Kingdom Hearts RPG


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La légende du chat-pirate (Libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fonda
Allié du Crépuscule
Stray Cat
FondaAllié du CrépusculeStray Cat
avatar
Féminin

Date de naissance : 10/04/1990

Âge : 28
Date d'inscription : 18/02/2014

Nombre de messages : 401


MessageSujet: La légende du chat-pirate (Libre)   Jeu 12 Juil - 0:50

Peu de temps après les aventures menées avec la reine de son coeur et compagnie, il ce fit retrouver par des hommes de main de madame Kagiri, qui lui tendirent un traquenard et qui le ramenèrent dans le sombre monde oÛ il avait grandit. Pour le punir d'avoir fugué, elle le battit si fort qu'il faillit en mourir, ne pouvant pas ce défendre dans la position délicate dans laquelle il était et ses pouvoirs ne voulaient pas ce manifester à cause de la haine et de la peur qui l'habitaient en même temps. Son petit-frère jouant à présent un double-jeu depuis qu'il l'avait aidé, tenta de faire le maximum pour lui venir en aide sans ce faire griller, ce qui ne suffisait pas. Alors qu'elle recommençait à le maltraiter et à faire de lui son punching-ball préféré, il ne le supporta plus et dans un effort désespéré, il réussi à contrôler ses pouvoirs un faible instant.

"Prend soin de toi Kaitô"

- Non ! Tu restes ici ! TARÔ REVIENT !!!"

Disant ces mots dans un murmure, Tarô souriait tandis qu'un halo lumineux commença à entourer son corps. Un sourire ce dessina sur son visage alors que la femme s'énervait et que sa nouvelle chaîne ce craqua lorsque ses pouvoirs l'emportèrent dans un autre monde. En entendant madame Kagiri s'énerver, Kaitô dû ce retenir de rire, content que son frère ne reçoive plus les mauvais traitements physiques qu'il n'avait jamais reçus.

- Ne vous en faites pas, il finira bien par revenir un jour...

Dit le jeune neko en ce frottant contre la femme à la manière d'un chat, tout en lâchant un léger ronronnement. Enervée d'avoir perdu à nouveau son esclave rebelle, la femme ne ce maîtrisa pas et repoussa Kaitô en lui donnant une claque. En réalisant ce qu'elle venait de faire, elle s'excusa, le couvrant de câlins comme l'aurait fait une mère envers son fils, ce qui le fit sourire. Si seulement elle savait tout ce qu'il faisait en douce, elle ne le voudrait plus en tant que fils, ni en tant que serviteur. Pendant ce temps, après avoir été évanouit durant un long moment, Tarô, très faible et étant couvert de sang, ouvrit un oeil, réveillé par l'odeur de vieille friture. Ouvrant l'autre oeil, un peu plsu difficilement à cause des coups, il pu ce rendre compte, en bougeant un peu sa tête, qu'il ce trouvait à Port Royal, un lieu qui ne lui était pas inconnu.

*Décidément, j'ai pas de chances, j'ai pas choisis le meilleur monde pour mourir*

Songea le félin, avant de prendre appuis sur une caisse, ce relevant avec autant de lenteurs qu'un vieux matou. Ce mettant alors à observer les gens qui allaient et venaient, ses oreilles ce mirent à s'agiter, tout comme sa queue, tandis que son ventre ce mit à ce manifester un peu. Soupirant, il ce mit à ce demander comment il allait faire pour voler dans un tel état, il fallait qu'il trouve une bonne âme qui veuille bien lui donner un coup de patte s'il voulait pouvoir s'en sortir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Gardien du Crépuscule de l'Explosion
Le Neko Malchanceux
MembreGardien du Crépuscule de l'ExplosionLe Neko Malchanceux
avatar
Féminin

Date de naissance : 18/07/2000

Âge : 18
Date d'inscription : 08/03/2015

Nombre de messages : 274

Feat : Chat Noir - Miraculous
Invocation : Saido - Grand frère de Kuro
Feuille de personnage
Infos:
InfosValeurs
NomFuun
PrénomKuro
Âge17 ans
Monde d’origineSeibutsu
StatutCrépuscule
RangGardien du Crépuscule de l'Explosion
PouvoirsExplosion
Présentation

MessageSujet: Re: La légende du chat-pirate (Libre)   Mar 17 Juil - 22:44

Kuro se baladait dans les jardins du château du Jardin Radieux. Il était en train d'admirer les fleurs qui l'entouraient, admiratif. Soudain, l'une d'entre elles l'attira plus particulièrement. Elle portait des couleurs semblables à Ava. Le Neko s'accroupit pour observer la plante de près sans pour autant l'abîmer dans un geste maladroit en voulant la toucher. Cela arracha un petit sourire rêveur au Gardien de l'Explosion. Cela faisait depuis peu que la première Prophète de Vulpes et lui-même formaient un couple. Dans le fond, il ne s'en rendait pas si compte que cela. En effet, c'était encore dur pour lui d'assimiler le fait que quelqu'un était tombé amoureux de lui et ce quelqu'un était une personne merveilleuse pleine de talents.

- Hey, petit frère ! Qu'est-ce que tu fais tout seul ? C'est pas cool de m'avoir laissé en plan !

Kuro redressa la tête vers Saido qui paraissait bouder. Cela amusa intérieurement le blondin. Il avait beau avoir la trentaine, le petit chat noir avait une personnalité de râleur, faisant presque penser à un enfant capricieux. Sans doute rattrapait-il ses années perdues pendant le génocide des Nekos de Seibutsu ?

- Désolé, grand frère ! Je ne voulais pas te déranger pendant que tu te goinfrais, et comme j'avais envie de faire un tour dehors, je ne t'ai pas attendu.

L'adolescent afficha un si beau sourire que le plus âgé des Fuun ne put que craquer et lâcha un soupire, comme s'il sortait le drapeau blanc afin de montrer son abandon. Saido savait que son frère, par son innocence, était imbattable lorsqu'ils se chamaillaient tous les deux. Sans doute laissait-il tomber car il souhaitait donner de la confiance à son cadet ? Peut-être. Kuro avait tant à apprendre encore. En pensant à cela, le petit chat tapa dans ses deux pattes, attirant alors le regard émeraude de son frangin.

- Bien ! Puisque tu n'as rien à faire, et si on allait explorer un Monde ?

Il afficha un sourire. Le Gardien de l'Explosion cligna des yeux avant de baisser la tête, paraissant réfléchir, ce qui surprenait son aîné. Le blondin pensait à Ava. Il avait envie de profiter de sa présence et de faire des sorties avec elle, d'apprendre d'avantages sur elle, connaître ce qu'elle aime, lui offrir des cadeaux... Néanmoins, de l'autre côté, il comprenait les intentions de Saido. Il eut alors un sourire déterminé, ayant fait sa décision :

- D'accord ! Allons explorer l'inconnu !

Il ouvrit un Portail et s'y engouffra sans réfléchir. Pourtant, une chose qu'il ignorait, c'était qu'il ne se dirigeait pas vers l'inconnu. En effet, son inconscient le guida jusqu'à Port Royal. Il avait pu y faire une visite rapide auparavant mais elle fut écourté malheureusement. Il aurait sans doute la chance de retrouver l'équipage du bateau noir... Le Black Pearl, se souvenait-il.

Kuro sortit de son passage crépusculaire, encore une fois et non sans étonnement, en catastrophe. Si son Portail s'était ouvert pour une fois au niveau du sol, cela n'empêcha pas que Kuro glissa sur un poisson mort qui traînait par terre et se vautra dans les poubelles d'une ruelle. Il râla sur le coup, ayant un mauvais souvenir en tête. Il sortit des ordures et se dirigea dans une allée principale. Saido ne cessait de se moquer encore. Le Neko blond répliqua alors :

- Hey ! C'est pas de ma faute si je suis maladroit !

Il n'allait pas lâcher un autre mot qui aurait eu plus sa place dans cette situation : "malchance". C'était un mot interdit dans le vocabulaire des Fuun, ce qui était ironique quand on y réfléchissait. Kuro se pressa par la suite de retirer les déchets et renifla l'air. L'odeur ne s'était pas imprégné sur lui. Il avait échappé au pire en atterrissant seulement sur les bords des poubelles accumulées.

- Tiens ? Tu nous as ramenés dans ce Monde ? T'avais envie de le revoir ?
- Hum... peut-être... Hey, après tout, il y a pleins de choses à faire ici !


Suite à ces paroles, un grand sourire se dressa sur le visage de Kuro, tandis qu'il se mit à courir. Cette bonne ambiance sombre, cet aspect de bandits aux alentours, la soif de quêtes de trésors, les escroqueries, les trahisons... un Monde bien trop dangereux pour un gars aussi naïf que le Gardien de l'Explosion. Et pourtant, celui-ci ne pouvait s'empêcher d'aimer ce lieu pour le simple fait qu'il ressentait le désir de s'aventurer, de voguer sur les mers et découvrir des nouveaux horizons.

Alors qu'il se dirigeait joyeusement vers le port, suivit de près et difficilement par Saido qui avait du mal à calmer l'euphorie de son cadet, les deux Fuun virent ce qui semblait être un Neko en détresse. Ni une, ni deux, ils se précipitèrent vers lui. Kuro s'autorisa à prendre, sans gêne, le bras de l'inconnu pour le poser sur ses propres épaules afin que l'intéressé puisse y prendre appui.

- Monsieur ! On vous a attaqué ?! Qui sont vos assaillants ? J'peux m'en occuper pour vous, monsieur ! Vous connaissez un endroit où vous pouvez vous reposer ? Je peux vous y amener !

Kuro agressait le blessé de questions ce que fit justement remarquer Saido, craignant que le Neko ne perde conscience, assommé par cet interrogatoire improvisé.

- Kuro ! Laisse-le respirer ! Amène-le à un droit où il puisse au moins se poser le temps de reprendre quelques forces.
- Ouais, tu as raison. Monsieur, faîtes-moi confiance. On ne vous veut pas de mal, mon frère et moi. Vous pouvez respirer tranquillement.


Saido se demanda si son cadet paraissait vraiment convainquant avec le masque qu'il portait, montrant un désir de cacher son identité - ce qui était vrai mais pour un public ciblé - en plus de ses faux attributs de Neko utilisés pour remplacer ceux qui avaient disparu à cause des expériences scientifiques subies. Kuro mena le pauvre bougre jusqu'à un banc et le fit assoir dessus. Il regarda par la suite dans les alentours.

- Vous avez sans doute faim, non ? Enfin même si c'est non, apparemment, la nourriture aide à mieux guérir ! Je vais vous en chercher ! Saido-
- Je reste avec lui, t'inquiète !


Le Gardien de l'Explosion leva son pouce en signe de reconnaissance et fonça dans le cœur de la ville. Le petit chat noir, demeuré auprès du Neko, patientait le retour de son frère, observant si l'autre ne tomberait pas dans les vapes. Rapidement, Kuro revint avec diverses provisions provenant de différents stands. Heureusement qu'il avait des munnies grâce à Meiko qui ne désirait plus qu'il s'engage dans le vol comme il avait fait ces quatre dernières années après s'être enfui du labo de son Monde natal. Il présenta doucement le sac au blessé :

- Voici pour vous, monsieur. Prenez tout ce qu'il vous faut !

En attendant, il sortit une trousse de soin qu'il avait pu acheter au passage. Néanmoins, en ouvrant la petite malle, il se sentit perdu face à tous ces produits de soin. Il regarda son grand frère qui décida de s'en charger.

Le chat noir prit le désinfectant, arracha du coton pour en faire des boules et demanda à son cadet d'appliquer le liquide dessus et de taponner gentiment sur les plaies de l'inconnu. Kuro s'exécuta tandis que Saido préparait des bandages. Au bout de quelques petites minutes, les Fuun finirent leur ouvrage.

- Et voilà ! J'espère que ça va aller pour vous, monsieur !

_________________


Ava & Kuro ♥:
 

Kuro's Theme:
 

Love's theme (AvaKuro)~:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fonda
Allié du Crépuscule
Stray Cat
FondaAllié du CrépusculeStray Cat
avatar
Féminin

Date de naissance : 10/04/1990

Âge : 28
Date d'inscription : 18/02/2014

Nombre de messages : 401


MessageSujet: Re: La légende du chat-pirate (Libre)   Mer 18 Juil - 21:56

Alors qu'il scrutait l'horizon en soupirant, ce demandant comment il allait faire pour survivre dans ce monde, surtout sans ses pouvoirs, qu'il n'arrivait pas à utiliser à cause du peu de force qu'il avait, il senti soudainement quelqu'un l'empoigner, ce qui fait qu'il sursauta, car il ne s'y attendait pas. Paniquant et ce débattant, Tarô fini par ce calmer en voyant enfin le visage de celui qui l'avait mit sur son épaule. C'était un neko, ce qui le surprit, car il ne pensait pas en croiser à nouveau à Port Royal. N'osant donc plsu bouger, car il n'en avait pas la force, il ce mit à maudire intérieurement madame Kagiri, avant de ce faire ensevelir de questions.

"Euh..."

C'est tout ce qu'il réussi à répondre, tout en sentant sa tête qui commençait à tourner. Lorsqu'il pu souffler, il soupira de soulagement, car il avait bien cru que toutes ces questions allaient finir par lui faire perdre connaissance. Après s'être fait remettre à l'ordre, il pu entendre le blondinet lui demander de lui faire confiance, car il allait l'emmener dans un endroit sûr, ce qui laissa un air dubitatif au blessé.


"Euh... D'accord..."

Ne semblant pas être très convaincu, il le laisa tout de même l'aider. Arrivés vers un banc, il pu s'y asseoir. Le jeunet, un peu foufou, lui demanda s'il avait faim, une question à laquelle son ventre répondit à sa place en ce manifestant. C'était sûr que son ancienne maîtresse ne l'avait pas vraiment nourrit et avait passé son temps à le tabasser, dans l'espoir qu'il obéisse, ce qu'il ne comprenait aps pourquoi elel s'acharnait autant, car si elle n'avait pas réussi une fois, pourquoi renter le coup ? Heureusement que Kaitôt lui filait des fois des trucs en douce, sinon il ne sait pas comment il aurait survécu s'il serait resté plus longtemps à ses côtés. N'ayant donc pas le temps de lui répondre, il fût contraint de rester avec le chat noir.

"Il est tout le temps comme ça ?"

Demanda Tarô d'une voix toujours un peu faible à Saido. Peu de temps après, Kuro revient avec un sac chargé de nourriture, ce qui fit écarquillé les yeux du neko, qui ne s'attendait pas à ce qu'il en prenne autant. Ce dernier lui dit alors qu'il pouvait manger ce qu'il voulait, ce qui le mit un peu mal à l'aise.

"Merci jeune neko, mais tu as dû te ruiner, il ne fallait pas... Dès que je le pourrais, je te rembourserais"

Il disait ces mots en étant très touché par ce que venait de faire le jeune inconnu, ce qui fait qu'il faillit ne pas réussir à manger, à cause de l'émotion, mais la faim était plus grande que la raison, alors il prit un sandwich au poulet et commença à le manger avec grand appétit. Quand il eût terminé, il pu voir que ses nouveaux amis voulaient le soigner, ce qui le gêna à nouveau.

"Merci, c'est gentil, mais je peux le faire..."

N'ayant pas très envie qu'ils voient ses cicatrices, les anciennes comme les récentes, il essaya de détourner le problème, toutefois, cela n'eût aucun effets, ce qui le fit soupirer, l'air un peu agacé. Au final, lorsqu'il fût entièrement soigné, il eût l'air content, même s'il était recouvert de bandages et de pansements. Le jeune neko lui demanda alors si ça allait aller pour lui, ce qui fait qu'il hocha la tête en signe d'approbation.


"Oui, merci beaucoup. En tout cas, tu es un bon gars, comment tu t'appelles ? Moi je m'appelle Tarô et pour répondre à ta question de tout à l'heure, mon assaillant ne ce trouve pas ici"

Il lui dit ces mots avec un large sourire, avant de prendre une brochette boeuf-fromage, ce qui fait qu'il fit une pause. Lorsqu'il eût terminé sa brochette, il ce mit à faire tourner le petit bâton entre son pouche et son index droit, avant de répondre, pensant qu'avec ce qu'ils avaient fait pour lui, il étaient en droit de le savoir, surtout qu'ils étaient de la même race, donc il n'avait rien à leur cacher.


"J'étais l'esclave d'une horrible femme et j'avais réussi à débuter une vie plutôt sympathique, mais mes vieux démons sont revenus à la surface et ses hommes de mains m'ont tendu un piège alors que je ne m'y attendais pas du tout et de ce fait, le cauchemar à recommencé. J'ai à nouveau réussi à m'enfuir, mais à quel prix ? Heureusement que vous étiez là, vous êtes mon once de chance durant cette journée pourrie, parce qu'en me pensant sauvé, voilà que le peu de pouvoirs qui me restait m'a emmené dans ce monde où les pirates ne m'aiment pas, car je suis déjà venu ici, alors si vous ne voulez pas avoir trop de problèmes, évitez de dire que vous me connaissez, ça m'ennuierais beaucoup que vous en ayez, surtout qu'à présent, j'ai une dette envers vous"

Faisant des petites pauses pour respirer, le neko fini par sourire à nouveau, content d'avoir pu dire ce qu'il pensait et aussi content d'avoir rencontré des gens comme lui. La dernière fois qu'il y était allé, il avait rencontré Elysia, une neko tout à fait charmante, avec qui il avait vécu ddes aventures mouvementées, mais amusantes. Est-ce qu'avec eux il en vivra aussi ? Il l'espérait bien, car ce jeune nkeo prêt à aider son prochain, semblait être un compagnon de choix pour explorer ce monde et ses alentours.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Gardien du Crépuscule de l'Explosion
Le Neko Malchanceux
MembreGardien du Crépuscule de l'ExplosionLe Neko Malchanceux
avatar
Féminin

Date de naissance : 18/07/2000

Âge : 18
Date d'inscription : 08/03/2015

Nombre de messages : 274

Feat : Chat Noir - Miraculous
Invocation : Saido - Grand frère de Kuro
Feuille de personnage
Infos:
InfosValeurs
NomFuun
PrénomKuro
Âge17 ans
Monde d’origineSeibutsu
StatutCrépuscule
RangGardien du Crépuscule de l'Explosion
PouvoirsExplosion
Présentation

MessageSujet: Re: La légende du chat-pirate (Libre)   Ven 20 Juil - 19:33

Saido eut un mouvement de haussement d'épaules léger à la question du blessé sur le comportement de son petit frère. Il savait que Kuro était du genre très volontaire et dynamique, n'écoutant que les raisons de son cœur, se laissant pousser par son impulsivité - ce qui pouvait le guider à certaines catastrophes mais sa maîtrise de l'Explosion lui permettait de s'en sortir. En tout cas, le petit chat noir se disait que l'inconnu serait sans doute reconnaissant de leur aide. Sans doute que sans eux, il aurait été dans une sacrée affaire et qu'il aurait eu du mal à trouver un cœur aussi généreux que celui de Kuro dans un Monde où l'égoïsme règne avant toute chose. Des bonnes âmes charitables dans un univers de pirates ? Trop rares. Saido se demanda alors si Kuro n'avait pas entendu l'appel de détresse du blessé malgré lui. Après tout, il avait obtenu la télépathie "grâce" aux expériences subites, ce qui lui coûta en échange la perte de ses attributs de Neko à son plus grand malheur.

Malgré la gêne de l'inconnu, celui-ci fut très reconnaissant de la grande aide que les Fuun lui apportèrent. Tandis qu'il profitait des différents plats apportés par le Neko blond, il se présenta. Tarô. En entendant ce nom, les deux frères échangèrent un regard. Ils leur semblaient l'avoir déjà entendu quelque part, néanmoins, impossible de mettre le doigt dessus.

- Je m'appelle Kuro Fuun, monsieur Tarô ! Et voici mon grand frère, Saido ! Et sinon, pour la nourriture, ne vous en faîtes pas. Je n'ai pas besoin d'être remboursé. C'est une amie qui me l'a donné pour que j'arrête de voler.

Répondit le blondin lorsque Tarô leur demanda leur nom. Ce dernier se confia soudainement. Kuro eut un frisson en entendant le mot "esclave". Il avait appris que les Nekos de Seibutsu n'étaient pas les seuls à avoir souffert, néanmoins, cela lui faisait toujours mal d'apprendre que des personnes de son espèce vivaient de terribles sorts.

- Les pirates ne vous aiment pas, monsieur Tarô ? Mon frère et moi sommes... appréciés, j'imagine ? On a été engagé dans un équipage dans un bateau appelé le Black Pearl ! C'est le capitaine Sparrow qui a voulu de nous !

Il s'enthousiasma un peu en parlant des pirates, ravi de ses souvenirs mais finit par se calmer en pensant au fait que Tarô n'était pas en bon terme avec ces derniers. Saido, de son côté, bloquait encore sur son nom. Il ne cessait de le répéter dans sa tête, comme dans une tentative de se rappeler qui avait pu en parler. Kuro repensa, quant à lui, à l'histoire du Neko. Tarô avait parlé d'une "vie plutôt sympathique". Peut-être qu'il pourrait l'aider à la retrouver et à se protéger des gens qui lui voulaient du mal ?

- Monsieur Tarô, je peux vous aider à retrouver votre belle vie ! D'ailleurs, je connais un Monde magnifique où tout le monde est accepté. Avez-vous entendu parler de Nomugo ?

Kuro avait pu rendre une petite visite auprès de Meiko et Ava ainsi que son frère - évidemment. Lui, résidait dans le Jardin Radieux depuis deux ans car c'était là qu'il était atterrit après avoir échappé à son Monde natal, néanmoins, il s'était rendu une fois dans le Royaume de l'Harmonie, ayant eu l'occasion de rencontrer les princesses Himeji. Il avait trouvé que c'était une terre parfaite pour tout genre d'espèce qui cherchait un foyer ainsi qu'une justice et aucun danger. Le Gardien de l'Explosion ignorait que Tarô y avait déjà posé sa patte à plusieurs reprises. Il lui aurait suffi d'utiliser son talent de télépathie mais Kuro l'usait plus pour entendre ce que les autres disaient - ayant perdu ses oreilles.

- Tiens donc ? Qu'avons-nous là ?
- Sans doute des bêtes de foire, mon capitaine !
- Haha ! Crois-tu qu'ils pourraient être utiles pour des tâches ménagères ?
- Ah ça, mon capitaine, j'ai le bon œil pour dénicher d'excellents mousses !
- Parfait ! Allons les accoster dans ce cas !


Kuro entendit au loin la discussion de deux pirates. Il tourna sa tête et remarqua qu'on se rapprochait d'eux. Un capitaine et ce qui semblait être son second - à moins qu'on dise seconde ? Le Gardien de l'Explosion se fit méfiant. Il craignait que ces deux-là discutaient à propos de lui et Tarô, n'ayant sans doute pas remarquer Saido par le fait qu'il était noir - étant dans une ambiance plutôt sombre - et petit.

L'homme s'approcha et s'arrêta avant de s'incliner devant les Nekos, retirant son chapeau imposant en s'inclinant poliment. [Image]

- Mes hommages, vaillants camarades.

La jeune femme, derrière, se tenait droite, près de son capitaine, affichant un fier sourire, les poings posés sur les hanches. [Image]
L'homme se redressa puis sembla avoir le souffle coupé en regardant Tarô. Il se tourna vers sa seconde et lui marmonna, l'air mécontent :

- Petite sotte ! Tu aurais pu me dire qu'il s'agissait de Furem ?!
- P-pardonnez-moi, capitaine ! De qui parlez-vous ?
- Furem, le chat-pirate ! Un grand matou, puissant, il possédait un bateau incroyable. Un vrai bijou. Si Furem récupère son bateau, la mer devient prolifique. Trésors en abondance se dévoilent. Furem possède un don exceptionnel pour dénicher les îles parfaites. Ces îles portent de la richesse. Elles n'apparaissent que si Furem est sur son bateau. Ce bateau est appelé Opes Aeternam. Quiconque parvint à le récupérer devient capitaine de l'équipage de Furem. De vrais combattants. Ils savent se défendre.


Kuro et Saido se regardèrent l'un l'autre. Aucun des deux ne comprenait ce qu'il était en train de se produire. Le capitaine se tourna à nouveau vers Tarô, l'air finalement plus ravi d'avoir fait la rencontre du Neko.

- Mon ami ! Vous me paraissez dans une position délicate. J'ai ouï que vous n'avez pas bonne entente avec les pirates ? Ils sont jaloux. Moi, je vous admire. Voulez-vous bien embarquer son mon navire, le splendide Blanda Joya ! Vous n'y craindriez plus rien, je peux vous l'assurer !

Kuro chuchota à son frère la discussion précédente des deux pirates, ce qui laissa Saido perplexe. Quelles étaient les intentions de ce duo ? D'autant plus qu'il semblerait que le capitaine prenait Tarô pour un chat légendaire. Quoiqu'il en soit, les deux Fuun n'osaient répondre car cela ne les concernait plus.

[Je me suis inspirée du titre que tu as donné au RP XD Si ça te dérange, signale-le-moi =3 ]

_________________


Ava & Kuro ♥:
 

Kuro's Theme:
 

Love's theme (AvaKuro)~:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fonda
Allié du Crépuscule
Stray Cat
FondaAllié du CrépusculeStray Cat
avatar
Féminin

Date de naissance : 10/04/1990

Âge : 28
Date d'inscription : 18/02/2014

Nombre de messages : 401


MessageSujet: Re: La légende du chat-pirate (Libre)   Lun 23 Juil - 1:06

HS : Non, ça me dérange pas, car j'avais pensé qu'il leur arriverait une aventure mouvementée et j'aime beaucoup la façon dont tu as amené ces deux personnages et cette suite, c'est trop cool ! Very Happy

Tarô pu donc savoir comment ils ce nommaient, mais n'ayant encore jamais entendu parlé d'eux, il ne pouvait pas ce faire d'a prioprioris sur leur identité. Tout ce qu'il savait d'eux, c'était qu'ils étaient sympa et cela lui suffisait amplement. Kuro lui expliqua que cet argent venait d'une amie, qu'elle le lui avait donné pour qu'il ne vole plus, ce qui fit sourire Tarô. Ce problème de chapardage pour arriver à survivre, il le connaissait tout aussi bien que lui, car il avait utilisé ce système à de nombreuses reprises, jusqu'à ce qu'il s'assagisse en étant aux côtés de Chiery, ne voulant pas lui faire honte, mais s'il n'avait pas été blessé, en ce moment même, il serait sûrement en train de voler.

"Ravi de faire votre rencontre ! En tout cas, elle fait bien de te donner de l'argent, ça a l'air d'être quelqu'un de bien"

Tarô semblait être très sûr de ce qu'il disait, car pour lui, quelqu'un qui aide un jeune à s'en sortir, quelque soit sa race, ne pouvait être qu'une personne admirable qui valait la peine d'être connue. Il lui dit ensuite, avec l'innocence de sa jeunesse, qu'il avait été engagé, avec son frère, sur un bateau pirate, ce qui fit à nouveau sourire Tarô. Ce jeune blond était trop mignon ! Il avait de la chance de pouvoir encore s'enthousasmer de tout comme il le faisait, qu'il reste comme il était, c'était tout ce qu'il pouvait lui souhaiter.

"Et du coup, vous avez quoi comme rôle dans cet équipage ?"

Même s'il n'avait pas de bons rapports avec les pirates, cela ne l'empêchait pas de poser des questions, surtout en le voyant si heureux d'être à bord d'un navire. C'est ensuite qu'il lui demanda s'il connaissait Nomugo, car il semblait vouloir le mettre en lieu sûr, ce qui le fit alors rire. Lorsqu'il ce ressaisit, il afficha un énorme sourire.

"Bien sûr ! J'adore ce monde ! Je suis même fiancé à Chiery, leur princesse ! Enfin, sa mère ne le voit pas d'un bon oeil, mais ce n'est pas ça qui nous empêchera de nous marier lorsqu'on le pourra enfin !"

Cela ce voyait à son regard pétillant qu'il aimait vraiment Nomugo et la princesse. Bien sûr, sa mère n'aimait pas cette union, car il était un ancien esclave et aussi parce qu'elle l'avait promit à un autre, mais qu'importe, ces détails ce réglaient petit à petit et puis, quoi que Reimu dise, ils finiront bien par ce marier un jour ! C'est peu de temps après avoir parlé de ce qu'il pensait du monde des jumelles qu'un homme et une femme vinrent à leur rencontre. Semblant un peu méfiant, il pu voir l'homme s'incliner devant eux. N'ayant rien le temps de répondre, il pu suivre en direct, une annonce le concernant, ce qui le gêna.

"Désolé, je ne m'appelle pas ainsi, je m'appelle Tarô ! Vous devez sûrement faire erreur sur la personne, même si votre récit me plait beaucoup héhé"

Riant un peu en étant encore plus gêné, et aussi un peu nerveux, il pu ce rendre compte que le duo faisait un déni de sa véritable identité, en tout cas, le capitaine. Ce dernier lui demanda alors de faire partie de son équipage, car il n'avait rien contre lui, lui disant que les autres étaient jaloux et qu'en étant à ses côtés, il n'aurait pas de problèmes avec les autres, ce qui le laissa perplexe. Réfléchissant à toute cette histoire, il fini par hocher négativement la tête.

"Si je suis ce chat-pirate de légendes, pourquoi m'embêterais-je à monter sur le navire d'un inconnu alors que mon bateau n'est sûrement pas loin ? Si je suis si puissant, pourquoi je me retrouve avec tant de blessures ? Je suis sensé battre tous mes adversaires sans aucunes difficultés et sans égratignures, n'est-ce pas ? Comment pourrais-je savoir si vous êtes honnête ou non ? Mes trésors, les îles découvertes, je préfère les garder pour ma famille, mes amis et des gens de confiances qui pourraient en avoir besoinJe pourrais tout léguer à mon compagnon de route qui m'a tiré d'une bien mauvaise infortune. Alors toujours convaincus ? Oh une dernière chose, sachez que s'il s'agit d'une entourloupe, maintenant que je vais un peu mieux, je peux faire ça..."

Ayant beaucoup de choses à dire, il était en train de les faire douter, mais en même temps, de ce faire passer pour celui qu'il n'était pas. Restant ainsi très sérieux, il fini son annalyse par ne belle conclusion. Mettant sa patte doite devant lui, il mit ses doigts en direction du ciel, avant de faire grandir ses griffes, ce qui aurait sûrement de quoi impressionner les deux individus. Bougeant sa main de gauche à droite, il fini par réduire la taille de ses griffes, les mettant à leur taille initiale, puis il scruta le duo aveec un léger sourire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Gardien du Crépuscule de l'Explosion
Le Neko Malchanceux
MembreGardien du Crépuscule de l'ExplosionLe Neko Malchanceux
avatar
Féminin

Date de naissance : 18/07/2000

Âge : 18
Date d'inscription : 08/03/2015

Nombre de messages : 274

Feat : Chat Noir - Miraculous
Invocation : Saido - Grand frère de Kuro
Feuille de personnage
Infos:
InfosValeurs
NomFuun
PrénomKuro
Âge17 ans
Monde d’origineSeibutsu
StatutCrépuscule
RangGardien du Crépuscule de l'Explosion
PouvoirsExplosion
Présentation

MessageSujet: Re: La légende du chat-pirate (Libre)   Lun 23 Juil - 23:19

[Okay, c'est cool alors ! =3 ]

Le Gardien de l'Explosion n'avait pu s'empêcher de hocher vivement de la tête à la remarque de Tarô par rapport à cette généreuse personne qui lui avait passé de l'argent. Meiko était vraiment quelqu'un de très protectrice envers le Neko blond. Pourtant, c'était censé être lui son protecteur et non l'inverse. Néanmoins, il restait un enfant, là où, elle avait la connaissance, l'expérience et la sagesse. Elle pouvait guider Kuro. D'autant plus qu'elle était assistée d'Ava, Saido ainsi que Braig. Le jeune garçon voyait en ces quatre-là des mentors, faisant partie de la nouvelle famille qu'il fondait, qui pourraient le guider vers la voie de l'apprentissage. Quand Tarô interrogea par la suite les Fuun pour savoir quel poste ils tenaient lorsqu'ils étaient sur l'équipage, Kuro demeura un moment silencieux. Il ne connaissait aucun vocabulaire concernant la piraterie. Il cligna des yeux avant d'avouer dans un léger rire, se moquant de lui-même de la réduction de la moindre culture 'Je ne sais pas.' Aussi, il avait été membre du Black Pearl pendant un moment éphémère ; ce ne fut donc pas assez long pour qu'il puisse apprendre de nouvelles choses. Il s'était plus amusé à trouver le trésor convoité par Jack qu'autre chose.

Quoiqu'il en soit, lorsque Tarô leur avoua qu'il connaissait , en effet, Nomugo et qu'il était même fiancé à l'une des princesses, Saido eut un déclic. Cela lui semblait évident à présent. C'était la petite Chiery qui avait parlé de Tarô. Ils s'étaient donc promis l'un l'autre ? Mais il semblerait que les événements n'étaient pas du côté des deux tourtereaux. Le petit chat noir lâcha un léger soupire. Il cessa de penser à tout cela lorsque les deux pirates intervinrent et que Tarô dût se justifier tant bien que mal en signalant qu'il y avait là erreur sur la personne. Saido se posait des questions sur cette légende de Furem et se demandait surtout en quoi Tarô répondait à ces critères pour être ainsi appelé. D'autant plus que le grand frère des Fuun trouvait cel étrange qu'il y ait une légende sur un matou dans un monde tel que la piraterie. Il avait presque envie d'en savoir plus sur les origines de cette légende, néanmoins, il ne se doutait pas que ce n'était pas le moment pour donner à boire à sa soif de connaissance.

Kuro, quant à lui, regardait avec de grands yeux pleins d'admiration l'autre Neko. Il semblait si bien maîtriser les mots pour le blondin. Il fut plus impressionné encore par le tour du grand matou avec ses griffes. Cela poussa le Gardien de l'Explosion à regarder ses propres pattes. Il y avait des griffes au bout des gants de sa combinaison, mais en dessous, ses ongles étaient très petits. Les scientifiques de Seibutsu avaient créé un liquide qu'ils avaient versé dans le biberon de Kuro, qui n'était alors qu'un tout petit chaton, afin d'éviter la pousse des ongles pour qu'il ne puisse agresser aucun scientifique pendant que ce dernier le manipulait, testant des nouvelles découvertes sur le petit.

Face à cette prestation, la seconde du capitaine était effrayée et se cachait derrière son chef, craignant de vexer le Neko qui pourrait les tuer facilement avec de telles griffes. Le capitaine, quant à lui, demeurait face à Tarô, les poings posés sur les hanches, l'air dubitatif. Il ne pouvait croire qu'il se trompait. Sur le coup, au loin, il ne l'avait pas reconnu ; mais à présent qu'il avait pu voir son regard... Il était persuadé que ce chat n'était autre que le Furem. Pourtant, l'intéressé semblait insister sur le fait qu'il ne l'était pas pour derrière, faire presque un aveu que c'était bien le cas, il était bien le légendaire chat-pirate.

- Mon cher, voyons. Je saurai mieux vous aider que ce petit matou. Je sais ce qu'il vous ait arrivé. Je sais pourquoi vous avez disparu ces dix siècles derniers. Je connais toutes vos histoires. Je connais de nombreux secrets que d'autres ignorent. D'ailleurs, peu de pirates connaissent votre légende. Vous devez avoir confiance en moi. Je saurai retrouver votre navire. Ce si beau bateau que vous avez laissé gambader. Vous ne pouvez vous passer de moi.

Saido, écoutant le pirate, se méfiait toujours. Il tourna son regard émeraude vers son petit frère qui ne cessait de fixer les deux inconnus avec un grand sourire. Il avait l'air de s'exciter sur place à force d'entendre l'homme pirate raconter ses histoires sur le Furem. Le petit Neko avait presque envie de monter à bord du bateau de ce capitaine juste pour pouvoir retrouver le navire de ce chat légendaire, qu'il s'agisse de Tarô ou non.

- Vous croyez vraiment qu'on peut retrouver le bateau d'un capitaine aussi prestigieux ?!

Saido voulut interrompre son cadet. Il comprenait que ce dernier souhaitait vivre cette aventure ; néanmoins, bien qu'ils étaient montés à bord du Capitaine Jack Sparrow où il n'y eut aucun retournement de situation ou de coup foireux tel qu'un pirate pourrait faire, traitre dans son âme comme il était, ceux-ci n'étaient pas sûrs. Un pirate était très connu pour être imprévisible. Le petit chat noir était au courant de la télépathie de Kuro, cependant, il savait également que ce dernier ne l'utilisait jamais vraiment comme un télépathe le ferait.

- Kuro, je ne cr-
-Mais évidemment, mon petit ! Cela n'est possible, néanmoins, qu'avec le Furem à nos côtés ! Son bateau est perdu en mer, quelque part. Furem a donc besoin d'un vaisseau pour le rejoindre ! Le mien pourrait lui correspondre parfaitement ! Je lui réserve une grande place !
- Ça doit être tellement bien de le retrouver ! Il doit être si beau !! C'est pas n'importe qui Furem, pas vrai ?
- Exactement, mon garçon ! Ce navire est d'une splendeur ! Aucun bateau n'est aussi magistral que le sien !


Saido soupira encore. Il lui semblait impossible d'arrêter son frangin dans ses désirs d'aventure sur les océans. Il comprit alors que l'exploration n'aurait lieu que si Tarô acceptait finalement de monter à bord, vu le regard insistant du capitaine, tandis que la seconde avait cessé de se cacher pour se tenir aux côtés de son chef, affichant un beau et grand sourire, plein de fierté.

Le petit chat noir se retint de faire la morale à son petit frère. Certes, celui-ci était très - voire trop - insouciant et naïf, néanmoins, ce n'était que par expérience que le blondinet finirait par comprendre. Ce n'était pas en le grondant que cela changerait les choses. D'autant plus que Saido n'avait jamais fait ça et il souhaitait ne jamais devoir le faire. Kuro devait apprendre les choses à sa manière et cela consistait à essayer.

- Furem, selon vous, c'est Monsieur Tarô ?
- Hum... oui.
- Dans ce cas, je ne veux pas forcer Monsieur Tarô. S'il ne veut pas vous rejoindre, alors tant pis.


Le capitaine grimaça. Saido le remarqua et cela le fit comprendre que ce dernier désirait utiliser l'enthousiasme du Gardien de l'Explosion pour pousser Tarô à rejoindre l'exploration. Sans doute que Kuro ne l'avait pas deviné, cependant, il comprenait parfaitement qu'il ne pouvait forcer la patte au Neko. Cela ne l'empêchait pas pour autant d'afficher une légère mine déçue, ce qui faisait garder espoir au capitaine que la situation pouvait encore tourner à son avantage.

_________________


Ava & Kuro ♥:
 

Kuro's Theme:
 

Love's theme (AvaKuro)~:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fonda
Allié du Crépuscule
Stray Cat
FondaAllié du CrépusculeStray Cat
avatar
Féminin

Date de naissance : 10/04/1990

Âge : 28
Date d'inscription : 18/02/2014

Nombre de messages : 401


MessageSujet: Re: La légende du chat-pirate (Libre)   Mar 24 Juil - 2:53

En voyant la femme ce cacher derrière son capitaine, Tarô ne pu s'empêcher de rigoler, rétractant ses griffes, étant fier de son petit effet. Kuro avait l'air impressionné, tandis que l'homme resta de marbre. Ce dernier dit alors qu'il était convaincu qu'il était le neko qu'il cherchait, ce dont l'intéressé avait du mal à croire.

"Si vous le dites..."

C'est alors que Kuro ce mêla à la conversation. Il était tellement chou a être aussi curieux et admiratif devant ce récit, que Tarô commença à grimacer. Qu'est-ce qu'il devait faire ? En plus, à la fin des explications, le gardien lui fit comme une forme de chantage que son petit-frère lui faisait autrefois et dont il n'avait jamais su dire non. Continuant à réfléchir, il fini par céder.

"Oh et puis zut, cela ne coûte rien d'aller voir à quoi ressemble votre bateau ! Peut-être que je suis vraiment le neko de la légende et que l'on trouvera mon navire, on ne sait jamais. C'est vrai que la dernière fois que je susi venu ici, j'ai conduit un navire et cela m'avait semblé très aisé à naviguer alors que c'était la première fois que je touchais un gouvernail. Cependant, attention, pas d'entourloupes, car au moindres faux pas je saurais comment vous punir"

Disant ces paroles en étant très sûr de lui, le rouquin semblait ne pas plaisanter et pourtant, s'ils le connaîtraient mieux, ils ce rendraient vite compte que c'était plus des menaces en l'air qu'autre chose, car il n'aimait pas ce battre pour rien, même si cela lui était déjà arrivé. N'ayant donc aucun caractère devant les plus jeunes que lui, il avait accepté, de plus, il avait toutes les raison du monde de lui faire plaisir, surtout après ce qu'il avait fait pour lui.

"Tu me fais penser à un jeune neko que j'ai dû laisser dans un monde sombre, car il ne voulait pas me suivre"

C'est tout ce qu'il dit à Kuro, ayant l'air nostalgique, car il pensait que voir ce superbe navire aurait beaucoup plu à Kaitô, s'il l'avait accompagné. Soupirant, il ce dirigea en direction du navire désigné par les deux pirates. Une fois pre^t de ce dernier, il le scruta un petit instant, voulant confirmer du regard qu'il était sûr et qu'il n'y avait pas de pièges, puis il monta à bord.


"Allons-y sans perdre de temps ! Au faites, je suis sensé reconnaître comment mon navire, surtout perdu en hautes mers ? J'ai un radar dans le corps ? Une aura spéciale ? C'est qu'en dix décénies, j'ai la mémoire un peu défectueuse"

Alors qu'il ce prêtait au jeu, en parlant de retrouver son navire, il pu voir sa partie de chaîne arrachée ce mettre à scintiller très légèrement, ce qui lui fit ce demander s'ils disaient vrai ou bien si ce n'était qu'un concours de circonstance. Haussant les épaules, il ce dit qu'il valait mieux pas qu'il ce prenne la tête pour une histoire qui sortait de la tête d'un vieux fou en quête d'aventure et de rechesse.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Gardien du Crépuscule de l'Explosion
Le Neko Malchanceux
MembreGardien du Crépuscule de l'ExplosionLe Neko Malchanceux
avatar
Féminin

Date de naissance : 18/07/2000

Âge : 18
Date d'inscription : 08/03/2015

Nombre de messages : 274

Feat : Chat Noir - Miraculous
Invocation : Saido - Grand frère de Kuro
Feuille de personnage
Infos:
InfosValeurs
NomFuun
PrénomKuro
Âge17 ans
Monde d’origineSeibutsu
StatutCrépuscule
RangGardien du Crépuscule de l'Explosion
PouvoirsExplosion
Présentation

MessageSujet: Re: La légende du chat-pirate (Libre)   Sam 28 Juil - 18:47

Le capitaine lâcha un soupire de soulagement. Finalement, le Neko souhaitait bien embarquer dans son navire. Il avait fini par craquer sans doute grâce à la requête du blondin. La seconde paraissait ravie de voir son patron si satisfait de cette réponse. Elle s'imaginait déjà une nouvelle aventure. Cela faisait depuis un moment que leur vaisseau n'avait pas quitté port et l'équipage s'ennuyait, il n'avait plus la volonté de rien. La seconde mena alors le petit groupe en direction du bateau. Sur le chemin, Kuro se confia à son grand frère, l'air pris d'un certain remord :

- Tu crois que c'est de ma faute si Monsieur Tarô a fini par céder ?

Le petit chat lâcha un petit soupire, un peu amusé. Il s'approcha de son cadet, flottant à présent au-dessus de son épaule pour lui répondre :

- Honnêtement, Kuro... c'est difficile de te refuser quoique ce soit ! Tu as beau être un adolescent, tu as trop des airs d'enfant !

Il ria un peu. L'intéressé, lui, se plongea dans une réflexion, ne comprenant pas vraiment de quoi son frère parlait. Était-ce une bonne ou une mauvaise chose de ressembler à un gamin ? Saido gardait son sourire taquin. Lui-même se sentait visé par ses propres paroles. Il n'arrivait presque jamais à dire non à son petit frère. Il avait l'impression que ce dernier n'avait jamais grandi malgré ces dix-sept ans passés. Par ailleurs, l'intéressé fut plus perdu encore lorsque Tarô lui fit remarquer qu'il le faisait penser à quelqu'un de son entourage. Kuro regarda un moment le quatuor s'éloigner doucement de lui, perdu dans ses pensées pour finalement les rejoindre en se précipitant.

Une fois sur le navire, tandis que le capitaine se déplaçait pour aller prendre place à la barre, l'équipage se pointait suite à l'appel de la seconde.

- Ola, moussaillons ! Voici Furem et ses fidèles ! Furem est l'invité du capitaine ! Il s'agit d'un chat légendaire ! S'il retrouve son navire, richesse sera à nous !

A cela, la bande de valeureux hurla de joie. Face à cet engouement, Kuro ne put s'empêcher de crier également, ce qui amusa son grand frère. Le capitaine descendit rejoindre les autres, entendant toutes les interrogations dudit Furem. Il s'approcha du Neko avec un sourire amusé :

- Mon cher Furem, ce navire est relié à vous. Dès que nous serons proche, vous sentirez sans doute sa présence. Disons que... vous avez un lien particulier ! Comme si votre cœur était incrusté dans le gouvernail !

Il tapota l'épaule de Tarô avant de se retirer dans sa cabine. Kuro sautillait, affichant un grand sourire, des étoiles dans les yeux, des rêves pleins la tête. C'était la seconde fois qu'il montait à bord d'un bateau et il ressentait toujours l'adrénaline de la découverte. D'autant plus que le Blanda Joya était différent du Black Pearl, à commencer par son équipage qui avait l'air d'être composé de personnes variées. Saido observait son frangin. Il avait presque envie de le pousser dans l'eau pour la plaisanterie mais il y avait deux obstacles : l'intéressé ne savait pas nager et le petit chat n'aurait pas le force de le déplacer ne serait-ce qu'un millimètre.

- Bon ! Le capitaine est allé se reposer, alors c'est à moi que vous obéirez ! Maillon ! Tu t'occupes des voiles avec Dédal et Heck.
- Bien, chef !


Pendant que la seconde donnait des ordres, Kuro s'avança jusqu'au bord du navire. Il ferma les yeux un moment pour prendre l'air salé dans ses narines. Le bateau quitta le port et le Gardien de l'Explosion ne pouvait s'empêcher d'apprécier les doux balancements que provoquaient les vagues sous la coque. Saido s'approchait doucement de son petit frère. Il n'osa parler en remarquant à quel point celui-ci paraissait tranquille, profitant du vent marin.

- Petit frère. Fais attention à toi. Je sais que tu es enthousiaste à l'idée de partir dans une si belle aventure mais je t'en prie : ne fais pas de bêtises qui pourraient te faire mal. Surtout, écoute bien Saido, je t'en prie.

La voix de Kanashî, sa grande sœur regrettée, résonnait dans la tête du blondin. Ce dernier rouvrit les yeux et remarqua que son grand frère flottait non loin de lui. Celui-ci fixait l'horizon qui défilait au loin. Le Blanda Joya filait à toute allure pour s'éloigner du port et rejoindre de nouveaux eaux.

- Saido ?
- Hm ?


Saido s'approcha de son petit frère, intrigué par ce que dernier voulait dire. Il remarqua par ailleurs que le blondin avait le visage à la fois sérieux et rêveur. En effet, le jeune Neko affichait un sourire plus ou moins niais.

- Tu crois que notre histoire... à Ava et moi ira loin ?

Saido ne put alors s'empêcher de songer à leurs parents. Ils avaient été séparés suite à la naissance de Kuro, leur mère n'ayant pas supporté l'accouchement à cause de toutes les expériences antérieurement subites, pour finalement se retrouver quatre ans plus tard, suite à l'assassinat de leur père par le chef des scientifiques - qui cherchait à faire parler le chaton qu'était Kuro. Il se souvenait à quel point Yasashî et Sentaku s'étaient aimés fort et il souhaitait pour son petit frère et sa nouvelle compagne la même chose. Ava était profondément amoureuse de lui, Saido l'avait vu depuis si longtemps - bien avant le Gardien de l'Explosion qui était trop naïf pour voir cela. Un sourire s'inscrivit sur le visage du chat noir.

- Elle ira loin, Kuro. Elle ira très loin ! Vous allez vivre de belles choses ensemble !
- Et avec toi, aussi !


Scandalisa l'adolescent. Cela fit rire le plus âgé qui hocha de la tête en lâchant un petit "Évidemment !" Suite à cette conversation, les deux Fuun regardèrent à nouveau l'horizon.

[Tu peux jouer n'importe quel membre de l'équipage as you wish et même quelqu'un qui n'est pas sur l'image ! =D (et tu peux aussi faire Tarô s'incruster dans la conversation des frères =P )]

_________________


Ava & Kuro ♥:
 

Kuro's Theme:
 

Love's theme (AvaKuro)~:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fonda
Allié du Crépuscule
Stray Cat
FondaAllié du CrépusculeStray Cat
avatar
Féminin

Date de naissance : 10/04/1990

Âge : 28
Date d'inscription : 18/02/2014

Nombre de messages : 401


MessageSujet: Re: La légende du chat-pirate (Libre)   Dim 29 Juil - 1:46

HS : Cool ! Merci ! J'aime bien ce genre de liberté d'écriture, j'espère que mon rp te plaira =)

Tarô hocha la tête en signe d'affirmation lorsque Saido dit à Kuro qu'on ne pouvait rien lui refusé, ce dont il était d'accord avec lui. Tout le monde semblait être content de sa décision, ce qui au final, le fi tun peu sourire, car il ne pensait pas apporter autant de joie autour de lui. Cette joie fût également exprimée par l'équipage. Il arrivait comme le messi, il ce senti comme quelqu'un de très important, ce qui changeait de d'habitude. Une fois qu'il eût terminé de ce présenté, il pu entendre tout le monde crier de joie, ce qui le gêna un petit peu

"Merci pour votre confiance, ensemble nous retrouverons mon bateau et mes trésors ! Ce n'est pas une promesse, c'est une affirmation !"

Déclara le neko, l'air assuré, semblant un peu trop se prendre au jeu et ce perdre dans le rôle qu'on lui avait donné. Lui, le Furem, il allait tout retrouvé, non pour les beaux yeux du capitaine, mais pour ceux de sa belle et douce Chiery. Que dirait sa mère en apprenant qu'elle épouserait un fier et valereux capitaine d'un puissant navire ? Elle ne ferait plus tant de chichis et leur accorderait sa bénédiction, surtout qu'il ne donnerait pas totu l'or à l'équipage, il en garderait un peu pour lui, d'ailleurs, lorsque ce dernier répondit à sa question, il profita pour lui parler, avant qu'il ne soit trop tard.


"Merci pour vos explications, cependant, je tiens à vous rendre attentif que je compte garder mon navire et un peu de mon trésor, car si vous savez tout de moi, vous devez sûrement savoir qu'une belle fiancée attend le retour de son capitaine adoré et qu'avec un pareil butin, la mère de sa belle et tendre consentira à les marier"

Peu de temps avant qu'il ne parte, il lui dit qu'il allait réfléchir à ce qu'il venait de lui dire. En attendant, pendant que la seconde donnait des ordres, Tarô, avec un sourire totalement débile s'imaginait inviter la famille royale au port et leur présenter son beau navire en leur expliquant toute cette histoire et alors REimu lui ferait pleins de compiments et lui dirait qu'elle serait d'accord qu'il épouse sa fille.

"Oh merci REimu, je vous adore ! Je peux vous appelez bell....."

L'équipage l'écoutait rêver à haute-voix en ayant un regard amusé, avant de rire, car lorsque le bateau quitta le port, ce dernier tangua un peu et Tarô fini par terre, ce qui avait de quoi ce demander si la légende vivante était si sérieuse qu'elle semblait le montrer. En ce relevant, il reprit ses esprits et pu voir que Kuro était vraiment très prêt du bord du navire.

"Te penche pas trop, tu pourrais tomber"

ça, c'était des réflexes de grand frère et Saido ne pourrait pas lui en vouloir d'avoir aussi envie de le protéger. Voyant qu'il était perdu dans ses pensées, le neko ce mit à tourner en rond, ce demandant comment il pourrait mieux ce concentrer afin de retrouver son navire. Et s'il ne ressentait rien ? Qu'est-ce qu'il allait faire ? Continuer à leur mentir pour qu'ils puissent continuer à rêver ou bien leur dire la vérité ? Parce que poru l'instant, il ne ressentait pas grand chose et il avait peur de les décevoir.

*Oh non, j'ai la pression ! Si je me rate, tout le monde va être triste ! Il faut vraiment que je me concentre et que je fasse le vide dans mon esprit pour réussir à ressentir les vibrations de mon vaisseau... Beurk ça sent le vieux tabac ! Le capitaine ce repose pas, il est en train de s'en fumer une pour fêter notre rencontre, sacré capitaine... Non, j'ai dit vider mon esprit !*

- Détend-toi garçon ! T'a l'air aussi tendu qu'une voile de notre bateau en pleine tempête ! Me dit pas qu'un chat de légende comme toi ne sait pas nager !

S'étant arrêté de marcher, il scrutait l'horizon en ayant un regard un peu crispé. C'étant perdu profondément dans ses pensées, il ne senti pas l'un des membres de l'équipage s'approcher de lui pour lui faire une tape amicale sur l'épaule, ce qui fit sursauter le neko, amusant ainsi l'humain. Ce dernier s'adressa à lui en ayant un grand sourire aux lèvres. Un peu timidement, Tarô ne su pas s'il devait lui répondre ou non, s'il devait lui mentir, ce qui le dérangeait un peu, car il savait très bien la réponse à cette question. Il prit enfin sa décision et prit la parole.

"Tout héros à ses faiblesses et ses phobies, s'il n'en a pas, il peut dire adieu à son titre de légende, et en effet, oui, je ne sais pas nager"

- Oh en plus d'avoir la classe, monsieur est un philosophe ! il faut avoir du cran pour parler sans honte de ses problèmes et çA, ça me plait ! Dit-moi, avec tous ces atouts, tu dois être un vrai tombeur ! Apprend-moi à avoir du panache et du prestige auprès des nanas comme toi ! Si En étant un héro, c'est simple de draguer, mais quand on zéro, c'est plus dur !

Après avoir entendu la demande de l'homme, d'autres membres de l'équipage ce joignirent à lui, voulant aussi savoir ce qu'était son secret, ce qui le gêna un peu, ne pensant pas avoir autant de succès auprès de ces types et ne pensant pas avoir de succès avec les filles non plus, pourtant, il fallait bien leur répondre.


"Eh bien... Comme je l'ai déjà dit à votre capitaine, j'ai une fiancée, et non il n'y a pas autant de filles qui me courent après que vous le pensez. Cependant, draguer une fille et obtenir son coeur, ce n'est pas compliqué, c'est plus celui de ses parents qui est dur à obtenir, mais contentez-vous déjà de séduire votre belle. En faites, il suffit d'être courtois, d'avoir une allure correcte et de ne pas passer pour des rustres. Une demoiselle, c'est comme une fleur que arrache de la terre, il faut être doux et délicat, ce n'est pas du tout compliqué à faire et soyez aussi un peu rigolo, ça aide"

- Fait-nous un exemple avec la seconde ! Si tu y arrives, je te file vingt munnies !

Peu de temps après avoir donné son explication en semblant être à fond, l'air très pro, Tarô avait dit ce qu'il lui passait à l'esprit et ils furent tellement enjoués que l'un d'entre eux lui donna un pari à faire, ce qui l'embarrassa un peu, mais en même temps, cela lui permettrait de rembourser Kuro, même si ce dernier lui avait dit qu'il ne voulait pas être remboursé. En pensant à ce dernier, il pu vaguement entendre qu'il avait une histoire d'amour avec une certaine Ava, ce qui lui donna envie d'en savoir plus, sauf qu'il fallait qu'il remplisse son pari. La seconde passant au même moment pour fair eune inspection, le neko en profita pour l'aborder.


[color0orange]"Excusez-moi mademoiselle, puis-je vous parler deux minutes ?"[/color]

- Bien sûr Furem ! C'est à quel sujet ?

"En faites, je me suis rendu compte qu'on était pas vraiment parti d'un très bon pied vous et moi tout à l'heure, de plus, je vous ais fait peur, ce qui était très indélicat de ma part. Vous qui êtes aussi belle que le joyaux de mon navire, vous me méritez pas un tel traitement... Si seulement je pouvais me racheter en vous offrant un verre de lait... Oh quel chat suis-je pour fair eune telle proposition ? Il n'y a nul bar dans ce navire et une ravissante rose comme vous doit sûrement boire quelque chose de bien meilleur, n'ais-je pas raison ?"

Lui faisant un sourire, elle l'écouta parler, ce demandant ce qu'il avait à lui dire. Au début, elel eût l'air sceptique, puis ensuite, elle eût l'air un peu gênée, ne s'attendant pas à de tels propos, puis lorsqu'il eût terminé son discourt, elle ce mit à éclater de rire. Lorsqu'elle eût reprit son souffle, elle lui fit un grand sourire sincère.


- C'est rare qu'en-dehors du capitaine, qu'un homme soit si courtois avec moi et encore, des fois, il n'est pas très gentil, mais c'est normal, nous avons tous des sauts d'humeurs. Je pense que vous serez encore parmi nous ce soir, ce sera donc moi qui vous inviterais à boire votre verre de lait et dans ma cabine, nous serons plsu tranquille pour discuter.

Pensant qu'il allait ce recevoir une claque, tout comme les autres membres de l'équipage, ils furent tous surpris en entendant son accord. S'en allant ensuite en demandant à tout le monde de reprendre son travail, Tarô avait l'air tout rouge et le fût encore plus lorsqu'il entendit des applaudissements lorsque la seconde fût loin.

- Je vous l'avait dit les gars, le Furem, c'est un neko qui assure presque dans tous les domaines !

S'exclama l'un des membres de l'équipage. Tarô sourit faiblement, ce disant qu'il ne s'agissait que d'un coup de chance, puis il s'en retourna voir Kuro, car il avait l'impression de l'avoir abandonné, ce qui ne lui plaisait pas, car il lui accordait de l'importance et de ce fait, il ne voulait pas le laisser de côté.

"J'ai cru entendre que tu avais une petite-copine, c'est une neko ?"

Il lui posa cette question en essayant d'être discret, ce qui n'était pas très compliqué, car à présent, la plupart des membres de l'équipage semblaient être en train de faire la fête, riant et buvant à la santé de celui qui allait les rendre riche. Peu de temps après avoir posé cette question, Tarô eût l'impression qu'il ne pouvait plus respirer, comme si quelqu'un lui avait coupé le souffle.

*Je t'en prie Furem, retrouve-moi vite, tu me manques trop*

Lorsqu'il retrouva son souffle, la voix dans sa tête avait disparue, ce qui le choqua et lui fit avoir des yeux ronds comme des soucoupes, ayant l'air un peu effrayé, car il ne pensait pas que quelqu'un pouvait entrer dans son esprit pour lui parler et de plus, il ne s'attendait pas à ce que cela soit celle de son bateau, enfin il pensait que c'était sa voix, car il avait entendu comme un bruit de vagues et en plus, la voix semblait triste et nostalgique, un peu comme un appel à l'aide, comme si ce bateau était en train de dépérir sans lui, ce qu'il trouvait vraiment très étrange. ESt-ce que comme sa chère et tendre il était une sorte de réincarnation d'un être de légende ? Si c'était le cas, il allait devoir avoir une grande explication avec sa maman, enfin lorsqu'il l'aura retrouvée ! Bien qu'il était perturbé par cette nouvelle, il fit comme si de rien n'était et donna les munnies à Kuro.

"Tient, c'est pour toi, c'est un pari que je viens de gagner, tu en feras meilleur usage que moi"

Il lui sourit gentiment, ce disant que si cela pourrait l'empêcher qu'il vole, autant lui redonner ce qu'il avait dépensé, en plus, cela lui fera patienter le temps qu'il retrouve son trésor, car il est sûr que s'il le retrouve, il lui en donnera un peu. Toutefois, cela ne l'empêche pas de penser à nouveau à son bateau, ce demandant pourquoi il n'entendait sa voix qu'à présent alors que c'était la deuxième fois qu'il venait dans ce monde. Peut-être ne lui faisait-il pas confiance ou ne l'avait-il pas reconnu ? Quoiqu'il en soit, à présent, il avait tout aussi hâte que les autres de le revoir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Gardien du Crépuscule de l'Explosion
Le Neko Malchanceux
MembreGardien du Crépuscule de l'ExplosionLe Neko Malchanceux
avatar
Féminin

Date de naissance : 18/07/2000

Âge : 18
Date d'inscription : 08/03/2015

Nombre de messages : 274

Feat : Chat Noir - Miraculous
Invocation : Saido - Grand frère de Kuro
Feuille de personnage
Infos:
InfosValeurs
NomFuun
PrénomKuro
Âge17 ans
Monde d’origineSeibutsu
StatutCrépuscule
RangGardien du Crépuscule de l'Explosion
PouvoirsExplosion
Présentation

MessageSujet: Re: La légende du chat-pirate (Libre)   Dim 29 Juil - 18:55

[T'inquiète, j'offre toujours la liberté aux autres parce que c'est ça qui est génial avec les RPs : l'improvisation ! =D Mais pour ça, faut que tout le monde fasse les choses comme il le souhaite ^^ Donc, n'hésite jamais à ajouter ton grain de sel dans cette légende totalement construite sur le coude XD ]

Saido eut un frisson qui parcourut son échine. A force de regarder un même point au loin, ses pensées s'étaient perdues. Il avait trop rêvé et à présent, le voilà face à des souvenirs qui le faisait frissonner. Il aimerait penser à autre chose mais il était trop tard.


***

Famille Fuun : Yasashî : 30 ans/Kanashî : 12 ans/Saido : 10 ans

- Saido... je t'en prie... Mange un peu.

Yasashî suppliait son petit garçon (ayant alors son apparence de Neko) pour qu'il puisse prendre sa portion. Ce dernier se privait trop depuis quelques jours, décidé qu'il devait donner plutôt que de garder pour lui. Certes, il était petit et il se devait de se nourrir plus que d'autres jeunes adultes - comme le faisait sa grande sœur - et pourtant, il avait décidé que c'était ces intéressés qui méritaient leur part afin d'être en forme pour pouvoir protéger le camp et aussi trouver de la nourriture pour ses membres. Néanmoins, à force de rejeter son alimentation, le gamin devenait frêle et ses joues se creusaient. Il devenait de plus en plus maigre.

- Maman a raison ! Tu dois manger, Saido !
- Nan !


Cria fermement le petit face à l'intervention de sa grande sœur. Puis, il se mit à pleurer, regrettant de s'être montré si mauvais envers cette dernière. Celle-ci le prit dans ses bras et caressa doucement sa tête, profitant encore du fait qu'il était plus petit qu'elle. Depuis le départ de leur père dans une mission, Saido était mort d'inquiétude mais il se taisait. Depuis deux semaines, c'était la première fois qu'il s'exprimait enfin. Il resta alors dans les bras de sa sœur ainsi. Kanashî le berçait doucement tandis que leur mère les regardait, un triste sourire sur son doux visage se cachait derrière sa chevelure blonde, héritée par aucun de ses deux enfants.

La jeune femme finit par se lever et s'approcha de ses petits pour les serrer dans ses bras pour les rassurer. Elle ressentait leur peur. Ils étaient effrayés à l'idée de perdre leur père. Elle-même, elle était terriblement terrifiée à l'idée d'être séparée de lui.

- Ne vous en faîtes pas, mes chéris... Papa... Papa finira bien par rentrer !
- Mais quand ? J'ai peur qu'il lui arrive malheur...
- Bientôt ! Je vous le promets.


La femme blonde caressa les cheveux argentés de ses enfants tandis que leurs yeux bleus la fixaient. Elle souhaitait de tout cœur que son mari lui revienne en un seul morceau. Il lui manquait terriblement. Elle avait hâte qu'ils soient tous réunis à nouveau afin d'être soulagés et ne plus s'inquiéter.

- Il va revenir... Il viendra vous serrer dans vos bras.

***


- ...do ? Hé ! SAIDO !!

La voix de son petit frère le ramena à la réalité. Le chat noir secoua sa tête et tourna son regard vers le blondinet - le seul enfant des Fuun à avoir hérité de l'apparence physique de leur mère. Saido eut un petit rire nerveux.

- Qu'est-ce qu'il y a ?
- Tu pleurais... Ça ne va pas ?


L'aîné des deux frères passa un petit coup de patte sur son visage et remarqua qu'effectivement, il avait deux larmes. Kuro le fixait toujours. Il voyait rarement son frangin ainsi. Cela lui donnait une étrange sensation.

- Juste des souvenirs... des souvenirs du génocide.

Il eut un nouveau rire nerveux. Le Gardien de l'Explosion lâcha un léger "Oh." en lançant à nouveau son regard vers les océans. Il s'agissait de souvenirs qu'il ne pouvait partager avec son grand frère. Ces treize ans d'écart étaient lourds de conséquences. Les Fuun tournèrent en cœur leur tête lorsque Tarô vint les rejoindre après s'être un peu amusé avec les autres membres . Celui-ci semblait avoir eu quelques fuites de la discussion des deux frères car il voulut se renseigner sur la relation amoureuse de Kuro. Celui-ci rougit un peu avant de prendre un sourire ravi :

- Oui, j'en ai une. Elle s'appelle Ava et non, ce n'est pas une Neko ! Elle est une Kitsune ! Elle est pleine de sagesse, elle a vécu beaucoup de choses et sait du coup pleins de trucs ! Elle m'enseigne ses connaissances ! Elle est vraiment extraordinaire !

Il se tut en remarquant le visage étrange qu'affichait Tarô. Il échangea un regard avec Saido qui remarquait que l'intéressé ne respirait plus. Kuro passa sa main devant les yeux du Neko pour tenter de le ramener à la réalité.

- Monsieur Tarô ? Vous allez bien ?

Le potentiel Furem finit par revenir à lui-même et tendit vingt munnies au cadet. Celui-ci les prit, clignant un peu des yeux. Il lui semblait pourtant avoir dit à Tarô qu'il n'avait pas besoin de le rembourser, néanmoins, il ne les refusa pas, par politesse, et les rangea dans sa combinaison en remerciant. Cela permettrait à Meiko de ne pas remplir à nouveau son petit porte-monnaies dans lequel il mettait de l'argent de poches reçu par cette dernière.

- Monsieur Tarô... Vous nous avez dit que vous étiez un esclave... Les Nekos sont des esclaves dans votre Monde ?

Kuro se posait des questions sur la situation des Nekos dans le Monde de son camarade. A cette interrogation, Saido afficha une grimace. Il se disait que c'était bien là quelque chose d'indiscret que faisait son frère et il espérait que cela ne vexerait pas Tarô. De plus, il avait compris que, par sa faute, son petit frère repensait à ce qu'avaient vécu les Nekos de Seibutsu. Il se sentait stupide sur ce coup-là. S'il s'était tut, le Gardien de l'Explosion resterait tourné vers le présent et le futur et non, encore, vers le passé.

- Oh, tu n'es pas obligé de lui répondre. Il est juste un peu trop curieux.

Se décida finalement Saido d'avertir. Il s'agissait tout de même de quelque chose de délicat et sans doute que dans l'aventure, Tarô ne souhaitait pas penser à ce genre de sujet, d'autant plus qu'il paraissait désirer s'investir dans la chasse au navire légendaire.

- Hey, le petit blond ! Au lieu de tourner tes pouces, tu ferais mieux d'aider les autres. T'es un membre temporaire mais t'as du boulot, gamin !

Cria la seconde au Gardien de l'Explosion. Celui-ci, bien loin d'être ennuyé à l'idée de devoir travailler, afficha une mine réjouie et fonça rejoindre la seconde, n'ayant pas attendu la réponse de Tarô. Il se retrouva à porter un petit foulard qu'il plia en cadre sur la largeur pour faire en sorte que l'accessoire ne recouvre que son front. La seconde lui donna ensuite un balai et un sceau d'eau et, après avoir mis un tablier, Kuro se mit à laver le pont. Saido observa son petit frère quelques instants avant de regarder Tarô.

- Désolé encore pour sa question déplacée. C'est de ma faute s'il a pensé à ce genre de chose... Il ne faut pas lui en vouloir... Kuro n'a jamais connu la vraie vie jusqu'à maintenant et il ignore beaucoup de choses.

Le chat lâcha un lourd soupire. Parfois, cela lui prenait d'imaginer une vie différente si le génocide de Seibutsu n'avait jamais eu lieu. Néanmoins, en imaginant cette alternative, Saido se demandait si Kuro aurait pu naître. Jamais il ne pourrait s'imaginer une réalité où son petit frère n'existait pas. C'était inconcevable. Si sa naissance avait malheureusement tué leur mère - dont la mort avait surtout été provoquée par les expériences accumulées - Kuro méritait comme tous les autres Fuun de vivre. Saido veillerait personnellement à ce que son frère vive longtemps et dans le bonheur.

_________________


Ava & Kuro ♥:
 

Kuro's Theme:
 

Love's theme (AvaKuro)~:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fonda
Allié du Crépuscule
Stray Cat
FondaAllié du CrépusculeStray Cat
avatar
Féminin

Date de naissance : 10/04/1990

Âge : 28
Date d'inscription : 18/02/2014

Nombre de messages : 401


MessageSujet: Re: La légende du chat-pirate (Libre)   Lun 30 Juil - 1:35

HS : Oui, tu as entièrement raison =)

Tarô pu l'entendre parler de sa chère Ava. C'était une Kitsune, ce qui était un duo des plus étrange, mais pas inintéressant. En plus, cela le fit sourire, car cela lui rappelait ses aventures à Nomugo et il s'était bien rendu compte que la cousine des nekos et la soeur adoptive de Ruby, semblaient bien s'entendre, donc du coup, il n'était pas trop surprit et il pensait aussi qu'ils ferraient un bon couple. Kuro semblait tellement l'aimer qu'il avait presque envie de la rencontrer. Lorsqu'il revint à lui et qu'ensuite il lui donna les munnies, Kuro eût l'air un peu gêné, ce dont il s'en fichait bien.

"C'est un bon début pour faire un cadeau à ta belle, n'est-ce pas ? Avec tout ce que l'on trouvera, tu pourras lui faire un cadeau encore plus beau, elle en sera très heureuse. Je ne te connais que depuis quelques minutes, cependant, je ne peux m'empêcher d'être ravi que tu ais trouvé boheur"

Il avait l'air plus que sincère en disant ces propos, puis lorsque Kuro lui posa la question sur son passé, son air fût surprit avant d'avoir un air très grave. La question qu'il posait ne pouvait qu'avoir une réponse des plus sérieuses. Cependant, il ne savait pas trop comment lui répondre, de plus, dans sa tête, il entendait les coups de fouets que lui donnaient madame Kagiri lorsqu'il ne voulait pas obéir et en plus, il entendait la voix de son petit frère, en larmes, qui lui demandait d'arrêter, ce qui n'émouvait pas tant la femme aux longs cheveux rouges. Secouant la tête, il pu entendre Saido lui dire que s'il ne voulait pas répondre, il le pouvait.

"Oui, les nekos de mon monde sont des esclaves, cependant, il y en a trop pour pouvoir tous les sauver..."

Ne sachant pas trop comment aborder la question, il fini par y répondre assez simplement. Cependant, il eût la'ir de vouloir dire autre chose, tout en restant sur la retenue. Ce fût la seconde qui le sauva d'une terrible révélation qu'il préférait ne pas dire au jeune chat, sinon il allait faire des cauchemars. Ce mettant à avancer, il alla s'asseoir dans un coin, en tailleur, tandis qu'il scrutait avec intensité son collier avec la chaîne cassée.

Flash-Back


- Maman, pourquoi Tarô il est encore puni ?

- Parce qu'il est méchant, il ne veut pas faire ce que je lui ordonne.

- Mais il doit avoir mal en étant attaché aussi fort à la chaise !

- Kaito, toi aussi tu veux te faire punir mon coeur ? Non il me semble, alors tais-toi !

N'ayant que huit ans, le petit neko aux cheveux roses semblait ce demander ce qu'il était en train d'arriver à son grand frère. Ayant toujours un peu considéré madame Kagiri comme sa mère, car elle s'était occupée d'eux alors qu'ils venaient à peine de savoir marcher et parler, et puis, elle avait toujours été gentilel avec lui, car il faisait ce qu'elle lui demandait et elle appréciait beaucoup, ce qui n'était pas le cas de Tarô. En l'entendant dire de telels paroles, Kaito baissa la têt eet ce mit à pleurer, ce qui fait que la femme lui caressa la tcheveux pour tenter de le calmer.

"T'es qu'une affreuse sorcière ! Tu mérites pas de le toucher et d'avoir son amour ! Je te déteste, t'a pas le droit de le faire pleurer !"

En entendant ce qu'il venait de dire, le regard de madame Kagiri ce changea, devenant très dur, puis elle ce précipita vers le jeune neko, attaché dans un coin, sur une chaise, ce qui fit trembler son cadet. Elle lui donna une claque magistrale, ce qui le fit cracher, donnant ainsi à la femme l'occasion de lui en donner une seconde.

- Un simple matou insignifiant comme toi ne peut pas parler de droits ! Quand tu seras grand et que les nekos ce seront tous ligués pour nous renverser, alors là, on pourra parler de droits, mais en attendant, c'est moi qui donne les ordres sale petit ingrat ! Je t'ai presque nourrit au biberon et voilà comment tu me remercies ? Tu me dégoûte, je ne veux plus t'entendre parler jusqu'à demain ! Vient mon coeur, il fait beau, nous allons nous promener

Fin Flash-Back

Tarô fût interrompu dans ses souvenirs lorsque Saido vint s'excuser de la part de son petit frère. Tarô hocha un peu la tête, voulant lui faire comprendre qu'il savait très bien le sujet dont il venait lui parler. Redressant la tête en semblant triste, le neko fini par lui répondre.

"Tu n'as rien fait de mal et lui non plus. Je comprend qu'il soit curieux, surtout s'il n'a jamais rien connu de tout cela, ce que je ne lui souhaite pas. Par contre, toi tu as l'air d'avoir connu bien des tourments mon pauvre ami, j'espère qu'un jour, tu auras la force d'oublier tous tes tracats et de tourner la page. Moi, je croyais y arriver, mais ce n'est pas évident... Tu sais, j'ai aussi un petit frère, sauf que lui, il était assez doué pour ce faire apprécier de cette sale humaine et de ce fait, il n'a pas voulu partir avec moi quand j'ai fui, alors de ce fait, je voyage pour lui... J'espère que je trouverais ce bateau, je le dois pour lui, ainsi j'aurais de magnifiques souvenirs à lui raconter le jour oÙ l'on ce retrouvera, quand il daignera enfin quitter cette esclavagiste"

Il semblait parler d'une voix calme et un peu triste, avant qu'elle ne devienne nostalgique et ensuite, elle devint amère, faisant même la moue, car il n'aimait vraiment pas cette femme et cela pouvait ce comprendre, surtotu avec tout ce qu'elle lui en avait fait bavé, ce qui en même temps, lui avait forgé ce caractère si solide, un pilier qui ne semblait pas pouvoir pleurer et restait digne la plupart du temps, en tout cas, c'est ce qu'il voulait montrer et pourtant, Chiery était bien au courant qu'il était un neko comme tous les autres et qu'il savait verser des larmes.

Flash-Back

Tarô, seize ans, était enchaîné dans la cave de madame Kagiri. Ne voyant presque plus son petit frère adoré et ce faisant tabasser à longueur de journées, ce qui lui faisait ce demander si à force elle n'allait pas ce lasser et le manger, car elle lui avait dit que certains nekos finissaient ainsi, ce qui ne l'avait pas fait pour autant baissé les bras. Aujourd'hui, il eût un petit instant de bonheur, car ce fût Kaito qui vint lui apporter à manger. Le prenant dans ses bras avec un geste long et faible, il ce mit à sangloter, ses larmes s'intensifièrent lorsqu'il remarqua que son cadet restait de marbre.


"Qu'est-ce qu'elle a fait de toi ? Un monstre insensible ? Allez, tu ne peux pas être devenu ainsi ! Tu es un adorable neko, sensible, joyeux, généreux... Elle aussi elle t'a brisé ?"

- Non, mère est gentille avec moi, elle m'a juste conseillé de ne pas me laisser attendrir.

"Je t'interdis de l'appeler ainsi en ma présence, elle n'est pas notre mère ! Sérieux, tu la préfère à moi ? Moi qui suit ton frère ? Tu l'aims au point d'ignorer ton grand frère qui t'aime d'un véritable amour et qui ne fait aps semblant, souffrir et être malheureux ? Kaito, j'ai mal.... Je... Je vais mourir si tu ne me dis pas que tu m'aimes, car c'est grâce à notre lien de sang que j'arrive à supporter tous mes mauvais tourments"

Tarô, choqué, l'avait lâché, le scrutant avec un air déçu, tout en continuant son monologue, étant devenu une fontaine tellement il inondait la cave de ses pleurs. Ce sentant prit de remords, Kaito lui donna un paquet de mouchoirs et le serra dans ses bras en lui faisant un bisou, ce qui fit légèrement sourire le neko aux chevuex oranges, car le jeune neko n'avait pas besoin de parler pour lui faire comprendre qu'il l'aimait et qu'il était toujorus de son côté, malgré ce que l'humaine pourrait dire.

"Merci, je me sens déjà beaucoup mieux grâce à toi"

Fin Flash-Back

Ayant l'air pensif, il semblait s'être à nouveau noyé dans ses souvenirs. Mettant une main sur son front, ces dderniers semblaient lui faire un peu mal à la tête, mais c'était supportable. Ce demandant si c'était dû à la question de Kuro qu'il avait tout ce débordement de bribes du passé, il espérait que cela allait passer, car il allait finir par déprimé, car ils étaient vraiment très tristes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Gardien du Crépuscule de l'Explosion
Le Neko Malchanceux
MembreGardien du Crépuscule de l'ExplosionLe Neko Malchanceux
avatar
Féminin

Date de naissance : 18/07/2000

Âge : 18
Date d'inscription : 08/03/2015

Nombre de messages : 274

Feat : Chat Noir - Miraculous
Invocation : Saido - Grand frère de Kuro
Feuille de personnage
Infos:
InfosValeurs
NomFuun
PrénomKuro
Âge17 ans
Monde d’origineSeibutsu
StatutCrépuscule
RangGardien du Crépuscule de l'Explosion
PouvoirsExplosion
Présentation

MessageSujet: Re: La légende du chat-pirate (Libre)   Mer 1 Aoû - 15:14

Kuro avait laissé Saido et Tarô discuter du passé. Pendant qu'il passait la serpillère, il repensait aux paroles de son camarade. Des Nekos esclaves d'êtres humaines. Le blondin eut un frisson qui parcourut son échine. Il se demandait si être un esclave était une meilleure situation qu'être un rat de laboratoire dont l'existence se résumait uniquement à cela, ou être un rat de laboratoire après avoir vécu pendant dix ans un génocide et voir ses proches mourir, tués par les armes des humains. Le Gardien de l'Explosion baissa les yeux sur les poils de son balais, tandis qu'il étalait l'eau mousseuse sur le pont. Au final, il semblait encore y avoir des Nekos venant du Monde de Tarô, quant aux Nekos de Seibutsu, il ne restait plus que les deux frères alors qu'ils étaient des milliers auparavant.

***

Laboratoire de Seibutsu - Saido : 19 ans/Kuro : 6 ans


- Nan ! Ne vous approchez pas !
- Comme tu es mignon. Aller minuscule chat, dégage.


D'un coup de main, un homme en blouse blanche tenta d'envoyer balader Saido au loin, mais celui-ci profita de son pouvoir d'immatérialité pour éviter le coup. Malheureusement, le scientifique en profita pour s'approcher du petit Kuro, étendu sur son lit, dormant, se remettant à peine de l'intervention subite du matin. L'homme attrapa l'enfant par le col et le souleva. Le blondinet se réveilla en sursaut et regarda celui qui le tenait.

- On va zouer ?
- Ouais, c'est ça, Numéro 13, tu as tout compris !


Kuro gazouilla et se laissa emporter tandis que Saido voyait son petit frère se faire emporter. Le garçonnet se retrouva attaché sur un brancard. Des spots puissants de lumière blanche éblouissait l'enfant. Quatre scientifiques se tenaient au-dessus de lui.

- Ne t'en fais pas. Si tu es tranquille, ça ne te fera pas mal.

Ils tenaient tous chacun une seringue contenant un liquide exceptée une qui était vide qui servirait à prendre le sang du cobaye.


***


- P'tit blond ! Balaie mieux que ça !

Kuro sortit de ses pensées à la remarque de la seconde. Celle-ci paraissait un peu agacée par le comportement du Gardien de l'Explosion. L'intéressé eut un léger rire et agita sa main pour lui dire que tout allait bien. Il ne devait plus penser à cela. Il devait se tourner vers le futur, cesser de ruminer le passé et se concentrer dans le présent. Il se donna une légère claque, lança un regard vers son grand frère avant de s'investir à nouveau dans sa tâche imposée par la chef du moment.

De leur côté, Tarô et Saido étaient piégés dans leurs souvenirs. Le grand Neko finit par délier sa langue et avoua ses souffrances tout en faisant une remarque à propos de ce qu'ont vécu les Fuun. Le petit chat noir s'autorisa à flotter au-dessus de l'épaule du plus jeune que lui et la tapota de ses deux petites pattes comme dans un geste de soutien.

- J'espère que tu parviendras à sauver ton frère. Mais j'y pense... tu es fiancé à une héritière au trône, n'est-ce pas ? Ne pourrais-tu pas te servir de cet avantage pour libérer nos frères et sœurs de ton Monde de l'esclavage humain ?

Proposa soudainement le petit chat noir. Ces Nekos esclaves pouvaient être libérés si des personnes s'alliaient et se battaient pour ces derniers. Certes, il y avait des risques, mais si personne ne se bougeait, la situation ne pourrait jamais changer et des Nekos continueraient de souffrir de la maltraitance des humains.

Saido revint sur les propos de Tarô concernant lui et Kuro. Il réfléchit un instant, se demandant si c'était une bonne idée de parler des événements de Seibutsu. Il ignorait en tout cas qui avait vu le plus de couleurs entre lui et son cadet. Ils en avaient bavé, tous, ça c'était une évidence malheureuse. Néanmoins, Saido aurait aimé sauver son frère de ce qu'il avait pu subir durant son enfance et le début de son adolescence. Kuro ignorait les choses car il n'avait été qu'un cobaye pendant trop d'années, et cela, bien avant sa naissance, pendant qu'il se développait dans le ventre de leur regrettée mère.

Après un moment de silence gênant, là où Tarô semblait perdu dans ses souvenirs et Saido dans ses propos, ce dernier finit par parler :

- Oh, tu sais... Kuro aussi en a vu des vertes et des pas mûres...

Il s'interrompit. Il ignorait par où commencer. Sans doute avec le génocide... Cela avait été le début de leurs malheurs, après tout et ce qui a causé la mort de quasiment tous les Nekos de Seibutsu excepté dix-neuf devenus alors des expériences pour des scientifiques afin d'améliorer la vie des humains.

- Disons que...

Encore une fois, il se tut. Il prit une dernière grande inspiration, trouvant finalement le début à son récit.

- Disons que je ne pourrais jamais oublier ce qu'il s'est passé sur Seibutsu, notre Monde natal. Vois-tu, mon physique actuelle n'est pas normale. J'étais un Neko comme toi et Kuro auparavant.

Il avait besoin de parler. Il le sentait. Il ne pouvait jamais mettre le passé de côté alors autant s'y plonger à nouveau, histoire de partager son récit à un plus jeune que lui.

- Les Nekos, sur Seibutsu, étaient mal vus par les humains. On était isolé dans des petites villes. Néanmoins, les humains en eurent assez qu'on défende la nature, là où eux faisaient des louanges à l'industrie et la technologie qui leur permettaient d'avoir des vies meilleures au point de détruire toute trace de la nature. J'avais trois ans quand un génocide débuta. Avec ma mère, mon père et ma grande sœur, âgée alors de cinq ans, on a fui notre maison. Pendant dix ans, les Nekos furent tous massacrés les uns après les autres. Au final, il ne restait plus que dix-neuf Nekos. Au lieu de nous tuer, on nous enferma dans un laboratoire pour faire des expériences sur nous. Mes parents étaient le seul couple parmi les Nekos et on les força à avoir un enfant afin qu'il soit un "cobaye parfait". Pendant sa grossesse, ma mère a subi de nombreuses expériences afin de faire en sorte que le bébé soit comme les scientifiques le désiraient. Quand elle a accouché, ma mère, devenue faible par toutes les expériences, mourut. Elle laissa derrière un nouveau-né : Kuro. Et tandis que Kuro devenait le centre de l'attention des scientifiques qui le manipulaient sans arrêt, les autres Nekos perdaient la vie. Au final, il n'y eut plus que mon père, ma sœur, Kuro et moi-même. Au final, ils nous quittèrent presque le même jour. Kuro n'avait que quatre ans quand cela est arrivé et il s'est cru responsable de ces malheurs. Ce jour-même, également, j'ai perdu mon apparence de Neko pour devenir ce petit chat noir. Pendant les neuf ans qui suivirent, Kuro a subi d'ignobles nouvelles expériences et opérations. Comme tu as pu le remarquer, il porte des fausses oreilles et queue car il les a perdus à force de subir toutes ces atrocités.

Saido se tut à nouveau. Il en avait beaucoup dit. Certes, des détails importants avaient été passés sous silence, néanmoins, le grand frère du Gardien de l'Explosion se disait que c'était largement suffisant.

- Kuro et moi sommes les derniers Nekos de Seibutsu, alors... si on peut sauver ceux de ton Monde, crois-moi que Kuro s'engagera à le faire.

Décida-t-il d'avertir pour conclure la conversation. Il venait de remarquer que son cadet s'était approché, ayant eu le temps de laver tout le pont pendant que les deux autres discutaient. Le blondinet avait un sourire radieux, les yeux brillants, semblant s'imaginer des choses qui l'enthousiasmaient :

- Hey ! Vous pensez qu'on va devoir affronter un autre bateau pirate qui voudrait le trésor de Furem ? On devrait se défendre pour nos bonnes causes et tout ! On montrerait aussi qui domine les océans !

Saido afficha un petit sourire amusé face à la naïveté de son petit frère. Décidément, le Neko avait terriblement des airs de petit garçon passionné d'aventure.

_________________


Ava & Kuro ♥:
 

Kuro's Theme:
 

Love's theme (AvaKuro)~:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fonda
Allié du Crépuscule
Stray Cat
FondaAllié du CrépusculeStray Cat
avatar
Féminin

Date de naissance : 10/04/1990

Âge : 28
Date d'inscription : 18/02/2014

Nombre de messages : 401


MessageSujet: Re: La légende du chat-pirate (Libre)   Jeu 2 Aoû - 14:14

Tarô eût un faible sourire lorsque Saido lui tapota l'épaule. Ce dernier lui dit qu'il espérait qu'il réussisse à sauver Kaito, ce qu'il trouva très gentil de sa part et en même temps logique, car lui aussi aurait sûrement tout fait pour sauver le sien. Il lui dit alors qu'il pourrait ce servir de son statut pour aider son monde, ce qui lui fit perdre son sourire, car il avait à présent un air sérieux.

"Impossible ! J'y ais déjà songé, mais tant que Chier ne sera pas au pouvoir, je ne pourrais rien faire, car sa mère me déteste et même si son père voudrait m'aider, je ne veux pas les impliquer dans une guerre, ce ne sont pas des guerriers et si l'un des habitants de Nomugo était blessé, tué ou capturé, je ne m'en remettrais pas"

Il y avait déjà songé, sauf qu'il préférait éviter le conflit et même si c'était lui qui ce dressait tout seul contre les humains, il sentait qu'il allait revenir à la case "torture", ce qu'il ne désirait pas. Suite à cela, Saido eût de la peine à lui avouer quelque chose. Tarô était suspendu à ses lèvrs, ce demandant pourquoi est-ce qu'il prenait autant de temps à aligner deux mots. C'est alors qu'il lui dit qu'il n'avait pas toujours eût ce physique de chat noir, ce qui étonna grandement le neko.


"Hein ? Ce n'est pas ta vrai apparence ? Qu'est-ce qu'il t'es arrivé ?"

Peu de temps après qu'il lui ait posé la question, Saido ce lança dans un long monologue des plus triste et des plus terrifiants. Le pauvre ! il avait dû faire face à un génocide et à la méchanceté gratuite des scientifiques, c'était vraiment horrible ! Comment est-ce que l'on peut faire de telles atrocités à une espèce qui ne faisait rien de mal ? Tarô ce senti énervé, puis ensuite, très triste pour les deux frères. Saido conclu par le fait que s'ils pouvaient aider à sauver les nekos de son monde, ils le ferraient, ce qui le fit alors comprendre pourquoi est-ce que cette histoire d'esclavage leur tenait à coeur. Ils ne voulaient pas qu'ils soient tous exterminés, ils voulaient qu'ils soient libres et ainsi éviter les mêmes malheurs.


"Vous êtes des modèles pour tous les nekos. Oui, j'avasi remarqué, mais je ne me suis pas demandé pourquoi elles n'étaiet pas réelles, à présent, je sais... Merci pour votre aide. Cependant, si ont veut tous les libérer, il faudra un plan en béton, car je n'ai pas envie que cette libération finisse en massacre"

Ayant l'air admiratif, il semblait être aussi à nouveau très sérieux, car il ne voulait pas que cette expédition devienne un bain de sang. Si des nekos étaient comme Kaito, tuer leurs maîtres les rendraient encore plus malheureux qu'avant et ne voulant pas faire la chasse à al sorcière, il voulait simplement que les deux espèces puissent vivre en harmonie sans s'exploiter ou ce taper tout le temps dessus. Ses pensées étaient peut-être utopiques, mais si à Nomugo cela était possible, pourquoi aps dans son monde ? Ayant un air rêveur, il pu voir que Kuro était venu prendre part à la discussion et dit alors ce qu'il pensait en ayant des propos de jeune garçon innocent, ce qui fit à nouveau sourire Tarô.


"Bien sûr ! je compte sur toi pour m'aider à remporter ces batailles navales en repoussant nos adversaires"

Ce neko, malgré tout ce qu'il avait subit, était un véritable rayon de soleil et il comprenait que son aîné ait toujours tout tenté de le protéger. Gardant son sourire, qui s'était agrandit, le fiancé de Chiery avait perdu connaissance sans s'en rendre compte. Son corps avait chuté sur le sol, tandis que le navire avançait. Dans l'inconscient de Tarô, tout était blanc. Marchant sans savoir où aller, sa représentation de sa personne dans subconscient, fini par arriver devant une plage, car totu ce modélisait petit à petit. Le ciel était bleu et il faisait chaud. Soudain, les vagues s'agitèrent et il ce retrouva propulsé dans l'eau, ce qui lui fit peur, car il ne savait pas nager. C'est alors que perdu au fin fond de la mer, un navire fit son apparition.

C'était un magnifique navire de guerre, il n'en avait jamais vu un si beau ! Son armature ne semblait pas avoir été usée par le temps et l'humidité, c'était comme si le bateau venait d'être crée. Ayant un air des plus étonnés et en même temps émerveillé, il ne pensait pas que c'était lui son bateau, oh 4A non, il ne l'aurait jamais imaginé qu'il soit si beau et si grand ! Avançant sa main devant lui, il frotta un peu sa coque, puis retira sa main lorsque le bateau-pirate ce mit à lui parler, car il ne savait pas comment c'était possible ! Sûrement un lien psychique et fort qu'il avait gardé de cette soi-disant vie antérieur.


- Mon cher Furem, comme il est bon de te revoir ! Tu as bien changé au fil des années, masi enfin tu t'es éveillé ! Cependant, méfie-toi de tes compagnons du voyage ! Certains voudront nous voir réuni par passions, d'autres pour l'appât du gain.

"Où es-tu ?"

Pendant ce temps, les membres de l'équipage avaient remarqués qu'il s'était évanouit. Le capitaine en avait été averti et il avait demandé à ce qu'on le transporte dans une cabine en ayant une mine réjouie et non inquiète, ce qui surprit une bonne partie de l'équipage, qui ce demandait s'il n'avait pas perdu la tête. Au moment de le porter pour l'emmener ce reposer, ce dernier ce débattit, semblant avoir peur, avant de ne plus bouger, puis pendant qu'il fût transporté, ils purent l'entendre parler, ce qui enthousiasma d'avnatage le capitaine. Il dit ensuite qu'il ne fallait surtout pas déranger Furem, ca ril était en communication avec son navire, ce qui fait que les membres de son équipage le prirent pour un fou, mais préférèrent ne pas lui transmettre leurs impressions. Une fois dans la cabine, Tarô fût installé dans un lit et le gérant de ce navire prit un tabouret, semblant ne rien vouloir manquer de cette discussion.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Gardien du Crépuscule de l'Explosion
Le Neko Malchanceux
MembreGardien du Crépuscule de l'ExplosionLe Neko Malchanceux
avatar
Féminin

Date de naissance : 18/07/2000

Âge : 18
Date d'inscription : 08/03/2015

Nombre de messages : 274

Feat : Chat Noir - Miraculous
Invocation : Saido - Grand frère de Kuro
Feuille de personnage
Infos:
InfosValeurs
NomFuun
PrénomKuro
Âge17 ans
Monde d’origineSeibutsu
StatutCrépuscule
RangGardien du Crépuscule de l'Explosion
PouvoirsExplosion
Présentation

MessageSujet: Re: La légende du chat-pirate (Libre)   Jeu 9 Aoû - 23:53

Des modèles. C'était le mot qu'avait utilisé Tarô pour désigner les Fuun après le récit du petit chat noir. Celui-ci demeura plongé dans ses pensées pendant un moment tandis que Kuro et Tarô semblaient s'amuser à l'idée d'être attaqués par des pirates, désireux du trésor du Furem. Il se demandait s'ils pouvaient vraiment être considérés comme des modèles pour les autres Nekos. Il avait surtout peur pour son petit frère à l'idée que des personnes de leur espèce puissent compter sur lui dans l'espoir de les sauver d'une certaine situation désespérée. Kuro devait être protégé de ce genre de chose. Il était trop jeune pour être un héros aux yeux des autres. Les deux avaient déjà conscience que le blondinet était considéré comme l'Espoir des Nekos de Seibutsu, ce que l'intéressé avait du mal à croire tandis que son aîné l'encourageait à suivre cette voix.

- Oh ouais ! Je vais les faire peur avec mes pouvoir d'Explosion en utilisant les grand tube qui crache des boules pour détruire leur bateau ce qui va les pousser à fuir mais on va y monter pour les attaquer au corps à corps ! Sauf qu'ils seront éblouis par mes explosions !!!

Kuro s'enthousiasmait à l'idée de faire des combats contre ces pirates - sans pour autant les blesser ou les tuer ! histoire de s'amuser un peu mais surtout de s'entraîner. Le Gardien de l'Explosion souhaitait s'améliorer toujours plus afin d'accomplir son devoir envers Meiko qu'il protégerait quoiqu'il en coûte. Le Neko blond cessa de rêver de ces aventures de pirates en remarquant que Tarô perdit conscience. Il réussit à attraper son confrère à temps pour l'allonger doucement sur le pont du navire. Les Fuun s'échangèrent un regard inquiet.

- Je l'ai pas vu venir ce coup ! Tu crois que c'est à cause de ses blessures ?
- Je ne pense pas. Ses blessures étaient graves mais on a su les désinfecter, cesser le saignement et le fait qu'il ait mangé lui a aidé à reprendre des forces. Je pense que c'est lié à autre chose...


Kuro demeura sceptique un moment, réfléchissant à tout vitesse ce que pouvait bien avoir Tarô. Il lâcha un petit bruit d'inspiration quand il finit par comprendre ce qu'il se passait.

- Tu crois que c'est lié au Furem ?

Saido fut silencieux pendant quelques instants. Si c'était bien le cas, alors cela confirmait le fait que Tarô était la réincarnation d'un chat de légende pirate et que cela pourrait bien intéresser le capitaine du Blanda Joya. Le grand frère du Neko blondinet se demandait si cet homme était aussi honnête qu'il essayait de se faire passer. Il restait tout de même un pirate, un être sans scrupule prêt à trahir à n'importe quel moment, pourvu qu'il garde tous les avantages.

- Que se passe-t-il ici ?

Cria une voix. Le capitaine venait de sortir de sa cabine face au brouhaha. En effet, l’équipage s’était réuni autour de Furem, inconscient. Face à cette scène, il afficha un petit sourire l'air satisfait de la situation. Il demanda alors à ce que l'on amène l'endormi dans sa cabine et que personne ne le dérange. Il expliqua qu le chat légendaire était en communication avec le navire et qu'il désirait donc écouter ce que l'intéressait disait dans ses songes afin de découvrir où se trouvait l'un des plus grands trésors de Furem. Malgré les multiples interrogations qui envahissaient les autres membres de l'équipage, certains d'entre eux s'exécutèrent pour porter le Neko et l'emmener dans les appartements du supérieur. Kuro voulut les retenir mais il fut repousser par deux grands gaillards. Certes, le blondinet était grand et musclé, néanmoins, il restait impuissant face à deux gorilles violents.

Se retrouvant alors seuls, les Fuun s'isolèrent pour discuter.

- Il faut que rejoigne Monsieur Tarô ! Il ne peut pas rester seul !
- Surtout que j'ai l'impression que le capitaine n'est pas autant honnête qu'il ne le fait paraître. Je suis certain qu'il est prêt à garder Tarô et nous rejeter dès que possible afin de garder les trésors de Furem. De plus, si Tarô parvient à communiquer avec son navire, cela confirme le fait qu'il soit la réincarnation de cette légende pirate.
- Le capitaine serait capable de garder Monsieur Tarô prisonnier ?... Mais ce serait horrible !
- Oui. Mais au-delà de Furem, le capitaine ne voit pas Tarô qui a sa propre vie et un entourage auquel il tient beaucoup, ainsi que ses propres rêves.


Les deux frères étaient d'accord sur le fait qu'ils ne pouvaient laisser Tarô seul. Kuro décida d'abord de passer par l'entrée de la cabine, simplement, pour ainsi éviter de s'attirer des ennuis auprès de l'équipage. Pourtant, quand il s'approcha des appartements du supérieur, la seconde se mit en travers de son chemin, bloquant l'accès, croisant les bras, le regard sévère.

- Vous comptez déranger le capitaine ? Il a pourtant été clair dans ses propos : il veut être seul avec Furem.
- Mais Monsieur Tarô... pardon, Furem est notre ami !
- Seul !


Elle accentua le mot, déterminée à faire respecter la volonté de son patron au sein de son navire. Le Gardien de l'Explosion s'éloigna alors de la cabine, vexé, les joues gonflées. Saido, quant à lui, flottant au-dessus de son petit frère, eut un haussement d'épaule, pas du tout surpris par la situation - l'inverse l'aurait même étonné. Kuro proposa de passer par les fenêtres. Peut-être y en aurait-il une d'ouverte. Sur ces mots, Saido fit une reconnaissance et vint l'avertir qu'il y en avait bien une d'ouverte. Le Neko se pencha au bord du pont et alla s'accrocher à l'aide de ses griffes sur la coque du navire. Ainsi, doucement mais sûrement, il progressait vers la cabine du capitaine. Lorsqu'il fut proche des fenêtres, il remarqua que ce dernier prenait toute note des paroles de Tarô qui était toujours inconscient.

Kuro prit une grande inspiration et s'approcha lentement de la seule entrée disponible. Il allait devoir être rapide. Il utilisa sa télékinésie pour provoquer un genre de vent qui fit tomber des rouleaux de carte du capitaine. Celui-ci décida d'abord d'ignorer, se disant qu'il rangerait plus tard, cependant, à force qu'elles tombent, il craqua et se mit à les ramasser. Kuro fila à toute allure et alla se planquer derrière une bibliothèque. Le capitaine alla fermer la fenêtre et revint auprès de Furem.

- Nous sommes dans une situation très dangereuse.

Ne put s'empêcher de chuchoter tout bas Saido, inquiet à l'idée que son petit frère puisse se faire prendre. Pourtant, tout ça prit fin lorsqu'ils entendirent la seconde hurler depuis le pont :

- On nous attaque ! Préparez-vous au combat ! Armez les canons !

Le capitaine lâcha un soupire. Il lut une dernière fois ses notes avant d'afficher un sourire satisfait. Il glissa son carnet dans une de ses sacoches et sortit de la cabine, sabre à la main. Kuro profita alors qu'il venait de fermer la porte pour se précipiter vers Tarô et le secoua par l'épaule, le suppliant de se réveiller.

- Monsieur Tarô ! On est attaqué ! Venez vite nous aider ! On va avoir besoin de vous !
- Laisse tomber, Kuro. On ferait mieux d'aller aider les pirates. Il se réveillera de lui-même.


Remarquant que le Neko ne semblait pas prêt de sortir de son sommeil, Saido préféra pousser son frangin à abandonner et rejoindre l'équipage pour défendre le Blanda Joya. Le vaisseau ennemi ne devait pas savoir que Furem était à bord, néanmoins, s'ils apprenaient sa présence, sans doute cela pourrait les intéresser. Le but était de conserver le bateau et que Tarô ne se fasse pas enlever.

Kuro se précipita dehors. Personne ne remarqua d'où il venait, trop occupé à charger les canons. Le blondinet s'approcha d'un mat et y grimpa au point le plus haut. Il se mit à charger une explosion dans sa main qu'il envoya dans l'eau, tout près du navire ennemi ce qui fit danser la mer et provoqua des vagues qui balancèrent le bateau, tandis que quelques marins y chutèrent. Kuro eut un sourire satisfait avant de prendre son bâton qu'il fit agrandir d'un coup pour créer un pont en posant les deux bouts sur un mât du Blanda Joya et un autre sur celui des adversaires. Funambule dans l'âme, le Neko fit la traversée, sous le regard inquiet de Saido. Une fois arrivé sans aucune chute, le blondinet rétrécit son arme avant de se jeter dans le vide et utilisa une explosion pour amortir sa chute, faisant reculer quelques pirates.

Réajustant une nouvelle fois la taille, le Gardien de l'Explosion se servit de son bâton pour faire reculer tout homme qui tentait de s'approcher de lui. Certains essayaient de l'attraper pour en faire un otage. Cause perdue, s'ils y parvenaient, cela serait inutile puisque le capitaine du Blanda Joya n'avait que d'yeux pour Furem et non pour ce chaton insignifiant.

Kuro se battait corps et âme sur le navire ennemi et réussissait à mettre à terre ceux qui tentaient de le descendre et faire tomber dans la mer ceux qui essayaient de traverser pour rejoindre l'autre bateau et attaquer l'équipage. De temps en temps, Saido envoyait des sphères de Ténèbres lorsqu'il remarquait que son petit frère allait être la victime d'un coup dans le dos, trop occupé à gérer deux autres hommes face à lui. Après un bon temps, Kuro rejoignit le Blanda Joya et fit tomber les derniers pirates restants. Le Neko se précipita par la suite vers la fin du vaisseau et provoqua une explosion dans l'eau pour faire avancer rapidement le transport afin d'éviter une nouvelle attaque.

L'équipage hurla de joie face à cette victoire écrasante. Il y avait très peu de blessés et quand c'était le cas, ce n'était rien de bien grave et d'ici quelques jours, il n'y aurait plus aucune trace de ce combat.

- Tu t'es bien battu, Kuro. Je suis fier de toi.

Saido affichait un grand sourire fraternel, plein de fierté pour son cadet qui lui répondit en affichant un rictus heureux.

- Merci, Saido ! Je n'y serai pas arrivé sans ton aide, non plus.

Et tandis que les Fuun demeuraient dans leur coin à se féliciter l'un l'autre, l'équipage célébrait la victoire dans la cale du Blanda Joya, profitant de bonnes bières, là où leur capitaine faisait des louanges à chacun de ses matelots, fier d'eux.

_________________


Ava & Kuro ♥:
 

Kuro's Theme:
 

Love's theme (AvaKuro)~:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fonda
Allié du Crépuscule
Stray Cat
FondaAllié du CrépusculeStray Cat
avatar
Féminin

Date de naissance : 10/04/1990

Âge : 28
Date d'inscription : 18/02/2014

Nombre de messages : 401


MessageSujet: Re: La légende du chat-pirate (Libre)   Mar 14 Aoû - 1:00

Tarô était toujours perdu dans son subconscient, n'ayant aucune idées de ce qu'il pouvait ce passer à l'extérieur de sa petite cervelle. Plus il s'approchait du bateau et plus il avait l'impression que ce dernier était content, ayant presque l'impression qu'il souriait. Décidant de monter à son bord, le navire le laissa faire, de toute façon, tout ce passait dans son imaginaire, alors pourquoi lui refuserait-il son accès ? Cela serait très frustant s'il ne pourrait l'atteindre ! Heureusement, il pu enfin monter à son bord et accéder au gouvernail, qui semblait être très vieux. Il semblait que dans le bois terni ce trouvait des inscriptions gravées qu'il eût de la peine à déchiffrer, ce qui ne l'empêcha pas de poser ses mains dessus, ressentant alors comme une grande énergie parcourir tout son corps et son âme.

"A quoi correspond les inscriptions ?"

> Ce sont les cordonnées de l'emplacement de ton trésor mon très cher Furem. Seul toi et tes héritiers sont capable de comprendre sa signification

"Et mon navire ? N'est-il pas un héritage de ma mémoire ? Ma fortune est-elle donc à ce point encombrante et dense pour que je ne l'emporte pas avec moi ?"

> Tu as raison, je t'aiderais lorsque tu m'auras retrouvé. Toutefois, je ne peux que répondre avec approbation. Fruem, la plsu grosse fortune des océans, il ne nous était donc pas possible de tout emporter et puis, au fil du temps, tu t'assagit et les trésors n'étaient plus que pour toi que les souvenirs de tes aventures passées à mes côtés... Ahah il est vrai qu'il était bien plaisant de rendre fous tous ces coquins qui ne désiraient que ton or et qui ne ce doutaient pas un seul instant que sous ce regard glacial que tu arborais, ce cachait un coeur tout aussi brillant que nos joyaux et nos écus

En entendant son bateau lui raconter tout cela, il avait la sensation d'avoir déjà accomplit tout alors qu'il n'avait même pas encore trouvé ce vieux tas de souvenirs qui le considérait comme son ami alors qu'il ne le connaissait pas et inversement, Tarô avait aussi l'impression que cela faisait des années qu'il le connaissait, d'ailleurs, il lui faisait confiance. Lorsqu'il eût terminé de parler, Tarô eût une nouvelle question à lui poser.


"Où te trouves-tu ?"

> Dans une citadelle sous-marine ! Navigue encore tout droit durant cinq kilomètres et tu verras une île en croissant de lune, c'est en-dessous que ce trouve la citadelle

En entendant ces mots, Tarô ne ce senti pas bien, d'ailleurs, il avait déjà l'impression de ne plus réussir à respirer, ce qui ce vit sur son visage tandis qu'il bougeait frénétiquement dans le lit. Il ne savait pas nager, alors rien que cette idée d'aller sous l'eau le terrifiait grandement. L'eau, c'était sa phobie et il devait faire de la plongée pour pouvoir récupérer cet ancêtre des plus sublimes ? Il ne ce sentait pas le courage.


> Qu'y-a-t-il ? Tu sembles être au bout de ta vie mon cher Furement

"Si tu me connais si bien, tu sais que je ne sais pas nager et que j'ai très peur de me noyer !"

> Je le sais, mais tu n'as rien à craindre, il y a toutun système prévu pour t'éviter de barboter dans l'eau. Ahlala sérieusement, durant tout ce temps, tu aurais pu apprendre, ce qui aurait fait de toi un neko parfait sans aucun défauts

Tarô ce rendait bien compte que le bateau ce riait de lui, qu'importe, il comprenait sa réaction, c'était une grande blague dont il n'avait pas encore trouvé de chute, car il était vrai qu'en apprenant à nager, il n'aurait plus peur de cet élément. Soupirant, il fini par répété ce que lui avait dit le navire en lâchant le gouvernail pour faire les cent pas sur le pont immense en semblant avoir besoin de réfléchir à tout ce qu'il venait d'entendre. C'est ensuite qu'il ressenti comme des secousses sur le flamboyant vestige d'une ancienne vie qu'il était avide de connaître.


> Je crois que le devoir t'appelle, il est temps que tu viennes en aide à tes vaillants camarades.

"Comment le pourrais-je ? Nous ne pourrons plsu parler si je reviens à moi !"

> Nous sommes à jamais liés, tu ferais mieux de t'en faire pour tes amis

"Je sais, mais... Oh qu'est-ce que c'est que ça ?"

Tarô semblait être triste de quitter si vite son nouvel ami avec lequel il semblait si bien s'entendre. Ce dernier le rassura et lorsqu'il pensait qu'il allait s'en aller, il trouva une vieille photo, par terre, qui était une photo de ce qu'il avait pu être par le passé, avec ce qui semblait être son équipage. Il y avait un beau rouquin qui portait un énorme chapeau noir de corsaire avec une tête de mort dessinée dessus et les beaux habits qu'il portaient lui fit penser qu'il s'agissait peut-être de sa personne. Il était beau et avait un regard flamboyant, semblant être sûr de lui et à la fois heureux d'être asusi bien entouré. Il s'assit alors par terre et mit un long moment à contempler l'image.

> Est-ce que des souvenirs te reviennent ?

"Pas encore. Tout ce que je sais, c'est qu'il faudra que je m'achète les mêmes vêtements parce que j'avasi trop la classe dans cette tenue et qu'il faudra que je la montre à des amis qui rêvent égalemetn de faire ta connaissance !"

Au bout d'un long moment de contemplation, malgré le bruit qu'il y avait dehors à cause de la bataille, rien ne semblait l'attendre, cependant, il fini par revenir à la réalité à cause des cris de victoires et de la musique jouée pour célébrer une belle victoire. Ouvrant péniblement les yeux, il fini par ce réveiller et pu voir qu'il y avait la seconde qui semblait l'attendre.


- Alors cette discussion est terminée ? Et si nous passions à notre petit rendez-vous, après tout ce que vous venez de faire, vous avez besoin de vous détendre.

"Justement, je n'ai rien fait de spécial, vous devriez être également à cette petite fête donnée par votre équipage, je n'ai rien à voir dans votre victoire et puis, ce rendez-vous n'était qu'un pari. Je susi désolé mademoiselle de vous l'annoncer ainsi, mais j'ai déjà une fiancée. Sur ce, j'ai à faire ! Merci pour le verre !"

La seconde eût l'air très surprise par cette révélation, puis elle ce mit à jurer quand il lui faussa compagnie, après lui avoir redonné le verre qu'il venait de terminer. Elle qui pensait avoir flairé une bonne piste, c'était raté ! Ce disant que si ce sale matou pensait l'avoir ainsi, il ce trompait royalement et que si pour être sûre de garder la fortune dans l'équipage, elle devait insister pour ce faire bien voir, elle le ferait, car le bonheur du capitaine passait bien avant tout le reste et sachant que le fric était ce qu'il aimait le plus, elle ne pouvait pas passer à côté d'une telle affaire. La plantant donc sur place, il s'en alla rejoindre les frères Neko, dès qu'il les eût retrouvé.


"Désolé si je vous ais inquiétés, cette discussion avec mon navire était des plus intéressantes. Qu'ais-je manqué ? En tout cas, ce qui est sûr, c'est que je peux vous indiquer la direction de mon bien sans soucis, nous pouvons même partir sans les attendre, ces gens n'ont pas tous l'air d'être de bonne fréquentation"

Lorsqu'il eût demandé ce qu'il avait manqué, il parla ensuite à voix basse de sorte à ce qu'il n'y ait que Kuro et Saido qui entendent. Sur les recommandations de son navire, il pensait, surtout en voyant comment fonctionnaient ces humains, qu'il serait presque temps de leur fausser compagnie avant qu'ils ne le pillent, mais comment rester discret en partant à trois dans un canot de sauvetage, s'il y en avait un ? Ce mettant à étudier la question, il ce mit également à ce demander si les deux nekos étaient de son avis et s'ils le suivraient dans sa petite fugue.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Gardien du Crépuscule de l'Explosion
Le Neko Malchanceux
MembreGardien du Crépuscule de l'ExplosionLe Neko Malchanceux
avatar
Féminin

Date de naissance : 18/07/2000

Âge : 18
Date d'inscription : 08/03/2015

Nombre de messages : 274

Feat : Chat Noir - Miraculous
Invocation : Saido - Grand frère de Kuro
Feuille de personnage
Infos:
InfosValeurs
NomFuun
PrénomKuro
Âge17 ans
Monde d’origineSeibutsu
StatutCrépuscule
RangGardien du Crépuscule de l'Explosion
PouvoirsExplosion
Présentation

MessageSujet: Re: La légende du chat-pirate (Libre)   Lun 27 Aoû - 21:29

Kuro tourna son regard vers le pont absolument vide. Tout le monde était préoccupé à profiter de la petite fête. Cependant, il remarqua que la seconde alla rejoindre la cabine du capitaine. Le blondinet échangea un regard avec Saido. Elle allait sûrement rejoindre Tarô. Ce dernier dormait sans doute encore. Pourtant, malgré leur méfiance, aucun des deux Fuun n'agit. Ils attendaient si le moindre soucis débarquait soudainement.

- Je pense qu'on ferait mieux de partir le plus rapidement possible... Les notes que le capitaine a prises ne m'inspirent pas confiance.
- Comment on va faire pour sortir d'ici ?
- Il doit bien y avoir des barques le long du vaisseau.
- C'est quoi ?
- Des genres de petits bateaux sans voile où il faut utiliser de longs bâtons avec des planches au bout pour avancer, ça s'appelle des rames.


Sur ces mots, Kuro se pencha au-dessus de l'eau et remarqua deux barques suspendues avec les rames. Le Neko les pointa discrètement du doigt pour que son frère les remarque. Saido réfléchit pendant un moment. Il se disait que ça serait bien que Taro soit avec eux pour pouvoir discuter plus en profondeur à propos de leur échappé qui risquait d'être dangereuse. En parlant du loup, le rouquin finit par rejoindre les frangins. Il leur indiqua qu'il avait longuement discuter avec son navire avec qui il semblait partager un lien fort avant de proposer de partir du Blanda Joya, lui aussi manquant de confiance envers l'équipage.

- Nous aussi, nous songions à partir d'ici. Le capitaine cache des sombres desseins. Il a pris des notes pendant ton sommeil. Je crains qu'il ne cherche à abuser de ta présence en tant que Furem et je sens qu'il est prêt à se débarrasser de Kuro et moi à n'importe quel moment. On est une gêne pour lui. On a remarqué qu'il y avait des barques... Il faut profiter du fait que tout le monde pense à festoyer pour filer en douce.

Répondit Saido en chuchotant, regrettant que des oreilles discrètes puissent trainer dans le coin. Il se méfiait surtout de la seconde qui était encore dans la cabine de son commandant. Celle-ci finit d'ailleurs par en sortir. Elle remarqua le trio de chats dans leur coin, ce qui fit qu'elle les regardait de manière soupçonneuse. Elle s'approcha d'ailleurs d'eux, comprenant que quelque chose se tramait.

- Je vois qu'on profite de l'absence du capitaine pour glander. Gamin, je t'avais pourtant confier une tâche, nan ?
- Hum... j'ai fini mon travail alors j'ai-
- Fais gaffe, petit. Si tu ne fais pas ce qu'on t'ordonne, t'es utile à rien pour nous alors on peut très bien te jeter en dehors du navire. Balaie le pont !


Kuro se retint de frémir face à ses menaces. Le jeune Gardien de l'Explosion n'avait jamais eu l'occasion de plonger dans l'eau et il ignorait donc comment nager. Suite à ces paroles, la femme s'en alla. Saido avait remarqué une pointe d'irritation dans le timbre de cette dernière et notamment un regard fâché en direction de Tarô. Le petit chat noir comprit qu'il s'était passé quelque chose entre les deux et que cela avait résulté sur une colère provenant de la seconde. Néanmoins, il ne chercha pas à en apprendre plus car cela ne le concernait pas bien que Kuro fut victime de son agacement.

- Je crois qu'il va falloir attendre tard dans la nuit si on veut pouvoir s'échapper sans avoir de problème... Il faut que personne ne nous remarque.

Le blondin hocha de la tête à cette remarque. Il avait l'impression que le bras-droit du capitaine du Blanda Joya n'était pas prête de le lâcher des yeux. Au moindre faux pas, elle était prête à le balancer par-dessus bord et il s'agissait là de la dernière chose que le Neko souhaitait. Quant à Saido, après avoir réfléchi un moment, il se tourna vers Tarô :

- J'imagine que le capitaine voudra t'installer dans une cabine confortable. Tu accepteras l'invitation. Kuro et moi serons te localiser. Je viendrais te chercher quand tout le monde dormira, tandis que Kuro préparera la barque. J'imagine qu'il y aura deux ou trois pirates qui monteront la garde. Il faudra être prudents.
- Je serai discret grâce à ma combi ! Pis, s'ils ont de la lumière trop forte, j'utiliserai mes pouvoirs pour l'étouffer légèrement afin qu'ils ne voient pas grand chose.
- Bonne idée ! En attendant, Kuro, fais ce que la seconde t'a demandé et toi, Tarô, si jamais le capitaine venait à te parler, essaye de lui voler son carnet de notes... et esquive ses questions comme tu peux.


Le Gardien de l'Explosion alla récupérer ses affaires de ménage qu'il avait posé dans un coin. Il allait faire en sorte que le pont brille plus encore. Cela risquait d'être long mais au moins, cela ferait passer le temps avant que la nuit ne tombe. De plus, il pouvait profiter de l'absence des pirates pour passer facilement sa serpillère sur les planches.

***

- Je sais qu'il ne m'aime pas, que ma présence lui dérange, mais je dois parler avec Kuro. Je dois le retrouver et essayer de poser des meilleures bases avec lui. Si je veux que nous trouvions un bon chemin d'entente, il faut que je le retrouve. Nous ne sommes vus qu'une fois et nous n'avons eu que peu de temps pour parler. J'aimerai le rejoindre. Je ressens ce besoin d'être auprès de lui. Je me sens mieux quand il est là. J'espère qu'il ne m'en veut pas pour ce que je suis. Je ne peux pas rester là plus longtemps sans rien faire, les bras croisés. Il faut que je sois plus discret cette fois.

***

Laboratoire de Seibutsu - Kanashî : 18 ans/Kuro : 3 ans

- Fais attention, Kuro, quand tu manges. Tu mets des miettes partout sur ton lit et après, tu vas te plaindre que ça pique !

Kuro était assis sur le bord de son lit, grignotant un petit bout de pain sec qu'il avait eu de la part d'un scientifique car le garçonnet n'avait pas arrêté de pleurer qu'il avait faim. Kanashî et lui partageaient la même chambre depuis la naissance de ce dernier et elle veillait ainsi sur lui à chaque instant. Le petit Neko agita doucement ses oreilles tandis que sa queue ondulait. Il miaula avant de tourner sa tête vers son lit et remarqua les quelques miettes. Il se mit debout, se tourna vers la couchette et observa les traces de son grignotement.

- Faut les enlever ?
- Oui. Je vais aller chercher le petit balai et tu me regardes faire une partie et tu feras l'autre, d'accord ?
- D'acco', g'ande sœu' !


La jeune fille alla chercher les outils et montra les gestes qu'il fallait adapter pour retirer ces fameuses miettes. Maladroitement, le gamin recopia ce qu'avait fait son aînée. Celle-ci était à la fois attendrie et amusée face à la volonté de son petit frère. Quand il eut fini, elle caressa doucement ses cheveux, ayant un sourire plein de fierté.

- Bravo, Kuro ! Tu es très doué !

L'enfant se mit à gazouiller, ravi de rendre Kanashî heureuse. Ils échangèrent une douce étreinte, profitant de ce moment de complicité. Les scientifiques n'étaient pas présents pour les déranger. Ils soufflaient un peu d'une matinée chargée. Kanashî cachait sa grande fatigue à son benjamin pour ne pas l'affoler. A vrai dire, elle ne montrait à personne qu'elle était à nouveau malade.

- Tu vas devenir un vrai gentleman, toi !

Kuro ne comprit pas ses paroles mais à voir le regard plein d'amour que lui faisait l'adolescente, le petit se disait qu'il devait s'agir d'un compliment.


[Désolée si la forme de mon RP dérange XD J'ai eu une inspiration soudaine x3 ]

_________________


Ava & Kuro ♥:
 

Kuro's Theme:
 

Love's theme (AvaKuro)~:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fonda
Allié du Crépuscule
Stray Cat
FondaAllié du CrépusculeStray Cat
avatar
Féminin

Date de naissance : 10/04/1990

Âge : 28
Date d'inscription : 18/02/2014

Nombre de messages : 401


MessageSujet: Re: La légende du chat-pirate (Libre)   Sam 22 Sep - 0:43

HS : Non, la forme dérange pas, c'est juste que la fin, j'ai aps très bien compris qui parlait, mais bon, pas grave ^^^Vraiment désolée pour l'attente, j'ai un travail de malade en ce moment niveau rp et j'ai aps encore trouvé el rythme pour tout gérer.

Tarô hocha plusieurs fois la tête en les écoutant parler. Leru plan semblait être génial. Bien calculé, sans bavures, un plan à la hauteur de leur intelligence et de leur logique mutuelle. Attendre que tout le monde soit endormit ne lui posait pas de problèmes, c'était rester ici encore longtemps qui l'ennuyait, car il ce rendait compte de plus en plus que ces gens n'étaient pas fiables, et bien que ses amis l'avaient averti, il s'en rendait de plus en plus compte que tout ce qui importait, c'était son or et rien de plus, ce qui était très dérangeant comme sentiment, surtout que lui, ce n'était pas sa priorité. Lui, tout ce qu'il voulait, c'était rejoindre la fille qu'il aimait et vivre sa vie avec elle avec un peu d'or pour la combler de cadeaux lorsqu'elle en désiraient et pouvoir aussi faire plaisir à sa famille et ses proches, le reste, ce n'éait que garniture.

Bien sûr, avant, il volait, mais c'était seulement pour ce nourrir et puis, il ne faisait pas d emal à quiconque, alors il pensait avoir la conscience tranquille comparé à ces pirates qui semblaient soudainement être bourrés de clichés. Toutefois, même si ce plan semblait être bon, il n'avait pas grand chose à faire, a part tenter de récupérer les notes, s'il le pouvait, et tenter d'esquiver les questions du capitaine, ce qu'il croit, n'aurait pas de mal à faire. Ce qui le dérangeait, également, c'était que ses amis allaient travailler pendant qu'il ne ferait rien.

"D'accord, mais si je peux vous aider autrement, n'hésitez pas à me le dire, je ne veux pas que vous soyez trop fatigués par ma faute"

Il chuchota tandis que ses oreilles frétillaient un peu pendant que sa queue bougeait dans tous les sens, car il était un peu inquiet pour ses amis et surtout, il avait l'impression qu'ont les espionnaient. Tout en ayant ce sentiment, il pu voir la seconde faire son apparition, ce qui ne le surprit guère. Cette dernière fût cependant assez méchante avec Kuro, ce qui lui fit lâcher un miaulement légèrement énervé pendant que sa queue fouettait l'air.

"Je peux vous jurer que si vous faites du mal à mon cousin, les conséquences seront dévastatrices. Il n'a pas à payer les pots cassés, je suis l'unique responsable."

Il avait dit ces mots en ayant l'air très sérieux. Après, pourquoi avait-il appelé Kuro "cousin" ? En faites, c'était le seule terme familial qu'il lui était venu à l'esprit pour fausser les pistes et essayer de lui attirer le moins d'ennuis possibles. Après tout, ne serait-il pas intouchable en ayant ce statut ? Cela lui semblait être une évidence. Ce mettant ensuite à marcher en direction de l'endroit où tout le monde faisait la fête, il cru entendre quelqu'un parler, mais ces paroles lui semblaient tellement invraisemblable qu'il croyait avoir imaginé cette voix. Soupirant en ce demandant s'il ne devenait pas fou, il pu ce rendre compte, en arrivant au lieu dit que ce dernier empestait l'alcool, ce qui lui donnait presque envie de vomir.

Il n'y avait pas que son nez qui était agressé, car ses oreilles l'étaient tout autant à cause des rires forts et des discussions peu discrètes, ce qui lui fit ce demander s'ils comprenaient vraiment tout ce qu'ils disaient vu la tonne d'alcool qu'ils semblaient s'être enfilée dans le gosier. Il y avait des tables rondes et des chaises formées dans le même bois vernit. Dansant et chantant un peu partout où ils le désiraient, le neko pu s'apercevoir qu'ils étaient tout autant inspirés pour les plans foireux que pour les fêtes. Au fond, il remarqua un musicien, qui était un accordéoniste. Un homme d'âge mûr, qui semblait être enchaîné au mur, n'étant utile que pour amuser la galerie et bien qu'il portait des habits corrects, il ne semblait pas humain, ses oreilles en étaient la preuve. Ignorant alors tout ces pauvres types ivres, le neko ce fit discret et alla jusque vers l'homme-loup.


"Bonjour, excusez-moi, vous ne seriez pas par hasard le père de Maka et Mana ? Ce sont deux fillettes jumelles avec les mêmes attributs. La première fois que je suis venu à Port Royal, avec une amie, on les a libérées d'un bateau-pirate et elles avaient les mêmes yeux que vous. Elles sont saines et sauves"

En le voyant soudainement pleurer silencieusement, emporté par l'émotion, Taro pu ce rendre compte que sans qu'il ne parle, qu'il avait vu juste. C'était vraiment une coïncidence qu'il retrouve le père en ces lieux. La musique ce stoppa net et l'esclave prit Tarô dans ses bras en le remerciant chaleureusement pour cette bonne nouvelle, puis la musique retentit à nouveau, bien plus joyeuse qu'auparavant.

"Dès que la fête sera terminée, vous pourrez à nouveau être auprès d'elle"

Chuchota le neko en ayant un grand sourire aux lèvres. Heureusement que ce lycan éait là, il lui permettait d'éviter de rendre la nourriture que lui avait achetée Kuro quelques heures plus tôt, sur le plancher, ce qui n'aurait pas été des plus bel effets pour un invité de marque tel que lui. Trouvant alors un endroit a peu prêt respirable, il pu voir qu'on lui tendait quelque chose, alors par réflexe, il le prit. Marmonnant un faible merci, il renifla le contenu, puis en bu une gorgée et c'est alors qu'il senti la tête lui tourner encore plus que sa première communication avec son navire dont il ne savait aps encore exactement le nom, En plus, il sentait que son envie de vomir était davantage présente. Comment il allait faire pour tenir le coup ? Si ça ce trouve, il y avait peut-être de la drogue dans la boisson qu'on lui avait tendue pour éviter qu'il ne fasse n'importe quoi avec son corps ! Pensant alors qu'il devenait paranoïaque, il espira et expira le plus calmement possible en ce demandant s'il avait le droit de passer davantage pour un effronté en quittant la fête en douce, ce qui, en soit, ne serait peut-être pas une bonne idée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: La légende du chat-pirate (Libre)   

Revenir en haut Aller en bas
 
La légende du chat-pirate (Libre)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kingdom Hearts RPG :: RPG - Domaine de la Lumière :: Port Royal-
Sauter vers: