Kingdom Hearts RPG


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Contes et nouvelles de La Bourgade de l'Aube

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Membre
Simili de Princesse de Coeur des Ténèbres
La Sucrerie des Ténèbres
MembreSimili de Princesse de Coeur des TénèbresLa Sucrerie des Ténèbres
avatar
Nombre de messages : 383
Age : 21
Localisation : dans la Demeure, QG de l'Organisation
Arme : diverses sucreries
Invocation : Sans-coeur, Simili et sucreries
Date d'inscription : 16/02/2013

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
500/500  (500/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Contes et nouvelles de La Bourgade de l'Aube   Dim 21 Aoû - 16:09

Contes et nouvelles de la Bourgade de l'Aube


La Bourgade de l'Aube était un monde vaste à l'horizon désertique infini, où le vent venait se frapper dans les dunes de sables pour accomplir une mélodie constante. Le nom de Bourgade est le plus souvent assimilé à la cité qui se trouve au milieu d'un des déserts, faisant office d'oasis, où le ciel rosé et ses astres sont reflétés dans les cascades et cours d'eaux de la ville luxuriante. Il s'agissait d'un monde rempli de valeurs et croyances que ses nombreux porteurs de la Keyblade, suivant les ordres du Magnat de la dynastie Gekkou, défendaient à l'aide de guerres saintes à travers le Domaine de la Lumière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Simili de Princesse de Coeur des Ténèbres
La Sucrerie des Ténèbres
MembreSimili de Princesse de Coeur des TénèbresLa Sucrerie des Ténèbres
avatar
Nombre de messages : 383
Age : 21
Localisation : dans la Demeure, QG de l'Organisation
Arme : diverses sucreries
Invocation : Sans-coeur, Simili et sucreries
Date d'inscription : 16/02/2013

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
500/500  (500/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Contes et nouvelles de La Bourgade de l'Aube   Dim 21 Aoû - 20:48

Chroniques de Lilith, Act 1
Les cris de douleurs, les flammes et les explosions se faisaient entendre à quelques dizaines de mètres de là où se trouvait une tente de commandement, dans laquelle se trouvait une jeune femme en armure dorée [ image ]"Il n'y a nulle crainte à présent", qu'elle répondit à son soldat, blessé, et affolé. Bien qu'il s'agissait d'un soldat d'élite, il ne semblait pas des plus confiants, et doutait des paroles de sa supérieure. Le devait-il vraiment ?
"N-n-nous n'allons tout de même pas nous retirer ?", ajouta l'homme saignant, tentant de rester digne sur ses deux jambes, ou du moins ce qu'il en restait. Ajustant sa cape, symbole de son statut, la demoiselle fit apparaître son arme : une Keyblade tricolore, saillante et perçante, qui arborait un visage démoniaque aux yeux rouges incandescents, contrastant avec les yeux roses luminescents de sa porteuse. Observant son arme, prête à passer à l'assaut, elle ajouta : "Nulle crainte, nulle retraite, nous ne pouvons sortir que vainqueur de notre propre existence. La mort ne frappera que de mes coups, et l'Aube des Astres ne pourra qu'éclairer ces terres". Ces paroles étaient une citation d'un texte religieux de la Bourgade de l'Aube, un appel à l'Astre Divin Jupiter, une ode à cette entité qui dictait tant de chose pour les habitants de la Bourgade, notamment ceux qui portent le titre d'"Enfants de Jupiter", habitants du monde nés un jour où l'Astre était visible dans le ciel, et qui transmettent sa lumière à l'aide de leurs yeux rosés.
"Q-que nous v-vaut votre participation à la bataille ? Que dis-je... vous ne devez pas, vous ne pouvez pas, cela va à l’encontre du Magnat Yz", répliqua le soldat ébranlé en essayant de faire comprendre à la demoiselle qu'elle ne pouvait combattre. C'était une règle, une loi même. Un chef de guerre ne pouvait prendre le risque de mourir, cela serait un déshonneur pour le Magnat, souverain de la Bourgade. Mais pour autant, la défaite ou la retraite n'était pas une chose acceptable non plus. Seule la victoire, écrasante, était une solution acceptable.
"Si j'ai atteint ce poste, ce n'est pas pour rester bêtement ici. Je viens de finir mes victuailles, à part une digestion d'ici quelques minutes, que pourrait-il m'arriver ? Après tout, Jupiter est à mes côtés", qu'elle répondit en sortant de la tente de commandement, lançant un sort de soin au passage sur son fidèle soldat, même si de son unique point de vue elle aurait été capable de l'achever, tout comme elle aurait voulu se débarrasser de tous ces soldats. Selon la responsable d'une des plus hautes unités de l'armée de la Bourgade de l'Aube, elle serait bien mieux seule sur le terrain. Elle aurait pu resté une simple porteuse de la Keyblade au sein de l'armée, même si elle était célèbre pour ses talents au combat, mais le prestige du commandement lui apportait beaucoup de choses agréables qui répondaient à ses envies.
"Dame Ophine ! Vous ne pouvez participer !", s'écrièrent les soldats en plein combat qui aperçurent leur supérieure en haut de la colline qui surplombait le champ de bataille.
"Rappelez-vous, pour l'unique et dernière, mais surtout énième fois : mon prénom est Lilith. Dame Lilith à la limite, si vous souhaitez. Mais... pour tout avouer, Enfant de Jupiter est un titre qui m'honore", qu'elle ajouta en songeant à plusieurs choses. Premièrement son époux, Semyel Ophine, de qui elle tenait son nom. Mais aussi à son talent qui provenait de l'Astre Divin Jupiter en lequel elle ne pouvait que croire, et qui la rendait fière. Elle savait que l'énergie de cette étoile flamboyante était dans ses veines, et s'imprégnait jusqu'au bout de sa Clé, dressée et pointée vers les ennemis. Ils n'étaient pas n'importe qui, d'autres porteurs de la Keyblade issus d'un monde qui s'est toujours opposé à la Bourgade, mais que la dynastie Gekkou a laissé prendre de l'importance pour avoir une guerre sainte digne de ce nom. Cela pouvait paraître risqué, mais cela importait peu au Magnat de la Bourgade, ils avaient confiance en leur blason et surtout en leurs divinités. Mettre à sang quelques pécores n'avaient pas d'intérêt, alors qu'écraser une puissante armée d'un monde réputé du Domaine de la Lumière rajoutait de la prestance à l'état déjà puissant et craint qu'était celui de la Bourgade de l'Aube.
[ ► Musique ♪ ]
"Faites attention, amis comme ennemis, je suis en place !", s'écria Lilith du haut de la colline pendant que la bataille continuait. Et cela était une chose qui ne lui plaisait pas, elle avait souhaité accaparé toute l'attention, mais les soldats restaient concentrés au prix de leur vie. "Ne dites pas que je ne vous avais pas prévenu...", qu'elle ajouta, avant de se jeter du haut de la colline en plein milieu de l'affrontement. A peine elle avait touchée le sol, d'une manière gracieuse et légère, que le terrain trembla pourtant sous ses pieds et une onde de choc se déploya. Renversant tout le monde sur son passage, Lilith accompagnait ses pas de coups létales de Keyblade, que ce soit ennemi ou allié, elle ne faisait pas toujours la différence, ou plutôt n'en prenait pas la peine tant que l'individu était capable de se redresser pour qu'elle puisse le remettre à terre de nouveau. Elle trierait peut-être plus tard qui elle soignerait ou non, mais dans tous les cas, la guerre était gagnée, même si cela n'était pas dans les règles instaurées par le Magnat. Lilith avait beau être une femme d'honneur en ce qui concernait les croyances autour des Astres Divins, et notamment Jupiter, les autres valeurs étaient parfois trop futiles pour elle. Néanmoins elle savait qu'elle ne serait pas punie pour de tels actes, elle était bien trop importante pour le Magnat, et ce dernier, Yz Gekkou ne prendrait pas le risque de faire savoir ce genre de pratique alors qu'il était déjà remis en cause à plusieurs niveaux dans son entourage royale.

***

"Un monde de plus, où germent quelques preux porteurs de la Keyblade qui une fois sous les ailes de nos Astres, pourront rejoindre nos rangs pour répandent la lueur plus loin à travers le Domaine de la Lumière", annonça la demoiselle à son souverain [ image ]. L'homme dans son armure lourde et décorative, propre à tout être de sa caste, se dressa de son trône et apposa la main sur l'épaule de la chevaleresse pour la féliciter. Un geste simple mais rempli de noblesse, après lequel le Magnat reparti dans ses quartiers. Lilith aurait peut-être apprécié plus de démonstration de la part de son souverain, mais tant qu'elle pouvait se défouler sur les champs de justice, cela lui suffisait pour se sentir bien un moment. Elle pouvait, en attendant un prochain affrontement, se réjouir de sa demeure luxuriante ainsi que de sa vie de jeune mariée récente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Simili de Princesse de Coeur des Ténèbres
La Sucrerie des Ténèbres
MembreSimili de Princesse de Coeur des TénèbresLa Sucrerie des Ténèbres
avatar
Nombre de messages : 383
Age : 21
Localisation : dans la Demeure, QG de l'Organisation
Arme : diverses sucreries
Invocation : Sans-coeur, Simili et sucreries
Date d'inscription : 16/02/2013

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
500/500  (500/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Contes et nouvelles de La Bourgade de l'Aube   Ven 11 Nov - 15:41

On lave les Ténèbres en famille
une histoire de Longinux (en cours)

Il y a des personnes qui savent parfaitement où elles vont, elles marchent tout droit, sans se retourner, sans hésiter, leur chemin est définie. Elles sont capables d'arriver jusqu'à leur destination, un but, une véritable raison de vivre même si elles doivent traverser les branchages les plus et s'engouffrer dans l'obscurité des abysses la plus étouffante qu'il soit.
Ces personnes n'ont pas de craintes, tant qu'elles ont un désir...

"Phoenix ? Tu m'écoutes ?", demandait le grand Lancier à la petite Sucrerie qui tapotait des pieds par terre en essayant d'écraser quelques reflets qui sortaient et disparaissaient du sol avant de réapparaître, là où elle ne les avait pas prévu.
"Ou- ouais ouais, du coup tu reviens quand ?", voulu savoir le leader de l'Organisation, même si en réalité Phoenix avait d'autres intérêts que de savoir ce que son camarade pouvait bien faire sur ses heures vacantes.
"J'imagine que... je n'en aurais pas pour longtemps", qu'il souhaita répondre. Phoenix avait l'habitude de mentir, comme tous les Simili, et cela était de même pour Longinux, pour autant, la supérieure du Lancier avait bien compris qu'il disait ça comme pour la rassurer. Longinux, Simili de Lunigon Gekkou, héritier du trône déchu de la Bourgade de l'Aube, avait dans l'intention de se lancer dans l'un de ses derniers combats personnels. Un danger qu'il n'aurait sans doute pas dû rechercher seul.

...



Les Ténèbres entouraient le corps de l'être du néant, qui venait de s'engouffrer au plus profond du royaume d'énergies négatives qu'était le Domaine des Ténèbres. Si loin dans ce plan sombre que même un être sans coeur comme lui devenait la proie des créatures grouillantes de l'obscurité.

"Écartez-vous !", qu'il s'écria en repoussant des Sans-coeur qui s'agrippaient à son imposante stature. Dans une impulsion d'énergie magique qui se dégagea de son corps, le genre de sort digne des meilleurs combattants de la disparue Bourgade de l'Aube, pour éjecter toutes ces créatures noires aux yeux jaunes, parfois imprégnés d'une lueur rouge spécifique aux plus ténébreux Sans-coeur. Malgré les émotions de terreur qu'ils pouvaient dégager, ces Sans-coeur là n'étaient que des microbes pour le Lancier, qui n'en faisait qu'une bouchée rapidement. Dès que l'un d'entre eux s'approchait, il les faisait virevolter à l'aide d'un simple revers de la main, mais pour les plus gros et coriaces d'entre eux, il n'avait pas d'autres choix que de faire appel à son arme fétiche, sa lance, celle qui lui donna son titre de Lancier de la part de membres de l'Organisation qui n'étaient plus de ce monde depuis déjà un bon moment.

Est ce qu'il savait vers où il allait ? On aurait pu en douter au vu de la taille interminable du Domaine des Ténèbres, mais pour autant il ne semblait en rien désorienté, comme s'il parcourait une route infinie qu'il avait déjà traversé il n'y a encore pas si longtemps.

"On m'a traîté de vermine, tu m'as traité de vermine, de nuisible, de parasite, mais pour autant, je n'ai jamais eu à me terrer aussi loin de peur de subir le courroux des hypothétiques, et surtout pathétiques, dieux...", disait le Lancier dans sa marche, comme s'il parlait à quelqu'un qui pouvait l'entendre. Il n'y avait personne autour de lui, pas un chat, pas un rat, un même plus un seul Sans-cœur à l'horizon, mais l'on pouvait tout de même ressentir une pression qui se faisait du plus en plus forte, comme un regarde perçant et jugeant à travers les ombres. Même Longinux, en tant que Simili, ressentait cette sensation, et il savait parfaitement d'où elle pouvait provenir. Il eu ce même regard pesant, le jugeant, jusqu'au jour où il perdit son cœur.

...



"Trisy... tu es sûrement trop petite pour me comprendre", dit le garçon frêle qu'était Lunigon âgé d'une dizaine d'année en tournant le dos à sa jeune sœur cadette. Elle en avait les larmes aux yeux, comme bien trop souvent. Les sourcils froncés, elle s'empressa de rattraper son aîné qu'elle agrippa par le col. Bien qu'elle était légèrement plus petite que son frère et d'un poids semblable, elle parvint à lui faire quitter le sol par la force de sa poigne. Cela n'avait rien de surhumain, après tout la jeune Trisy était une Bourgadianne et surtout la fille du Magnat Yz Gekkou, qui, même s'il était le Magnat le moins puissant qui n'ait jamais existé, restait un Gekkou. Une dynastie qui régnait depuis des temps presque immémoriaux sur la Bourgade de l'Aube et ses terres. Trisy avait ce gène dans le sang, cela se ressentait.

"Regardez-vous ! Grand frère, vous ne pouvez pas vous permettre de continuer de la sorte ? Depuis combien de temps ne vous êtes pas forgé le corps ?!", voulu savoir la jeune fille devant l'incapacité de son frère à lui résister. Mais était-ce de l'incapacité... ou de l'impassivité ?... cela était bien plus que cela.
"Et depuis quand... ne t'es tu forgé le coeur ?! Tu veux que notre père soit déshonoré ?!", s'écria l'enfant aux yeux rougeâtres, tutoyant son frère, signe qu'elle n'éprouvait plus de respect pour son aîné.
"Mon existence est un déshonneur, il me l'a dit un jour, que j'aurais "mieux fait d'être un bâtard" plutôt que son fils. Le nom des Gekkou est souillé par ma faute ? Vos actes et croyances ont déjà tâchés ce nom depuis des siècles... maintenant, lâche moi", ordonna Lunigon. Même s'il devenait de plus en plus apathique, la haine qu'il avait envers la société qui entourait sa vie ne semblait pas prête de s'en aller. Est-ce qu'il le souhaitait ? Beaucoup de personnes de la cour, de l'entourage des Gekkou ou de sa famille pensaient que Lunigon souhaitait devenir un nabi, les prêtres interprètes de la parole de l'Astre Jupiter, un prophète. Seulement, ce titre, cette caste de personne ne lui était pas autorisé. Les nabis se devaient d'être apathique, puisqu'ils sont en perpétuelle recherche de "l'apathès", un état de  sagesse instauré par les pères fondateurs de la Bourgade. Cet état est une tranquillité de l'âme, du corps et du cœur, où le nabi dompte ses instincts et s'est détaché des "passions primales"... Mais un Gekkou, nabi, c'était impossible. Les Gekkou se devaient d'être une arme, un être plein de volonté et de soif de conquête, de combat, de vie ! Être apathique était l'un des pires, si ce n'est le pire, péché possible. Si un homme ne connaissait pas la tristesse, le plaisir, la colère, le désir et même la peur, comment peut-il alimenter son cœur ? Comment peut-il montrer sa foi ? Sans foi, sans volonté d'étendre la lueur de l'Astre Divin au-delà du possible, il était craint que Jupiter devienne moins puissant, et sans lui, il n'y avait plus de Bourgade.
Le cas de Lunigon était un signe de la déchéance de la lignée Gekkou et de la Bourgade elle-même. De génération en génération, les habitants de la Bourgade de l'Aube se voyaient devenir de moins en moins doués, il y avait peu d'Enfants de Jupiter, et même si il existait encore beaucoup de porteurs de la Keyblade, cela devenait un cas moins fréquent. La magie elle même finissait par disparaître, et sans magie, la nourriture dans un monde désertique n'était pas chose facile.
La Bourgade de l'Aube avait en sa possession des mondes aux terres luxuriantes, mais la plupart des Bourgadians ne pouvaient pas se permettre, pour une question de foi, de se nourrir d'aliments ne provenant pas de leur contrée, et la quitter ne leur traversaient même pas l'esprit ! La société et les croyances de la Bourgade, à cette époque, paraissaient presque en désaccord avec ce qui se déroulait, et certains disaient, au prix de leur coeur, en désaccord avec Jupiter...

"Je te sens...
... je te vois
j'approche..."

Il s'agissait d'étranges murmures que Longinux pouvait entendre, des paroles basses et extrêmement graves, presque un infrason qui venait se glisser dans les conduits auditifs sans s'en rendre compte. Quelque chose de malsain, qui aurait fait frémir, ou mourir, n'importe quel humain normalement constitué. Mais en tant que Simili, jusqu'à preuve du contraire, Longinux ne se laissait pas avoir par cette voix qu'il connaissait. Même si elle était bien différente, distordue et corrompue par les Ténèbres, il reconnaissait la voix de celui qu'il avait tant haïs de son vivant, et peut-être encore plus même en l'absence de son cœur : Yz, son père."Montre toi, que je puisse en finir une deuxième fois avec ce qu'il reste de toi", dit le Simili, en s'arrêtant dans ce qui semblait être une grotte souterraine du Domaine des Ténèbres.
"Tu en as donc été capable", murmurait la chose tapi dans l'obscurité. "J'en suis fier...", ajouta la voix grave et masculine, "Et toi, l'es-tu ? Es-tu fier de ta prouesse ? ... tu as su te libérer des chaînes qui t'empêchaient d'avancer..."
"Je ne suis pas venu jusqu'ici pour parler avec un Sans-coeur", répondit sèchement Longinux en pointant son arme vers la chose dans l'ombre.
"Quel dommage, moi qui attendait de te voir depuis si longtemps... Simili de Lunigon. Dès le moment où tu es né, j'espérais te voir, et pouvoir faire de toi un fils digne des Gekkou... mon Simili a essayé également, celui de ta sœur t'as aidé, et pourtant... d'une certaine manière, tu as montré une forme de détermination propre au Gekkou, une force alimenté par l'envie de combattre... grâce à ta colère", dit le Sans-cœur d'Yz en se rapprochant petit à petit. "Si la Bourgade de l'Aube n'avait pas chuté dans les Ténèbres, j'aurais tout fait pour te trouver et te reforger, il est simple de repartir à zéro avec un gamin sans coeur... mais je ne suis pas contre ce qui s'est finalement produit, termina la chose en se montrant sous un maigre puit de lumière.[image]
Il s'agissait d'un énorme Sans-cœur qui faisait trembler le sol et même l'air à chaque mouvement. Un Sans-coeur anormalement humanoïde, qui arborait une silhouette semblable à ce qu'Yz avait pu être dans sa jeunesse au sommet de la créature. Il est... imposant, se disait Longinux face à ces restes informes de son paternel. Le Lancier avait déjà vaincu des milliers de Sans-coeur par le passé, et pas loin d'une centaine depuis le début de sa balade à travers les Ténèbres, il connaissait ainsi la plupart des formes que pouvaient prendre ces coeurs meurtris à travers les Ténèbres, mais jamais il n'aurait imaginé Yz devenir ainsi. Son coeur était-il totalement offert aux Ténèbres de son vivant ? Se demandait le lancier. Yz n'avait pas été un homme des plus bienveillants, mais il n'était en rien un utilisateur des Ténèbres et rien ne le liait à elles, alors comment avait-il pu donné un Sans-coeur aussi... puissant ? Oui, c'était certainement le mot qui convenait pour décrire ce que les Ténèbres du coeur du Magnat étaient devenues.
"Mais en cette nuit éternelle à travers le Domaine des Ténèbres, à travers ce lieu qui a rongé plus d'un téméraire de ta trempe, ta colère va disparaître, et ton existence d'être blessé va se terminer".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Simili de Princesse de Coeur des Ténèbres
La Sucrerie des Ténèbres
MembreSimili de Princesse de Coeur des TénèbresLa Sucrerie des Ténèbres
avatar
Nombre de messages : 383
Age : 21
Localisation : dans la Demeure, QG de l'Organisation
Arme : diverses sucreries
Invocation : Sans-coeur, Simili et sucreries
Date d'inscription : 16/02/2013

Feuille de personnage
vie:
100/100  (100/100)
Expérience:
500/500  (500/500)
magie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Contes et nouvelles de La Bourgade de l'Aube   Sam 11 Fév - 10:47

[ Musique ]

Le regard de Longinux s'intensifia, l'habitude regard froid du Lancier se transforma en un regard noir, un regard forgé par la haine. Si Xyz n'était que le Simili de son paternel, une enveloppe vide qui ne correspondait qu'à un corps et une âme, le Sans-coeur du Magnat était l'incarnation d'une partie du coeur de celui-ci. de quoi faire naître en Longinux un désir encore plus grand d'en finir avec cette abomination. La chose était que, ayant déjà renvoyé au néant les autres restes du Gekkou, si Longinux venait à détruire ce Sans-coeur, le véritable Yz viendrait à renaître. Le coeur de ce fourbe homme irait rejoindre son corps d'antan qui l'attend quelque part patiemment, que ce soit dans le néant ou les Ténèbres. Mais Longinux était prêt à cela, il s'était déjà mis en tête qu'après en avoir fini avec le Simili, il irait mettre totalement fin aux jours de son géniteur. Il ne s'agissait pas d'une banale haine entre père et fils qui aurait pu venir au cours de l'adolescence pour des raisons de rivalité, non, Lunigon avait toujours détesté son père et sa manière de gouverner. A l'époque, la Bourgade de l'Aube était dans une période de crise, même si son état semblait prospère comparé à certains autres mondes, il n'en était rien pour ses habitants. La magie provenant de l'Astre Jupiter commençait à s'atténuer petit à petit, les bourgadians étaient de moins en moins capables d'utiliser le pouvoir de la Keyblade, et le nombre d'Enfants de Jupiter, ces êtres aux yeux rayonnants de l'énergie de l'Astre, venaient à se faire rare. Il y avait beaucoup de problèmes, et Yz n'avait donc pas hérité du meilleur royaume. Mais selon Lunigon, il aurait pu faire mieux. Selon lui, Yz ne fit rien, il resta patiemment à attendre la chute de son monde, de son empire, qui était inévitable selon certaines prophéties et dires des nabis, les interprètes de la "parole" des Astres Divins. Mais encore une fois, selon Lunigon, selon le jeune garçon qu'il était, tout aurait pu être fait autrement si l'on s'y était pris beaucoup plus tôt. Beaucoup pensaient que le fils d'Yz Gekkou était une preuve de la déchéance de la famille royale qui allait mener à sa perte la Bourgade, mais pour Lunigon, c'était le reste de la société qui s'était écarté de règles et cultes qu'ils vénéraient pourtant tous si fortement. Pour le jeune garçon, plus rien n'avait d'importance à l'époque, tout était trop tard, les Bourgadians auraient dû se rendre compte plus tôt que leurs agissements n'étaient pas les bons pour perdurer... Lunigon était peut-être celui qui, enfin de compte, souhaitait le plus possible respecter les vieux écrits, d'un autre point de vue.

"Que vas-tu faire ?", demanda le Lancier au sans-coeur en faisant naître un sourire sur son visage, "me détruire à l'aide des Ténèbres que tu as accumulé en te terrant ici ? J'ai vaincu ton Simili, ce soit disant personnage qui se considérait Incarnation de Kingdom Hearts, mais que j'ai pu faire disparaître", une vérité que Longinux voulait rappeler pour peut-être falicité les choses.
"Tu crois que la négativité que je dégage provient de ces lieux ? Foutaise gamin ! Tu viens de le dire, mon alter-égo était devenu l'incarnation de Kingdom Hearts... cela m'a affecté également, évidemment. S'il a absorbé la lumière de cet astre légendaire à travers son corps, on peut dire que je suis devenu... l'Ombre de Kingdom Hearts", se vanta l'imposante créature avant de faire naître un souffle de flammes noires. Une tempête maléfique qui venait à la rencontre du Simili.
Le Lancier présenta son arme devant lui pour se protéger derrière elle, la largeur de la Lance était capable de mettre en sécurité même l'imposant Simili, qui d'un revers de celle-ci, fit disparaître les flammes qui tentaient de le ronger. Dans cette vague de chaleur, apparurent également à nouveaux plusieurs dizaines de Sans-coeur, si ce n'est pas plus. Sûrement des fanatiques de ce qu'était devenu le Sans-coeur d'Yz, des Sans-coeur de Bourgadians ayant suivi leur magnat déchu, ou bien des Sans-coeur inférieur que le monstre avait réussi à rallier à sa cause. D'ailleurs, quel était le but de ce Sans-coeur ? Il avait déjà acquis cette "ombre de Kingdom Hearts" depuis déjà plusieurs mois, il aurait pu sortir de son terrier et ronger les mondes du Domaine de la Lumière comme n'importe quel Sans-coeur. C'était probablement un souhait qui l'animait, comme n'importe laquelle de ses créatures des ombres ! Mais... non, le Sans-coeur d'Yz était resté ici tout ce temps, peut-être à se glorifier de son état, et craignant de le perdre en remontant à la Lumière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Contes et nouvelles de La Bourgade de l'Aube   

Revenir en haut Aller en bas
 
Contes et nouvelles de La Bourgade de l'Aube
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nouvelles images de Monster Hunter 3rd
» nouvelles figurines de skaven
» nouvelles règles V8
» 4 nouvelles planètes
» Issy-les-moulineaux {Nouvelles images}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kingdom Hearts RPG :: Règles et Présentations :: Fiches :: Story-
Sauter vers: