Kingdom Hearts RPG


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 M O T H E R | Une histoire de mère(s)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Membre
Simili de Princesse de Coeur des Ténèbres
La Sucrerie des Ténèbres
MembreSimili de Princesse de Coeur des TénèbresLa Sucrerie des Ténèbres
avatar
Féminin

Date de naissance : 19/03/1996

Âge : 22
Date d'inscription : 16/02/2013

Nombre de messages : 481

Feat : orignal art by ilya kuvshinov
Invocation : Sans-coeur, Simili et sucreries
Feuille de personnage
Infos:
InfosValeurs
Nom"Candy"
PrénomPhoenix
Âge20~21
Monde d’origineBourgade de l'Aube
StatutTénèbres
RangPrincesse de Coeur des Ténèbres, liée aux Ténèbres
PouvoirsSucromancie, sucrokynésie et Ténèbres
Présentation

MessageSujet: M O T H E R | Une histoire de mère(s)   Sam 17 Mar - 1:40

Introduction
____________________________________________________________________


"Urgh... Exniiiii' ! Sauve moi de ce touuu-houu-houurement !", criait la Simili aux longs cheveux blonds et aux reflets des blés, en se lamentant sur son triste sort. Quel était-il ? Une grossesse. La première, mais pas la dernière. Phoenix se trouvait sur le dos, agonisant au sol, et se penchait de droite à gauche en gémissant, agitant ses bras et jambes comme une tortue gesticulerait ses papattes en l'air frénétiquement en l'air dans l'espoir de se redresser. Pourquoi j'ai fait çaaaaa ?! Ça n'en valait même pas vraiment le couuup ! Pourquoi j'ai si mal ?!! Ce putain d'enfant de pingouin essaye de me perforer de l'intérieur avec son bec ou quoi ?!".
"Assume tes choix, et surtout tes actes, mademoiselle je fricote avec des trucs même-pas-vraiment humains", lui rétorqua son camarade casqué, Exnihilo, qui se tenait auprès de Phoenix dans la chambre de celle-ci, et qui l'aida à se mouvoir jusqu'à son lit, tandis que la Sucrerie continuait ses jérémiades perlées de larmes de crocodile.
"Je sais bien que t'as rien à voir là-dedans, mais bordel quand même, vu que c'est pas toi qui l'a fait rentré, tu peux pas AU MOINS m'aider à le faire sortiiir ?!", proposa la demoiselle qui n'était pourtant pas à la fin de sa grossesse, même si on pouvait le penser au vu de la circonférence de son ventre qui avait pris un volume relativement important en quelques jours seulement.

Le Simili resta impassible derrière son casque noir à la demande de sa supérieure, même s'il était en partie dérangé, évidemment. Je n'ai rien à voir avec le fait... qu'il y soit rentré ?! Mais heureusement ! Qu'est-ce qu'elle me sort là ? Elle aurait voulu que je sois le père ou... ? Nan, je ne peux pas penser ça. Des questionnements plus que douteux pour les plus communes des valeurs, puisqu'Exnihilo et Phoenix sont frère et soeur. Et ceci n'est pas une métaphore pour parler de leur camaraderie au sein de l'Organisation ou encore de leur nature de Simili, non, c'est bien un lien de sang que je vous évoque. Le Botteur et la Sucrerie sont tous deux nés de la même mère et du même père avant de perdre leur coeur chacun de leur côté. Ce que Phoenix ignorait alors encore à ce moment là, et c'est probablement pourquoi elle se permettait de faire des allusions douteuses et même parfois à faire du rentre-dedans à son acolyte masqué qui était, donc, son frère aîné.  Choses que celui-ci ne pouvait que trouver perturbantes sans pouvoir justifier à sa cadette ce qui le déranger tant là dedans; ne voulant pas faire connaître son lien de fraternité avec la concernée.

"Et l'autre là, Syk-machin, je n'sais plus exactement son nom, il pourrait pas t'aider à te l'extraire ton manchot ?", fit remarquer Exnihilo en parlant de Sykes, le père du futur enfant, "c'est son enfant, il doit s'y connaître en gestation de "pingouin-oïde"", qu'il ajouta d'un ton un brin méprisant, lui qui n'appréciait guère cet amant qui ne méritait pas de toucher au corps de sa soeur à son goût. Parce que ce corps, ce petit corps, caché sous une épaisse tignace blonde, il ressemblant grandement à celui de la mère du duo. Phoenix avait énormément hérité des traits physiques de sa génitrice, mis à part le tin de peau, puisqu'en tant que Maudite Sorcière la carnation de Phoenix était d'un gris très pâle, même si ses parents étaient basanés. Ce que cachait Exnihilo derrière son masque, c'est son complexe d'Oedipe non-refoulée, une attirance interdite qui se déplaçait sur sa cadette, elle qui lui paraissait être un ersatz de sa mère décédée.
"Hum. Naaah, il est occupé avec Penguindreemur, je n'ai pas envie de le déranger", répondit la future maman qui n'avait pas envie de voir de suite celui avec qui elle ne partageait plus de relation sans réelle raison, autre que le simple manque de passion. Mais ça il fallait s'y attendre venant d'un Simili, un être sans coeur.. Comment aurait-elle pu ressentir de si forts sentiments que ceux de l'amour ? Il était au moins certain que Phoenix arrêterait de tenter sa chance avec le premier inconnu... ou pas. Ou pas du tout, même. Il y avait toujours des gens pour lesquels elle donnait l'impression de pincer, notamment Exnihilo, le défunt malveillant Nyx, et inévitablement son ancien allié et quasi-mentor, celui qui l'aida à vivre sa propre vie, en tant que Simili, à savoir Longinux, qui ne donnait plus aucune nouvelle depuis déjà un long moment; au point où Phoenix faisait semblant de s'être faite à l'idée de ne plus jamais le revoir.


"Je vois que nous avons là un bambin récalcitrant !", fit s'entendre, d'une voix aiguë et virevoltante, un petit être cornu qui venait d'apparaître dans la chambre de Phoenix. Une créature inconnu au tin rougeâtre, qui flottait dans les airs la tête à l'envers.
C'est quoi c'bidule ? se demanda Phoenix en inspectant la créature qu'elle n'avait pas souvenir d'avoir vu. Elle ressentait qu'il n'était pas un Simili, ni un Sans-coeur ou un Nescient,et encore moins un Avale-Rêves même si elle n'était pas bien proches de ces derniers. Il s'agissait dans tous les cas de quelque chose de vivant, possédant un coeur, qui s'était invité dans la chambre de la Sucrerie des Ténèbres en passant par sa fenêtre.

"Tu es un envoyé d'Hadès ? Il n'a qu'à voir avec les autres Dieux de l'Olympe pour obtenir de mes pâtisseries, et il m'énerve avec ses propositions de recettes spéciales Enfers, ce n'est pas comme ça que ma magie fonctionne, dis lui d'aller au diable", lâcha la demoiselle qui n'avait pas envie de parler affaires avec les envoyés de ses partenaires et clients à travers les mondes.

"Hadès de l'Olympe ? Oh non non, je n'ai rien à voir avec ce personnage tout bleu, et je n'ai rien à voir avec ses diablotins non plus !", répondit la créature en rigolant, semblant amusée qu'on ce qu'il n'était pas. "J'appartiens néanmoins à une race de démon, je vous l'accorde, mon physique l'évoque certainement~", qu'il ajouta en montrant la petite queue pointue qu'il avait sur son arrière train.

"Décline donc ton identité et explique tes intentions, nous n'avons pas de visiteurs inscris dans nos locaux aujourd'hui", demanda Exnihilo, puisque Phoenix ne semblait pas vouloir s'attarder sur les origines et le but du petit démon rouge, elle qui se cachait le visage sous un oreiller pour pouvoir crier et expulser la douleur physique qu'elle ressentait. Uaargh, même me prendre des balles à Midgar ça faisait moins maaaal.

"C'est pour cela que je suis ici voyons", qu'il fit savoir en s'avançant pour se rapprocher de la Sucrerie et de son imposant ventre dodu. "Je me nomme Chîzu, j'ai été envoyé par ma souveraine pour aider mademoiselle Phoenix dans son accouchement".

"T'es la fée des bébés ? Une version p'tite souris qui prend les bébés et fout une pièce sous l'oreiller en partant ?", demanda Phoenix, de manière peut-être sérieuse, mais en affichant une mine totalement détruite, comme si elle se fichait royalement de l'origine de la créature tant qu'il pouvait l'aider à atténuer ses souffrances ou simplement provoquer l'accouchement.

"On peut dire ça, chi hi hi. Ma souveraine propose ses talents pour aider les êtres anormaux à mettre bas, puisque les gestations sont bien souvent douloureuses et compliquées, tant sur le plan physique que magique et spirituel. Ma souveraine, Mother Mozzâ, saura parfaitement vous aider. Elle m'a envoyé ici, car elle ressentait votre souffrance et celle de votre enfant...", argumenta la créature en cajolant le ventre bombé de la Simili délicatement.

"C'est où que je signe ?! Faîtes moi sortir ce machin, Motha Mozzer j'sais pas quoi là, j'veux bien qu'elle m'aide, emmène moi direct' la voir bordel !", s'écria Phoenix en reprenant pleine force au point de réussir à se redresser, sortir de son lit et enfiler une tenue en un claquement de doigts magique. Aussitôt prête, le petit diablotin virevolta au-dessus de l'intéressée, et se téléporta avec elle au loin.

Laissant Exnihilo en solo, lui qui voulait veiller sur sa soeur, son futur neveux, et ainsi, protéger ce qu'il restait de sa mère...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Simili de Princesse de Coeur des Ténèbres
La Sucrerie des Ténèbres
MembreSimili de Princesse de Coeur des TénèbresLa Sucrerie des Ténèbres
avatar
Féminin

Date de naissance : 19/03/1996

Âge : 22
Date d'inscription : 16/02/2013

Nombre de messages : 481

Feat : orignal art by ilya kuvshinov
Invocation : Sans-coeur, Simili et sucreries
Feuille de personnage
Infos:
InfosValeurs
Nom"Candy"
PrénomPhoenix
Âge20~21
Monde d’origineBourgade de l'Aube
StatutTénèbres
RangPrincesse de Coeur des Ténèbres, liée aux Ténèbres
PouvoirsSucromancie, sucrokynésie et Ténèbres
Présentation

MessageSujet: Re: M O T H E R | Une histoire de mère(s)   Sam 17 Mar - 15:44

Le chemin
____________________________________________________________________

Il y avait une odeur. Une odeur forte et nauséabonde. Cela ressemblait au parfum de la pourriture, ou peut-être de la mort, comme si les terres de ce monde avaient été recouvertes d'un limon fait de corps broyés et mixés pour aider à la prolifération des vers et autres nuisibles que Phoenix ressentait grouiller sous ses pas. C'est pas des plus accueillants, songea la demoiselle qui ne semblait pourtant pas craindre la situation. Elle venait d'arriver dans un monde qu'elle ne connaissait pas, et elle n'arrivait même pas à définir si elle se trouvait dans le Domaine des Ténèbres, celui de la Lumière ou bien son intermédiaire, bien qu'elle était pourtant douée pour le faire à force d'avoir voyager à travers les mondes, et surtout, parce qu'en tant que Princesse des Ténèbres, elle était capable de ressentir la présence de Ténèbres et d'évaluer la quantité de celles-ci. Mais là où elle venait d'arriver, à part les Ténèbres de quelques coeurs qui devaient exister dans ce monde, elle ne ressentait rien. Comme si ce monde n'avait pas de coeur, et presque, comme s'il n'existait pas. C'est même plus complexe qu'Illusiopolis...

"Tu n'aurais pas pu nous téléporter jusqu'à l'endroit où il faut ? J'ai pas envie de marcher longtemps, disons que je galère aussi", demanda Phoenix en faisant remarquer qu'elle avait du mal à avancer dans la route sinueuse que lui faisait prendre la petite créature flottante dans les airs, un chemin rocailleux et fragile qui semblait diriger la princesse et l'envoyé de Mother Mozzâ vers un grand château noir qui contrastait avec le ciel rougeâtre de l'endroit.
"Désolé, cela m'est impossible. Il n'y a pas moyen d'utiliser de téléportation aux alentours proches du château que vous apercevez", répondit Chîzu le petit démon, en s'inclinant légèrement pour se faire excuser. L'étrange endroit bénéficiait d'un genre de sortilège qui empêchait quiconque d'y pénétrer par voie magique, il était impossible d'y rentrer à l'aide d'un portail des ténèbres, de lumière, ou tout autre moyen de se déplacer à travers l'espace et les mondes.
"Mais ne vous est-il pas possible de créer de quoi vous déplacer ? Vous n'êtes pas n'importe qui, mademoiselle Phoenix", voulu savoir la créature qui semblait donc connaître la Sucrerie des Ténèbres et ses pouvoirs. Il avait maintenant un air suspicieux que Phoenix n'avait pas ressenti à Illusiopolis.
"Hm. Je préfère marcher, c'est bon pour l'enfant non ?", demanda Phoenix en attendant aucune réponse. Je n'ai pas intérêt à montrer des signes de faiblesse. La demoiselle était en réalité incapable de faire apparaître un marshmallow géant flottant, de surfer sur un coulis de fruits rouges ou bien encore de se faire porter par des soldats de gélatine ou par ses Sans-coeurs adorés. Elle était sans force, comme si sa grossesse douloureuse puisait toute son énergie, surtout magique. Et cette sensation s'était accentuée depuis qu'elle était entrée dans ce monde, et c'est peut-être pourquoi elle commençait à être méfiante, et ne voulait pas faire savoir à son guide qu'elle n'avait pas la force de faire la moindre invocation, et par conséquence, qu'elle n'était pas capable de se défendre. Et puis j'ai froid bordel...
"En effet... c'est probablement ce que ma souveraine vous dirait. Bien, continuons, nous ne sommes plus bien loin chi hi hi", dit Chîzu en ricanant presque sournoisement, lui qui venait de comprendre que Phoenix n'avait pas moyen d'utiliser le peu de magie qui l'habitait encore. Avec son apparence diabolique et son sourire qui l'était tout autant, Phoenix aurait dû se méfier d'un individu de ce type, cela paraissait évident maintenant. Mais la Sucrerie des Ténèbres n'était pas du genre à juger à livre à sa couverture, ni même à son synopsis. Et puis elle était dans une telle souffrance qu'elle avait l'impression qu'elle allait mourir de l'enfant qu'elle portait, alors, qu'elle meurt à cause de sa progéniture ou de ce diablotin, le résultat serait le même. Il était préférable pour la demoiselle d'essayer de voir du bien dans cette drôle de situation où elle était sans défense, parce qu'on lui avait promis de la libérer de son tourment maternel, et elle espérait toujours que cela soit vraiment le cas. Soit elle mourrait dans cet étrange monde, soit elle en repartait en ayant mis terme à sa grossesse. C'était ça le deal. Mais bon, Phoenix n'était pas du genre à voir le mal partout, elle restait positive malgré son manque de coeur, et se disait que tout finirait bien par s'arranger. N'est-ce pas ? J'ai vécu pire que ça. Je suis pire que ça.

"Nous y voilà... voilà le royaume de ma souveraine, le Royaume de Mother Mozzâ, voilà La Terre Mère"
L a  T e r r e  M è r e

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Simili de Princesse de Coeur des Ténèbres
La Sucrerie des Ténèbres
MembreSimili de Princesse de Coeur des TénèbresLa Sucrerie des Ténèbres
avatar
Féminin

Date de naissance : 19/03/1996

Âge : 22
Date d'inscription : 16/02/2013

Nombre de messages : 481

Feat : orignal art by ilya kuvshinov
Invocation : Sans-coeur, Simili et sucreries
Feuille de personnage
Infos:
InfosValeurs
Nom"Candy"
PrénomPhoenix
Âge20~21
Monde d’origineBourgade de l'Aube
StatutTénèbres
RangPrincesse de Coeur des Ténèbres, liée aux Ténèbres
PouvoirsSucromancie, sucrokynésie et Ténèbres
Présentation

MessageSujet: Re: M O T H E R | Une histoire de mère(s)   Sam 17 Mar - 22:06

A l'intérieur
____________________________________________________________________

Phoenix et son guide était arrivée aux portes de la citadelle noire où dégoulinait d'un liquide visqueux et organique entre chacune de ses pierres qui ressemblaient d'une certaine manière à des pièces de bœufs desséchés et pourries, comme si cette demeure avait été construite à l'aide de morceaux de viandes. Un fait qui pourrait expliquer l'odeur nauséabonde qui enveloppait l'ensemble de ce monde. Ça me donne vraiment la gerbe, ça n'arrange pas mes nausées journalières, pensait la Simili qui était au bout de sa vie tellement elle prenait sur elle dans l'espoir de mettre fin à sa période de gestation au plus vite, quitte à y risquer sa vie. C'est pas le fait de mourir qui m'effraie le plus, c'est vraiment cette puanteur. Bordel, ça sent... presque plus pire que le fromage quoi !, qu'elle se disait en mettant sa main, encore parfumée par les friandises qu'elle avait mangé dans la matinée, devant sa fine bouche tout en enveloppant son court nez. Elle pouvait ainsi respirer en limitant le risque d’éructation soudaine.

"Kamanberû, c'est Chîzu et j'ai ramené la hum... cliente, tu peux nous ouvrir les portes !", dit le diablotin à forte voix pour que quelqu'un, probablement l'un de ses congénères, actionne le mécanisme qui permettait aux lourdes portes obscures et suintantes de se sépare, laissant ainsi la blondinette et son guide rentrer à l'intérieur de la fortification malodorante. Et le dit intérieur est tout aussi répugnant que l'extérieur. Il y avait toujours cet aspect organique de viande fétide dans le hall où la demoiselle avança le pas. J'préfère la déco' de la Demeure !, qu'elle se disait en observant l'architecture et le mobilier. L'endroit n'avait rien à voir avec la bâtisse propre et sobre que Phoenix avait l'habitude de côtoyer. Dans le château de La Terre Mère, les chandelles aux flammes rouges étaient tenues par des bras coupés et accrochés aux murs, des bras qui semblaient néanmoins vivants et capables de suivre du mouvement les personnes déambulant dans l'endroit afin de mieux les éclairer. Il y avait un long tapis qui courrait dans tous les couloirs, un tapis qui avait l'aspect d'une peau nue non-tannée où l'on pouvait encore apercevoir des veines et même le sang y circulait. Il y avait également un bruit constant de tambour, dont le rythme évoquait les battements d'un coeur, quelque peu fatigué, puisqu'il y avait des moments où le temps se faisait long entre chaque percutions, et à l'inverse, d'autre où il s'accélérait et où les supposés battements de coeur se faisaient frénétiques. Si ce château était aussi vivant qu'il donnait l'impression de l'être, la mort l'attendait bientôt.

"Oh. Vous voilà donc, mademoiselle Ophine Candy, nous vous attendions. L'autel où la cérémonie maïeutique aura lieu a été préparé, vous serez bientôt soulagée", émit une jeune femme aux yeux entièrement rouges et au tin pâle et grisé, une carnation semble à celle de Phoenix. Elle possédait de grandes et longues ailes déchues, qui faisait office de cape dans son dos, tandis qu'elle portait un justaucorps avec un décolleté stylisé. "Je me nomme Kurîmu, vous pouvez me considérer comme la sage femme de la Terre Mère sous la foi de Mother Mozzâ", qu'elle ajouta en faisant une révérence.
Kurîmu:
 

Phoenix eut un petit moment d'hésitation avant de faire une légère révérence à son tour pour honorer la rencontre. Elle avait été perturbée par le fait qu'on la nomme à nouveau "Ophine Candy", en sachant que cette nomination complète ne lui avait pas été donnée depuis bien longtemps. "Candy" était un patronyme qui lui venait de sa mère adoptive, sa tutrice, la précédente Maudite Sorcière de la Bourgade de l'Aube, une vielle femme centenaire, qui l'éleva dans le but d'en faire sa remplaçante. Enfin, ça c'était sur le papier. En réalité elle la forma à l'art des Ténèbres et de la Sucromancie dans l'unique but de s'emparer de son coeur et de son corps, et ainsi, de son potentiel pour vivre plus longtemps que son vieux corps ne lui permettait. Et "Ophine" était le prénom qu'elle avait reçu, parce qu'il s'agissait de ce qui était brodée sur le napperon qui l'enveloppait lorsqu'elle fut trouvée nourrisson par la Maudite Sorcière. Une chose que Phoenix ignorait, et c'est pourquoi son nom de Simili se basait sur ce nom, "Ophine", et non pas sur son véritable prénom, jusque là encore inconnu. Mais tout ça, à vrai dire, la Simili s'en contrefichait. Pour elle, elle était Phoenix, un point c'est tout. Même si elle se faisait encore appeler "Ophine" par Vanitas à leurs débuts pour montrer une certaine proximité entre le Gardien et sa Princesse, c'est un fait qui s'arrêta lorsque Yûki entra en jeu. Phoenix voulu mettre une certaine distance entre elle et son Gardien des Ténèbres pour ne pas attiser la jalousie de la Princesse du Magma, et c'est pourquoi au fil du temps, Vanitas appela Phoenix simplement "Phoenix", et l’appellation "Ophine" se fit oublier. Ils sont plutôt bien renseignés... songea donc la Simili, en prenant conscience que ses hôtes la connaissaient particulièrement bien.

"Enchantée. Procédons au plus vite si tout est en ordre, j'ai d'autre chose à faire aujourd'hui kihihi !", s'amusa à répondre Phoenix en cachant sa douleur au ventre qui l'empêchait presque de ricaner bêtement comme elle avait l'habitude de le faire. Elle avait aussi envie d'accélérer les choses pour pouvoir récupérer ses capacités et s'en aller au plus vite de l'endroit pour retrouver le confort de la Demeure.
"Hum, Kurîmu, c'est bien dans l'aile ouest que ça a été prévu ?", demanda le diablotin à sa camarade aux cheveux roses. Phoenix aurait pu trouver cela étrange que le petit bonhomme rouge ne sache pas où avait lieu l'endroit où procédait un accouchement, puisqu'il se présenta comme le servant d'une soit disant personne aidant les êtres non-humains à accouchés d'une progéniture problématique. Le personnel de cette "maternité magique" devait avoir l'habitude de procéder à tout ce qu'il faut, non ? Phoenix ne pensa pas à tout ça, mais elle aurait peut-être dû. Surtout lorsque Kurîmu acquiesça à la question de son camarade, mais en serrant les poings, comme si elle était agacée par la question de Chîzu. Peut-être qu'il était simplement connu pour trop souvent oublier des choses ou bien il était un recrue récente... dans tous les cas, Kurîmu n'apprécia pas cette erreur chez son camarade, et décida de se retirer un moment.
"Je vous laisse donc y aller, je vous rejoindrais peu de temps après", fit elle savoir en prenant son envol pour fendre l'air de son passage à travers les couloirs de l'immonde bâtisse. En s'éloignant, elle cria d'énervement, un cri effroyable qui résonna à travers l'endroit.
"Hum, ne vous inquiétez pas, elle est comme ça quand elle est énerv- quand hum, elle est comme ça parfois !", se rattrapa le petit diablotin Chîzu avant de prendre les devants pour montrer le chemin à prendre pour rejoindre l'autel où aurait lieu l'accouchement.
"Oh, ne t'inquiète pas. J'ai vu pire. Je ne m'inquiète donc pas non plus", répondit la Simili simplement en suivant son guide...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Simili de Princesse de Coeur des Ténèbres
La Sucrerie des Ténèbres
MembreSimili de Princesse de Coeur des TénèbresLa Sucrerie des Ténèbres
avatar
Féminin

Date de naissance : 19/03/1996

Âge : 22
Date d'inscription : 16/02/2013

Nombre de messages : 481

Feat : orignal art by ilya kuvshinov
Invocation : Sans-coeur, Simili et sucreries
Feuille de personnage
Infos:
InfosValeurs
Nom"Candy"
PrénomPhoenix
Âge20~21
Monde d’origineBourgade de l'Aube
StatutTénèbres
RangPrincesse de Coeur des Ténèbres, liée aux Ténèbres
PouvoirsSucromancie, sucrokynésie et Ténèbres
Présentation

MessageSujet: Re: M O T H E R | Une histoire de mère(s)   Dim 18 Mar - 13:47

Derrière le rideau
____________________________________________________________________


Ce sont les deux impressionnants colosses à la carnation rougeâtre, se tenant devant un épais rideau totalement opaque, que Phoenix remarqua en premier en entrant dans la pièce où devait se dérouler la raison de sa venue sur La Terre Mère. Ouah ! Ils sont sûrement plus grand que Longinux, alors qu'il est quand même vachement balèze !, pensa la Simili en se disant qu'elle aimerait bien avoir ce genre de type pour protéger l'entrée de la Demeure en cas de problèmes. Pour la Simili qui faisait un mètre soixante, et quelques centimètres de plus selon les chaussures du jour, tout le monde était d'une stature imposante, mais elle pouvait néanmoins se rendre compte que ceux là étaient bien plus grands que la moyenne des individus humanoïdes. Ils frôlaient quasiment le plafond de la salle, alors qu'il y avait probablement une hauteur de quatre ou cinq mètres. De quoi mettre au moins trois Phoenix les unes sur les autres ! Après s'être extasiée devant la stature de ces deux molosses démoniaques en robe, la Simili jeta à coup d'oeil en demi-cercle dans la pièce qui avait la même atmosphère organique que le reste de la structure. Au milieu de la salle se trouvait une table faite de marbre, un matériau qui lui rappelait vivement quelque chose. Il s'agissait probablement l'autel où la procédure pour accélérer la naissance de l'enfant de Phoenix allait avoir lieu. Elle était de forme rectangulaire et de couleur clair, tandis que des vaisseaux sanguins semblaient l'entourer par endroit, comme des ronces qui grimperaient en poussant le long d'un mur. C'est glauque. Franchement glauque. Et ces saletés de percutions, c't'espèce de tambour incessant, je l'entends encore plus nettement ici. Ça me casse franchement les ovaires ce bordel.

"Coucou tout l'monde, c'est par où que j'écarte les jambes !", lâcha néanmoins la demoiselle sans la moindre pression avec son manque de maturité habituel et conséquent. "Je veux que ça se déclenche au plus vite !", qu'elle ajouta en commençant à déboutonner son chemisier noir.
"N-nous devons attendre Kurîmu avant m-m-mademoiselle Phoenix !", balbutia le petit diablotin tout chamboulé en voyant la Simili commencer à se dévêtir. Il s’agitait dans tous les sens devant elle, tout en détournant le regard pour ne pas avoir le regard qui pourrait plonger là où le corps de Phoenix capturerait ses yeux à jamais. "Nous devons d'abord vous présenter à notre souveraine Mother Mozzâ ! Avancez vous devant le rideau s'il vous plaît", qu'il demanda à la Sucrerie pour changer de sujet.

C'est après ces mots que Phoenix afficha un grand sourire, comme si elle avait oublié toutes les étrangetés qu'elle avait vu jusqu'à maintenant, parce qu'elle sentait que tout allait se mettre en place, et qu'elle allait bientôt arrêter de souffrir comme un martyr ! La Simili s'avança jusqu'à l'épais rideau noir, surveillé par les imposants personnages qui ne semblaient pas vouloir que la demoiselle ne s'approche trop de la chose.
"Mottsu, Arera, laissez là s'avancer, je veux la ressentir de plus près...", fit une voix féminine et distordue qui venait de derrière le tissu. Phoenix eut comme l'impression qu'à chacun de ces mots prononcés, la bâtisse résonna avec un léger vibrato. Et puis il y avait un je-ne-sais-quoi que la Sucrerie des Ténèbres reconnaissait dans cette voix, une sensation de déjà-vu, comme si elle avait affaire à quelqu'un qu'elle connaissait. Qui cela pouvait-il bien être ? Phoenix se le demandait également. Dans tous les cas, je n'ai pas à m'inquiéter j'pense, je n'est que des amis !, osa penser la Simili qui avait décimé une partie des forces militaires de Midgar il y avait encore peu de temps, pour ne prendre que ça en exemple. Les deux mastodontes rouges laissèrent donc Phoenix s'approcher plus près de leur "mère", tout en gardant un oeil sur elle. Ils lui firent comprendre d'un geste du doigt, de manière symétrique, qu'il était interdit pour elle de glisser ses yeux sous le dit rideau.
"Te voilà donc... tu as bien grandi, tu es une véritable femme... maintenant", dit l'étrange voix qui perturbait encore plus Phoenix par ses paroles. Elle l'avait donc bien connu, c'était un fait certifié maintenant, il n'y avait plus aucun doute à avoir. Elle m'a connu lorsque j'étais enfant, c'est ce qu'elle insinue ? se demanda la Sucrerie des Ténèbres. Phoenix se retourna rapidement d'un air inquiet pour inspecter l'autel de marbre qu'elle avait vu précédemment, qui se trouvait derrière elle. Elle eut comme une sensation de vertige en ré-inspectant l'objet d'un coup d'oeil vif. Comment j'ai fait pour ne pas m'en rendre compte ?! Cela ne m'a pas assez marqué ou quoi ?! Pourquoi je suis aussi stupide ?! Ce marbre provient de... La Dure Fôret. Elle comprit à ce moment là à qui elle avait affaire. Il n'y avait qu'une seule personne qui la connu lorsqu'elle fût une enfant, une seule et unique femme, qu'elle n'avait pas pensé revoir un jour. 

""Mother"... c'était subtil comme surnom, "mère"", dit Phoenix à haute voix avant de se retourner face au drap masquant son interlocutrice. Voulant avoir une pleine confirmation ou bien peut-être dans l'espoir de se dire qu'elle s'était trompée, Phoenix s'élança rapidement, en prenant sur elle la douleur dû à son imposant ventre douloureux. Elle agrippa le rideau et le tira violemment pour découvrir le visage de celle qu'elle pensait retrouver derrière cet épais tissu noir. 

À ce même moment, en dehors de l'immonde bâtisse putride et nauséabonde, l'une des créatures démoniaques sous le commandement de Mother Mozzâ repéra un intrus sur le domaine de sa souveraine. "Un Simili hein ? Il n'atteindra jamais le château mihihihi", fit l'individu en se jetant sur celui qui venait secourir sa camarade.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Simili de Princesse de Coeur des Ténèbres
La Sucrerie des Ténèbres
MembreSimili de Princesse de Coeur des TénèbresLa Sucrerie des Ténèbres
avatar
Féminin

Date de naissance : 19/03/1996

Âge : 22
Date d'inscription : 16/02/2013

Nombre de messages : 481

Feat : orignal art by ilya kuvshinov
Invocation : Sans-coeur, Simili et sucreries
Feuille de personnage
Infos:
InfosValeurs
Nom"Candy"
PrénomPhoenix
Âge20~21
Monde d’origineBourgade de l'Aube
StatutTénèbres
RangPrincesse de Coeur des Ténèbres, liée aux Ténèbres
PouvoirsSucromancie, sucrokynésie et Ténèbres
Présentation

MessageSujet: Re: M O T H E R | Une histoire de mère(s)   Dim 18 Mar - 16:45

Prêt à botter des culs
____________________________________________________________________
C'est avec un cri de guerre, qui ressemblait à des onomatopées plutôt stupides, qu'une créature rougeâtre, à l'apparence humanoïde et maléfique [image], chargea la proie qu'il s'était donné pour cible : un Simili tout de noir vêtu, portant un casque métallique et des chaussures d'une couleur vive qui venaient contraster avec le reste de son accoutrement, et surtout, le sol rouge et desséché de la Terre Mère. Qui était-ce ? Le Botteur de l'Extrême évidemment, Exnihilo, qui para la coup de griffe que tenta de lui asséner son assaillant. C'est avec un jeu de jambe excellent qu'il parvînt à repousser l'individu en se permettant de lui donner une petite tape sur l'arrière train au milieu de son enchaînement pour mieux le ridiculiser et lui faire comprendre qu'il y avait un faussé entre lui et ce qu'il était.

"Je n'avais pas prévu de faire un peu d'exercice en arrivant ici !", déclara d'un ton arrogant le Simili casqué en repoussant son adversaire. "C'est pas un peu excessif de m'accueillir de la sorte ?", demanda l'air amusé le Simili qui comprenait ainsi parfaitement que sa présence n'était pas souhaité dans ce monde, et qu'il avait bien fait de s'y déplacer pour ne pas laisser Phoenix seule dans une potentielle situation dangereuse. "En plus j'ai eu du mal à vous trouver avec exactitude, il est plutôt bien exilé votre monde", annexa le Simili. Il était normalement impossible pour la plupart des personnes extérieures à ce monde de s'y téléporter, car il était entouré d'un genre de sortilège empêchant la moindre téléportation. Mais en tant que Gardien du Vide, Exnihilo réussit à ouvrir un vortex en ré-ouvrant la brèche que Chîzu avait emprunté un court instant pour se téléporter dans son repaire. Il restait toujours une trace de n'importe quel passage ouvert ou téléportation effectuée dans le vide, une trace qu'Exnihilo pouvait repérer et amplifier.
"Urgh, retire tout de suite cet air arrogant de-", commença à rétorquer le démon rouge en se remettant en position de combat, avant de se faire couper dans ses paroles par Exnihilo qui continua son chemin en ignorant l'individu. "Hé je te cause ! Tu n'iras nulle part !", qu'il ajouta donc en chargeant à nouveau le Simili, cette fois-ci avec un coup de pied plongé dans le but de frapper Exnihilo entre les deux épaules. C'est sans surprise que le Simili fit juste un pas sur le côté, rapidement tout en ayant une attitude décontractée, afin d'esquiver la vive action du démon.
"Tu essayes encore ? C'est exaspérant, et tu vas finir par être vexé", répondit le Simili en plongeant ses mains gantelés dans son manteau noir. Et puis il veut que je l'enlève d'où mon "air arrogant" ce pauvre type ? S'il voit un sourire sous mon casque, c'est qu'il a de sacrés bons yeux !, se dit également Exnihilo semblant amusé, même s'il n'était pas capable de ressentir ce type d'émotion en étant un être dénué de coeur.
"Je suis Mimoretto ! Le protecteur du corps de Mother Mozzâ ! Je ne laisserai personne non-autorisée à marcher sur elle ! Uuuuaaaargh !", poussa fortement l'individu en s'entourant d'une énergie corrompue par la rage et le souhait de vengeance. Les maigres pupilles qu'il avait dans les yeux disparurent totalement pour laisser place à un regard uniquement blanc et enragé, qui brillait de folie à l'instar de son sourire devenu carnassier.
"Je t'ai pourtant explicitement dit qu'il faut arrêté d'essay-", tenta de dire Exnihilo avant de se prendre une mandale qu'il n'avait pas prévu et qui l'enfonça dans le sol organique et visqueux qui tapissait toute la Terre Mère.

Je dois bien avouer que celle là, je ne l'avais pas venu venir. Je ne sais pas trop ce qui lui arrivé à ce moment là, il a eu un genre de monté de niveau ou quelque chose de ce style. Il a pas aimé que je marche "sur" sa Mother Mozzâ. Je ne savais pas vraiment ce qu'il voulait dire par là à se moment là, mais en tout cas, je peux confirmer que son coup de poing résonna plusieurs secondes dans mon casque, et je me souviens encore parfaitement de cette ignoble sensation d'être encastré dans ce terrain putride et avarié.

C'est comme une taupe qu'Exnihilo s'était retrouvé. Les pattes arrières dans le sol, la terre jusqu'au buste, il peinait presque à bouger les bras. Il était bien enfoncé dans le sol après s'être pris le violent coup du dénommé Mimoretto, qui vînt alors se présenter au dessus d'Exnihilo pour apposer son pied aux ongles crochus sur la tête casquée du Simili. Il avait inversé les rôles, et c'est maintenant le Botteur de l'Extrême qui pouvait se ressentir ridiculiser par son vil adversaire. Mais est-ce que c'était le cas ? Bien sûr que non. J'ai rapidement remis ce type à sa place, vous croyez quoi.
"Tu disais quoi exactement ? Que tu ne laisses personne marcher sur ta mère ? Et bien je vais devoir t'expliquer que sur moi non plus, personne ne pose le pied", rétorqua le Botteur de l'Extrême de sa voix calme et étouffée sous son casque. Il était parfaitement serein même si l'aspect du sol le dérangeait, parce qu'il savait qu'en un clin d'oeil il pouvait se mouvoir et remettre de l'ordre dans sa relation de force avec son adversaire. Et c'est ce qu'il fit, puisque le bas de son corps ne se trouvait plus encastré dans le terrain rougeâtre, mais derrière Mimoretto, comme si Exnihilo était coupé en deux. "C'est derrière que ça s'passe", dit il comme une nouvelle punchline, avant que le bas de son corps ne s'agite sous la maîtrise de son propriétaire pour exécuter un enchaînement de coup de pieds afin de mettre le démon à nouveau au tapis, avant que le corps d'Exnihilo ne refasse plus qu'un et ne termine l'action en écrasant la tête du personnage rouge à tignasse bleue d'un dernier coup de pied qui fit l'effet d'une presse au bout de créer une onde de choc tout autour du point d'impact.

Je n'aurais pas dû l'exploser à ce point là. Il aurait peut-être pu m'en dire plus sur cet endroit. Mais bon, j'imagine que je n'ai qu'à me diriger vers ce château.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Simili de Princesse de Coeur des Ténèbres
La Sucrerie des Ténèbres
MembreSimili de Princesse de Coeur des TénèbresLa Sucrerie des Ténèbres
avatar
Féminin

Date de naissance : 19/03/1996

Âge : 22
Date d'inscription : 16/02/2013

Nombre de messages : 481

Feat : orignal art by ilya kuvshinov
Invocation : Sans-coeur, Simili et sucreries
Feuille de personnage
Infos:
InfosValeurs
Nom"Candy"
PrénomPhoenix
Âge20~21
Monde d’origineBourgade de l'Aube
StatutTénèbres
RangPrincesse de Coeur des Ténèbres, liée aux Ténèbres
PouvoirsSucromancie, sucrokynésie et Ténèbres
Présentation

MessageSujet: Re: M O T H E R | Une histoire de mère(s)   Lun 24 Sep - 15:33

HRP je passe au code ""crimson" pour les paroles de Mozzâ, cela sera plus lisible que le noir+blur.

De mère à mère
____________________________________________________________________
J'avais vu juste. Je ne sais pas ce que cela signifie, mais ce n'est certainement rien de bon. Ayant retiré d'un geste soudain l'épais rideau pourpre qui la séparait de son interlocutrice qu'elle connaissait que trop bien, Phoenix confirma sa pensée et par la même occasion ses doutes; qui créèrent en elle ce qui aurait pu s'apparenter à de la peur si elle avait un cœur pour ressentir ce type d'émotion. C'est elle... j'en suis certaine. Il n'y avait en réalité rien qui pouvait confirmer les suppositions de la demoiselle face à elle, puisque ce qu'elle avait devant les yeux, c'était un bloc d'immondices organique dont la forme ignoble évoquant tantôt un cœur disloqué en pleine fibrillation, tantôt une morbide cervelle grouillante de parasites. Mais cette chose aussi infâme, repoussante et surtout inhumain ne pouvait qu'être l'oeuvre d'une seule personne aux yeux de la Simili.

"Tu es en piteux état. Comment est-ce que TU as fait pour en arriver là ?", demanda Phoenix qui tentait de se donner un air supérieur en prenant de haut son interlocutrice; même si elle se savait dans une sale situation maintenant qu'elle avait percé à jour l'identité de celle vers qui on l'avait emmenée. "Même avec cette sale tronche je suis capable de te reconnaître, la voix y joue pour beaucoup, mais l'odeur également", ajouta aussitôt la jeune femme. Malgré l'apparence sanguinolente de la chose se trouvant en face d'elle et l'odeur putride qui se dégageait de l'ensemble de l'endroit, la dite chose, cette masse de viande ignoble avait une odeur bien plus douce. Une odeur sucrée qui ne passa pas inaperçue au nez de Phoenix.

"Tu as bien changé toi aussi. Tu es un peu plus ronde et tu as surtout gagné en assurance", répondit comme elle le pouvait la drôle de créature informe, en faisant référence au ventre de Phoenix, mais surtout à un changement de caractère. Pour n'importe qui, Phoenix avait toujours eu une langue bien pendue avec un sacré sens de la répartie; mais pas pour cette chose. Celle-ci avait connu Phoenix avant qu'elle agisse comme cela, à vrai dire, elle l'avait connu avant qu'elle ne soit "Phoenix".
"Je ne suis pas aussi douée que toi pour la mise en scène et le mensonge, je n'ai pas réussi à me cacher de toi bien longtemps. Mais cela m'importe peu, tu es tombée entre "mes mains" si je peux me permettre", ajouta la chose, qui ne manquait pas non plus d'un certaine maîtrise des mots avec laquelle elle jouait adroitement.

"Dans ton piège ? Pff, je suis venue ici de mon plein gré, je peux m'en aller quand bon me semble !", tâcha de faire croire Phoenix maladroitement, elle qui avait déjà du mal à tenir debout à cause de la douleur que lui infligeait l'existence de son enfant. "Si je reste, c'est uniquement pour t'entendre papoter et me raconter tout ce qui a pu t'arriver depuis le bon vieux temps".

"Bien-sûr, bien-sûr, je n'en doute pas un mot !", rétorqua l'ennemie, "tu veux savoir ce qui m'est arrivée ? Tu devrais le savoir pourtant, tu devrais te rappeler de ce que tu as fait à mon cœur, toi et ton protecteur...", qu'elle fit savoir dans un ton méprisant, représentant ainsi bien toute l'animosité que pouvait avoir cette masse de viande putride envers la Sucrerie des Ténèbres; tout en faisant mention d'un "protecteur".

Elle parle de Vanitas ? Oh, d'accord, je me souviens, pensa Phoenix qui se remémora quelque chose qui lui semblait si lointain et qui, en réalité, ne l'était pas complètement. Elle avait réellement oublié ces événements, elle ne s'en souciait plus, et ne pensait jamais retomber face à celle qu'elle pensait avoir définitivement éliminer il y a de cela plusieurs années. Phoenix et Vanitas, alors qu'ils venaient de se rencontrer et d'officialiser le lien qui les unissait en tant que Gardien et Princesse des Ténèbres; tombèrent nez à nez avec un Sans-coeur que le héros obscure parvînt à vaincre. Elle pensait à ce moment là s'être totalement débarrassée du danger qu'avait été pour elle sa tutrice d'antan, celle qui l'avait élevé, celle qui avait fait d'elle une sorcière, mais surtout celle qui avait essayé de lui voler les pouvoirs de son cœur; au point de faire d'Ophine la Simili qu'elle était à ce moment là.

"Lorsque vous avez détruit le Sans-cœur qu'était devenu les Ténèbres de mon cœur, celui-ci fût libérer et resta un temps prisonnier au sein de Kingdom Hearts. Lorsque celui-ci fût à son tour détruit, mon cœur fût pleinement libre... mais il se retrouva affaibli par tout cela, et sans corps à rejoindre, il avait définitivement être happé par les Ténèbres...", expliqua la chose qui grouillait de vie et d'excitation, aussi morte et insensible semblait-elle être.
"Mon vieux corps n'a pas été capable de donner naissance à un Simili qui m'aurait permis de renaître comme je l'était avant de me faire dévorer par ton Sans-cœur, alors j'ai dû trouver un moyen de survivre... ce moyen, c'est ce monde, avec lequel mon cœur a fusionné au point de le transformer en un corps, prêt à attendre ta venue".

Cette chose, et cette planète morbide et rougeâtre, était en réalité la mère de Phoenix. Ou plutôt la tutrice adoptive de la jeune enfant qui se fut appeler Ophine. Elle avait fait de tout cet endroit son nouveau réceptacle, en attendant d'en avoir un bien plus apte à contenir toutes ses ambitions.

"Qu'est-ce que tu veux ? Tu souhaites t'amuser à tenter de me prendre mon cœur, ou mon corps ? Pas de bol, je n'ai plus de cœur, et ceux qui ont essayé de s'attaquer à mon corps on vite été expulsé de lui"
, avoua Phoenix avec une certaine fierté, pour faire croire qu'elle ne craignait pas le moindre du monde les désirs de son horrible ancien modèle.

"Petite sotte. Ce n'est pas ton corps de Simili usé jusqu'à la moelle que je souhaite obtenir, mais ce qui se trouve à l'intérieur", répondit "Mother Mozzâ" en ordonnant à ses sbires présents — ces êtres démoniaques rougeoyants qui étaient en réalité ses propres enfants — d'encercler la Sucrerie des Ténèbres pour qu'elle ne soit pas capable de s'en aller, tant bien même qu'elle était à peine capable de se mouvoir ou d'utiliser ses pouvoirs avec la douleur que lui faisait ressentir son ventre.

"C-c-ce qui s'trouve à l'intérieur ? J'dois te rappeler qu'un Simili n'a pas de coeur ?! M-m-mon corps est vide !", demanda Phoenix difficilement avec ce qui ressemblait à de l'angoisse; en craignant d'avoir compris ce dont Mozzâ parlait.

Elle veut... ce qu'il y a à l'intérieur de moi ?!




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: M O T H E R | Une histoire de mère(s)   

Revenir en haut Aller en bas
 
M O T H E R | Une histoire de mère(s)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La fausse histoire d'un vrai menteur.
» [Kamy]L'histoire d'un Crâ...
» Le Foot en LR une longue histoire : aujourd hui l AS BEZIERS
» [RP] Histoire d'un joyeux brigand
» L''histoire de la baguette Rhon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kingdom Hearts RPG :: Règles et Présentations :: Fiches :: Story-
Sauter vers: