inquiète Papa, Saido mais également Kuro. Le pauvre petit trésor a un coquard sur son visage car il a tenté de s’enfuir d’une expérience durant l’aube car il avait envie d’être avec moi. Les scientifiques le paieront pour avoir osé toucher à mon petit frère !

Jour 201

Saido vomit sans cesse. J’ai l’impression que notre état s’empire de jour en jour, de plus, c’est à chacun notre tour de tomber malade, excepté Kuro, grâce à toi Maman, il ne peut lui arriver une telle chose ! Et heureusement car je n’arriverais pas à supporter le voir ne serait-ce que tousser !

Jour 217

Je me demande combien de temps encore nous allons tenir. On nous donne moins à manger, et on meurt de faim et de soif. Kuro se plaint sans arrêt que son ventre grogne parce qu’il est vide. Le pauvre chou ! J’ai tenté de lui trouver de la nourriture mais ce fut très difficile ! Je me suis alors glissée en douce dans la cantine des scientifiques quand ils ont tous quitté la pièce. J’ai fouillé discrètement, et il faut dire que cela a été très dangereux de faire ça. Mais j’ai finalement trouvé un petit sachet de biscuits secs. Je l’ai donné à Kuro, et cet amour en a laissé suffisamment pour Papa, Saido et moi ! Il est vraiment adorable et je suis fière d’être sa grande sœur !

Jour 235

Quand ce cauchemar prendra-t-il donc fin ? Papa est encore une fois malade. Il crache son sang en grande quantité. De plus, il tousse beaucoup, ce qui fait qu’il a du mal à reprendre sa respiration. Je m’inquiète énormément pour lui. Kuro et Saido vont bien, mais nous sommes tous terrifiés à l’idée de perdre notre cher papa, comme avec toi, Maman. Aide-nous à surmonter cette épreuve, je t’en prie !

Jour 258

Les expériences se sont multipliées sur Kuro. Elles sont plus fréquentes et quotidiennes. Le pauvre n’a plus le temps de rien faire, et le soir, quand il entre dans notre chambre, il se vautre sur son lit et s’endort directement avant d’être réveillé le lendemain matin par un scientifique. Cela dure maintenant depuis deux semaines mais je n’avais pas envie d’en parler avant, parce que j’avais un infime espoir que cela ne durait pas longtemps, mais je me suis trompée.

Jour 280

J’ai terriblement mal au cœur. Je n’arrive plus à respirer correctement et je crache encore du sang. J’en ai assez de ces expériences qui nous tuent petit à petit !

_________________


Ava & Kuro ♥:
 

Kuro's Theme:
 

Love's theme (AvaKuro)~:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Gardien du Crépuscule de l'Explosion
Le Neko Malchanceux
MembreGardien du Crépuscule de l'ExplosionLe Neko Malchanceux
avatar
Nombre de messages : 259
Age : 16
Localisation : Toujours en cavale, jamais sur place
Arme : Bugendai [Bâton]
Invocation : Saido - Grand frère de Kuro
Date d'inscription : 08/03/2015

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
500/500  (500/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Le journal de Kuro   Dim 28 Aoû - 14:59

Chapitre 6 : Journal 4 – Lettre de Saido


Kanashî est morte, Maman… Papa est mort aussi, Maman… Je n’arrête pas de me répéter cela depuis deux jours maintenant, car cela fait deux jours qu’ils sont tous les deux morts. Je n’arrive toujours pas à croire que le destin a finalement choisi de nous séparer. Je suis toujours en train de pleurer, comme pour toi, Maman. Je sais, j’ai dix-sept ans, je suis grand, et pourtant, mes larmes n’arrivent pas à m’obéirent et à cesser de couler. Je ne suis sans doute pas le garçon que tu attendais. Je suis faible, lâche, je n’arrive pas non plus à consoler Kuro. D’ailleurs, il n’arrête pas de dire des choses qu’un garçon de son âge ne devrait pas dire ! Il ne cesse de répéter que c’est entièrement de sa faute si Kanashî et Papa sont morts, qu’il n’aurait jamais dû laisser le supérieur tuer Papa et qu’il aurait mieux fait de donner son pouvoir étrange à cet homme de malheur. Pour ma part, j’ai encore du mal à contrôler ce nouveau corps que j’ai. Enfin, c’est toujours le mien mais il est totalement différent de celui que j’avais auparavant. Je me demande d’ailleurs comment je fais pour arriver à écrire dans le journal de Kanashî…

Enfin, Kuro a envie de mourir. Il me l’a bien dit clairement : il s’en veut terriblement que Papa et Kanashî soient morts par sa faute et qu’il mérite de connaître le même sort. J’ai tenté de le résonner, mais j’ai l’impression d’avoir fait cela pour rien.

Mais il m’est venu ensuite une idée. Je suis allé sur sa main droite et ai pris de mes mains son annulaire pour montrer la chevalière qu’il portait, que Papa lui avait donné avant de mourir. Il m’avait regardé avec de grands yeux avant de pleurer à nouveau. Il a compris mon message : Papa n’aurait pas aimé que son dernier fils fasse un tel acte stupide et qu’il méritait justement de vivre. Il porte l’espoir de tous les Nekos de Seibutsu ! Même moi j’ai foi en lui et je me dis que nous arriverons sans doute à sortir de cet enfer ensemble ! Après tout, nous l’avons promis à Papa que nous resterions côte à côte !



Le journal de Kanashî prend fin ici.

_________________


Ava & Kuro ♥:
 

Kuro's Theme:
 

Love's theme (AvaKuro)~:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Le journal de Kuro   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le journal de Kuro
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Azov ou le journal d'un patriote.
» Brève du Journal Officiel du Donjon.
» Journal d'un paysan
» Un journal de la Horde...
» Journal de l'Infirmerie de Gnomeregan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kingdom Hearts RPG :: Règles et Présentations :: Fiches :: Story-
Sauter vers: