Kingdom Hearts RPG


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 La Forêt des Cauchemars [PV Exnihilo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Membre
Princesse du Crépuscule du Vide
MembrePrincesse du Crépuscule du Vide
avatar
Nombre de messages : 11
Age : 18
Invocation : Sanso Ita
Date d'inscription : 18/05/2017

MessageSujet: La Forêt des Cauchemars [PV Exnihilo]   Dim 21 Mai - 14:27

Un mois. Un mois s'est déjà écoulé depuis qu'elles ont quitté leur monde natal : Misuto, du côté de Norowa bien sûr, il faut le préciser ! Au début, c'était un choc et même difficile pour les Princesses néanmoins elles pouvaient apprendre des tas de trucs puisqu'elles ne connaissaient presque rien, ce qui n'est pas étonnant lorsqu'on vient de Norowa. Comme par exemple connaître certaines structures, la nourriture, les animaux ainsi que les plantes en tout genre. Souvent Teria prenait peur en voyant des fleurs, puisque là où elle vivait, les fleurs sont mauvaises mais Materia, après avoir tant insisté, a réussit à lui faire comprendre que les fleurs des Mondes qu'elles ont pu visiter assez hasardeusement, n'ont rien de bien menaçant.

En parlant de ces voyages entre les mondes qui sont assez aléatoire, les Princesses du Vide se déplacent beaucoup en effet, n'ayant aucun endroit fixe. Teria ça ne l'aurait pas du tout dérangé de vivre dans un monde mais le soucis, c'était Materia en fait. Cette dernière se refusait de rester dans un même endroit à long terme, c'était juste, impensable pour elle. Sous prétexte qu'elle n'a pas envie de croiser ces même individus qui pourrait très vite l'agacer, bien qu'en réalité, son alter-égo a très bien comprit que la Ténébreuse avait juste peur de croiser des hommes et surtout les même s'il y a routine. Alors, elle se permet de bouger, de bouger et encore de bouger, parfois elle voyageait seule durant un moment mais elle revient très vite auprès de Teria parce qu'elle ne pouvait pas non plus se permettre de la laisser seule. C'est très contradictoire lorsqu'on sait qu'on veut être seul mais aussi avoir quand même quelqu'un auprès de soit car on a peur d'être seul. Ou peut-être parce que Materia n'avait pas envie de la laisser seule tout simplement.

Enfin, là ça fait depuis un petit moment qu'elles ont apparut dans la Ville de Traverse par curiosité. L'une était absolument joyeuse tandis que l'autre sortait une expression blasée, suivant en silence son double. Les Princesses ont pu entrer dans une drôle de petite maison qui se trouvait dans une sorte de grande grotte mais il n'y avait personne. A part des tonnes de livres un peu rangé partout, des tonnes et des tonnes de bouquins. Ce qui blase encore plus la Ténébreuse.

"On va pas encore lire, j'espère ?"
"Oh aller Materia ! Juste un livre pour nous divertir et apprendre de nouvelles choses !"
"Tu en as pas eu assez ? Je tiens à te rappeler que tu t'es déjà assez empiffrer de lecture comme ça dans la Citée du Crépuscule."
"Il le faut pour apprendre des choses ! Norowa a jamais eu de livres comme ça !"
"Je ne veux plus entendre parler de ce monde."


Au ton glacial que venait de lancer sa moitié, Teria ne disait plus rien, se sentant désolée d'avoir agacée ses Ténèbres qui croisait les bras en détournant le regard, l'air totalement ailleurs. La châtaine aux yeux bleus se mit légèrement à soupirer en lançant un dernier petit regard à sa consoeur avant de passer entre les piles de livres, observant autour d'elle. Rien ne semblait trop l'intéressée pour l'instant jusqu'à qu'un livre attira son attention. L'ayant marché un peu dessus, la jeune fille retira son pied pour ensuite le ramasser. Il avait une couverture pâle avec des animaux qui lui sont inconnus dessus. Seulement leurs visages étaient rayés par des sortes de griffures. Un petit sourire amusé fleurissait alors sur son visage.

"Hey Materia ! Regarde, tes Sanso Ita ont pas ce genre de griffes ?"

La concernée lâcha un petit hoquet, semblant être intéressé puis accourt vers la Lumineuse pour lui prendre le bouquin des mains et le regarder intensément avant de reprendre un air blasé en haussant un sourcil. Teria, qui se mit à ricaner, commençait sérieusement à la désespérer.

"Désolée, j'ai pas pu m'y empêcher ! C'était pour te faire venir."
"Ouais bah j'ai compris que tu voulais me faire venir... et donc quoi ?"
"Bah regarde ! Tu as vu ces animaux ? J'aime bien ce livre, j'ai hâte de le lire !"
"Tu me déranges juste pour ça... Bon, eh bien, prends-le. Toute façon il y a personne pour t'en empêcher."
"Mais il doit appartenir à quelqu'un, non ?"
"On s'en fout."
"Tu es de mauvaise foi ! Pour la peine, je vais le lire de suite sur place ! T'inquiète si le proprio' arrive, je lui rends !"
"Je préfère que ça soit UNE proprio' dans ce cas..."


La Princesse tira la langue à son alter-égo, comprenant bien son message puis se mit à ouvrir le livre en affichant un grand sourire, le feuilletant un peu au hasard. Sauf que plus ça allait, plus c'était étrange le contenu. Sans s'y attendre, le livre commença à aspirer Teria, suivit de Materia qui lui a prit instinctivement sa main pour se laisser plonger dedans avec elle. Un peu sonnée, Teria a apparut dans une petite maison plongé dans la pénombre et surtout, elle était déserte. Son visage avait cogné contre le planché. Quant à Materia, elle eut la chance d'atterrir, couchée, sur un fauteuil mais se releva aussitôt en se sentant un peu gênée.

Elles ignoraient qu'est-ce qui s'est passé mais on dirait qu'elles sont vraisemblablement à l'intérieur du livre. L'ambiance était assez sombre, comme l'intérieur de cette maison. Materia put remarquer qu'il y avait des pots de miel entièrement vides et troués, avec quelques griffures sur le sol. Son coeur lui pinçait un peu, cette ambiance lui fait rappeler chez le père de Teria, enfin, son père aussi du coup. Ce qui l'angoisse quelque peu. La châtaine aux yeux bleus s'approcha celle aux yeux verts pour lui prendre sa main et la serrer afin de ne plus se détacher d'elle.

"Je... Je n'ose plus trop bouger d'ici..."
"Il va le falloir pourtant."
"Mais... tu n'as pas peur ?... Cet endroit est étrange !"
"Parfois, il faut savoir surmonter ses peurs..."
"Oui, je comprends... je te soutiens !"


Sur ce, Materia serra un peu plus la main de son être d'origine avant de s'avancer lentement dans la salle, tenant précieusement Teria. La Norowienne regardait attentivement les alentours, restant sur ses gardes. Les Princesses approchaient lentement de la porte pour pouvoir sortir de cette maisonnettes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Membre de l'Organisation
Gardien du Crépuscule du Vide
Le Botteur de l'Extrême
MembreMembre de l'OrganisationGardien du Crépuscule du VideLe Botteur de l'Extrême
avatar
Nombre de messages : 638
Age : 21
Date d'inscription : 18/12/2010

MessageSujet: Re: La Forêt des Cauchemars [PV Exnihilo]   Dim 21 Mai - 16:25

Il s'agissait d'un jour où le Botteur de l'Extrême n'avait pas reçu de mission de la part de la Sucrerie des Ténèbres ni d'un autre membre qui pouvait potentiellement l'assigner à une tâche. Ce genre de jour, pas mal de Simili restaient à rêvasser, à pâlir dans leur chambre, en attendant d'avoir une nouvelle aventure choisie par le destin. Le Gardien du Crépuscule, lui, qui n'était pas du style à rester planter dans sa chambre à ne rien faire, préférait provoquer le destin en se baladant à droite à gauche à travers les différents domaines qu'il connaissait presque comme sa poche, à force de vagabondage. Et puis Exnihilo n'avait surtout aucune raison de s’apitoyer sur son sort ou se poser un tas de question comme beaucoup d'êtres sans coeur, être un Simili, pour un obsédé de l'équilibre entre Ténèbres et Lumière, ça lui allait parfaitement ! Il était un Gardien du Crépuscule, il se devait de ne pas interférer dans la balance des forces de l'univers. Sans coeur, il avait moins de risque de provoquer le déclin des Ténèbres ou la chute de la Lumière. Être affilié au Néant, en tant que Simili, était presque une solution de vie idéale pour le Botteur du vide.

C'est ainsi qu'Exnihilo mis les pieds dans la Ville de Traverse. Ce n'était pas la première fois qu'il se trouvait dans ce monde aux portes du Domaine du Crépuscule, loin de là, il y avait même vécu un certain temps lorsqu'il possédait toujours un coeur. Le coeur d'une personne plutôt aimable et aimante, qui gagnait sa vie à cette époque en divertissant les jeunes enfants du coin, souvent réfugiés à cause de la destruction de leur monde, dans de multiples tours de passe-passe qu'il pouvait aisément faire grâce à ses capacités liées au pouvoir du vide.
Pour se remémorer ce passé qui lui paraissait à la fois lointain et proche dans le temps, Exnihilo décida de revêtir sa capuche et installa, à l'aide de quelques vieilles caisses en carton qui traînaient dans les ruelles de la ville, un modeste stand de fortune. Il sorti d'un petit vortex une faible mallette qui contenait, après l'ouverture de son cadenas rouillé, plusieurs marionnettes de bois et de minces tissus qu'il dépoussiéra. Ces petits objets avaient l'air de ne pas avoir vu le jour, ou la lumière des étoiles, depuis un bon moment. Exnihilo resta un petit moment à les observer, sans que l'on sache ce qu'il pouvait en penser, puisqu'il portait sa capuche, mais surtout son casque !
Qu'est-ce que tu penserais d'elle ? qu'il se dit, en ayant l'air de questionner l'un des petits pantins qui représentait une femme en armure, portant une cape, avec deux petites perles d'un rose pâle en guise d'yeux.

"Dis m'sieur, tu fais un spectacle ?"

C'est une petite voix qui attira l'attention du Botteur, qui semblait avoir de la clientèle. Une jeune enfant suçotant son pouce se trouvait devant le stand de marionnettistes du Simili, les yeux émerveillées d'avance, même si Exnihilo n'avait encore rien officialisé.

"Oh oh ! Mais dis moi exquise enfant, tu sais que tu es extrêmement chanceuse ? J'allais justement commencé un exceptionnel spectacle !", lui répondit le Simili de sa voix qui pouvait paraître effrayante, puisque étouffée et résonnante dans son épais casque, mais qui ne semblait pas toucher la petite fille qui restait plutôt ébahie par l'étendue de petits bonshommes de bois articulés qui se trouvaient sous ses yeux.
"Assis-toi juste ici, et laisse l'extraordinaire conte débuter !", qu'il lui dit en faisant apparaître un petit banc à ras le sol, adapté aux enfants hauts comme trois pommes.

"Attends, 'tends m'sieur !"
, fit la petite enfant, "j'veux une histoire avec cette fille là !", qu'elle demanda en pointant du doigt l'une des marionnettes. Contrairement aux autres pantins, celui-ci avait le visage peint en gris, alors que les autres avaient différentes nuances de brun, c'est peut-être ce qui plu à l'enfant, ou bien le fait que la marionnette était affublée d'un petit chapeau pointu noir de sorcière.

"Excellent choix ! Ecoute bien, je vais t'expliquer l'histoire d'une pauvre enfant qui devînt une vile sorcière, âgée, qui provoqua la destruction de son monde par crainte de disparaître !"
, qu'il dit pour introduire son spectacle, tandis que d'autres passants et enfants rejoignirent la première petite fille petit à petit.
"Elle naquît un jour d’éclipse, et sa pauvre mère cessa d'exister en lui donnant naissance. Ces deux faits extrêmement hasardeux parurent comme le signe d'un destin extraordinaire pour l'entourage de cette enfant qui venait de naître. Son destin était d'être exclue de la grande ville de son monde, pour sauver les autres habitants de leurs propres vices. A peine à l'extérieur du ventre de sa mère, elle fut emmenée dans un temple et l'extérieur de la grande cité, perdue dans un désert infini et extrême. Là-bas, suite à une étrange cérémonie réalisée par de vieux "sages" tout desséchés, un exercice difficile, toutes les mauvaises pensées des habitants du monde furent extractés de leurs coeurs avant d'être insufflés au nouveau né. La peau de l'exquise enfant qui venait de naître vira au gris, et elle pris le titre de Mauvaise Sorcière. Un honneur pour certain, une malédiction pour d'autres. En étant surexposée aux Ténèbres des coeur, les Ténèbres de l'enfant grandirent dans son petit coeur, qui ne devînt presque que de cette sombre énergie ! Elle existait maintenant en tant qu'une incarnation de la noirceur de son monde, et devait être exclue de sa société, pour équilibrer les forces des Ténèbres et de la Lumière difficilement canalisable dans ce monde défiant certaines lois de l'existence. Une fois la cérémonie terminée, l'enfant fût envoyée chez une vielle femme dans le désert, dans une forêt sèche aux arbres de marbres, où elle fut élevée par cette personne âgée, une Maudite Sorcière également, jusqu'à ce qu'elle passa l'arme à gauche.
Une fois aux portes de la mort, la Maudite Sorcière qu'était devenue l'enfant recevra sous son aile une nouvelle petite fille au coeur sombre, jusqu'à ce qu'elle meurt à son tour et soit remplacée par celle qu'elle éleva. Ceci est le cercle d'existence des Maudites Sorcières...


"Mais bien évidemment, tout ça n'est qu'une histoire les enfants !", indiqua en rigolant un vieil homme en pantoufles, tout de bleu vêtu, en caressant sa longue barbe. "C'était une merveilleuse animation néanmoins !", voulu faire savoir le mage en faisant apparaître un bouquin à l'aide de sa baguette magique, "mais laissez moi plutôt faire oublier ceci à ces enfants avec un conte plus coloré et joyeux, celui de Winnie l'Ourson".

"Ce n'est pas une idée à exclure", répondit Exnihilo en rangeant son attirail, pensif, pendant que le papy à la toque bleue pris l'attention. Par le passé, Exnihilo n'avait pas raconté que des histoires tristes comme celle-ci, et à vrai dire, s'il avait pu continué son récit avant de se faire interrompre par l'enchanteur, il en serait venu jusqu'à parler de la Maudite Sorcière qui mit fin à ce cycle. La Maudite Sorcière qui le fit par la destruction. La Maudite Sorcière pour qui il "travaillait", à savoir Phoenix, la Simili d' "Ophine", même si ce prénom ne voulait pas dire grand chose pour le Botteur de l'Extrême. Continuant à compter son histoire dans sa tête, Exnihilo mis du temps à percuter aux cris d'enfants qu'il entendait, avant de tourner le regard vers l'énigmatique livre "Winnie l'Ourson" qui aspirait un à un les malheureux enfants, sans que le vieux magicien ne sache comment agir pour empêcher ce qui se produisait.
Sentant l'aventure mais aussi le devoir, Exnihilo s'interposa entre le Livre et les gamins qui disparaissaient happés par l'ouvrage, en essayant de refermer ce maudit conte avec l'enchanteur.

"Mettez le Livre à l'abris, à l'extérieur de la Ville de Traverse, je vais les protéger, cherchez un moyen de nous faire tous sortir de ce codex en attendant", lâcha solennellement le Simili casqué avant de se faire aspirer à son tour par le bouquin, volontairement. Aussitôt, l'enchanteur parvînt à contenir les pages folles du livre et le refermer, avant de vite aller rejoindre son ancienne habitation exclue du reste de la ville. Il essayait certainement de trouver un moyen de sauver les prisonniers du conte en farfouillant dans ses grimoires mal rangés, et fût probablement aspiré à son tour au bout d'un certain temps, sans quoi les deux facettes de la Princesse du Vide n'auraient pas trouvé l'habitation de Merlin... vide.

"Hé, je suis le marionnettiste ! Je suis venu vous extirper de ce cauchemar, êtes-vous ici les enfants ?", demandait Exnihilo à haute voix à travers le sombre monde cauchemardesque qu'était devenu la douce Forêt des Rêves Bleues, jusqu'à parvenir aux abords d'une maisonnette de laquelle il vît du mouvements. Se mettant sur ses gardes, le Simili ouvrit rapidement la porte de la modeste baraque, avant de tomber directement sur les deux jeunes femmes qu'il n'avait pas prévu de rencontrer aujourd'hui. L'allure du Simili casqué et le moment de tension dans laquelle il ouvrit brutalement la porte n'allait sûrement pas aider le duo de demoiselles à se sentir plus en sécurité.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Princesse du Crépuscule du Vide
MembrePrincesse du Crépuscule du Vide
avatar
Nombre de messages : 11
Age : 18
Invocation : Sanso Ita
Date d'inscription : 18/05/2017

MessageSujet: Re: La Forêt des Cauchemars [PV Exnihilo]   Dim 21 Mai - 20:27

Leurs pas n'étaient pas sûr et surtout lents, Teria ne cessait de trembler tandis que Materia qui restait brave jusqu'au bout finit bien par trembloter de temps en temps mais pas autant que sa partie Lumineuse qui avait vraiment la trouille. La Ténébreuse soutient alors sa consoeur, lui disant qu'il fallait encore plus de courage et qu'il leur manquait encore quelques centimètres pour atteindre la porte. Elles n'ont fait que la moitié de la pièce ! Mais la pauvre Teria stressait de plus en plus, surtout qu'elle n'avait plus trop de souvenirs de son ancienne demeure puisque Materia les avait absorbés, ce qui fait qu'elle est beaucoup plus habitué à ce genre d'ambiance angoissante.

Oh que oui, elle se souvient en tant que Teria... du moins, comme dans ses cauchemars, elle se voyait à sa place. Elle se souvient de ces soirs où elle sortait discrètement de sa chambre pour se faufiler quelque part dans ce grand château afin de se cacher, de peur que son père vienne pénétrer dans sa chambre. Ces nuits d'angoisses marquait beaucoup l'esprit de la châtaine aux yeux verts qui ne faisait que de trembler, de sursauter au moindre bruit. De plus il faisait souvent noir, ça lui arrivait parfois de ne rien voir mais le paternel, lui, ça ne le dérangeait pas. Il avait un très bon odorat. Il ne se gène pas pour s'en servir s'il a envie de trouver sa fille sur le champs. Toute façon, jamais il ne s'est gêné pour quoique ce soit envers Teria-Materia, donc ce n'est pas nouveau.

La demoiselle reprit ses esprits en secouant la tête, sortant de ses réflexions sans importances avant d'entendre un bruit vers la porte. Quelqu'un allait entrer dans la maison, Teria en était un peu trop proche à son goût. C'est alors d'un geste brusque que Materia se mit à tirer sur le bras de la Princesse pour l'attirer à elle et se mettre devant la porte en sortant une dague, la brandissant en avant. Prête à attaquer la menace qui arrivait et protéger Teria, qui a finit par tomber sur le parquet.

Mais là, en découvrant la personne qui venait d'ouvrir brusquement la porte, il y a eu comme un malaise. Ou en tout cas, surtout pour Materia qui regardait intensément l'homme qui se trouvait devant elle, elle en restait immobile mais abaisse tout de même très lentement son arme. La jeune fille essayait de se contenir mais elle finissait par trembler en écarquillant légèrement les yeux avant de se reculer et se laisser, maladroitement, tomber sur son fessier tout en poussant un cri. Teria se leva soudainement du sol, alertée par son alter-égo avant de jeter un regard à l'individu casqué qui venait d'entrer dans la petite maison. C'est vrai qu'il pouvait être "impressionnant", surtout pour la Ténébreuse, qu'elle se disait en regardant la personne. La Princesse aurait pu prendre peur, peut-être pas autant que sa camarade, mais pour une raison qu'elle ignore elle n'avait plus peur. Au contraire, elle avait l'impression de se sentir bien et comblée.

"Hum... Bonjour Monsieur ! Je m'appelle Teria et elle qui est par terre, c'est mon amie Materia ! Pardonnez-là, elle est très timide..."

Se présentait-elle doucement en s'inclinant, soulevant un peu sa robe tout en affichant un doux sourire attendrit et joyeux. Bien sûr elle ne voulait pas dire que Materia a juste peur de la gente masculine pour ne pas qu'on se pose trop de question, bien que cela se voyait que ce n'est pas à cause de la timidité qu'elle agit comme ça. Cette dernière finit alors par se relever au ralentit avant de reculer encore plus. Regrettant un peu de ne pas avoir pu récupérer son double mais il est hors de question qu'elle se rapproche pour faire reculer la Princesse avec elle de cet homme mystérieux. Pourquoi il a un casque d'ailleurs ? Il cache son identité ? Pourquoi ? Est-ce son père ?! Beaucoup trop de questions tourmentait l'esprit de la jeune fille qui a envie de pleurer, mais les larmes ne sortent pas. Tant mieux dans un sens.

"Viens Materia ! Tu ne crains rien ! Pas vrai Monsieur, elle ne craint rien ?"

Fit-elle à nouveau, posant sa question d'une voix empli d'innocence. La demoiselle se tourna à moitié pour tendre sa main à la Ténébreuse qui la regardait intensément en tremblant avant de se rapprocher et lui prendre la main, se mettant à côté de sa consoeur mais avec tout de même quelques pas d'écart avec le jeune homme qui s'était introduit.

"Je pense qu'elle ne va pas se décider à parler pour le moment ! Mais, elle se demande qui êtes-vous et qu'est-ce que vous faisiez ici."

La Princesse avait utiliser son lien qui l'unit à son double pour pouvoir comprendre ce qu'elle pense, afin de dire les choses à la place de Materia qui semble être décidé de ne pas parler pour le moment, sûrement en état de choc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Membre de l'Organisation
Gardien du Crépuscule du Vide
Le Botteur de l'Extrême
MembreMembre de l'OrganisationGardien du Crépuscule du VideLe Botteur de l'Extrême
avatar
Nombre de messages : 638
Age : 21
Date d'inscription : 18/12/2010

MessageSujet: Re: La Forêt des Cauchemars [PV Exnihilo]   Jeu 25 Mai - 18:23

Lorsqu'il avait enfilé tout son attirail, à savoir plusieurs collants épais, une combinaison élastique, un ou plusieurs pantalons, quelques couches de gants, ses chaussures fétiches et évidemment son casque pour masquer son apparence en se levant ce matin, le Gardien du Vide n'avait clairement pas prévu de se retrouver absorber dans un conte magique devenu diabolique, certes, mais il n'avait encore moins prévu que cela de tomber sur les demoiselles qu'il n'allait à présent jamais réellement quitter. Ce sont deux jeunes filles qui se trouvaient devant lui, deux jolies gamines effrayées par les lieux, et certainement aussi par l'intervention du Simili. Il y avait un je-ne-sais-quoi de familier pour Exnihilo chez ces deux filles. D'où venait ces jolis minois, ou plutôt ce joli minois ? Oui car en plus d'une impression de déjà vu, ce duo surprise donnait l'impression de voir double tellement la ressemblance était frappante.

"Et moi qui trouve qu'elle lui ressemble... ce n'est rien à côté de l'extraordinaire ressemblance entre ces deux là"
, marmonna Exnihilo en pensant à une personne proche de lui depuis peu, et une autre qui n'était plus de ce monde depuis déjà un sacré nombre d'année que le Simili ne pouvait plus compter. Deux personnes qui se ressemblaient, mais pas de la même manière que les filles qu'il avait sous les yeux. On ne pouvait même pas parler de jumelles tellement elles étaient semblables en de nombreux points, à quelques exceptions prêts qu'Exnihilo remarqua petit à petit en les observant. Pour autant, même s'il prenait le temps d'analyser la situation et les deux jeunes filles, il n'arrivait pas à savoir où est-ce qu'il avait pu les croiser. Est-ce seulement arrivé ? J'ai tellement l'impression de les connaître, et pourtant... rien. Rien ne venait à l'esprit du Simili, qui n'était pas du genre à oublier les visages qu'il croisait à travers les mondes, même s'il en avait plus qu'en une vie moyenne malgré son jeune âge.

Celle qui tenait encore debout se présenta, elle et son acolyte aux yeux verts qui restaient par terre, une dague à la main. Teria et Materia ? Ces noms étaient inconnus pour Exnihilo, ce qui décevait le Simili dans ses questionnements. Il s'était dit qu'il avait peut-être vu leurs visages dans des registres ou archives de l'Organisation, mais il aurait sûrement retenu quelque chose à leur sujet, ce qui n'était pas le cas. Nan vraiment, Exnihilo n'avait jamais rencontré ces demoiselles, il en était certain, aussi certain qu'il avait l'impression de les connaître, paradoxalement. "Bordel" comme elle dirait si bien, pensa le Botteur de l'Extrême.

"Oh euh, exactement. Elle ne craint rien, de ma part en tout cas", répondit premièrement l'homme masqué de sa voix étouffée dans son épais casque semblable à de l'obsidienne. Il ne savait pas vraiment ce qui pouvait bien se tramer à l'intérieur de maudit bouquin, et ce qu'il risquait d'arriver. Quelques choses pouvaient bien les attaquer. D'ailleurs, il n'était pas impossible pour le Simili que Teria et Materia ne soient que des illusions créées par ce lieu à présent maudit, et cela pouvait permettre d'expliquer pourquoi il avait une impression étrange en les regardant.

"Il s'agit là d'une excellente question !"
, commença à dire le drôle individu en tapant dans ses mains pour les joindre et ensuite se pencher pour se présenter à son tour, "je me nomme Exnihilo, et c'est un plaisir de vous connaître exquises enfants", qu'il ajouta avant d'avancer dans la pièce, tout en contournant les demoiselles en levant les mains en l'air, pour montrer qu'il n'allait rien leur faire.
"Je suis à la recherche d'enfants disparus, je dois les extirper de ce cauchemar", qu'il expliqua en commençant à fouiner dans l'étrange maison angoissante, pour peut-être tomber sur une trace des bambins qu'il se devait de retrouver.
"Et vous ? Vous n'existez qu'en ces lieux, n'est-ce pas ?", présuma le Simili, en ne pensant pas une seconde que Merlin avait pu faillir à sa tâche et que quelqu'un d'autre avait été aspiré dans la Forêt des Cauchemars.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Princesse du Crépuscule du Vide
MembrePrincesse du Crépuscule du Vide
avatar
Nombre de messages : 11
Age : 18
Invocation : Sanso Ita
Date d'inscription : 18/05/2017

MessageSujet: Re: La Forêt des Cauchemars [PV Exnihilo]   Jeu 1 Juin - 1:25

La jeune princesse aux yeux bleus regardait intensément cet homme qui semblait tant la fasciner, surtout de par ce qu'il reflétait comme figure. Jamais elle n'avait vu une personne aussi couverte. Même les habitants de Norowa qui sont pourtant obligé d'être couvert pour pas avoir contact à certaine plante, ne le sont pas autant. Il est clair que cet individu n'aurait aucun risque s'il faisait du tourisme dans cette partie de Misuto. Ah si, il y a bien un risque en fait. Il faut que son organisme respiratoire soit compatible avec "l'air" de Norowa. Après tout, un Misutien qui vient à Norowa est un Misutien mort, puisqu'il ne pourra respirer à Norowa. En tout cas, la Norowienne ressenti à nouveau cette sensation de bien-être qui ne faisait que se renforcer, comme si cela combler un vide qu'elle n'avait jamais ressenti jusque là auparavant. Puis sa Lumière brillait un peu plus dans son coeur, même Materia qui restait silencieuse depuis tout à l'heure pouvait sentir malgré elle, ses Ténèbres s'agiter. Il était clair, il y a quelque chose en rapport avec ce drôle de personnage, ce que Materia refuse d'admettre contrairement à Teria qui en devenait de plus en plus curieuse.

Lorsque le Simili se présenta, la Lumineuse s'inclina à nouveau en affichant un énorme sourire, l'air heureuse. Le contraire de Materia qui se crispait petit à petit, encore plus en le voyant s'approcher au point qu'elle s'est mise à fortement serrer les poings en tremblant légèrement. Un soupir franchit alors ses lèvres en le voyant les contourner, ce qui la rassura plus ou moins. La jeune fille aux verts s'aida alors de la main que lui tendit Teria pour se relever avant de se tourner vivement pour garder un oeil sur ce Exnihilo dont elle n'arrivait pas à avoir confiance pour plusieurs raisons.

"Oh, vous recherchez des enfants ? Hum... ? Ce cauchemars ?"

Se questionna la petite châtaine qui suivait, presque en sautillant, le jeune homme pour lequel elle faisait déjà confiance, ce qui désespéra la Ténébreuse qui aurait plutôt aimé la retenir pour la garder près de soi mais en vain, elle lui a échappé des doigts, encore une fois. C'est à contre coeur que la jeune Materia se rapprocha pour demeurer près de sa consoeur tout en gardant une certaine petite distance avec l'homme. Pourquoi son visage est caché par cet étrange casque ? C'est perturbant. Oui, vraiment, c'est perturbant de pas voir le visage de son interlocuteur. On aurait dit un sorte de cauchemars...

"Hein ?"

Fit seulement la Princesse du Vide, ne comprenant pas trop les propos de l'individu, contrairement à ses Ténèbres qui avait parfaitement comprit, c'est en soufflant qu'elle prit la parole dans un ton presque vide d'émotions :

"Non. Nous venons pas de ce Livre."

Elle s'en fichait du ton qu'elle venait de prendre ou que sa phrase soit courte, au moins elle était plus ou moins claire. De toute manière, il n'a pas à en savoir plus. Mais Teria, qui se mit à pencher sa tête sur le côté, semble pas du tout être de son avis au vu qu'elle se rapprocha encore plus de l'homme casqué avec son éternel sourire joyeux.

"Ah oui c'est vrai !! Materia et moi sommes atterris dans cette Ville de Traverse pour découvrir des choses, puis je suis venue dans cette maison avec beaucoup de livres qui traînent. C'est alors que je suis tombé sur ce petit livre étrange avec des drôles d'animaux que je ne connais pas présenté dessus ! Nous avons été aspiré ensuite et nous voilà ici, dans cette petite maisonnette plutôt sombre ! Mais sinon en vrai, nous sommes d'origine de Misuto, enfin, de Norowa plus précisément ! Nous sommes la Princesse Norowienne ! M'enfin, Materia est-"
"Tais-toi. Tu parles trop, Teria."
"Heh ?!"

La petite Lumineuse se tourna vers la Ténébreuse en affichant une petite moue, surprise que sa camarade lui parle ainsi, alors elle se permit de l'approcher pour lui pincer gentiment les joues en fronçant très légèrement les sourcils, ce qui ne lui donnait pas du tout un air crédible en fait tandis que Materia tentait de la repousser en grognant légèrement.

"Pourquoi je devrais me taire ? C'est cool de parler !"
"Mais personne ne s'intéresse à ce genre d'histoire !!"
"Tout le monde aime les histoires !"
"Pas moi !"
"Mais si ! Si j'aime les histoires, dans un sens, tu aimes aussi ! Puisque toi et moi sommes la même personne ! Tu es mes Ténèbres, je suis ta Lumière !"


Agacée, Materia poussa un gros soupir, réussissant à repousser Teria loin d'elle puis partit dans son coin, comme si elle boudait pour aller s'asseoir sur une marche d'un escalier en bois. La Princesse du Vide cligna des yeux en la regardant partir avant de se tourner pour regarder l'homme tout couvert.

"Même si elle est mes Ténèbres, Materia est gentille hein ! Je dis ça car souvent les gens ont peur de ce pouvoir... Enfin trêve de bavardage ! Qu'est-ce qui se passe ici ? Et pourquoi j'ai l'impression... de vous connaître dans le fond ?"

La Princesse ne le voyait pas mais en prononçant cette dernière question, la tête de la Ténébreuse ,qui se trouvait dans le fond de la salle, se redressa aussitôt, comme si elle était alertée par quelque chose. Comment ça Teria avait l'impression de le connaître ? Pourquoi ?! Qui est-il exactement ?! Son visage qu'il cache depuis tout à l'heure... y a-t-il une raison derrière tout ça ?! Materia finit par se lever subitement de sa marche, regardant droit devant elle, l'air totalement ailleurs tellement qu'elle était plongée dans ses pensées. Cacherait-il quelque chose ? Est-il un danger ? Un danger pour Teria ?... Est-ce... est-ce qu'il est... 'notre' père ? La pauvre sentait son coeur battre de plus en plus fort, cette conclusion était tellement irréaliste, pourtant Materia ne pouvait s'en empêcher d'y penser et de s'en méfier encore plus. Il ne s'agit plus de sa propre personne et sa peur désormais. Mais de la protection de Teria. Elle protégerais cette douce petite Princesse à qui elle appartenait contre tous ces horreurs corrompus. Elle la protégerait de son père, elle la protégerait de cet homme qu'elle pense être son père ou alors du moins une entité maléfique qui serait lié à lui, qui aurait été envoyé pour chercher la Princesse.

Oui, ça doit être ça. Ce n'est qu'un sbire de Futoku et si cela devait déraper, Materia serait prête à tout pour se jeter dessus pour défendre Teria. Il était hors de question que les mauvais souvenirs qu'elle a vécue lui reviennent. Materia se doit de garder ces mauvaises choses, d'être un sorte de coffre à mauvais souvenir.

Soudainement, un Sanso Ita apparut tout près de la Ténébreuse, la créature se mettait à se frottait affectueusement contre la jambe de sa maîtresse, ce qui attira le regard de Teria qui affichait un tendre sourire. En voyant ce petit monstre, pourtant tant craint par les Norowiens, Materia fut de suite apaisé et se mit alors à lui caresser la tête avant de jeter un regard vers l'homme en noir.

"Ne faîtes pas de mal aux Sanso Ita, ils sont de notre côté. Cependant, ne vous y approchez pas trop non plus, ces bêtes ne sont pas très... domestique, voyez-vous."

A ces mots, le petit Sanso émit un petit grognement féroce en continuant de se frotter contre sa maîtresse et lorsqu'il ouvrit un peu sa gueule, un étrange gaz vert en sorti mais ce fit aussitôt aspiré par Materia afin d'éviter que ce gaz toxique se propage partout dans les lieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Membre de l'Organisation
Gardien du Crépuscule du Vide
Le Botteur de l'Extrême
MembreMembre de l'OrganisationGardien du Crépuscule du VideLe Botteur de l'Extrême
avatar
Nombre de messages : 638
Age : 21
Date d'inscription : 18/12/2010

MessageSujet: Re: La Forêt des Cauchemars [PV Exnihilo]   Mer 7 Juin - 22:52

Le Simili cherchait dans les moindres recoins de la vieille bicoque obscure la présence d'un hypothétique enfant disparu, ou du moins ce qu'il pouvait en restait s'il était déjà trop tard pour leur vie, en admettant qu'elles soient menacées. Néanmoins, l'homme casqué écoutait les supposées jumelles discuter et se quereller, elles qui semblaient si proches et pour autant si opposées. Et, de part les propos qu'elles tenaient, les brèves mots que Teria lâcha avant que sa compère ne la fasse taire, Exnihilo compris à quel genre de personne il avait à faire. Elles ne sont... qu'une seule et unique personne. Chose que Teria finit par confirmer, au détriment de sa moitié.

"Il semblerait que Merlin ait échoué à sa tâche. Ce vieux magicien loufoque ne semble pas savoir maîtrisé ce qu'il a entre les mains", commença par dire le Simili en bredouillant dans son épais casque, avant de se reprendre, lui-même et le personnage qu'il incarnait, "ce qu'il se passe ici exactement ? Je n'en sais trop rien, pour être même plus exact, je n'en sais strictement rien ! Je me trouvais à l'extérieur de ce bouquin, à la Ville de Traverse également, avant que des enfants ne soient avalés par un vortex provenant du livre. Je n'ai eu nul autre choix que de plonger à l'intérieur également, sans trop de réflexions. Je ne saurais même pas dire depuis combien de temps je marche à travers les textes de ce maudit récit", avoua l'individu pour répondre à la question de la petite Teria souriante, en observant brièvement la créature qui apparu en naissant de Materia. Une drôle de bestiole que le Simili pensait avoir déjà lu quelque chose là dessus, peut-être à la bibliothèque de Lexical dans la Demeure.

Se grattant le casque comme si son crâne le démangeait dans sa réflexion, Exnihilo essaya de se redemander où il avait pu croisé ces demoiselles, même si il savait qu'elles lui disaient quelque chose tout autant qu'il savait ne jamais les avoir vu, de ses propres yeux du moins. Mais Exnihilo en a-t-il seulement, d'ailleurs, des yeux ? Haha, seul diable le sait ! Et Phoenix, cette petite diablesse, aussi.

"Dans le fond, dans le fond... j'ai également cette inexplicable impression", répliqua le Simili en fixant intensément les deux demoiselles, arrêtant sa recherche de traces des enfants dans la sombre maison un moment. "Mais quand je t'ai vu... tes expressions n'étaient pas les mêmes exquise enfant", ajouta le Simili en s'approchant de Teria, avant d'attraper le menton de la demoiselle pour faire tourner son visage minutieusement, tout en se doutant que l'alter égo de la jeune fille qu'il touchait allait réagir négativement d'une manière ou une autre. Les aurais-je connu, lorsqu'elle n'était qu'un seul coeur ? Impensable pour le Simili qui n'oubliait personne, mais il était presque prêt à douter en sa mémoire, même si il ne les avait belle et bien jamais rencontré à proprement parler.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Princesse du Crépuscule du Vide
MembrePrincesse du Crépuscule du Vide
avatar
Nombre de messages : 11
Age : 18
Invocation : Sanso Ita
Date d'inscription : 18/05/2017

MessageSujet: Re: La Forêt des Cauchemars [PV Exnihilo]   Jeu 8 Juin - 13:52

Oh alors lui aussi il était à la Ville de Traverse avant de plonger dans ce livre, que se disait Teria, légèrement songeuse. Il y avait des enfants avec lui ? Où sont-ils à présent ? Personne ne doit le savoir apparemment, pourtant la Princesse du Vide souhaiterait aider ce jeune homme à les trouver. Il y a comme un espoir qui fait qu'elle est certaine qu'ils puissent retrouver ces enfants ! Enfin, c'est surtout le fait qu'elle soit beaucoup trop optimiste pour se dire ça, et ça, Materia, en le ressentant, ne pouvait s'empêcher de soupirer discrètement. Se demandant si c'était une bonne idée d'avoir aspiré toutes les mauvaises choses qui rongeait l'esprit de son alter-égo. Mais après mures réflexions... évidemment que c'est une bonne idée ! Elle ne pouvait se permettre de laisser Teria, en train de souffrir, tourmenté par ces souvenirs horribles. Mais comme on dit, même si on retire des souvenirs, le coeur, lui, s'en souvient. La Ténébreuse espère juste que tout ça, ne va pas lui revenir d'un seul coup.

La châtaine aux yeux verts se mit à tapoter la tête du Sanso qui finit par disparaître. La jeune fille ressentait comme un sorte de poids depuis qu'elle a apprit qu'elle pouvait contrôler ces créatures. Après tout, ça fait des millénaires et des millénaires qu'ils existent sur Misuto, dans tout Norowa plus précisément. Ces bestioles sont totalement meurtrières, elles ont dû tuer tellement d'être vivants, elles étaient libres de leurs mouvements et c'est ainsi que maintenant elles sont entièrement "domestiqué" par Materia ? Cette nouvelle pourrait choquer plus d'un. Il était clair que si Materia remontait le temps pour dire aux habitants qu'un jour, ces monstres seront à sa merci, ils ne la croiront jamais et sûrement, il la tuerait en pensant qu'elle est un danger.

Mais bon, laissons ce bon vieux Norowa comme il est... ce n'est pas nouveau, il a toujours été ainsi depuis sa naissance. Ces terres Norowiennes sont toutes aussi dangereuses les unes que les autres. Norowa est tout simplement maudit. Materia, en tant que Teria, avait déjà lu des livres d'histoire racontant le passé. Il est dit que cette zone ne possède qu'une seule divinité, qui est justement celle qui a créée les Sanso Ita, puis elle serait apparemment accompagné d'un Ange déchu. Tout ça pour une histoire de bannissement... Si Ryû n'avait pas bannit cette Déesse qui servait autrefois Misuto, Norowa n'aurait jamais existé. Teria aurait été une Misutienne, vivrait dans un endroit plus sûr... et sûrement accompagné d'adorable parents.

D'ailleurs cette dernière leva sa tête vers l'homme casqué lorsqu'il avoua que c'était réciproque, qu'il a l'impression de la connaître. la petite Princesse afficha un grand sourire, cependant, elle se mit à pencher légèrement la tête sur le côté lorsqu'il poursuivit. La jeune fille allait lui dire quelque chose mais n'eut pas le temps, lâchant un petit hoquet de surprise lorsqu'il lui prit le menton pour observer son visage. Ses joues deviennent toutes rouges, par réflexe, n'étant pas habituée à ce qu'on l'examine comme ça tandis qu'elle frissonnait légèrement.

"Co... Comment ça... Mes... mes expressions n'étaient pas les mêmes ?..."

Demanda-t-elle de sa petite voix, quelque peu tremblante. Avait-elle peur ? Non pas vraiment, en fait, elle ressentait comme quelque chose dans son coeur mais on dirait bien que ça n'a lui appartenait pas. Est-ce... Materia ?

En effet, la Ténébreuse qui regardait la scène semblait être totalement immobile, les yeux écarquillés, bien qu'elle frissonnait beaucoup. Pourquoi il fait ça ?! Se demandait-elle, sûrement perdue par ces émotions. La dernière fois que la jeune fille a "vu" quelqu'un faire ça à Teria, c'était son père. C'est alors quelque chose de forcément mauvais. C'est un mauvais signe, qu'elle se répétait en boucle, toute tremblante.

"Relâche-là immédiatement !"

Se permet-elle de crier en serrant les poings, toujours aussi tremblante. La demoiselle réussit à faire quelques pas en avant jusqu'à s'arrêter totalement de marcher. Teria tourna légèrement son regard en lui souriant tendrement.

"Tu n'as pas à t'en faire. Il n'est pas un danger, je le sais car je le sens ! Je ne crains rien et toi non plus, tu ne crains rien !"
"Comment peux-tu être aussi sûre de toi ?... Le danger rôde toujours..."
"Mais non ! Ouvre un peu plus ton coeur, tu verras et tu sentira comme moi !"


Teria est toujours aussi naïve, songea-t-elle, le regard qui s'est légèrement attristé avant de se reprendre après avoir secoué la tête, les sourcils froncés. Bien évidemment qu'en réalité, elle sait parfaitement ce que ressent la Lumineuse envers Exnihilo. La Ténébreuse le ressentait pleinement, il y avait en effet comme un lien, mais encore une fois elle voudra le nier car elle n'aimait pas cette sensation d'être lié à quelqu'un ou peut-être, plutôt lié à un homme. Materia ne pouvait pas, ça la terrifiait, dans le fond elle ne déteste personne bien sûr. Juste sa peur qui est étouffante, juste à cause d'événements traumatisants.

Sans prévenir, Materia se mit à leur tourner soudainement le dos pour faire face à un pot où il y a écrit maladroitement au feutre noir "Miel", la demoiselle se mit à soulever le couvercle pour découvrir que ce pot de miel était en fait rempli de sang. Devenant pâle à cette découverte, elle rabaissa le couvercle, mais évidemment Teria l'avait ressenti.

"Materia à découvert un pot de miel rempli de sang... cet endroit fait très peur !"

S'exclama-t-elle avant de foncer d'un seul coup dans les bras du Simili, comme pour vouloir chercher du soutien et se sentir protéger. Materia les regardait du coin de l'oeil, mais cette fois-ci, elle soupira juste tout simplement, n'exprimant plus aucune peur. Juste de l’exaspération.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Membre de l'Organisation
Gardien du Crépuscule du Vide
Le Botteur de l'Extrême
MembreMembre de l'OrganisationGardien du Crépuscule du VideLe Botteur de l'Extrême
avatar
Nombre de messages : 638
Age : 21
Date d'inscription : 18/12/2010

MessageSujet: Re: La Forêt des Cauchemars [PV Exnihilo]   Dim 18 Juin - 19:31

Que pouvait bien répondre le Simili qui ne se rappelait de rien ? Rien, simplement. Et "rien" est une chose que le Simili du Vide apprécie d'une certaine manière, si je peux me permettre le jeu de mots. Ainsi, ce n'était peut-être pas une mauvaise chose qu'il n'ait pas de souvenirs concernant les deux parties de Teria, ni même la Teria initiale. Cela était peut-être un choix de sa part, de son inconscient, pour faciliter les choses. Sur ces réflexions, Exnihilo se dit qu'il devrait laisser ces questions de côté à présent, du moins tant que rien ne l'oblige à le faire, même s'il craignait que quelqu'un ait pu peut-être touché à sa mémoire, qui sait. Une chose qui pouvait s'avérer impardonnable pour Exnihilo si l'on venait à lui effacer certains souvenirs qu'il garde constamment dans la moindre parcelle de son âme, et qui en dise beaucoup sur celui qu'il est aujourd'hui. Des souvenirs concernant une femme aux yeux roses, qui n'était donc certainement pas les Teria !

"Il t'est impossible de t'approcher, c'est explicite", formula le Simili casqué rapidement suite à la remarque de Materia qui ne pouvait supporter que l'on s'approche de sa moitié. Mais Exnihilo n'était pas choqué par cette réaction, d'une parce qu'il n'avait pas de coeur et il s'agissait donc d'une sensation qu'il ne pouvait vivre pleinement, mais aussi et surtout car il avait l'habitude d'effrayer les gens qu'il croisait à cause de son apparence. Celle d'un type entièrement masqué, totalement incognito, qui pouvait être n'importe qui, et surtout n'importe quoi. C'est peut-être ce que Materia craignait, et Exnihilo était presque navré pour elle de savoir qu'elle ne pourra jamais être rassuré quand à la réelle identité du Simili, puisque jamais elle ne verra son visage. Quoi qu'il arrive, Exnihilo devait garder secret son visage, il se l'était promit, que ce soit avec ou sans raison propre.

"Et ce qui devrait l'être aussi, explicite, c'est que je n'ai rien contre vous ! C'est même exactement l'inverse, l'exact opposé ! Je suis ici pour ramener tout le monde à l'extérieur de ce maudit bouquin, alors excusons nos questionnements pour l'instant, et focalisons nous plutôt sur la recherche des gamins", qu'il proposa ensuite pour tenter de calmer la demoiselle également pendant que Teria se trouvait à ses côtés, jusqu'à ce que la partie négative ne s'éloigne pour faire une macabre découverte qui vint rapidement à la connaissance de Teria, qui en informa le Simili.

"C'était donc bien cela, cette exécrable odeur exotique", répondit Exnihilo, qui semblait donc avoir remarquer un drôle de parfum auparavant, même si l'on pouvait en douter vu l'épais casque du bonhomme. Pouvait-il seulement respirer là dessous ? Comment pouvait-il sentir une odeur alors que l'air ne parvenait sûrement même pas jusqu'à son nez ? C'est le genre de question sans réponse que l'on peut se poser facilement lorsque l'on côtoie le personnage d'Exnihilo. "J'espère qu'il n'appartenait pas à l'un des enfants...", se soucia le Simili à propos du sang, murmurant sous son costume. C'est avec ce genre de paroles que l'on pouvait se demander si un Simili était réellement dépourvu d'émotions, ou simplement bon acteur.

"Nous ferions mieux de nous en aller, il n'y a dans cette bâtisse qui justifie notre existence en ces lieux", annonça le Simili en s'approchant rapidement vers la porte, bien déterminé à quitter cet endroit qui mettait mal à l'aise ses camarades et surtout qui prenait de son temps, alors qu'il se devait de retrouver les enfants disparus. Il prit de l'avance en écartant derrière lui Teria qui s'était blottis contre le Simili, mais c'est à peine qu'il poussa la porte de l'entrée qu'il fut en un éclair projeté en arrière avant de venir s'écraser contre un mur, faisant ainsi trembler la modeste maisonnette suffisamment fort pour renverser plusieurs "pots de miel", contenant le même liquide nauséabond que celui découvert par Matéria quelques secondes plutôt. Probablement dans les vapes, le Simili ne bougeait pas d'un poil, ni même d'un casque, et se trouvait à plat au sol, presque comme noyé dans le sang qui s'était versé par terre.

"Bonjour, jeunes filles que je ne connais pas", émit une voix béate, provenant d'un drôle de petit d'ours jaune bedonnant, ressemblant traits pour traits à celui qui se trouvait dessiner sur le conte dans lequel ils étaient tous prisonniers, à quelques nuances prêts. Ses petites pâtes aux doigts dodues avaient des griffes noires visibles, et surtout imprégnées d'un rouge écarlate bien trop reconnaissable, qui se trouvait également dans quelques tâches sur le pelage de l'animal à première vue inoffensif au vu de son gabarit, et qui pourtant, avait réussit à mettre le Simili à terre en un rien de temps.

L'ourson entra d'un pas titubant, peut-être à cause de la taille ridicule de ses membres inférieurs qui ne permettaient que difficilement une démarche normale, avant de s'approcher de Materia. "Tu n'as plus à avoir peur, j'ai battu le méchant !", qu'il annonça en pointant de ses pattes sanguinolentes le Simili casqué, "je m'appelle Winnie, et je veux être ton ami. Ensemble, nous n'aurons plus jamais peur", proposa mystérieusement l'animal en tendant son autre patte à la demoiselle après s'être présenté.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Princesse du Crépuscule du Vide
MembrePrincesse du Crépuscule du Vide
avatar
Nombre de messages : 11
Age : 18
Invocation : Sanso Ita
Date d'inscription : 18/05/2017

MessageSujet: Re: La Forêt des Cauchemars [PV Exnihilo]   Mar 11 Juil - 13:32

Materia avait les bras croisés, après avoir fait sa découverte, se perdant dans ses pensées. Elle ne sait pas si elle doit avoir confiance en Exnihilo ou non. Puis ce qu'elle ressentait envers lui ne l'a laissait pas indifférente. Cela lui donnait même une raison de plus pour être apaisée et ne pas le suspecter mais c'était plus fort qu'elle, la Ténébreuse n'arrivait tout simplement pas à se comporter d'une manière amicale envers ce dernier.

"Ah, tu l'as senti donc..."

Murmura la jeune fille à queue de cheval en haussant un sourcil, fixant le Simili. Les Ténèbres de Teria était juste en train de se dire à quel point cet homme était bizarre, se demandant comment il pouvait sentir avec ce casque immonde, déjà qu'il ne doit pas trop arriver à respirer... Teria, elle, elle ne se posait même pas de question, à croire qu'elle soit souvent naïve ou pense que le monde n'est que fantaisie. Bon dans un sens, elle n'a pas tort mais tout de même ! Ca a le don de désespérer la partie Ténèbres de cette dernière qui en lâcha un soupir, fixant son alter-égo qui continuait d'avoir un énorme sourire joyeux.

"Oui, on devrait aller chercher les enfants ! Tu viens Ma' ?"

En tourbillonnant sur elle-même pour faire en sorte que sa jupe tourne autour de ses jambes, Teria fit un geste de la main pour interpeller son alter-égo, afin de l'inviter à venir avec eux. Suite à cela, la châtaine aux yeux bleus se mit à sautiller un peu avant de marcher normalement, suivant Exnihilo. Materia s'apprêtait à suivre son double avant de ressentir du mouvement pas loin d'eux, ce qui l'immobilisa un instant.

"Attendez ! Écartez vous de la porte !"

S'écria-t-elle mais en vain, seule Teria eut le temps de décaler puisque Exnihilo se trouvait déjà devant la porte avant de se faire expulser violemment en arrière, atterrissant auprès de celle qui contrôlait les Sanso Ita. Dans un réflexe, Materia s'est légèrement éloigné du corps qui maintenant, baignait dans le sang puis regarda son être d'origine qui a lâché un petit cri d'effroi avant de courir jusqu'au Gardien sans pour autant marcher dans cette marre rouge.

En entendant une voix inconnue, les deux facettes de la Princesse du Vide, tournèrent en choeur leurs têtes vers cet drôle d'ours qui venait d'entrer dans la maisonnette. Est-ce lui qui a fait ça à Exnihilo, qu'elles pensaient en même temps, plongée chacune dans leur reflexion. Néanmoins, Materia a pu remarquer très rapidement les tâches de sang sur celui-ci, dont ses griffes.

"Bonjour !!"

Salua vivement Teria tout en s'inclinant avant de sortir son petit carnet où elle y mettait toutes ses notes lorsqu'elle faisait des découvertes. La Princesse feuillette quelques pages avant de s'arrêter et lancer un regard à Winnie l'Ourson.

"Oh Materia ! C'est un ours ! Hum ?... Materia ?... Est-ce que ça va ?"

Son regard se posa sur la demoiselle aux yeux verts qui riait nerveusement avant d'éclater de rire en affichant un sourire malicieux, s'entourant petit à petit de Ténèbres. L'entité poussa un peu Teria derrière elle, avançant d'un pas vers l'ours avec un long sourire sur le visage.

"Tu crois vraiment que j'ai envie de faire équipe avec un pauvre ourson de ton genre ?! Tu n'as pas battu le méchant, tu es LE méchant ! Tu as fais du mal à la personne pour laquelle Teria comptait, tu vas le payer pour ça !"

La colère et le dégoût semblent avoir animé l'être tout entier de Materia qui devient vraiment incontrôlable lorsque celle-ci était envahit d'émotions négatives. Même si elle a beau d'être effrayé par l'homme casqué, dans un certain sens, elle tenait à lui parce que Teria semblait beaucoup l'apprécier. Alors, tout ce qui est cher pour la demoiselle, la Ténébreuse se doit de défendre puisque après tout elle ne voulait que le bonheur de son alter-égo.

Sans attendre une minute de plus, elle fendit l'air avec une de ses dagues pour créer une onde de choc afin d'expulser Winnie. En attendant, Teria s'était approché du Simili pour lui jeter un sort de soin pour tenter de l'aider à se rétablir.

Hors de question de faire confiance à cet animal bizarre. Je préfère faire un câlin à Exnihilo que de côtoyer cette bête ! que se disait Materia sans vraiment réfléchir à ces mots, fronçant les sourcils.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Membre de l'Organisation
Gardien du Crépuscule du Vide
Le Botteur de l'Extrême
MembreMembre de l'OrganisationGardien du Crépuscule du VideLe Botteur de l'Extrême
avatar
Nombre de messages : 638
Age : 21
Date d'inscription : 18/12/2010

MessageSujet: Re: La Forêt des Cauchemars [PV Exnihilo]   Lun 17 Juil - 14:31

"Oh. Moi, le méchant ?", répéta le drôle d'ourson en regardant ses griffes en se redressant après avoir été projeté en arrière par l'onde de choc créée par Materia. En voyant le sang sur ses pattes avant, l'animal eut le regard qui se vida, et ses yeux devinrent encore plus petits et froids qu'ils ne paraissaient l'être déjà. "Ah oui. Tu as raison mademoiselle", qu'il valida avant de relever le regard vers la jeune fille hors de ses gonds, tout en affichant un sourire carnassié, montrant ainsi ses dents toutes aussi affûtées que ses griffes bestiales. D'une propulsion de ses petites pattes arrières dodues et pour autant certainement musclées au vu de l'impulsion qu'il se donna, l'animal cauchemardesque sortie de l'imaginaire horrifique le plus tordu bondit en direction de Materia, ses griffes jaillissant de plus belles de ses pattes en sang. Était-ce son propre sang ? Coulant à chaque fois que ses abominables griffes d'ours mutants sortaient de sa peau en la tranchant ?
Tout en chargeant sa cible, "l'ourson" poussa un hurlement digne de sa race animale, un son qui semblait provenir d'une créature bien plus imposante que ce qu'il était réellement, même si cela ne changeait rien à son aspect effrayant et impressionnant. En plus de peut-être donner un coup de frissons aux demoiselles, le cri permit également à Exnihilo de reprendre ses esprits, lui qui venait de recevoir de quoi se remettre en forme grâce à Teria. Toujours au sol, baignant dans la marre de sang qu'il espérait ne pas être celui de l'un des enfants de la Ville de Traverse, le Simili fit apparaître un vortex du vide dans lequel il passa le bras, qui réapparu derrière l'ours pour l'attraper par le col de son petit t-shirt rouge et ainsi stopper l'assaut du monstre jaune orangé aux poils hérissés.

"C'est exactement ce que tu ne devais pas faire, t'en prendre à l'une d'entre elles", avoua Exnihilo en se redressant, faisant apparaître un nouveau vortex du quel il passa sa jambe pour asséner un coup de pied montant soudainement dans la mâchoire de l'ours au museau court. Repoussant la créature à partir d'un enchainement de coup de pieds tout en restant à distance grâce à ses petits portails du vide, Exnihilo finit par faire passer ses mains pour pouvoir retenir celles de l'ennemi en arrière, comme s'il était retenu par des menottes.
"Il est à vous mes exquises enfants, vous pouvez vous défouler à présent. "Excepté si une séance d’interrogatoire ne soit plus appropriée", fit savoir le Simili casqué en continuant de maintenir l'animal qui semblait fatigué rapidement en se débattant des mains sorties du vortex d'Exnihilo.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: La Forêt des Cauchemars [PV Exnihilo]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Forêt des Cauchemars [PV Exnihilo]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'homme arbre qui cache la forêt (ou l'inverse)
» Les chants de la forêt
» [Décor] Forêt automne/hiver
» Peindre les esprits de la forêt ?!
» Gobelins des forêts sur araignées

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kingdom Hearts RPG :: RPG - Domaine du Crépuscule :: La ville de Traverse :: La forêt des rêves bleus-
Sauter vers: